Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 23:51

Ce musée n’aurait pas existé sans sa persévérance

 

Etait-ce par hasard que Robert et Lise Tatin, en 1962, avaient acheté un terrain et une maison à proximité des fermes de la Frénouse à Cossé-le-Vivien, en Mayenne ? Pas vraiment, car Robert connaissait ce lieu depuis longtemps, dans le cadre de son activité professionnelle initiale d’artisan. C’est ce que m’a dit Lise, samedi 16 février, lors d’une visite du musée* en sa compagnie. Elle avait accepté d’être notre guide, pour le plus grand plaisir de notre groupe.

 

* Rappel : Bienvenue sur le site officiel du musée Robert Tatin  

Le musée Robert Tatin à Cossé-le-Vivien est une oeuvre à part entière - 1er janvier 2012

Robert Tatin, auteur du musée de Cossé-le-Vivien, artiste hors dogmes - 20 juillet 2012

 

Marie-Helene-et-Zik-StB-16-170213-008-T.jpgLe musée Robert Tatin est une « Maison des Illustres » (Le Courrier de la Mayenne, 14 février 2013)

 

Evénement exceptionnel samedi dernier, le ministère de la Culture décernait officiellement le label « Maison des Illustres » au musée Robert Tatin. Cette distinction est réservée aux lieux habités par des artistes qui se sont illustrés dans l’histoire politique, sociale, culturelle, de la France.

« Ces maisons conservent et transmettent la mémoire de femmes et d’hommes qui les ont habitées ». C’est le cas de la « Maison des Champs » de la Frénouse qu’a habitée Robert Tatin.

« Sa femme Lise Tatin y est bien sûr associée », a souligné le sous-préfet, Jérôme Harnois, qui a fait l’éloge du lieu dans son discours : « Au milieu de nulle part, le musée Robert Tatin est atypique et inclassable. Il est pour moi un lieu d’inspiration. Il est géré par une équipe passionnée qui organise notamment d’excellentes visites. Ceci pendant 330 jours par an. Environ 20 000 visiteurs sont enregistrés chaque année. Ce label est attribué à des lieux dont les objectifs ne sont pas uniquement commerciaux. Et c’est évidemment le cas du musée Robert Tatin en raison notamment de la forte implication pédagogique auprès des scolaires ».

 

Joseph Louapre, maire de Cossé-le-Vivien, a salué « la compétence de l’équipe du musée et l’excellent travail de son adjointe à la culture, Monique Segers, qui ne ménage pas ses efforts pour la promotion du lieu ». Intarissable sur Robert Tatin et son œuvre, le directeur du musée Bruno Godivier a expliqué l’intérêt de ce label : « Né il y a deux ans, ce label national est pour nous la reconnaissance du lieu. Il est une valeur sûre pour l’avenir du musée. Il apporte la reconnaissance de l’Etat envers un artiste hors norme et qui a marqué son époque ».

 

Contre toute attente, Lise Tatin est intervenue courageusement en fin de cérémonie pour faire part d’un certain mécontentement. « Je déplore l’attitude de la municipalité de Cossé qui n’a pas jugé bon de me consulter pour ce projet. Par ma présence ici, je souhaite démontrer que je suis toujours vivante et en pleine possession de mes moyens mentaux et physiques », a-t-elle lancé, créant un certain trouble (…).

 

Voir aussi : Musée Robert Tatin : troisième « Maison des illustres » en Pays de la Loire (Groupe PS, Conseil régional des Pays de la Loire, 11 février 2013). Andrée Gaudoin, conseillère régionale, a dévoilé la plaque « Maison des illustres » pour le Musée Robert Tatin à Cossé-le-Vivien (53).

(…) Au travers de sa « Maison des champs », Robert Tatin a voulu créer le carrefour de toutes les civilisations, et a construit un pont entre l’Orient et l’Occident. Un symbole d’apaisement et de respect  mutuel qui prend une résonance particulière à l’heure où l’intolérance et le repli sur soi guettent.

En accompagnant l’aménagement des alentours du Musée (100 000 euros), le Conseil régional poursuit la valorisation d’un site emblématique devant être à la portée de tous, suscitant la réflexion, favorisant l’accès à la culture, et le bien vivre ensemble.

Parce que la culture et les arts sont des éléments forts de la vie sociale, le label « Maison des illustres » apportera une visibilité plus importante à ce Musée Craonnais et fera connaître Robert Tatin au-delà des frontières mayennaises (…).

 

Cossé-le-Vivien (Sud-Mayenne) : le musée Robert Tatin labellisé « maison des Illustres » (Ouest-France, 3 avril 2012). Dirigé par Bruno Godivier, le musée Robert Tatin à Cossé-le-Vivien vient de recevoir le label « Maison des Illustres ». C’est le premier site à être ainsi distingué en Mayenne.

« C’est la reconnaissance d’un lieu mais aussi de la qualité du travail mené », résume Bruno Godivier, directeur du site. Ce label est accordé pour 5 ans par le ministère de la Culture et de la communication à la « Maison des champs » dans laquelle l’artiste a vécu de 1962 à 1983.

 

Comme l’a dit le directeur du musée, le label est « la reconnaissance d’un lieu mais aussi du travail mené. C’est la « reconnaissance de l’Etat envers un artiste hors norme et qui a marqué son époque ».

On peut s’étonner que cette reconnaissance n’associe pas Lise Tatin, qui joua un rôle déterminant dans la réalisation de cette œuvre. Sans elle, Tatin n’aurait pas eu la force mentale et physique de créer ce musée. La municipalité de Cossé-le-Vivien ferait bien d’y réfléchir et de se comporter plus humainement vis-à-vis d’elle. Si elle ne s’y résout pas, le mieux serait de placer ce musée sous la tutelle du Conseil général de la Mayenne. 

 

Voir les réalisations de Lise Tatin sur les sites : Mairie de la Chapelle Craonnaise - Lise TATIN et Lise Tatin - Visite de Laval

 

En 2002, Lise Tatin, veuve de l'artiste Robert Tatin, a réalisé douze sculptures en béton polychrome de 2m à 2,50m de hauteur, évoquant les douze mois de l’année, et les a offertes à la communauté de communes de Cossé-le-Vivien, ville où se trouve le musée Robert Tatin.  

 

 

Cet article est le 14ème paru sur ce blog dans la catégorie Culture langue medias histoire

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires