Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 21:04

Revenir à ce qui fait la force du modèle français

 

Après avoir présenté l’ensemble du projet (voir 28 février 2010 - Le MRC prépare un programme de Salut public pour la présidentielle) qui fera l’objet d’un débat lors de la prochaine réunion du Conseil national du MRC le 28 mars, voici la 3ème partie du document proposé aux militants.

 

Rassembler les Français autour d’un projet pour la France

 

Il est temps de retrouver des motifs de vivre ensemble dans le monde d’aujourd’hui, de trouver une signification nouvelle au « modèle français ». Nous devons nous appuyer, à l’intérieur et à l’extérieur, sur la capacité propulsive de la Révolution française, et notamment de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Elle se prolonge des meilleurs apports du mouvement ouvrier et des idéaux progressistes qui ont inspiré le programme du Conseil National de la Résistance. Il est temps de sortir du discours prétendument « citoyen » infantilisant pour reconnaître les citoyens comme véritablement souverains. L’identité nationale, c’est l’identité républicaine de la France.

 

21 – Les services publics, outil de l’intérêt général 

Il nous faut sortir de la seule La nécessaire « défense des services publics » ne suffit pas. C’est à une véritable refondation qu’il faut procéder. Certains besoins pourraient être mieux satisfaits dans une logique de service public (eau, internet, par exemple). Il est indispensable de trouver les modalités spécifiques de densification des services en milieu rural, dans les zones périurbaines et dans les banlieues dégradées. La régulation des tarifs et des services offerts par les opérateurs publics comme par les opérateurs privés chargés d’un service public est une prérogative de la puissance publique, que celle-ci doit exercer.

 

22 – La laïcité, instrument adéquat de la lutte contre les discriminations 

Seules des politiques nationales actives, attaquant les inégalités à raison des quartiers d’habitation et à raison des revenus des familles, peuvent assurer l’égalité des chances et sortir de la multiplication des recours contentieux anarchiques contre les discriminations. La laïcité doit être mise en œuvre fermement et généralement dans la sphère publique. Elle implique le respect de la diversité des pratiques religieuses comme du doit d’être athée ou agnostique. Toutes les formes d’obscurantisme, les revendications historiques communautaires, comme l’instrumentalisation de l’identité nationale, doivent être fermement combattues. La recherche et l’enseignement de l’histoire, des sciences et de la philosophie, seront renforcés en ce sens. L’application de la loi de 1905 sera pleine et entière.

 

23 – Un impôt franchement redistributif et assumé par tous 

Il s’agit d’élargir les bases d’un impôt sur le revenu véritablement progressif, avec mensualisation obligatoire ou retenue à la source, en supprimant tout bouclier fiscal. Mais il nous faut aussi utiliser spécifiquement les impôts sur la dépense pour orienter la production vers les biens durables et les économies d’énergie. Et cibler davantage les impôts sur la rente et sur la fortune, notamment par un rétablissement de l’imposition des plus grosses successions. L’équilibre entre contributions et cotisations sociales doit être revu, pour favoriser les revenus du travail sur ceux de la rente.

 

24 – La sécurité publique pour tous les citoyens 

La justice et les forces de police doivent être au service de tous les citoyens. Cela implique une réelle démocratisation de la justice, avec un équilibre entre les droits de la société et les droits de la défense. Il faut sortir de l’acquiescement à l’existence de zones de non-droit et à une action discriminatoire de fait. Cela passe par une action résolue de proximité et par une meilleure légitimation des forces de l’ordre. La sécurité de tous passe par la prévention autant que possible, la dissuasion certainement, et la répression autant que nécessaire.

 

25 – Un nouveau dynamisme démocratique 

Une réforme constitutionnelle n’est pas centrale, même si la concentration excessive du pouvoir dans les mains du Président comporte de sérieux inconvénients. Sans doute la renonciation au droit de dissolution et l’introduction d’une part de proportionnelle dans l’élection des députés donneraient-elles un peu d’air à nos institutions. Mais c’est d’abord dans l’usage des institutions qu’il nous faut impulser du neuf, avec la séparation des medias d’avec les grands groupes industriels, des moyens pour la presse critique à publicité limitée, l’obligation d’un compte rendu public et contradictoire de mandat électif, une réforme du financement des partis qui permette de réintroduire un certain pluralisme.

 

26 – Des collectivités locales, parties prenantes de la puissance publique 

S’il y a matière à évolution, ce n’est pas par la réduction du nombre de collectivités, c’est dans les rôles respectifs des différentes collectivités. Le mode d’élection des élus locaux doit leur assurer une vraie représentativité. La décentralisation ne doit pas être le prétexte au désengagement de l’intervention publique. La capacité légale et financière d’intervention des collectivités territoriales doit être sauvegardée. Pour limiter le cumul, il faut rendre toutes les indemnités d’élus publiques et imposables dans les mêmes conditions que les autres revenus.

 

27 – Un nouveau service civique, qui rassemble les jeunes de chaque génération 

En partant des expériences actuelles diverses (volontariat associatif, chantiers de jeunes bénévoles, dispositif défense deuxième chance, préparation de la réserve, initiatives pour les jeunes des DOM, volontariat civil, services militaires courts, jeunes sapeurs pompiers, volontaires internationaux, etc.), mettre en place progressivement un nouveau service national universel et obligatoire, qui sollicite pour une durée conséquente toute une génération pour des activités nobles, formatrices et socialisantes, au service de l’intérêt général.

 

28 – L’école pour tous, outil de savoir et d’émancipation 

L’école de la République est à refonder, autour de sa mission essentielle de transmettre des savoirs et des valeurs. La démocratisation de l’enseignement n’a de réalité que si elle permet la maîtrise par le plus grand nombre de savoirs solides et la faculté d’aller jusqu’au bout de ses possibilités. Il est urgent de redonner aux enseignants la fierté de leur métier.

 

29 – L’égalité entre les hommes et les femmes, un objectif à portée universelle 

Au-delà de la lutte contre les discriminations et à l’égal accès aux mandats politiques, l’égalité entre les hommes et les femmes est un des axes forts de l’émancipation des êtres humains. Des actions doivent être menées avec ténacité contre l’inégalité économique (salaires, statuts précaires, retraites). Les violences faites aux femmes doivent être plus énergiquement combattues. Le droit des femmes à disposer de leur corps doit être clairement défendu.

 

30 – Une sécurité sociale garante de la solidarité nationale 

La question de son financement est d’abord celle des recettes, qui passe par la remise en cause des exonérations de cotisations et l’élargissement de l’assiette aux revenus financiers, en passant de la cotisation à la contribution. La maîtrise des dépenses doit être un choix collectif éclairé par un large débat public et nécessaire sur le rapport entre le niveau des prélèvements et celui des risques couverts. C’est la condition pour développer par ailleurs des réponses aux exigences actuelles de solidarité : la prise en charge plus complète de la dépendance des personnes âgées, du handicap ou des maladies rares ; une véritable « sécurité sociale professionnelle » à partir de l’assurance chômage et du droit à la formation ; le développement des services aux familles.

 

Lire la proposition de programme de salut public du MRC dans le dernier numéro de Citoyens Militants

 

Cet article est le 50ème paru sur ce blog dans la catégorie MRC national.

Partager cet article
Repost0

commentaires