Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 19:28

Le PS et l’UMP en position de force, le centre à terre

 

Le 10 juin, ont eu lieu les élections législatives dans les trois circonscriptions de la Mayenne. Voir Législatives : les résultats en Mayenne  (France3, 11 juin 2012).

Un second tour, le 17 juin, ne sera pas nécessaire dans la 3ème circonscription (Nord Mayenne) car le député sortant UMP, Yannick Favennec, a obtenu la majorité absolue (près de 54 % des suffrages exprimés).

Comme prévu, dans la 1ère circonscription, le député sortant PS, Guillaume Garot (47%), était près de sa réélection dès le 1er tour.

Le suspense continue dans la 2ème circonscription, où la candidate présentée par le PS, Marie-Noëlle Tribondeau, est en tête avec plus de 30 % des voix, ce qui est excellent et en rapport direct avec l’élection de François Hollande à l’élection présidentielle. Elle a une petite carte à jouer au second tour car les reports des deux candidats centristes éliminés pourraient ne pas être très bons sur le candidat UMP, conseiller d’opposition à Château-Gontier (notamment ceux qui se sont portés sur Philippe Henry, maire de Château-Gontier, même si son suppléant, le maire de Saint-Berthevin, a clairement pris position en faveur du candidat UMP).

 

Les résultats de ce 1er tour ont été analysés par Jean-Yves Delort, journaliste, ancien rédacteur en chef de l’hebdomadaire « Le Courrier de la Mayenne », comme il l’avait fait lors des précédentes élections (voir Présidentielle 2012 : les résultats du 2ème tour en Mayenne (JY Delort) - 7 mai 2012). 1Voici le texte qu’il m’a transmis.

 

Élections législatives en Mayenne : premier tour

 

Les Mayennais ont choisi le Parti socialiste et l’UMP

 

Le premier tour de l’élection législative en Mayenne dimanche dernier se caractérise par trois tendances : la bonne position du Parti socialiste, la solidité de l’UMP et la division du centre.

La bonne position du Parti socialiste se remarque d’abord dans la circonscription de Laval où le député sortant Guillaume Garot obtient plus de 47% des suffrages ; il réalise un très bon score dans toute l’agglomération lavalloise ; le maire de Laval est en passe de retrouver le siège conquis il y a cinq ans sur François d’Aubert. C’est le résultat d’une présence forte sur le terrain depuis cinq ans. Pourtant la différence entre la droite et la gauche reste minime : on est toujours à 50-50 dans la circonscription. Le Parti socialiste fait aussi un excellent résultat à Château-Gontier où sa candidate, Marie Noëlle Tribondeau arrive en première position. Dans une circonscription où la gauche a souvent été absente du second tour, le maire de Bierné a su très bien se positionner pendant la campagne et profiter de la vague nationale qui a porté François Hollande au pouvoir. A Mayenne le candidat de gauche, le Vert Christian Quinton avec 28% des suffrages fait mieux que Jean-Pierre Le Scornet il y a 5 ans. Les électeurs socialistes n’ont pas été gênés de voter pour un candidat écologiste. L’union a bien fonctionné.

L’UMP qui sera vraisemblablement dans l’opposition dimanche prochain se maintient bien en Mayenne. Avec 53% des voix, Yannick Favennec retrouve dès le premier tour son siège de député de Mayenne. Sa présence systématique sur le terrain, les liens qu’il a tissés  lui ont assuré une victoire dans une conjoncture nationale défavorable. Il est un des rares élus de droite de l’Ouest élu au premier tour. Dans le Sud-Mayenne Guillaume Chevrollier avec 20,7% des suffrages réussit une belle opération d’implantation. Ne disposant que du seul mandat de conseiller municipal de Château-Gontier, assez peu connu du public, il a réussi à être qualifié pour le second tour. Il a bénéficié de l’appui du député sortant Marc Bernier et de l’étiquette officielle de l’UMP. A Laval, Samia Soultani avec 22% des voix obtient elle aussi un résultat intéressant pour une première candidature aux législatives. Elle reste peu connue dans le monde rural. Elle sera la seule adversaire de Guillaume Garot pour le second tour. Là encore les électeurs de centre et de droite qui pouvaient aussi voter pour un candidat divers droite (Yves Cortès) ou deux candidats centristes ont largement opté pour le candidat officiel de l’UMP.

C’est le courant centriste qui est le grand perdant des élections mayennaises. Déjà aux présidentielles, le centre avait essuyé un échec en Mayenne, François Bayrou arrivant derrière Marine Le Pen. Dans le sud-Mayenne, le maire centre-droit de Château-Gontier Philippe Henry et la candidate de l’Alliance centriste Elisabeth Doineau récoltent chacun plus de 15% des suffrages. Une seule candidature aurait permis au candidat du centre d’arriver en tête et sans doute de l’emporter au deuxième tour. A Laval aussi, les candidatures centristes restent très marginales et arrivent derrière la candidate du Front national. L’incapacité des responsables centristes à s’entendre a provoqué leur défaite : les centristes se sont battus eux mêmes.

Face à une multitude de candidatures (il y avait 12 candidats à Laval et 30 au total), les électeurs mayennais ont choisi la clarté : à gauche on a voulu confirmer le résultat de l’élection présidentielle et donner une majorité à François Hollande ; à droite on a voté UMP ou centre. Les autres candidats ne dépassent jamais les 10% qu’il s’agisse du maire de Pré-en-Pail Yves Cortes, des écologistes, du Front national (en progression) ou du Front de gauche.

Dimanche prochain, les électeurs de la circonscription de Laval et de Château-Gontier seront à nouveau appelés à voter. L’abstention qui était de 40% dimanche  sera t-elle moins forte ? Sans doute pas. L’élection de Guillaume Garot est vraisemblable à Laval, même si, il y a 5 ans, on avait assisté à une surprise avec la défaite de François d’Aubert. Dans le sud Mayenne, si les reports de voix s’effectuent régulièrement, Guillaume Chevrollier pourrait devenir le nouveau député ; prudence dans le pronostic car en 2007, l’élection de Marc Bernier au deuxième tour avait été difficile.

S’il en était ainsi, la Mayenne se retrouverait avec deux députés de droite et un de gauche, ce qui correspond finalement assez bien à sa physionomie politique générale. 

 

Cet article est le 45ème paru sur ce blog dans la catégorie Législatives 2007-2012

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Législatives 2007-2012
commenter cet article

commentaires