Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs, qui n'est plus membre du MRC depuis 2015. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En 2022, le MRC est devenu membre de la Fédération de la Gauche Républicaine avec quatre autres organisations politiques.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 22:17

Un petit grain de blé raconte l’enfance paysanne de l’auteur

 

Nous nous sommes rencontrés* lors d’une réunion de l’Association des producteurs de lait indépendants (APLI) près de Mayenne. Il s’intéresse au monde paysan, se rappelle son enfance à la campagne à Ernée, au nord-ouest du département de la Mayenne. Comme il aime raconter, sans se prendre pour un historien, Alain Bouvier a choisi le roman pour s’exprimer, en faisant parler un petit grain de blé, prétexte pour évoquer l’évolution du monde paysan depuis une cinquantaine d’années.

 

Le CÉAS de la Mayenne (Centre d’étude et d’action sociale) a eu la bonne idée de faire une présentation de ce livre dans le CÉAS-point-comdu 10 août 2012.

 

Premier roman du Mayennais Alain Bouvier : un petit grain de blé raconte le monde paysan

 

Le Bal des frustrés, premier roman d’Alain Bouvier (Editions Siloë, janvier 2012), évoque l’enfance paysanne de l’auteur : pas à partir du point de vue d’un enfant ni d’une autre personne, mais à travers un grain de blé qui raconte une saga familiale rurale, et aussi l’histoire du monde paysan, sur une cinquantaine d’années, avec l’apparition de l’électricité, des engins agricoles ou des quotas laitiers. L’auteur mayennais montre ainsi sa grande affection pour la ruralité, la nature... et même la chanson française.

 

La vie d’un grain de blé peut être tumultueuse. Avec ses frères et soeurs sur son épi, il se fait rapidement faucher avec le risque de finir en farine, ou même dans l’estomac d’un cochon ou d’un rat. Entre temps, s’il a la chance de rester stocké dans un grenier, il peut apprendre à lire, s’intéresser à la vie de la famille de sa ferme, voire se constituer un royaume à la tête des grains de blé et par la suite raconter sa longue vie. C’est avec cet angle original et franchement risqué qu’Alain Bouvier a voulu raconter le monde rural à l’aide de ses souvenirs d’enfance dans le Nord-Ouest mayennais.

 

Alain Bouvier réussit en tout cas à inscrire son roman dans la durée. C’est une vraie chronique au cours de laquelle le monde évolue, surtout le monde agricole. Le métier change, bien sûr, la famille aussi, avec des enfants qui choisissent un autre métier que celui de leurs parents et dont les comportements de jeunesse les troublent parfois.

 

De fait, dès l’introduction, l’auteur effectue le constat que « les choses avaient changé et pas toujours de la meilleure façon qui soit ». Cela ne l’empêche pas de croire en la modernité, jusqu’à faire le rapprochement entre son grain de blé et un microprocesseur et de rester jusqu’au bout optimiste, au travers de ses personnages, sur l’avenir du monde rural, malgré des observations sans concession.

 

Quant au titre, Alain Bouvier laisse le soin au lecteur qui se sera laissé prendre par son premier roman, d’aller au bout du livre chercher dans les relations qu’entretient le grain de blé avec l’homme quelle est cette frustration, nous concernant sans doute tous...

 

Dans l’édition Mayenne, datée du 11-12 août 2012, rubrique Livres, Ouest-France présente « Le bal des frustrés » d’Alain Bouvier, éditions Siloë, 281 pages, 21 euros. Voir La vie intense d'un grain de blé dans la campagne mayennaise.

 

* Le 23 juin 2012, à Saint-Berthevin, Alain Bouvier a bien voulu me dédicacer son livre d’une écriture très régulière « A Michel Sorin, maire de Saint-Berthevin, qui, je l’espère, doit apprécier de vivre enfin sous la houlette de la gauche, chaque minute, chaque heure, chaque jour. Quel combattant ! Cordialement ».

 

Cet article est le 12ème paru sur ce blog dans la catégorie Culture langue histoire

Partager cet article
Repost0

commentaires