Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 23:07

Ne pas laisser le champ libre à l’agro-industrie laitière

 

En côtoyant les producteurs de lait indépendants (Apli) depuis les grèves du lait en septembre 2009, j’ai constaté l’importance croissante de l’EMB (European MilkBoard), qui fédère au niveau européen des organisations nationales de producteurs de lait (pour la France : l’OPL - branche laitière de la Coordination rurale - et l’Apli, qui se structure - voir Richard Blanc (Nord) président de l'Apli après Pascal Massol (Aveyron) - 18 décembre 2011).

Le délégué de l’Apli à l’EMB est Anton Sidler, éleveur dans l’Orne, et le président de l’EMB est Romuald Schaber (Allemagne). Ils étaient présents lors de l’Assemblée générale de l’Apli, le 12 septembre 2011 près de Rennes (voir photo).

 

Pour la première fois en France, l’Assemblée générale de l’Office du lait, le 22 novembre à Avranches (voir André Pflimlin examine les systèmes et les régions laitières en Europe - 16 décembre 2011 et les différents articles qui ont traité de cet évènement) a réuni des membres de l’EMB de plusieurs pays européens. 

Silvia Däberitz, chargée de communication au sein de l’EMB, en a fait le compte rendu dans le Bulletin EMB Décembre 2011 qui se fait l’écho des actions menées par des membres de l’EMB. Extrait de l’article, intitulé « Il dépend de nous de continuer le combat pour finir par gagner…. »

(…) Sont également venus à Avranches le président de l’organisation espagnole des producteurs laitiers OPL (Organización de Productores de Leche), Fernando Sainz de la Maza ainsi qu’Erwin Schöpges de la fédération belge MIG (Milcherzeuger Interessengemeinschaft) et membre du comité directeur de l’European Milk Board (EMB) et Alice Endres, représentante du MEG, le milchboard allemand. Les représentants sur place de la fédération allemande BDM sont Adolf Gerke et Claus Krudop.

« Cela donne du baume à l’âme de voir tant de personnes venus pour soutenir l’Office du lait » se félicite Alice Endres en promenant son regard sur la foule. Lorsque quelques moments plus tard, la représentante du milchboard MEG a pris la parole sur le podium, son ton est devenu très grave en évoquant le manque de soutien que reçoivent les éleveurs de la part des laiteries coopératives : « Les coopératives ont été créées à l’époque où les producteurs laitiers étaient dans une situation désastreuse comme aujourd’hui. Mais je me demande où sont les coopératives maintenant : de quel côté se trouvent-elles ? Pas du nôtre ! » Négocier ensemble face aux laiteries est l’objectif que tous devraient poursuivre. « Il faut regrouper le lait avant d’entamer les négociations face à la laiterie afin d’obliger les transformateurs à payer un prix équitable » explique Alice Endres avant de poser la question suivante aux collègues français : « Êtes-vous prêts à agir et à vous battre ensemble avec nous ? » 900 fois « Oui » et des acclamations en étaient la réponse.

Quand vers la fin de la réunion, Erwin Schöpges de la fédération belge MIG monte sur la tribune, il félicite les producteurs français pour le succès rencontré par cette rencontre : « Ce qui se passe ici aujourd’hui est bien plus important que ce que certains pourraient penser. Nous, les éleveurs, tous ensemble, nous ne lâchons pas prise. Si les décisions qui sont prises en Europe ne sont pas équitables, nous allons de nouveau nous faire entendre et organiser de grandes actions. A la campagne comme dans les villes ! » (…)  

AG-Office-du-lait-Avranches-221111-038-T.jpgErwin Schöpges - cet éleveur belge dont la langue est l’allemand mais qui parle bien français - est signataire de l'éditorial de ce bulletin qui reflète les actions sur le terrain en décembre. Voici ce qu’il écrit en tant que membre du comité directeur de l’EMB.

Chers éleveurs, chers lecteurs,

Toutes les organisations membres ainsi que le comité directeur de l’European Milk Board (EMB) ont tenu ces dernières semaines et ces derniers mois un grand nombre d’entretiens avec des députés européens pour leur expliquer la réalité des exploitations et les positions de l’EMB. Il est triste de constater que la plupart d’entre eux vivent et pensent dans un univers entièrement différent et bien loin de la réalité agricole. Quasiment tous les parlementaires se sont toutefois montrés ouverts et reconnaissants de pouvoir entrer en contact direct avec des producteurs agricoles non seulement de leur propre pays mais aussi d’autres pays européens.

Moi-même, il y a quelques mois encore, je jugeais superflu ce type de contact avec les parlementaires. Et moi qui ai toujours vivement critiqué les lobbyistes, j’ai été bien obligé de constater que ne pas tenir ces entretiens signifie laisser le champ libre à la COPA, aux grands groupes et notamment aux laiteries. Nous devons faire comprendre à la classe politique que ces organisations ne défendent pas les intérêts des producteurs. Qu’elles sont plutôt intéressées à nous rendre dépendants sur la durée.

Ces dernières semaines, le comité directeur de l’EMB a également tenu des entretiens avec les Ministres de la République tchèque, du Luxembourg, de Belgique, d’Allemagne et de Pologne. Nous avons clairement fait comprendre que nous avons besoin à l’avenir de prix rémunérateurs et que la régulation du marché laitier (selon le concept de l’EMB) est à cet effet une condition indispensable. J’ai été particulièrement effrayé par la faible position de la Ministre allemande de l’agriculture, Madame Aigner. Elle semble persuadée que les producteurs agricoles allemands sont dans une super situation au sein de l’Europe. Et j’avais l’impression que ce n’était pas elle mais ses secrétaires d’État qui déterminaient la politique agricole allemande.

J’ai dû constater que de nombreux Ministres soutiennent un grand nombre de nos positions mais ne sont pas disposés à prendre officiellement position dans ce sens. Cela me semble symptomatique pour l’ensemble de la politique européenne. J’ai fini par comprendre qu’ici était aussi la raison pour laquelle il nous faut toujours et encore organiser des actions (même si uniquement symboliques) pour ainsi faire pression sur la politique. Quand un Lars Hoelgard, comme cela a été le cas en Autriche lors de l’assemblée générale des membres de l’IG-Milch, annonce publiquement qu’une grande partie des producteurs laitiers du Danemark sont en faillite, c’est bien la preuve que la politique d’un Fischer-Boel, d’un Rasmussen et d’un Hoelgard a échoué.

Le comité directeur de l’EMB continuera de se battre au nom des producteurs et je suis certain que nous pouvons continuer à compter sur votre soutien. Une chose doit être claire pour tous : quelles que soient les décisions qui seront prises les prochains mois à Bruxelles sur le paquet lait et sur l’organisation du marché de la nouvelle PAC, ce n’est qu’en 2015 que se verra la voie prise par la politique laitière de l’UE et donc la production laitière en Europe. Nous continuerons notre combat sans relâche et si nécessaire, nous nous rendrons de nouveau à Bruxelles pour y engager des actions. 

 

Cet article est le 273ème publié sur ce blog dans la catégorie AGRICULTURE et PAC.

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans AGRICULTURE et PAC
commenter cet article

commentaires