Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 22:58

Pétition de Plateforme Française Souveraineté Alimentaire

 

A l'appel des organisations suivantes : Amis de la conf', Amis de la Terre, Artisans du Monde, Attac, Confédération paysanne, Fondation Pierre Rabhi, Peuples Solidaires-Action aid, Terre et Humanisme, le collectif pour la souveraineté alimentaire propose une pétition pour une PAC répondant aux exigences sociales, écologiques et territoriales.

 

Cette Pétition est adressée aux députés européens qui voteront le 13 mars 2013 à Strasbourg*, notamment Éric Andrieu, Jean-Louis Cottigny, Sylvie Goulard, Corinne Lepage, Patrick Le Hyaric, Jean-Luc Mélenchon, Michel Dantin, Joseph Daul, Alain Lamassoure, José Bové, François Alfonsi.

 

Le projet de réforme de la Politique agricole commune (PAC), prochainement soumis au Parlement européen, n’apportera pas de changement à notre agriculture et notre alimentation, ainsi qu’à celles des pays du Sud, sans une forte mobilisation des citoyens. Les députés européens s’apprêtent à voter un texte ne remettant pas en cause les graves inégalités causées par la PAC, la perte de l’emploi paysan et la standardisation de notre alimentation.

 

La PAC actuelle conduit notamment à :

- de grandes disparités de revenu entre les producteurs, les grandes exploitations bénéficiant de rentes totalement injustifiées ;

- une forte incitation à l'agrandissement et à la spécialisation des exploitations les plus aidées, avec davantage de pollution et moins d'emplois ;

- des difficultés grandissantes pour les exploitations petites et moyennes diversifiées, pratiquant l'agriculture paysanne et durable ;

- une concurrence déloyale des produits agricoles européens subventionnés sur les marchés des pays du Sud, qui entraîne la ruine des agricultures familiales locales

- une production alimentaire de plus en plus industrialisée avec une alimentation de plus en plus standardisée.

 

Nous refusons l’agriculture productiviste et une politique de l’Union européenne au bénéfice de l'agrobusiness, ne répondant pas aux exigences sociales, écologiques et territoriales et se perpétuant au détriment de l’agriculture paysanne et d’une alimentation de qualité.

 

Au contraire, nous exigeons d'aller vers un système fondé sur :

• des prix rémunérateurs (couvrant les coûts de production), avec des soutiens plus justes et liés à des pratiques exigeantes sur les plans social et écologique,

• la maîtrise et la répartition des volumes, dans le cadre d’une politique d’intervention, de régulation et de protection aux frontières,

• l’interdiction de toute forme de dumping.

 

Nous exigeons une politique agricole et alimentaire favorisant la mise en oeuvre concrète d'une souveraineté alimentaire mondiale :

• une alimentation de qualité accessible à tous,

• le maintien et à l’installation de paysans nombreux sur des exploitations diversifiées,

• une agriculture paysanne et durable,

• la préservation de la biodiversité et de l’environnement,

• la vie dans les territoires.

 

Aujourd'hui, il s'agit d'obtenir une réforme allant dans ce sens et comportant notamment :

• un plafonnement, obligatoire pour tous les états membres, des aides par exploitation à 100 000€ maximum ;

• une convergence obligatoire, rapide et complète des aides par hectare au sein de chaque Etat-membre en 2020, permettant un rééquilibrage et une meilleure équité des aides ;

• un soutien spécifique, obligatoire et significatif aux petites fermes, s’ajoutant aux aides directes de la PAC ;

• un maximum d'aides couplées aux quantités produites et ciblées aux productions fragilisées ;

• une obligation de rotation avec au moins 3 cultures différentes dont une culture légumineuse pour améliorer la fertilité des sols et contribuer à l’autonomie protéique de l’Europe ;

• un deuxième pilier de la PAC avec un budget revalorisé et une réelle vocation de développement rural : il doit conforter le dynamisme social et économique des territoires ainsi que la cohérence environnementale des systèmes de production. Aucun système assurantiel ne doit être financé dans le 2e pilier ;

• un débat public européen sur les conséquences de la suppression des outils de maîtrise des productions (quotas laitiers notamment) et de régulation publique des échanges.

 

Vous pouvez signer cette pétition en cliquant ici.

* La Pac 2014 au Parlement européen - Mobilisation à Strasbourg des partisans d'une Pac « équitable » et « légitime » (La Lettre Agrisalon, 11 mars 2013)

La plateforme Arc2020 composée de 120 organisations, mobilise à Strasbourg ses troupes pour défendre une Pac « plus équitable, plus verte et plus locale ». Selon la Coordination Européenne Via Campesina (Ecvc), se joue en effet mercredi 13 mars, la légitimité sociale de la Politique agricole commune.

A 15h30, mardi 12 mars, les députés sont invités à partager un bol de soupe avec les militants d'Arc2020 (1) réunis devant le Parlement européen (PE) avant les ultimes débats en plénière sur la réforme de la Pac. « En réaction au vote désastreux de la commission agricole du Parlement européen en janvier dernier, Arc2020 a lancé la campagne "Go Meet A Deputy !" dont l'objectif est de rencontrer un maximum de députés européens avant le vote de la réforme de la Pac le 13 mars 2013. ». L'invitation à partager un bol de soupe est l'évènement clé de la "Disco Soupe" (cuisine en plein air et musique live) organisée par Arc2020 dès 9h30 mardi 12 mars devant le PE.

Y participeront évidemment des membres d'Ecvc (Coordination Européenne Via Campesina) dont sont membres en France la Confédération paysanne et le Modef. Pour Ecvc, à travers le vote de cette réforme, c'est la légitimité sociale de la Pac qui est en jeu.

Les revendications d'Ecvc

Selon la Coordination, « les chances de survie des petites et moyennes exploitations paysannes en Europe, qui sont à la base de la sécurité alimentaire, de l'emploi, de l'installation de jeunes agriculteurs et de la vitalité des territoires ruraux européens, dépendront de ce vote. »

Aussi, « la légitimité sociale de la Pac, demandée par les citoyens européens, pourra se réaliser si une majorité de députés européens se prononce en faveur de la baisse du plafonnement des paiements directs par exploitation, d'une surprime aux premiers hectares et d'une prime obligatoire pour les petites exploitations à 1.500 € ».

Ecvc milite aussi en faveur du couplage des paiements directs à la production et d'une rotation réelle des cultures, avec au moins une culture de protéines. Enfin, en dehors de l'agriculture biologique, aucune autre certification ne doit dispenser du verdissement.

(1) Arc2020 est une plateforme rassemblant plus de 120 organisations européennes d'environnement, de développement et de réseaux agricoles et ruraux, qui travaillent ensemble pour une Pac plus équitable, plus verte et plus locale et ce dans le cadre de la campagne “Good Food Good Farming”. Cette campagne a commencé en septembre 2012 avec la “Good Food March”, quatre caravanes qui ont sillonné huit pays en Europe avant de converger le 19 septembre 2012 à Bruxelles pour demander une autre Pac.

Cet article est le 379ème publié sur ce blog dans la catégorie AGRICULTURE et PAC. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans AGRICULTURE et PAC
commenter cet article

commentaires