Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 23:12

50 ans d’amitié, un point d’appui pour relever les défis

 

Ce 8 juillet 2012, à Reims, Hollande et Merkel célèbrent à Reims cinquante ans d'amitié franco-allemande. "Entre la France et ce peuple allemand, nous voulons qu'il n'y ait désormais, demain, que de la compréhension et de l'amitié", avait déclaré De Gaulle en juin 1962 à Pontarlier (Doubs) en annonçant la visite officielle d'Adenauer en France, quatre ans après leur première rencontre privée dans la maison du général à Colombey-les-deux-Eglises (Haute-Marne). Le dimanche 8 juillet 1962, les deux hommes d'Etat se retrouvaient à Mourmelon (Marne) où pour la première fois des troupes françaises et allemandes défilèrent ensemble, avant de se rendre dans la même voiture à la cathédrale de Reims où l'archevêque François Marty célébra la "messe pour la paix". Lire l'éditorial du Monde : "Pour un nouveau traité franco-allemand"

Célébrer 50 ans d’amitié peut contribuer à poser les bases de nouvelles relations franco-allemandes, comme le préconisait Jean-Pierre Chevènement dans son livre « La France est-elle finie ? ».

Voir Chevènement : donner un nouveau sens à la relation franco-allemande – 19 janvier 2011

 

Marie-Françoise Bechtel a souligné justement l’importance de l’Allemagne dans le livre de Jean-Pierre Chevènement. « Comme François Mitterrand dans la première partie, l’Allemagne est le profil clé de cette deuxième partie. Mais c’est l’avenir de la France qui en est le pari ». Voir Marie-Françoise Bechtel présente le livre de Jean-Pierre Chevènement - 4 janvier 2011.

 

Le chapitre XI « 2010-2040 - France-Allemagne : sortir de l’Histoire ou la continuer ensemble ? » a pour conclusion : Ensemble continuer l’Histoire.  

Ou bien l’Allemagne cèdera à l’illusion du « cavalier seul », qui lui permettrait de réussir, à travers une « domination douce », ce à quoi elle a échoué à deux reprises au XXème siècle à travers la guerre. Ou bien elle se convaincra que, pour différentes raisons, politiques, militaires et démographiques, ces temps sont révolus. Dans une « Europe des peuples », il n’y a pas de place pour un leadership national, mais il y a un intérêt général européen à définir et à servir. Nul ne contestera que l’Allemagne et la France ont à cet égard une responsabilité particulière, mais non exclusive. Plutôt que de « sortir de l’Histoire », elles pourraient alors ensemble la continuer.

Quel prodigieux destin pourrait alors s’ouvrir aux deux peuples issus du partage de l’Empire de Charlemagne en 843, s’ils parvenaient à s’entendre sur quelques défis communs :

• un modèle social préservé ;

• une défense autonome ; une alliance sans subordination avec les Etats-Unis;

• une main tendue à la Russie pour construire une grande Europe des peuples;

• un co-développement organisé avec la Méditerranée et l’Afrique ;

• une régulation économique mondiale tendant à instaurer une concurrence équitable entre les grands pays émergents, dont le développement, davantage orienté par leurs besoins, est naturel, et les vieux pays industrialisés, soucieux à juste titre de préserver leur modèle social.

Unissant leurs efforts et en entraînant d’autres, l’Allemagne et la France pourraient ainsi éviter la marginalisation de l’Europe, petit cap périphérique à l’extrémité de l’Eurasie.

Peut-on penser que la nouvelle relation franco-allemande, depuis l’entrée en fonction de François Hollande, est en capacité d’aller en ce sens ? Ce n’est pas évident.

Voir Sommet de Bruxelles 28-29 juin 2012 : un succès précaire pour l'euro - 7 juillet 2012

            Voir aussi Quel bilan pour le sommet européen ? (Marianne2, 7 juillet 2012). La meilleure réponse, la plus nuancée, est celle de Nelly Morisot : Le bilan en demi-teinte du sommet européen (Marianne2, 3 juillet 2012). 

Cet article est le 100ème paru sur ce blog dans la catégorie France et Europe

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans France et Europe
commenter cet article

commentaires