Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 21:18

Les politiques d’austérité en Europe de plus en plus contestées

 

Le Premier ministre a très mal pris la déclaration du ministre du redressement productif. Voir La charge d'Arnaud Montebourg contre l'austérité suscite des remous (Le Monde, David Revault d’Allonnes, 10 avril 2013) et l’entretien du 9 avril de Montebourg avec les journalistes du Monde.

 

Voir Montebourg : "Cette politique d'austérité conduit à la débâcle. Extraits.

 

Est-ce une crise de régime ? Il y a crise de régime quand le système institutionnel est incapable de répondre à la perte de confiance. Je ne crois pas que nous en soyons là, car les décisions que le gouvernement s'apprête à prendre sont de nature à rétablir la confiance. La vraie question est la suivante : la politique d'austérité imposée par l'Europe est elle soutenue par nos concitoyens ? La réponse est non. Elle est rejetée par tous les peuples. Donc s'il y a une crise de régime, c'est au niveau de l'Union européenne, où il n'y a nul débat démocratique sur les causes et les conséquences de cette politique d'austérité qui nous entraîne collectivement dans une spirale récessive (…).

 

Ce choix est pourtant assumé par M. Hollande. Voulez-vous dire qu'il faut déplacer le curseur de la politique du gouvernement, ce que réclament d'ailleurs de plus en plus de gens à gauche, y compris au PS ? Le gouvernement a fait des efforts sans précédents pour faire face à la montagne himalayenne de dettes que le sarkozysme nous a léguée. Ces efforts, la Cour des comptes les a signalés, la Commission européenne les a soulignés. Mais le sérieux budgétaire, s'il tue la croissance, n'est plus sérieux. Il est absurde et dangereux. Il est donc plus que temps d'ouvrir le débat sur cette politique qui conduit l'Union à la débâcle.

 

Une réorientation de la politique économique sera-t-elle suffisante pour rétablir la confiance ? Ne faut-il aussi transformer le système politique ? Oui, il faut transformer le système. Le président a commencé à le faire avec la fin du cumul des mandats, les mesures qui garantissent l'indépendance de la justice ou l'association des partenaires sociaux aux politiques publiques. Mais d'autres questions se posent : sur la place des citoyens dans le débat politique, à travers notamment le référendum d'initiative populaire ; sur les contrepoids démocratiques, à travers par exemple une réévaluation du rôle du Parlement...

 

Cela ressemble à la VIe République que vous réclamez depuis dix ans, et pour laquelle Eva Joly et Jean-Luc Mélenchon appellent à manifester à l'occasion du premier anniversaire de l'élection de M. Hollande... Sur ce point mes convictions sont intactes. Mais je laisse le soin au président de prendre de telles initiatives. La seule chose que je peux dire est que la question se posera.

 

Voir aussi Le Point, 10 avril 2013 : Le débat sur l'austérité mérite lui aussi la transparence

Pour Hervé Gattegno, on aurait tort de prendre les déclarations de Montebourg pour une saillie de plus. Il postule au poste de Premier ministre.

Colloque mondialisation Montebourg JPC 300811 007 TDe fait, Arnaud Montebourg se situe dans la perspective de l’autre politique que le président de la République devra mettre en œuvre quand celle-ci aura échoué. C’est pourquoi il était resté au gouvernement fin 2012 après avoir été désavoué par le Premier ministre, au moment des décisions concernant le site de Florange. A noter qu’il y a une continuité dans ses intentions. Voir Primaire PS : Montebourg emprunte une voie nouvelle, porteuse d'avenir - 9 octobre 2011. Extrait. Photo : Arnaud Montebourg, au côté de Jean-Pierre Chevènement, le 30 août 2011, à Paris, lors du colloque "Mondialisation".

Arnaud Montebourg veut rassembler la gauche sur de nouvelles bases - 20 novembre 2010 (résumé de son intervention lors de l’université d’été du MRC en septembre 2009 à Toulouse). 

 

Après le 21 avril 2002, il fallait reconstruire le socialisme, le monolithisme de la pensée du PS devenant dangereux. Il y eut le débat sur la position à prendre au référendum européen le 29 mai 2005. Au Parlement européen, les élus socialistes français s’alignaient sur le Parti Socialiste Européen (PSE), favorable dans tous les pays à la dérégulation.

Le PS présentait comme positif tout ce qui, dans les décisions internationales, allait dans ce sens. Pendant dix ans, il a été impossible de faire bouger le PS sur le libre-échange. La défaite de 2007 a eu un coût énorme pour la gauche.

Sarkozy a pu réconcilier la droite avec les couches populaires. Nous avons une société extrémiste, barbare. Que faut-il faire ? On ne le sait pas encore. Mais, dans les composantes de la gauche, il y a les éléments de renouvellement de l’offre politique. Il manque celui qui tiendra la plume. Comme Jean-François Kahn, je rends hommage à Jean-Pierre Chevènement (…).

Par le rassemblement de la gauche, il faut viser à transformer le système productif et la manière de vivre, en réunifiant les couches sociales sur la base de l’intérêt général et en mettant à contribution les multinationales.

La mondialisation, qui est une dérégulation, spolie nos intérêts industriels, avec des conséquences sur les couches populaires, qui s’éloignent de nous.

Il faut aller vers des reconstructions originales, prenant appui sur l’internationalisme des travailleurs. La question européenne est centrale. Ce n’est plus seulement la question du oui ou du non de 2005. Je suis contre l’élargissement à la Turquie et à d’autres pays. Ce qu’il faudrait, c’est un gouvernement mendésiste qui s’appuie sur les citoyens. La France a des ressources politiques. Elle se relèvera par la démocratie. Comment sortir de ce bourbier ? L’euro survivra-t-il ? L’européen que je suis est inquiet (…).

 

Ce que le président de la République garde en réserve, c’est l’autre politique de Jean-Pierre Chevènement que Montebourg et Gallois pourraient mettre en œuvre, le moment venu.

 

A noter qu’un économiste allemand, Heiner Flassbeck (voir, en anglais Heiner Flassbeck: Is Mercantilism Doomed to Fail? 2/5), ne cesse de contester les politiques d’austérité. Extrait de cet article (l’Humanité, 25 octobre 2011) : Heiner Flassbeck « Sans rééquilibrage, l'euro ne survivra pas

 

Le prétendu remède est donc en fait en train de tuer le malade ?

Heiner Flassbeck. Exactement. Le surendettement des États n’est pas la cause mais la conséquence de la crise d’un système bancaire inepte. C’est ce système qui a provoqué le surendettement des États. Et si l’on veut agir à la racine du mal, il faut donc se pencher sur ce système-là. Mais ça, personne ne l’a fait. Depuis quinze jours on ne parle plus que de sauvetage des banques en Europe. Il faut se demander pourquoi cette question émerge à nouveau avec autant de force. Les bulles spéculatives sur les marchés des changes, des matières premières et des produits agricoles éclatent les unes après les autres. Et ce sont ces mêmes banques qui les ont fait gonfler. Comme elles l’avaient fait jadis, entre autres avec les titres issus des subprimes.

 

Vous êtes en train de nous dire que tous les ingrédients qui avaient conduit au krach de 2007-2008 sont de nouveau là ?

Heiner Flassbeck. Oui, on y est de nouveau. Et rien n’a été fait pour empêcher les banques de retourner sur ces casinos boursiers. Tout le monde au contraire semblait fier des résultats flamboyants obtenus. Personne n’a voulu tirer la leçon de ce qu’il s’était produit quelque temps plus tôt.

 

N’est-on pas aussi dans le déni des expériences faites en matière d’austérité budgétaire ?

Heiner Flassbeck. Nous avons démontré dans notre rapport de la Cnuced que toutes les politiques de contraction des dépenses publiques (qu’elles aient été conduites par le FMI ou par l’UE) ont provoqué des ralentissements bien plus importants que ce qui était prévu. Il se développe une dynamique néfaste en fin de compte pour l’État qui se met dans des difficultés encore plus grandes. Ce schéma se répète à l’examen de chaque expérience de ce type. C’était tellement patent, par exemple, durant les années où l’on a appliqué de terribles plans d’ajustement structurel aux pays en développement que le FMI lui-même a dû en convenir.

 

Pour l'économiste Heiner Flassbeck, l'Allemagne n'est pas le modèle à suivre (europaforum, 9 février 2012)

 

Cet article est le 118ème paru sur ce blog dans la catégorie France et Europe

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans France et Europe
commenter cet article

commentaires