Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 19:08

Il pourrait être cet homme de la Nation qu’il faut à la France

 

Ce livre de Jean-Pierre Chevènement « La France est-elle finie ? » vient à point pour permettre à son auteur de développer ses arguments concernant la situation politique du pays. Pour le sénateur du Territoire de Belfort, c’est un test de sa capacité à ouvrir un espace en vue de l’élection présidentielle. Au cours de ce premier semestre 2011, le terrain est libre, car l’UMP et le PS, pour des raisons différentes, sont absents du débat. Leurs candidats probables, Sarkozy et Strauss-Kahn, n’ont pas l’intention de remettre en cause le néolibéralisme.

L’enjeu du scrutin du printemps 2012 est le suivant : un autre candidat peut-il porter une alternative aux politiques néolibérales ?

- En 2002, il y eut un temps Chevènement, mais ce fut Le Pen à l’arrivée.

- En 2007, il y eut Bayrou, sans succès.

- En 2012, en dehors des candidats écologiste et Front national, Jean-Luc Mélenchon et Jean-Pierre Chevènement sont en capacité de perturber le jeu électoral.

-          Mélenchon veut créer un pôle de radicalité à la gauche du PS.

-          Chevènement veut rassembler tous les Français qui pourraient se reconnaître dans un candidat qui serait l'homme de la Nation afin d’ouvrir une véritable alternative.

 

MRC national 002L’émission en direct ce matin sur France Inter a permis à Jean-Pierre Chevènement de développer clairement et calmement ses positions. Extraits. Voir sur son blog :

"La France s'est ralliée au néo-libéralisme dans les années 1980, alors que la gauche était venue au pouvoir pour appliquer un tout autre programme"

"Le véritable auteur de la marginalisation des souverainetés nationales est Jean Monnet"

"La libération des capitaux à l'égard de tous les pays extérieurs, y compris les paradis fiscaux, c'est l'Acte Unique en 1987, voté par les socialistes et par la droite alors majoritaire. La concurrence libre et non faussée, la fin de toute politique industrielle, la libéralisation des services publics, c'est encore l'Acte unique. La Banque Centrale Européenne et la monnaie forte, cela se fait en deux temps : 1983 et 1992, on en voit le résultat."

"La monnaie unique est une entreprise mal pensée et mal conçue"

"La gauche française croyait en 1981 découvrir les Indes, c'est-à-dire le socialisme. Elle a découvert l'Amérique, c'est-à-dire le néo-libéralisme. Le mirage européen lui a fait perdre le peuple français"

"1983 est le moment décisif : est acceptée en Europe la politique de Thatcher et de Reagan"

"Peut-on faire confiance aujourd'hui pour nous tirer d'affaire à ceux qui nous ont mis dans cette situation, les socialistes et la droite" ?

"Les socialistes tournent comme des ours en cage dans la contradiction dans laquelle les a enfermés François Mitterrand"

"François Mitterrand est l'homme qui a porté la gauche au pouvoir. Ce n'était pas à la portée de n'importe qui"

" Au fond, ce qui met les socialistes dans la difficulté, c'est que Mitterrand leur a fait endosser tous les choix néo-libéraux, au nom de l'Europe mal conçue qui niait les nations"

"Je ne propose pas de sortir de la monnaie unique. J'étais contre le traité de Maastricht. J'étais contre le décollage de l'avion. Maintenant, l'avion a décollé, je ne propose pas de sauter par le hublot. Je propose de se rapprocher de la cabine de pilotage, de prendre en main les commandes et de réaliser l'atterrissage en douceur, en changeant les règles du jeu de l'euro sur trois points : une modification des statuts de la banque centrale pour qu'elle privilégie l'emploi, une initiative européenne de croissance ; le rachat des titres de dette par la banque centrale des pays menacés ; enfin l'émission d'eurobonds qui marquerait davantage la solidarité financière des pays européens.

"Nous sommes un marché ouvert à tous les vents. L'Europe ne nous protège pas. Nous sommes démunis"
"Nous n'avons plus ni monnaie, ni protections commerciales, ni droit autonome, ni défense et notre tissu industriel ne cesse de s'éroder"
"Chacun comprend qu'un pays qui n'a plus de base industrielle ne peut plus maintenir son modèle social"
"On peut imaginer des éco-taxes, des écluses, une politique monétaire avec un euro moins fort"
"Si nous ne parvenons pas à réformer l'euro, il faut un plan B"
"Il faut faire comprendre à l'Allemagne qu'elle fait aussi partie de l'Europe, que l'euro n'est pas seulement la monnaie de l'Allemagne : c'est un travail de conviction qu'il faut opérer sur l'Allemagne"
"Si la gauche peut faire son examen de conscience et opérer une révolution culturelle, alors elle sera en capacité de relever la France"
"La gauche peut gagner en 2012 mais elle ne doit pas décevoir"
"La France doute d'elle-même depuis très longtemps et a besoin de davantage d'estime de soi"
"La solidarité européenne pourrait être perfectionnée par la voie d'eurobonds émis sous la signature conjointe de la France et l'Allemagne"
"Les socialistes ne sont pas prêts à affronter les défis qui sont devant nous"
"Les socialistes ne doivent pas choisir la voie de la fuite en avant avec une autorité budgétaire indépendante sur le modèle de la Banque centrale"
"L'idée qu'on va se faire élire président de la République française pour donner plus de pouvoir à M. Barroso est comique"
"La France doit peser pour que l'Allemagne revoie ses positions"
"J'ai de l'estime pour Jean-Luc Mélenchon, mais ce n'est pas du tout ce que je veux faire. M. Mélenchon veut créer un pôle de radicalité à la gauche du Parti socialiste. Moi je veux rassembler tous les Français qui pourraient se reconnaître dans un candidat qui serait l'homme de la Nation pour ouvrir une véritable alternative".
"Je ne vois pas grande différence entre ce que propose M. Sarkozy et ce que propose M. Strauss-Kahn"
"Si je devais me présenter en 2012, ce serait par devoir."  

"Il faut servir la France"
"Je rendrai publique ma décision avant l'automne 2011 pour la présidentielle"
"[Concernant la présidence du Sénat] Je vois que certains écrivent cela, mais c'est pour mieux se débarrasser de moi dans d'autres compétitions".

 

Commander "La France est-elle finie ?"

 

Une réaction est venue, hier, de Laurent Pinsolle, concernant ce livre.

Voir sur son blog Jean-Pierre Chevènement défend la France

Cet article est le 113ème paru sur ce blog dans la catégorie CHEVENEMENT
Partager cet article
Repost0

commentaires