Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 18:34

Des mots qui aident à lutter pour les droits fondamentaux

 

Comme me l’a signalé Serge Maupouet, le Haut conseil à l’intégration (voir le site) publiait, en septembre 2009, un rapport en deux volets, dont l’un était un avis relatif à "la connaissance des valeurs de la République". Voir Etudes et intégration - Faire connaître les valeurs de la République (La documentation française).

L’article 2 de la Constitution définit les attributs de la souveraineté républicaine : « La langue de la République est le français. L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge. L’hymne national est La Marseillaise. La devise de la République est Liberté, Égalité, Fraternité. Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. ». Mais, d’autres symboles non inscrits dans le marbre constitutionnel incarnent également la République (…).

 

Après l’extrait concernant la laïcité (voir Intégration : connaître les valeurs de la République, notamment la laïcité - 9 octobre 2013), puis celui traitant de Marianne (voir Un symbole républicain : Marianne, figure allégorique de la République - 11 octobre 2013), de la Marseillaise (voir La Marseillaise, chant national patriotique, subit parfois des outrages - 11 octobre 2013) et du drapeau national (voir Le drapeau tricolore, emblème national, l'un des symboles républicains - 12 octobre 2013), voici l’extrait concernant la devise de la République.

 

Une devise : Liberté, Égalité, Fraternité

 

Née avec la Révolution française, la devise apparaît dans le débat public le 5 décembre 1790 dans un discours du député Maximilien de Robespierre « sur l’organisation des gardes nationales ». Antoine-François Momoro, membre du club des Cordeliers, partisan de Jacques-René Hebert, l’emploie le 29 mai 1791 et la tradition républicaine lui en a accordé la paternité. En avril 1792, la devise est publiquement invoquée lors de la « fête de la liberté ». En juin 1793, le maire de la commune de Paris, Jean-Nicolas Pache, fait peindre sur les murs : « Liberté, Égalité, Fraternité, ou la mort ». La devise est ensuite progressivement abandonnée avec la fin de la Révolution, tandis que le serment de haine aux monarchistes et aux anarchistes vient remplacer le serment de fraternité sous le Directoire de 1796 à 1799.

 

Avec la révolution de 1830, la devise fait son retour et sera popularisée par différents révolutionnaires comme Pierre Leroux, Alexandre-Auguste Ledru-Rollin mais également l’abbé ultramontain Félicité-Robert de Lamennais. C’est le 27 février 1848, sous l’impulsion de Louis Blanc que le triptyque « Liberté, Égalité, Fraternité » devient la devise officielle de la France. Elle est officiellement un symbole républicain sous la IIIe République et prend tout son sens avec l’adoption du suffrage universel. En 1880, la devise est systématiquement inscrite sur les frontons des édifices publics.

 

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la devise républicaine fut remplacée par la devise de l’État français de Vichy « Travail, Famille, Patrie ». La France libre reprend la devise républicaine quand, le 15 novembre 1941, lorsque le général de Gaule déclare : « Nous disons Liberté-Égalité-Fraternité parce que notre volonté est de demeurer fidèles aux principes démocratiques que nos ancêtres ont tirés du génie de notre race et qui sont l’enjeu de cette guerre pour la vie et la mort. ». Néanmoins, avant ce discours, la formule officielle « Honneur et Patrie » avait été préférée en juillet 1940. Il s’agissait, selon le général de Gaulle, de tenir compte des réticences du peuple français à l’égard de la démocratie parlementaire incarnée par la devise : « Si nous proclamions simplement que nous nous battons pour la démocratie, nous obtiendrions peut-être des éloges du côté américain, mais nous perdrions beaucoup sur le tableau français qui est le principal. La masse française confond pour le moment le mot démocratie avec le régime parlementaire tel qu’il fonctionnait chez nous avant cette guerre. Nos propres partisans, quel que soit leur origine politique et surtout nos combattants, en sont convaincus dans l’immense majorité » (8 juillet 1941).

 

C’est avec la Constitution de 1946 que la devise républicaine reprend sa place comme symbole national. Au cours des dernières décennies, la devise a fait l’objet de critiques au nom du principe de réalité. Certains invoquent que l’égalité n’est pas réalisée en France comme en témoigne l’existence de discriminations sociales, territoriales, racistes. D’autres proposent de remplacer fraternité par solidarité, notion qui leur semble moins abstraite. Il faut ici rappeler qu’une devise résume un idéal. Ce n’est pas une formule vide que l’on utiliserait uniquement pour la communication politique. Les idéaux démocratiques rassemblés dans la devise fixent à notre société un objectif qui n’ignore pas l’existence d’inégalités. L’usage aujourd’hui généralisé de l’expression « l’égalité des chances » pour définir le principe d’égalité montre cette évolution. Certes, entre idéal et réalité, la disjonction peut être criante et douloureusement ressentie. À cet égard, les nouveaux immigrants sont particulièrement exposés dans la mesure où beaucoup ont construit leur départ sur le rêve, l’idéal, d’une vie meilleure dans un pays de liberté.

 

Le Haut Conseil juge important d’expliquer aux nouveaux immigrants, mais également à tous les jeunes Français, le sens des valeurs inscrites dans la devise, les remettre dans la perspective d’un idéal politique de dimension universelle tout en insistant sur ce que les mots de la devise ont représenté pour des générations d’hommes et de femmes qui se battaient pour leurs droits fondamentaux. Il est utile de mieux leur faire comprendre le sens de cet idéal et de son imparfaite réalisation en expliquant que les inégalités sociales et territoriales qui perdurent peuvent mettre à mal cet idéal (surtout dans un contexte de crise), mais qu’elles ne le détruisent pas puisque, par la volonté politique de ceux qui gouvernent au nom du peuple, on s’attache à les réduire. On pourra également rappeler que l’égalisation des situations est un processus toujours inachevé, mais que la mise en oeuvre de l’idéal social de notre démocratie est l’affaire de tous ceux qui disposent de droits et de devoirs : élus, citoyens électeurs, étrangers.

 

Cet article est le 64ème paru sur ce blog dans la catégorie République Parlement

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans République Parlement
commenter cet article

commentaires

jean-louis 29/08/2015 08:48

Ce genre d'idéal ou de devise sert surtout à endormir le peuple, à prétendre le contraire de ce qu'on fait.
Il y a beaucoup de chômeurs mais la lutte contre le chômage est la priorité.
Il y a de plus en plus de conflits et de violence mais le vivre-ensemble est notre valeur.
Les inégalités de toutes sortes s'accroissent mais l'égalité est notre valeur républicaine etc
En ce qui me concerne, je rejette l'égalité et la fraternité. L'égalité débouche sur l'égalitarisme à la NVB.
Les hommes ne sont pas égaux (sauf dans l'abstrait, en théorie) C'est la discrimination sur des bases injustifiées qui est inacceptable.
Les hommes ne sont pas frères. Qui est le père ? (c'est un reliquat religieux) Ils sont très différents les uns des autres. Et parfois, ils
se ressemblent. Et quand ils se trouvent des points communs, ils s'assemblent.