Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs, qui n'est plus membre du MRC depuis 2015. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En 2022, le MRC est devenu membre de la Fédération de la Gauche Républicaine avec quatre autres organisations politiques.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 21:44

La spécificité centriste mayennaise battue en brèche ?

 

Excellente initiative de Jean-Yves Delort, journaliste, ancien rédacteur en chef de l’hebdomadaire « Le Courrier de la Mayenne », qui a planté le décor de l’élection présidentielle en Mayenne. Cela permettra, le 22 avril, dès connaissance des résultats, de comparer avec 2007 et avec les prévisions.

Voici ce texte, dans lequel Jean-Yves Delort commence par faire le point sur les visites en Mayenne des candidats ou leurs proches pendant cette période préélectorale.

 

L’élection présidentielle et la Mayenne : quel tiercé et dans quel ordre ?

Il est bien difficile de savoir si la campagne électorale pour l’élection présidentielle de dimanche prochain a intéressé les Mayennais. Et s'ils seront nombreux à se rendre aux urnes dimanche prochain 22 avril...

On a vu passer dans le département plusieurs candidats : François Hollande a tenu un meeting fin février à l'heure du déjeuner à la salle polyvalente de Laval et a réuni près de 2.000 personnes. Il est également venu à Rennes pour un débat de portée nationale avec Ségolène Royal. François Bayrou a aussi fait une visite en Mayenne et tenu plusieurs débats à Angers, Nantes... Le candidat Nicolas Sarkozy n'est pas venu en Mayenne mais il s'était rendu comme Président de la République à Changé pour parler environnement le 20 octobre 2011. Eva Joly est venue à Grez-en-Bouère sur le site de l'entreprise Aprochim. Marine Le Pen avait entamé sa campagne pour les présidentielles à Vaiges à la mi-septembre 2011. Le département a même vécu les visites de Jean Pierre Chevènement en novembre et de Dominique de Villepin en février dernier alors qu'ils envisageaient encore d'être candidats avant de renoncer. A cela s'ajoutent des visites ministérielles à forte connotation politique : Nora Bera, secrétaire d'état auprès du ministre du travail ou Valéry Pécresse, ministre du budget et porte-parole du gouvernement à Ernée. Un meeting pour le Front de gauche a fait salle comble au Vieux Château de Laval. Différentes réunions électorales délocalisées ont aussi été tenues par des responsables politiques et élus locaux. Et des militants, surtout à gauche, se sont retrouvés sur les marchés pour distribuer des tracts...

Difficile de savoir si cette mobilisation aboutira à une forte mobilisation dimanche prochain ; la plupart des médias nationaux laissent entendre que l'abstention pourrait être forte. L'effet "vacances scolaires" ne devrait pas jouer puisque les écoliers mayennais reprennent leur cours lundi prochain. Les jeunes seront-ils au rendez vous électoral ? On les a peu vus durant cette campagne électorale mayennaise.

Il y a cinq ans, le 22 avril 2007, la Mayenne avait voté à plus de 87%, dépassant assez largement le résultat national ; on peut craindre que la participation soit moins forte dimanche prochain. Il y a aussi de fortes chances que les résultats du premier tour de 2007 soient profondément modifiés. Nicolas Sarkozy était arrivé largement en tête avec 32% des suffrages devançant François Bayrou (23%) et Ségolène Royal (22%). Il était en tête dans 230 communes sur 261. Même si le centrisme reste toujours fortement implanté en Mayenne, François Bayrou pourra t-il conserver la seconde place ? Cela semble difficile. En avril 2007, la Mayenne était le troisième département de France pour le vote centriste.

Placé en tête de presque tous les sondages nationaux depuis six mois, François Hollande fera certainement mieux que son ex-conjointe en 2007. Il y a 5 ans, Ségolène Royal était arrivée en tête à Mayenne et Laval (31%) et dans treize autres communes. Depuis cette date, Guillaume Garot a fait passer à gauche la mairie de Laval et la première circonscription pour les législatives ; la mairie d'Evron a aussi changé d'étiquette ; cela peut avoir une influence.

On peut penser que François Hollande passera au moins à la seconde place dimanche soir dans le département.

La droite classique n’opposant aucun adversaire à Nicolas Sarkozy (à l’exception de Nicolas Dupont-Aignan), le candidat-président de la République pourrait bien se retrouver en tête des suffrages dimanche soir comme il y a cinq ans. Subira t-il un phénomène de rejet ou de lassitude ? Possible. Pendant cette campagne électorale plutôt calme à droite, les militants ont paru soudés derrière leur candidat.

Les deux autres prétendants à droite et à gauche, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, interviendront-ils de façon significative dans le vote des mayennais ? En 2007, Jean-Marie Le Pen n’avait récolté que 7% des suffrages. A l’extrême gauche, le vote Mélenchon sera certainement inférieur au score national, la Mayenne n’ayant jamais opté pour un vote protestataire de gauche ; lors de la dernière présidentielle, Olivier Besancenot avait obtenu 4% des suffrages ; José Bové 1%, Marie-George Buffet et Gérard Schivardi moins de 1%. Les électeurs mayennais ont toujours préféré le vote “utile“ au vote “protestataire“. Le résultat d'Eva Joly risque également d'être faible en dépit de son passage en Mayenne.

Dans une élection présidentielle que beaucoup d’observateurs estiment jouée à l’avance, les électeurs mayennais, dans le secret de l’isoloir, conforteront-ils des pronostics logiques ou choisiront-ils le non-conformisme ?

 

Les chiffres de 2007 en Mayenne : Nicolas Sarkozy : 32,12% ; François Bayrou : 23,59% ; Ségolène Royal : 22,63% ; Jean-Marie Le Pen : 7,56% ; Olivier Besancenot : 4,11% ; Philippe de Villiers : 3,19% ; Dominique Voynet ; 1,88% ; José Bové : 1,33% ; Arlette Laguiller : 1,27% ; Frédéric Nihous : 1,15% ; Marie George Buffet : 0,89% ; Gérard Schivardi : 0,27%.

 

Les 10 candidats en 2012 : Nathalie Arthaud, François Bayrou, Jacques Cheminade, Nicolas Dupont-Aignan, François Hollande, Eva Joly, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou, Nicolas Sarkozy.

 

Cet article est le 40ème paru sur ce blog dans la catégorie Présidentielle 2012

Partager cet article
Repost0

commentaires