Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 11:54

Revaloriser la dimension civique de cette journée

 

Comme me l’a signalé Serge Maupouet, le Haut conseil à l’intégration (voir le site) publiait, en septembre 2009, un rapport en deux volets, dont l’un était un avis relatif à "la connaissance des valeurs de la République". Voir Etudes et intégration - Faire connaître les valeurs de la République (La documentation française).

L’article 2 de la Constitution définit les attributs de la souveraineté républicaine : « La langue de la République est le français. L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge. L’hymne national est La Marseillaise. La devise de la République est Liberté, Égalité, Fraternité. Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. ». Mais, d’autres symboles non inscrits dans le marbre constitutionnel incarnent également la République (…).

 

Après l’extrait concernant la laïcité (voir Intégration : connaître les valeurs de la République, notamment la laïcité - 9 octobre 2013), puis celui traitant de Marianne (voir Un symbole républicain : Marianne, figure allégorique de la République - 11 octobre 2013), de la Marseillaise (voir La Marseillaise, chant national patriotique, subit parfois des outrages - 11 octobre 2013), du drapeau national (voir Le drapeau tricolore, emblème national, l'un des symboles républicains - 12 octobre 2013) et de la devise (voir Liberté, égalité, fraternité : la devise de la République, idéal universel - 12 octobre 2013), voici l’extrait concernant la fête nationale.

 

Une fête nationale : le 14 juillet*

 

Il ne s’agit pas ici de revenir sur le déroulement de la journée révolutionnaire sur laquelle l’historiographie est imposante. On sait que c’est davantage le sens symbolique de la journée qui a compté a posteriori que l’importance politique de ce qui s’est joué avec la prise de la Bastille. Elle incarne la liberté et la lutte contre toutes les formes d’oppression et d’arbitraire. Mais le grand public continue d’ignorer que c’est davantage le 14 juillet 1790, à savoir la fête de la fédération, qui est célébrée. Commémorant le premier anniversaire de la prise de la Bastille, le Champ de Mars rassemblait le peuple, l’Assemblée et le roi réconciliés. Une messe avait été célébrée par Mg Charles-Maurice de Talleyrand sur l’autel de la patrie. La nation souveraine qui est au coeur de la démocratie républicaine prend donc naissance le 14 juillet 1790 et non 1789. Il est regrettable que le grand public ne soit pas mieux informé de cette distinction. Il est d’ailleurs observé que la Formation civique de l’OFII donnée aux étrangers ne retient que la date de 1789 et n’indique pas que le 14 juillet est devenue officiellement fête nationale le 6 juillet 1880 (sur une proposition de loi de Benjamin Raspail).

 

Le programme du premier 14 juillet officiel montre bien la volonté des parlementaires de l’époque de faire de cette fête un moment d’unité nationale autour de la République : « Distribution de secours aux indigents. Grands concerts au jardin des Tuileries et au jardin du Luxembourg. Décorations de certaines places, notamment de la place de la Bastille et de la place Denfert où l’on verra le fameux Lion de Belfort qui figurait au Salon de cette année, monument élevé au colonel Denfert-Rochereau, de glorieuse mémoire – illuminations, feux d’artifices – ajoutons les fêtes locales, comprenant des décorations, des trophées, des arcs de triomphe et le tout organisé par les soins des municipalités de chaque arrondissement avec le concours des habitants.

Deux cérémonies importantes doivent dominer toute la fête : la distribution des nouveaux drapeaux à l’armée et l’inauguration, sur l’ancienne place du Château d’eau, du monument surmonté de la figure de la République, monument qui a fait l’objet d’un concours ouvert l’année dernière par la Ville de Paris ».

Le 14 juillet tend à se résumer aujourd’hui, dans l’esprit des Français et des étrangers, au défilé militaire sur les Champs Élysée (depuis 1915) et aux bals populaires ponctués de feux d’artifice.

 

Le Haut Conseil estime que la dimension festive a peut-être trop pris le pas sur la dimension civique de la fête nationale. Le 14 juillet est aussi un moment politique pendant lequel tous les habitants du pays peuvent ressentir leur appartenance à la Nation, qu’ils en aient d’ailleurs ou non acquis la nationalité. C’est pourquoi le Haut Conseil souhaite que les élus locaux s’expriment solennellement avant les festivités auxquelles seraient officiellement conviés les nouveaux arrivants dans la commune, qu’ils soient Français ou étrangers.

 

Rappel : 14 juillet, fête nationale de la République française depuis 1880 - 14 juillet 2008

 Ce 14 juillet, la France fête la Nation, l'Europe se réunit à Strasbourg - 14 juillet 2009 

 14 juillet : en ces temps perturbés, une seule règle d'or, la République ! - 14 juillet 2011 

 

Cet article est le 65ème paru sur ce blog dans la catégorie République Parlement

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans République Parlement
commenter cet article

commentaires