Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 12:33

Recherche d’une position commune intersyndicale française

 

La crise laitière est à l’origine d’une avancée dans la prise de conscience de la nécessité de mettre en place un nouveau système de régulation de la filière laitière au niveau européen.

Rappel : Les producteurs de lait européens ont manifesté deux jours à Bruxelles - 30 nov. 2012

 

Voir la REVUE DE PRESSE - ASSOCIATION NATIONALE DES PRODUCTEURS DE LAIT

 

Lait : le ministère étudie un système de régulation européen pour l'après-quota (Agri44, 9 déc. 2012).

Le ministère de l'Agriculture veut présenter à Bruxelles un système de régulation de la production laitière pour remplacer les quotas après 2015.

Présenté le 5 décembre aux organisations professionnelles agricoles lors du 1er groupe de travail sur la contractualisation, ce système de régulation se déclencherait lorsque le prix du lait décrocherait trop brutalement sur une période donnée.

La Commission européenne recommanderait alors aux collecteurs de baisser leur production afin de réguler le marché. Dans le cas où les prix ne remonteraient pas après cette recommandation, la Commission aurait la possibilité d'imposer des pénalités financières aux entreprises n'ayant pas réduit leur collecte.

Ce système nécessiterait néanmoins plusieurs outils encore inexistants : un observatoire européen des prix, mais aussi un suivi de la production de chaque pays et de leurs entreprises. La contractualisation devrait en outre être entièrement révisée pour inclure des clauses de réduction de la collecte.

 

 Après-quotas - La Confédération paysanne propose aux autres syndicats de construire une position commune (La France Agricole, 11 déc. 2012)

La Confédération paysanne a rédigé mardi une lettre ouverte proposant une position commune pour le secteur laitier et l'après-quotas à la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait, association spécialisée de la FNSEA), à l'OPL (Organisation des producteurs de lait, branche de la Coordination rurale) à l'Apli (Association des producteurs de lait indépendants) et à Jeunes Agriculteurs (JA).

« Le ministère a mis sur la table, au cours d'un groupe de travail, une réflexion sur des propositions à porter à Bruxelles pour organiser la filière en Europe et apporter des perspectives pour l'après-quota en 2015, écrit la Confédération paysanne. Ces réflexions portent, à partir d'un observatoire des prix à la production, sur un mécanisme d'action sur les volumes en cas de baisse importante du prix. » La Confédération paysanne « salue l'initiative du ministère, participera activement à cette réflexion mais sera vigilante sur le mécanisme proposé ». 

« En conséquence, pour l'avenir de tous les producteurs de lait, nous proposons de construire une position commune intersyndicale, incontournable dans le débat qui s'ouvre avec les pouvoirs publics français et européens », écrit-elle aux autres organisations syndicales. « La baisse actuelle du prix du lait et l'explosion des coûts alimentaires des vaches laitières rendent indispensable une action conjointe pour donner une vision à long terme aux producteurs », ajoute la Confédération paysanne.

 

Le combat de l’Association des producteurs de lait indépendants (Apli) commence à produire ses effets. Le début de rassemblement des éleveurs laitiers au sein de l’Office du lait était une initiative portée par cette association, notamment le producteur de lait en Maine-et-Loire, Paul de Montvalon.

Voir Paul de Montvalon a présenté l'office du lait aux producteurs à Ernée - 5 mars 2011 et Paul de Montvalon, président de l'Office du lait : ses voeux pour 2012 - 31 décembre 2011.

 

Au Canada, le système de gestion de l’offre a fait ses preuves depuis 40 ans, à l’initiative pressante des producteurs de lait du Québec. Il concerne, en plus du lait, les œufs et les volailles.

Voir GO5 et aussi ce que disent les éleveurs de volailles du Québec de la gestion de l’offre.

 

Voir La gestion de l’offre - Les Éleveurs de volailles du Québec

La gestion de l’offre est au coeur même de notre organisation. Elle constitue le fondement de nos façons de faire et elle est à l’origine de nombreux avantages offerts aux consommateurs québécois. Elle a été adoptée non seulement par les Éleveurs de volailles du Québec, mais également par tous les éleveurs de volailles du Canada de même que tous les producteurs de lait et d’oeufs du pays. Pourquoi ? Parce que l’expérience a démontré que, sans une gestion de l’offre, les marchés canadiens et québécois se retrouvaient aux prises avec une surabondance de produits agricoles d’ici et d’ailleurs. Il en résultait des revenus insuffisants pour les producteurs. Une situation difficile pour tous.

Les trois piliers de la gestion de l’offre

La gestion de l’offre est basée sur la mise en marché collective et la planification de la production pour l’ajuster aux besoins du marché canadien. Le système comporte trois piliers.

1.                               La gestion de la production

Les producteurs agricoles sous gestion de l’offre se sont engagés à approvisionner le marché canadien en produits de qualité et en quantité suffisante. Ils se sont évidemment engagés à ne pas produire de surplus. C’est pourquoi ils produisent sous quota, c’est-à-dire que chaque producteur possède une petite part du marché canadien qu’il s’engage à approvisionner.

2.                               Le contrôle des importations

De son côté, le gouvernement canadien s’est engagé à limiter l’entrée de produits importés de façon à ce que les besoins du marché soient comblés principalement par la production canadienne.

3.                               Une politique de prix couvrant les coûts de production

Le gouvernement canadien a aussi mis en place des mécanismes pour que les prix des produits assurent aux producteurs un revenu qui leur permet de vivre de leur production. Le gouvernement n’a pas à verser de subventions pour leur assurer un revenu raisonnable.

Des avantages pour l’ensemble de la société

La gestion de l’offre est un modèle agricole équitable. Respectueuse des besoins des producteurs et des citoyens consommateurs, elle comporte des avantages économiques et sociaux importants.

·                                 Elle garantit aux consommateurs des produits de qualité à prix raisonnables. De plus, chaque dollar est mieux partagé entre les différents paliers, de la production à la distribution.

·                                 Elle est un facteur de stabilité, et ce, tant pour l’approvisionnement de l’industrie agroalimentaire que pour les revenus des producteurs agricoles.

·                                 Elle crée des emplois en favorisant notamment une agriculture à dimension humaine présente dans toutes les régions du Québec et du Canada.

·                                 Elle ne coûte rien en fonds publics. Plusieurs autres productions qui n’ont pas le bénéfice d’être sous gestion de l’offre doivent recourir aux subventions des gouvernements.

Un modèle menacé

Malheureusement, ce modèle est actuellement menacé dans le cadre des négociations de l’OMC (Organisation mondiale du commerce). L’objectif clair de ces négociations est d’éliminer tous les obstacles au libre commerce et de faire de l’agriculture un secteur économique comme les autres. Actuellement, plusieurs propositions menacent la gestion de l’offre dont principalement celle de limiter la capacité du Canada à contrôler les importations.

Les Éleveurs de volailles du Québec se sont joints à GO5 Coalition pour un modèle agricole équitable, la gestion de l’offre et à la Coalition pour la souveraineté alimentaire pour soutenir le gouvernement canadien dans ses efforts pour préserver nos acquis.

Cet article est le 354ème publié sur ce blog dans la catégorie AGRICULTURE et PAC.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans AGRICULTURE et PAC
commenter cet article

commentaires