Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 22:09

La vraie question, c’est l’Europe qu’il faut réorienter

 

La réforme des retraites ne fait pas l’unanimité des organisations syndicales de salariés (voir Journée de mobilisation pour les salaires, emplois et droits à la retraite - 9 septembre 2013). Pas plus au niveau des partis politiques. Toutefois, la majorité a voté le texte en première lecture à l’Assemblée nationale, le 15 octobre 2013. Voir le dossier et les votes en Scrutin public.

Voir aussi les commentaires du quotidien Le Monde : La réforme des retraites adoptée de justesse à l'Assemblée nationale (JB Chastand, 15 octobre 2013).

 

Les trois députés MRC (apparentés au groupe socialiste, républicain et citoyen) ont voté le texte et expliqué leur vote.

 

Christian Hutin, Député du Nord et Vice-Président du Mouvement Républicain et Citoyen, s'exprimait à la tribune de l'Assemblée nationale dans le cadre de la discussion générale du projet de loi "Avenir et justice du système de retraites", lundi 7 octobre 2013. Voir la vidéo ainsi que le texte de son intervention. Retraites: "une réforme réaliste et progressiste"

 

Jean-Luc Laurent, député du Val-de-Marne et président du MRC, s’est exprimé sur son blog le 15 octobre 2013. Voir Projet de loi retraite: explication de vote. « C’est sans enthousiasme que j’ai voté en première lecture le projet de loi sur l’avenir des retraites ».

 

Université d'été MRC Belfort 15 et 16 09 12 022 TMarie-Françoise Bechtel, députée de l'Aisne et vice-présidente du MRC - ici (photo), avec Jean-Pierre Chevènement, à l'université d'été MRC à Belfort, le 16 septembre 2012 - a exprimé, le 17 octobre 2013, la position du MRC.

 

La question des retraites pose encore une fois celle de l’Europe

 

Une réforme des retraites juste et efficace ne devrait pas se faire dans un contexte d’austérité et de régression de l’emploi. D’abord parce que l’alourdissement des cotisations ajoute aux charges des salariés, même si la loi de finances prévoit de prendre certaines mesures en faveur du pouvoir d’achat : augmentation du point de la catégorie C de la fonction publique, dégel du barème, décote, hausse du revenu fiscal de référence qui permet l’exonération des contributions locales, contrats aidés, contrats d’avenir.

Ensuite et surtout parce qu’une réforme digne de ce nom devrait se faire dans un contexte économique plus favorable puisque c’est l’augmentation de l’activité qui génère des cotisations supplémentaires.

Le MRC et ce, dès l’époque de la gauche « plurielle », s’est prononcé pour une relance de l’activité économique, notamment industrielle, et contre l’euro qui pénalise notre compétitivité, donc nos emplois et nos retraites.

Dans le contexte de la crise économique et des mesures injustes prises sous le quinquennat Sarkozy, nous avons décidé d’apporter notre soutien « les yeux ouverts » à la nouvelle majorité présidentielle pour essayer d’aider à un redressement du pays sans lequel rien ne peut se faire : ni emploi, ni protection sociale, ni maintien des services publics.

Je me félicite que le gouvernement ait renoncé à certaines propositions désastreuses du rapport Moreau en ayant le courage de maintenir les régimes spéciaux, le système de retraite des fonctionnaires, et de prévoir des mesures en faveur des femmes, qui pourront valider plus facilement leur tiers-temps annuel et voir intégrés aux cotisations les trimestres d’interruption dus aux congés maternité. De plus, avec d’autres parlementaires de gauche, nous avons soutenu des amendements élargissant la pénibilité et prévoyant la prise en compte des stages pour les cotisations des jeunes.

 

Mais nous avons conscience que les mesures prises sont loin du compte.

La vraie question, c’est l’activité économique et donc l’Europe. Plus que jamais en effet, une négociation rude et franche avec les autres pays européens et notamment l’Allemagne, qui bloque la sortie de l’Europe de l’austérité programmée, est à nos yeux le préalable indispensable de toute politique économique et sociale. Nous le disons aussi fort que nous le pouvons, dans la mesure de nos moyens, et nous avons fait le pari, chacun s’en souvient, de pousser le gouvernement vers cette réorientation fondamentale de la construction européenne. Pour nous, la seule réponse à la hauteur de la crise financière dont les travailleurs ne sont pas responsables est là.

Renégocier la construction européenne est la condition absolue pour répondre à la crise financière, sortir de l’austérité imposée par l’Europe et maintenir notre modèle social, qui devrait constituer un exemple au lieu d’être montré du doigt par le patronat et les élites bruxelloises.

 

Cet article est le 52ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans Les retraites
commenter cet article

commentaires