Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 23:52

La France croit-elle à l’avenir de la langue française ?

 

Selon Braudel, la langue française est à 80 % constitutive de notre identité. C’est ce qu’a rappelé Jean-Pierre Chevènement dans son intervention, le 19 juin 2013, au Sénat sur le projet de loi Enseignement supérieur et recherche*. Consulter le dossier législatif et lire les informations sur la Réforme de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Voir Enseignement supérieur : la loi Fioraso adoptée à l'Assemblée (Les Echos, 28 mai 2013).

* Rappel : Projet de loi Fioraso (enseignement supérieur) : porte ouverte à l'anglais - 12 mai 2013.

 

MRC national 002L’intervention du sénateur Chevènement - voir L’ambition ne va pas sans effort - portait sur l’ensemble du projet de loi présenté, au nom du gouvernement, par la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche (voir son blog : Geneviève FIORASO).

 

Voici l’extrait concernant l’introduction de l’anglais à l’université :

 

(…) Je voudrais pour terminer, Madame la Ministre, évoquer le problème de l’introduction d’enseignements en anglais, puisque c’est de cela qu’il s’agit, dans notre enseignement supérieur. Cet enseignement en anglais se fait dès aujourd’hui dans les grandes écoles -vous avez recensé 600 formations - et à l’université-vous en avez dénombré 190 - en parfaite contradiction avec notre Constitution- et pas seulement avec la loi Toubon. On aurait attendu de l’Etat qu’il réagisse. Il ne suffit pas de constater. Il y a là une grave faute du précédent gouvernement. Je souhaite que vous ne vous inscriviez pas dans sa continuité. Il faut distinguer en effet l’attractivité de nos universités et le souci de défendre et promouvoir la langue française, dont Braudel disait qu’elle était à 80% constitutive de notre identité.

L’attractivité de nos universités dépend de nombreux facteurs, à commencer par la politique des visas excessivement restrictive, comme j’ai pu le constater en Russie. Il y a dans ce grand pays 7 millions d’étudiants dont 800 000 apprennent le français. Or nous n’accueillons dans nos universités que 4000 étudiants russes contre 16 000 en Allemagne. Le taux de refus des visas atteint 37% en 2013, deux fois plus que l’année précédente. Nous ne devons pas rougir d’accueillir des étudiants venus du monde arabe et d’Afrique : ces pays connaîtront à leur tour le phénomène de l’émergence, et nous devons les y aider. Ce sera aussi une chance pour la France.

Certes je ne méconnais pas l’intérêt d’attirer des Indiens, des Pakistanais ou des Bangladais. Mais est-ce en organisant des cours en anglais que nous allons inverser les flux ? Je crains bien plutôt qu’en favorisant de trop larges exceptions au principe de l’enseignement obligatoire en français, nous ne donnions l’exemple d’un grand manque de confiance en nous et en l’avenir de la langue française.

Le sabir qu’est l’anglais international favorise l’imprécision des concepts. Même les Britanniques dans nos Congrès scientifiques réclament la traduction simultanée, car ils ne comprennent pas nos chercheurs quand ils croient s’exprimer en anglais. Le français doit pouvoir tout dire.

C’est pourquoi, sans exclure que des formations puissent être assumées dans une autre langue que le français à partir d’un niveau Master, j’ai déposé un amendement visant à restreindre le champ trop large des exceptions faites au principe constitutionnel de l’enseignement en français. J’ai bien noté qu’une mise à niveau en français des étudiants étrangers qui ne pratiquent pas notre langue serait assurée et qu’une « évaluation » serait faite à l’occasion de l’obtention du diplôme. Ce mot d’ « évaluation »est faible. Je préfèrerais qu’un pourcentage soit fixé pour l’enseignement dispensé en français et qu’une épreuve en français figure parmi celles qui conditionnent l’obtention du diplôme.

Ne donnons pas le signe fâcheux que nous ne croyons plus à l’avenir de la langue française. Je sais, Madame la Ministre, que tel n’est pas votre propos. Il ne faut pas polluer un débat essentiel sur l’excellence et l’attractivité de notre recherche et de notre enseignement supérieur par une disposition mal comprise. Il y a un juste équilibre pour permettre de mobiliser sur votre projet et sans restriction, toutes les forces de la France !

 

Voir aussi, dans la Lettre d'information de Mémoire des luttes (n° 33, juin 2013), le texte de Bernard Cassen, écrit le 22 mai 2013 : Soyons résolument « modernes » : des cours en chinois dans les facs françaises !

 

Cet article est le 20ème paru sur ce blog dans la catégorie Culture langue medias histoire

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Patrick25 22/06/2013 03:44


Nous l'avons échappée belle...


Avec tous ces nuls qui nous dirigent, ils auraient tout aussi bien pu voter pour que la langue de bois deviennent reine puisqu'ils la pratiquent si bien...


http://www.amazon.fr/Têtes-à-flaques-ebook/dp/B00A5ZVJIC/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1364388957&sr=8-1


ou sur :


http://www.thebookedition.com/thiellee--patrick-tetes-a-flaques-p-98534.html