Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 23:53

Les écologistes perturbent la sérénité des socialistes

 

La confirmation, le 14 mars, du bon résultat des écologistes aux élections européennes a semé le trouble dans les rangs socialistes, notamment en Ile-de-France, en Rhône-Alpes et en Pays de la Loire, là où les listes « Europe Ecologie » ont réalisé les meilleurs scores.

 

Les « partenaires du premier tour » en ont fait les frais. Car, pour conserver un effectif de conseillers régionaux un peu supérieur à celui de ses concurrents écologistes, le PS s’est servi, oubliant les engagements pris avec le MRC, le PRG et le MUP (Robert Hue, Mouvement Unitaire Progressiste).

 

Ce qui est clair après le premier tour :

-          la défaite de l’UMP (qui devrait être confirmée dimanche),

-          le succès de Europe Ecologie (qui s’annonce durable)

-          le regain du Front National (retour des milieux populaires qui avaient voté Sarkozy en 2007).

 

Les élections régionales prennent le chemin pris par les élections européennes en matière d’abstentions.

Peut-être parce que les citoyens privilégient l’élection présidentielle et les élections municipales et négligent désormais systématiquement les autres. Le haut niveau d’abstention serait alors structurel…

Ce sont les jeunes qui se sont abstenu le plus. Les écologistes en ont bénéficié, leur électorat étant le plus nombreux dans la tranche d’age 50-60 ans. Compte tenu du taux d’abstention, il faut rester prudent sur l’interprétation du résultat de ces élections.

 

Ce qui ressort après les négociations du MRC avec le PS entre les deux tours :

 

L’accord national MRC-PS a été mal respecté dans la moitié des 14 régions concernées.

Le pire a été constaté en Rhône-Alpes (deux positions éligibles remises en cause : Catherine Coutard dans la Drôme* et Thierry Lucas dans le Rhône) et en Pays de la Loire (la position éligible de Christine Meyer repoussée en fin de liste**).

En Ile-de-France, la remise en cause porte sur 3 positions éligibles (sur 10). Cela concerne Aimée Gourdol dans les Hauts-de-Seine, repoussée en dernière position, Eric Ferrand en Seine-et-Marne et Estelle Folest à Paris. Toutefois, la région Ile-de-France devrait maintenir son nombre d’élus (7).

Dans le Pas-de-Calais, la position éligible de Isabelle Péru est supprimée, mais la région Nord-Pas-de-Calais conservera les trois sortants MRC et de bonnes relations avec le PS. A noter la satisfaction de Michel Vignal en Picardie, où tout s’est bien passé.

Dans d’autres régions***, des candidats MRC, qui étaient en position éligible, se retrouvent en position charnière. Dans le Limousin, Patrick Trannoy est en position incertaine, en raison du maintien de la liste du Front de Gauche.

 

Pour le MRC, il est inacceptable que le PS ne respecte pas les accords signés. De plus, ce parti s’est comporté de façon peu honorable (évitement, mauvaise foi, pas de dialogue, pas de réflexion politique). La direction nationale n’a pas d’autorité politique sur les fédérations départementales. Bref, la rénovation du PS n’a rien d’évident.

 

En dehors de l’accord national avec le PS, en Poitou-Charentes, Annie Rousseau, en Charente, se retrouve en position non éligible, sauf en cas de score très élevé (67%, selon Serge Maupouet). En Languedoc-Roussillon, il pourrait y avoir une bonne surprise dans le Gard, la position de Fatima Rag El Hassi pouvant devenir éligible, compte tenu des résultats du premier tour.

 

* Voir PS, Europe Écologie et Front de gauche d'accord, MRC exclu

« Jean-Jack Queyranne n’a pas tenu la parole qu’il nous a donnée », déclare visiblement déçue Catherine Coutard, la chef de file régionale du mouvement chevènementiste. Selon elle, le PS lui avait promis 2 places éligibles au deuxième tour, pour finalement ne lui proposer qu’une 12ème position, non éligible, dans la Drôme, qu’elle a déclinée.


** Voir le site du MRC 44 http://mrc-44.over-blog.com, notamment le Communiqué de Presse et Régionales : le MRC quitte l'alliance PS-Ecologistes.
   
 

*** Voir Régionales : des candidats MRC sont présents dans dix-huit régions - 10 mars 2010.


Cet article est le 26ème paru sur ce blog dans la catégorie
Régionales 2010.

Partager cet article
Repost0

commentaires