Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 22:08

Les syndicats, visés par l’offensive de Sarkozy

 

Le 1er mai est placé entre les deux tours de l’élection présidentielle. Ce n’est pas nouveau. Mais, ce qui est nouveau, cette fois-ci, c’est la volonté d’un candidat d’utiliser la fête du travail et des travailleurs pour en faire un élément de clivage électoral. Voir Présidentielle 2012 : le sens du 1er mai rappelé par Georges Séguy - 28 avril 2012.

 

Les syndicats maintiennent la tradition

Les organisations syndicales* ont décidé de « préserver le caractère syndical de la journée de solidarité internationale du monde du travail, alors que le Front national organise, comme à l'accoutumée depuis 1988, un rassemblement à l'Opéra, et que Nicolas Sarkozy veut célébrer la fête de "tous ceux qui travaillent" place du Trocadéro ».

Le 16 avril, l'intersyndicale CFDT-CGT-FSU-Solidaires-UNSA a adopté un appel qui ne fait aucune allusion à la présidentielle. Il met en avant trois revendications : la "priorité à l'emploi", la "lutte contre la précarité" et "la promotion des salaires et du pouvoir d'achat". Il appelle aussi à "faire reculer la xénophobie, le racisme et l'antisémitisme" (Le Monde, 30 avril).

 

« Les tentatives de récupération du 1er Mai n'ont jamais marché »  (Rue89, Pascal Riché, 30 avril)

Des anarchistes à Sarkozy en passant par Pétain et les gaullistes, le 1er Mai est un symbole disputé. Retour sur ses origines et ses avatars avec Danielle Tartakowsky. Pourquoi tant de passion autour du 1er Mai ? Nous avons posé la question à l’historienne, auteure d’une histoire de cette journée particulière, « La Part du rêve » (éd. Hachette).

 

"1er-Mai, alerte à l'imposture !" (Le Monde, Annie Ernaux,, 28 avril) 

 

(…) Même si sa signification s'est affadie, même s'il est surtout accueilli comme la chance d'un jour férié, si les défilés et rassemblements sont plus ou moins nombreux, le 1er-Mai est un "lieu de mémoire ", tel que l'a défini l'historien Pierre Nora, c'est-à-dire de fête, d'emblème, de monument, etc., où s'incarne la mémoire nationale. Autant qu'un symbole de la lutte internationale des travailleurs, il est un lieu de la mémoire sociale des Français et il n'est, je crois, personne qui ne le ressente comme associé à l'idéal républicain de liberté, d'égalité, de fraternité. A preuve, le 1er mai 2002, qui a vu un million et demi de citoyens descendre dans les rues pour manifester leur attachement à ces valeurs (…).

En 1941, Pétain avait fait main basse sur le 1er-Mai pour le vider de son sens de lutte internationale, remplaçant la Fête des travailleurs par la "Fête du travail et de la Concorde sociale". Les contextes historiques diffèrent mais on peut assimiler la captation du 1er-Mai par Nicolas Sarkozy à celle de Pétain. Pour les tristes raisons que l'on sait, le chef de Vichy faisait appel à "l'union nationale", Nicolas Sarkozy, lui, est clairement dans une stratégie de division nationale, la même qu'il applique avec constance depuis qu'il a été élu. C'est uniquement là qu'il n'a pas varié et que, malheureusement, il a obtenu ses meilleurs résultats, peut-être, hélas aussi, les plus durables.

 

Gouverner, c'est diviser, tel est le système Sarkozy. Mais diviser en stigmatisant, en dressant une partie de la population contre l'autre. Depuis 2007, il n'a eu de cesse de créer, d'inventer, par son discours, deux catégories de citoyens, dont l'une est désignée comme responsable des problèmes de l'autre, qu'elle menace sourdement. Ces catégories sont mouvantes, mais toujours tranchées, Français/immigrés, travailleurs/assistés, gens honnêtes/délinquants, victimes... (…)

 

* En Mayenne, rassemblement syndical à Laval le 1er mai (Ouest-France, 30 avril)

 

Les unions syndicales départementales CGT, CFDT, FSU, Solidaires et UNSA, appellent à un rassemblement interprofessionnel le 1er mai à 11h, place du jet d’eau à Laval.

A quelques jours du second tour de l’élection présidentielle, elles entendent réaffirmer par cette manifestation les priorités sociales qu’elles attendent pour les salaires, la croissance et l’emploi.

 

Voir aussi Le travail, thème du colloque de la Fondation Res Publica le 9 janvier - 2 mars 2012 

 

Cet article est le 96ème paru sur ce blog dans la catégorie Travail Economie

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Travail Economie
commenter cet article

commentaires