Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 21:53

Représentant spécial de la France pour les relations avec la Russie

 

Dans le cadre de la diplomatie économique mise en œuvre par le gouvernement français, Jean-Pierre Chevènement est le représentant spécial de la France pour la Russie. Voir le communiqué publié le 26 novembre 2012 sur le blog de Jean-Pierre Chevènement. Dans sa lettre de mission, le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, lui demandait d’œuvrer pour une mobilisation des acteurs français publics et privés en faveur des relations politiques, économiques, commerciales, scientifiques et culturelles entre la France et la Russie.

MRC national 002Le 10 décembre 2012, dans le cadre d’un colloque organisé par la Fondation Res Publica, Jean-Pierre Chevènement, son président, a évoqué la Russie. Voir Débat final et conclusion de Jean-Pierre Chevènement. Extrait des Actes du colloque "Les Etats émergents: vers un basculement du monde?"

Je rentre de Russie où la consommation automobile augmente de 10 % par an, tandis que la croissance est un peu inférieure à 4 %. Des besoins de tous ordres s’y expriment : consommation, infrastructures, services urbains… La Russie n’est pas à proprement parler un pays émergent, elle est, pourrait-on dire, un pays ré-émergent dont le parcours historique est tellement sinusoïdal qu’on ne peut pas le qualifier. La Russie était déjà un pays fortement émergent au temps de Stolypine. Suivit la période soviétique, puis dix années de break, de crise grave, et, depuis dix ans, un relèvement qui mérite d’être reconnu du point de vue économique.

 

Voir aussi : La Russie, prolongement de l'Europe vers l'Asie, a besoin de l'Europe - 13 août 2009 

Jacques Sapir au sujet de la prochaine visite de François Hollande (Audio, 26 février 2013)

Jacques Sapir et la transition économique russe (Fattorius, 16 février 2012)

 

A propos de la visite du président de la République française en Russie

François Hollande souhaite ménager la Russie (Le Monde, Piotr Smolar, 28 février 2013)

Hollande veut dégeler les relations avec Poutine (Le Figaro, Alain Barluet, 28 février 2013)

Le retour du «Che» sur le front russe

ON A RETROUVÉ le général Chevènement sur le front russe. Nommé en octobre dernier «représentant spécial» pour les relations avec la Russie, le sénateur de Belfort, 74 ans la semaine prochaine, accompagne François Hollande à Moscou. Il s'y est déjà rendu à deux reprises, en décembre et en février, dans le cadre de la diplomatie économique lancée par Laurent Fabius. L'occasion pour lui de multiplier les rencontres avec les ministres et les grands patrons russes, tels celui des chemins de fer ou du holding d'État Rostechnologies.

«Je mets de l'huile dans les rouages, je suis un facilitateur», dit-il, lorsqu'on l'interroge sur son rôle. L'accueil que lui réservent ses interlocuteurs russes est «excellent», dit-on. «Ils me connaissent depuis longtemps», glisse l'ancien ministre de la Défense de François Mitterrand. En décembre, il était à Alger, aux côtés du chef de l'État, et le week-end dernier, à Bamako, avec une mission parlementaire.

Sur les bords de la Moskova, il rassure: souverainiste, étatiste, industrialiste, eurosceptique, américano-critique - le profil idéal. «Il apporte un regard différent et peut entretenir avec les autorités russes une relation plus directe que l'ambassadeur», estime un diplomate.

Pour Jean-Pierre Chevènement, la croissance russe, quoique ralentie (3,4 % l'an dernier, contre 7 % en 2000), reste porteuse, y compris, pense-t-il, en matière de libertés fondamentales: «Aider la démocratie, c'est aider la Russie à progresser et à soutenir l'essor de sa classe moyenne.» À l'aune des besoins croissants du pays, les perspectives de coopération économique sont prometteuses: énergie, automobile, transports, distribution… Ce qui ne l'empêche pas de rester prudent sur la réussite de ses efforts. Tout de même, se félicite-t-il sans en dire davantage, «de petits dossiers commencent à se débloquer»…

 

A noter que le sénateur du Territoire de Belfort, vice-président de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, co-préside le groupe Sahel du Sénat. A ce titre, il était à Bamako (Mali) les 24 et 25 février 2013, rencontrant sur place les responsables des forces armées, françaises, maliennes et africaines, mais aussi des responsables politiques maliens, les associations humanitaires et les acteurs du développement économique, ainsi que des représentants de la société civile malienne.

 

A noter aussi que Jean-Pierre Chevènement était à Alger, en décembre 2012, aux côtés du chef de l'État, en tant que président de l’association France-Algérie.

 

Cet article est le 7ème paru sur ce blog dans la catégorie Russie

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans Russie
commenter cet article

commentaires