Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 21:03

Les axes d’une politique de l’emploi et du travail

 

« Nous militons pour une République sociale. Le social doit être au cœur du projet de la gauche ».Ce titre de l’article paru sur ce blog le 30 septembre (voir Michel Sorin (MRC) : le social doit être au coeur du projet de la gauche) résumait notre volonté de mettre le travail, l’emploi, le social, au premier rang des préoccupations de la gauche.

 
Nous avons la satisfaction de retrouver ces préoccupations dans l’exposé de Patrick Quinqueton, l’un des « poids lourds » de la direction du MRC, chargé notamment du Projet et des prises de position de notre parti, qui représentait le Mouvement Républicain et Citoyen, hier, lors de la journée de débat et de propositions organisée par le Parti socialiste, avec l’ensemble des partis de gauche et des syndicats.



Patrick Quinqueton, le 5 septembre 2009,
lors de l'université d'été du MRC, à Toulouse
.



Les axes d’une politique de l’emploi et du travail


 

 

1 – Une politique européenne favorable à l’emploi

  • Réglementer les produits financiers opaques, à l’origine de la crise financière.
  • L’Europe doit lutter contre le dumping monétaire, social et environnemental.
  • Cela rend nécessaire un protectionnisme européen raisonnable (il y a des intérêts européens à protéger, il faut s’en donner les moyens, les pays émergents l’ont bien compris), par des moyens simples comme des normes, des droits, des montants compensatoires, etc.
  • La politique de la concurrence doit prendre en compte la concurrence faussée par le taux de change, par la faiblesse de la protection sociale, par l’absence de respect de l’environnement.
  • Une politique monétaire favorable à la croissance (c’est-à-dire un nouveau système de parités encadrées permettant une stabilisation du rapport dollar – euro – yen – et yuan).
  • Un véritable gouvernement économique de la zone euro doit être mis en place, car il est le seul à pouvoir faire de l’emploi un des objectifs de la politique économique.

2 – Une politique industrielle nouvelle et efficace

  • Des éléments existent, comme la mise en place de pôles de compétitivité, auxquels certains conseils régionaux de gauche ont contribué fortement depuis quelques années. Les régions doivent continuer de s’investir davantage dans la politique industrielle.
  • Il faut reconstruire un lieu d’initiative de l’Etat (un ministère de l’innovation), qui impulse, anime et appuie les initiatives structurées de nature à créer les emplois de demain.
  • Elle doit aussi être l’affaire des partenaires sociaux : une position commune avait été adoptée il y a quelques années, restée malheureusement sans suite. Les organisations professionnelles et syndicales ne découvrent pas les problèmes quand il y a un sinistre industriel. La négociation sociale doit exister sur ce sujet sur la longue durée. Leur association dans le FSI ne doit pas être de pure forme : une évaluation en est nécessaire.

3 – Une sécurité sociale professionnelle

  • Il est important de rendre la mobilité inévitable des salariés compatible avec la sécurité de leur situation sociale, professionnelle, personnelle et familiale.
  • Dans ce domaine, il y a lieu d’observer de près les balbutiements que sont les accords nationaux interprofessionnels qui mettent en place des systèmes de portabilité, notamment en matière d’affiliation à une prévoyance santé et de droit individuel à la formation.
  • De même, il y a lieu de suivre de près le contrat de transition professionnelle, qui va aussi dans ce sens mais est actuellement ciblé sur les zones de fortes restructurations.
    C’est un système plus englobant auquel il nous faut réfléchir.
  • Le lancement difficile de Pôle Emploi en période d’explosion du chômage, à partir dune bonne idée, ne doit pas nous résigner à ce que le SPE soit inefficace. Des régions, des professions, des institutions diverses prennent des initiatives pour des contacts plus directs entre entreprises et demandeurs d’emploi (forums des métiers et de l’emploi). Cela va dans le sens d’une sécurité sociale professionnelle.

4 – Les limites des emplois aidés de droit ou de fait

  • Le journal « Marianne » de cette semaine titrait ainsi un de ses articles «Vous avez aimé les emplois jeunes vous aimerez les emplois vieux».
  • La logique des emplois aidés à statut spécifique et avantage juridique et financier pour l’employeur doit être entièrement revue. L’expérience des emplois jeunes montre que cela marche bien en période de croissance, mais est peu utile en période de récession.
    L’addition des systèmes finit par créer une énorme trappe à bas salaires : les contrats aidés pour l’insertion des jeunes, les aides à l’activité des bénéficiaires du RSA, la possibilité de cumul emploi retraite, la prime pour l’emploi, etc (exemple donné du prospectus distribué par une entreprise de distribution de journaux et catalogues, d’adressant aux différents publics à raison des aides dont ils bénéficient pat ailleurs).
  • Il nous faut sur ce plan être beaucoup plus sélectifs dans les aides publiques et éviter que les emplois aidés soient nécessairement sous des statuts précaires.

5 – Un véritable statut du travail

  • Le consentement à la dissociation entre travail et activité est dangereux. Il est à la fois le fait d’une partie de la droite (pour des raisons de soit-disant inemployabilité de certaines personnes par les entreprises) et d’une partie de la gauche (pour des raisons compassionnelles mais somme toute assez proche de difficultés d’insertion de certains publics fragiles).
  • C’est au contraire le statut du travail dans nos sociétés qui doit être renforcé. La bulle financière a pu longtemps donner le change : on pourrait gagner sa vie en ne travaillant pas. Mais ce n’est pas vrai pour la grande majorité de la population.
  • Il s’agit aussi de poser la question politique du stress au travail. La multiplication des suicides à France Télécom ne doit pas être appréciée de façon compassionnelle. Le passage du salarié d’une obligation de moyens à une obligation de résultat (alors même qu’il ne les maîtrise que très partiellement) remet en cause le fondement même de la relation de travail.
  • Le nécessaire statut du travail passe sans doute par une clarification des droits et obligations des employeurs et des salariés, en évitant un certains nombre de seuils. La complexité du droit du travail conduit à des contentieux indemnitaires nombreux et coûteux. Simplifier et renforcer le droit du travail est un objectif possible.

Voir aussi La question salariale pourrait fédérer un mouvement social éclaté (Le Monde, 8 octobre).

 

Le mal être du monde du travail en France, le désespoir qui gagne un grand nombre de salariés, sont des faits incontestables que la gauche doit prendre en compte au moment de préparer le projet politique qu’elle présentera aux citoyens dans deux ans.

 

Les syndicats et le mouvement social sont dans l’attente de débouchés politiques aux luttes qui sont menées, dans des conditions difficiles, sur le terrain. C’est le travail de la gauche. Espérons qu’elle sera à la hauteur des aspirations, profondes et intenses, qui montent vers elle.

 

Cet article est le 61ème paru sur ce blog dans la catégorie Travail Economie.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
<br /> Intéressant. Attention à ne pas glisser du refus du dumping social et environnemental au protectionnisme. Il faut sans doute aussi revoir certains éléments du code du travail (à négocier entre<br /> partenaires sociaux), et développer la flexi-séurité.<br /> <br /> <br />
Répondre