Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 17:54

Energie nucléaire : ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain

 

Sénateur du territoire de Belfort depuis 2008, président d’honneur du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), l’ancien ministre Jean-Pierre Chevènement vient de publier un livre au titre évocateur ''la France est-elle finie ?'', primé Livre Politique 2011, dans lequel il remonte le fil de l’histoire française avant d’évoquer l’avenir.

 

Jean-Pierre Chevènement était à Nantes le 11 avril pour parler de son livre. Entre 17h et 18h30, à l’initiative de Bruno Chevalier, responsable MRC 44 et professeur associé à l’Institut d’économie et de management de Nantes (IEMN-IAE), il s’est adressé aux étudiants réunis dans l’amphithéâtre Bonamy du bâtiment Erdre, sur le campus de l’université (Voir A Nantes, Chevènement a exposé ses vues sur l'industrie française, 12 avril).

 

Chevenement-Nantes-110411-025-T.jpgA partir de 18 heures, il a répondu aux questions de la salle (dont celles-ci, non exhaustives).

 

Q : Doit-on réindustrialiser la France ? La croissance peut-elle être infinie dans un monde fini ?

 

JPC : Cette question fait penser au discours de Malthus alors qu’il y avait 500 millions d’habitants dans le monde. Elle relève d’un pessimisme foncier par rapport à la capacité humaine. En matière énergétique, les risques de l’énergie nucléaire sont mis en avant à partir de l’accident du Japon, mais on ne dit pas que la sécurité n’a pas été assurée puisque le mur protégeant la centrale n’avait pas la hauteur correspondant au risque de tsunami (7m, alors que la vague aurait fait 23m de haut).

Les autres sources d’énergie ont aussi des inconvénients. L’énergie solaire n’est pas, actuellement, rentable mais elle a de l’avenir. L’hydrogène, avec des voitures électriques, est prometteur pour les transports.

 

Votre mode de pensée a une origine très ancienne…Dans les livres bibliques, Eve a été chassée du paradis terrestre parce qu’elle a croqué la pomme qui était sur l’arbre de la connaissance. Et, dans la mythologie grecque, Prométhée a dérobé le feu de Dieu, à l’insu de Zeus, pour le donner aux hommes.

 

Pessimisme ou optimisme de la raison humaine. Le débat sur la science est très ancien. Mais une forme de pessimisme, voire de technophobie, relève de l’obscurantisme.

La Chine était très en avance au niveau scientifique jusqu’au début du 19ème siècle. Elle revient en pointe maintenant avec les pays émergents qui, tous, ont confiance en eux.

 

A votre question, j’ai fait une réponse quelque peu humoristique … En fait, ma réflexion est équilibrée sur cette question de l’écologie, de la biodiversité, de la protection des animaux et des hommes. Seulement, je ne voudrais pas que soit jeté le bébé avec l’eau du bain.

 

Q : N’y a-t-il pas un problème de gouvernance des sociétés ?

 

JPC : Nous avons beaucoup à gagner à observer la gouvernance des entreprises en Allemagne, où la décision est plus collective.

Il faut revoir le statut de l’entreprise, en faisant en sorte que le conseil de surveillance soit constitué d’actionnaires stables (dont les salariés), le directoire étant le management. Le statut actuel SA est facteur d’instabilité dans la vie des entreprises.

 

En Allemagne et en Suisse, il y a de véritables entreprises industrielles, qui sont nombreuses, implantées un peu partout et font l’objet du soutien et de la bienveillance de tous. En France, à part Mulhouse-Montbéliard, il n’y a plus beaucoup d’industrie … Quelques pôles en Ile-de-France, à Toulouse (aéronautique) … Saint-Nazaire, les Chantiers de l’Atlantique ont été vendus aux Norvégiens et c’est maintenant des Coréens qui en sont propriétaires. La Commission européenne a mis en œuvre le néolibéralisme dans toute sa splendeur.

 

Q : Quel est l’avenir possible de la France, sachant que l’est de l’Europe veut rattraper son retard ?

 

JPC : La France a failli périr deux fois au 20ème siècle (voir le livre « La France est-elle finie ? ») : lors de la première guerre mondiale et en 1940.

Sur cette période, entre les deux guerres mondiales, la France a été isolée. Les USA n’avaient pas ratifié le traité de Versailles. L’Angleterre avait l’avantage de disposer d’un fossé antichar naturel.

La France était pacifiste et cela excitait le bellicisme de ses voisins. Ses élites ne voulaient pas d’une guerre avec Hitler car elles étaient d’abord contre le communisme.

Avec ses 40 millions d’habitants, la France était diminuée. Elle aurait pu réagir face à l’Allemagne, quand Hitler a occupé la rive gauche du Rhin. Celui-ci aurait alors reculé. Mais les USA et d’autres ont mis en avant les traités internationaux. Elle n’a pas réagi.

 

La France n’était plus capable de réagir. On ne fait pas Verdun deux fois. Cette fois-ci, c’est la Russie soviétique qui a fait Verdun, à Stalingrad (20 millions de morts pour la seule URSS, à comparer avec les 200 000 morts des USA pendant toute la guerre).

La France était seule et divisée. Elle avait fait des choix idiots, imbéciles (ligne Maginot). La France n’était pas collaborationniste. Elle avait pris un coup sur la nuque.

Une minorité de résistants ont sauvé l’honneur dans l’intérêt général du pays, avec de Gaulle, aidé par Churchill. On en bénéficie aujourd’hui. Pour autant, il ne faut pas exagérer la culture de la repentance, car cela fait perdre la confiance en soi et favorise les crises d’asthénie collective.

 

Q : Qui, pour redresser le pays dans cette situation particulièrement noire ?

 

JPC : La situation n’est pas si noire, si l’on compare à 1940. A cette époque, de Gaulle était peu connu. Les hommes politiques sont dans l’action, ils n’ont pas le temps de réfléchir. Il peut se produire un imprévu stratégique, une sorte de tsunami politique, beaucoup de choses qui peuvent changer la donne.

Cet article est le 130ème paru sur ce blog dans la catégorie CHEVENEMENT
Partager cet article
Repost0

commentaires