Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 20:54

Avec lui, la France pourrait croire en son destin

 

Ministre à plusieurs reprises sous Mitterrand, puis avec Jospin sous Chirac, Jean-Pierre Chevènement est toujours là, avec ses convictions et sa droiture, républicaines. Il est sollicité par la presse pour s’exprimer sur les sujets les plus divers, et le fait avec compétence et clarté.

 

Hier, c’était Le Figaro, qui voulait connaître l’opinion du président du Mouvement Républicain et Citoyen sur les sujets d’actualité.

Voir la vidéo de l'entretien de Jean-Pierre Chevènement à l'émission Le Talk avec Orange et Le Figaro vendredi 30 octobre.

Jean-Pierre Chevènement au Talk Orange-Le Figaro sur Jacques Chirac, l'identité nationale, le traité de Lisbonne et 2012

La dernière phrase est éloquente. A l’évocation de l’élection présidentielle 2012, « en qui avez-vous confiance pour porter le destin du pays ? », le sénateur du Territoire de Belfort répond en souriant « J’ai d’abord confiance en moi ! ».

 

Car, le problème est bien là : en qui avoir confiance ? Le PS actuel me fait penser à la SFIO, qui avait soutenu François Mitterrand à l’élection présidentielle en 1965, faute de s’accorder pour un candidat issu de ses rangs. Mais, en 2012, il ne s’agira pas seulement pour la gauche d’être présente au second tour, la victoire est impérative après les échecs de 1995, 2002 et 2007.

 

La priorité pourrait être de présenter un projet républicain, porté par un candidat républicain, en capacité de rassembler au second tour au-delà de la gauche.

 

Il faut distinguer l’élection présidentielle des élections législatives qui suivront. La première est faite pour choisir le chef de l’Etat, qui présidera le gouvernement. Ensuite, il s’agit d’élire des députés pour former une majorité parlementaire, devant laquelle le gouvernement sera responsable.

 

Le retour aux fondamentaux de la Vème République - un président qui préside et un gouvernement qui gouverne d’une part, et un parlement qui légifère d’autre part - serait un premier pas vers un régime politique, à la fois démocratique et porteur d’efficacité.

 

Pour éviter un nouvel échec en 2012, un PS divisé et mal à l’aise avec l’élection présidentielle pourrait opter en faveur de la candidature du républicain de gauche, Chevènement, en espérant ainsi, en cas de victoire, s’ouvrir les portes de Matignon.

 

La France est dans une situation critique, à tous points de vue. Il faut trouver une issue. Le MRC prépare un programme de salut public, dans le but de sortir par le haut de la crise du capitalisme financier mondialisé. Le texte préparé par Patrick Quinqueton sera adopté par le Conseil national le 15 novembre. D’ici là, il y aura la rencontre au sommet entre le MRC et le PS, le 4 novembre.


 

A partir du printemps 2008, avec le congrès du MRC en juin où il a été élu président, Jean-Pierre Chevènement a amorcé une nouvelle carrière politique. Son élection au Sénat en septembre par les grands électeurs du Territoire de Belfort, dans des conditions exceptionnelles (au second tour, face à un candidat UMP et le président du Conseil général, PS), lui a ouvert de nouveaux horizons.

 

Voir l’article paru, hier, sur ce blog : Au Sénat, Chevènement intervient souvent sur des questions de fond - 30 octobre 2009.


Jean-Pierre Chevènement, ici après le congrès en juin 2008 du MRC, au Kremlin-Bicêtre



Après un printemps 2009 difficile
, le terrain des élections européennes en juin étant miné, l’université d’été du MRC à Toulouse, début septembre, après une intervention réussie à l’université d’été du PS à La Rochelle, a relancé la dynamique Chevènement.

 

J’ai vu, le 14 octobre, lors de la réunion du secrétariat national du MRC, un vrai président du MRC, menant la réunion de main de maître, après avoir rendu compte de ses déplacements en Afghanistan et au Pakistan, puis aux USA, dans le cadre d’une mission sénatoriale.

 

Ce Chevènement-là ira loin, son dynamisme au Sénat le prouve (voir la vidéo de son intervention le 25 juin 2009, lors du débat sur le volet agricole de la négociation de l’OMC Mieux vaut une absence d’accord qu’une négociation bâclée).

Cet article est le 98ème paru sur ce blog dans la catégorie CHEVENEMENT.

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
<br /> <br /> la phrase citée est éloquente, en effet.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre