Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 23:34

Ce qui a changé : les écologistes et les centristes

 

L’ancien rédacteur en chef du Courrier de la Mayenne a conservé la passion des élections : Jean-Yves Delort m’a transmis ses observations sur la façon dont se présente le premier tour des élections régionales en Mayenne le 14 mars 2010 par rapport à 2004.

Voici le texte de Jean-Yves Delort.

 

Davantage de listes qu'il y a six ans en Pays de la Loire   

A la veille du premier tour des élections régionales, quelles conclusions peut-on tirer de la campagne électorale en Mayenne et quelles comparaisons avec les élections de 2004 peut-on faire ?


D'abord le nombre de listes augmente
: elles étaient six en 2004, elles sont huit cette fois-ci. Mais les listes étaient alors plus nombreuses dans la mouvance centre ou droite (4) qu'à gauche (2) ; il y avait alors une liste UMP, une liste UDF, une liste FN, une liste MNR face à une liste Union de la gauche et une liste Lutte ouvrière.

Cette fois-ci c'est à gauche que l'abondance est la plus forte : deux listes à droite ou au centre* (UMP et Front national) contre quatre listes de gauche* (Union de la gauche, Front de gauche, Europe écologie, Lutte Ouvrière) et deux listes plus difficiles à classer (Modem et Bretagne).

 

Les stratégies sont différentes : du côté de la droite, on a joué l’unité dès le premier tour. Derrière Christophe Béchu, on trouve aussi bien le mouvement de Philippe de Villiers que les centristes de Jean Arthuis. Il y a six ans, Jean Arthuis avait lancé sa propre liste centriste et stigmatisé «l’alliance contre-nature entre l’UMP et les souverainistes».

A gauche les formations qui composaient l’équipe sortante de Jacques Auxiette partent séparément au premier tour : une large partie se rassemble autour du président sortant (PS, PC, radicaux plus des écologistes et le MRC) ; les verts forment leur propre liste ; quant aux communistes, ils sont en partie sur la liste Auxiette et en partie sur la liste anticapitaliste «la gauche vraiment». On verra bien quelle stratégie sera la plus « payante ».

 

Cette élection parait a priori difficile pour le pouvoir en place en France comme celle de 2004 car c’est une élection de mi-mandat présidentiel.

Tous les sondages sont très favorables à la gauche. Déjà il y a six ans, les régionales tombaient à une période difficile pour le gouvernement Raffarin et pour le président Chirac ; la gauche éliminée dès le premier tour aux présidentielles de 2002 voulait absolument prendre une revanche. Jacques Auxiette souhaitait «donner un avertissement au gouvernement».

Mais en 2004, si le gouvernement pensait bien perdre quelques régions, la perte de la Région des Pays de la Loire semblait peu probable. La notoriété de François Fillon, ministre des affaires sociales, paraissait alors un rempart contre tout changement. Autant les élections de 2004 semblaient plutôt favorables à la droite en Pays de la Loire, même si elle paraissait divisée, autant la gauche a cette fois-ci une longueur d’avance.

 

La campagne électorale a été calme avec quelques réunions électorales, la venue des principales têtes de liste régionales en Mayenne (Jacques Auxiette, Christophe Béchu, Jean Philippe Magnen, Marc Gicquel, Brigitte Neveux…) mais sans réelle passion. Les réunions les plus animées ont été celle de Christophe Béchu à Ernée, la journée de Jacques Auxiette à Laval et la venue de Noël Mamère à Laval. 

 

La présence de la liste écologiste reste la nouveauté de ce scrutin : quel score fera t-elle en Mayenne et dans la Région dimanche prochain ? Curieusement, au moins trois listes sur huit se réclament officiellement de l’écologie.  

 

La participation risque d’être cette année bien plus faible qu’il y a six ans. L’on votait alors le même jour pour deux scrutins : les élections régionales et les élections cantonales dans la partie ouest du département. Les électeurs avaient plus de mal à s’y retrouver mais la participation au premier tour en Mayenne dépassa les 60% ; on peut craindre qu’elle n’atteigne même pas 50% dimanche prochain.

 

Rappel : en 2004, la liste de gauche de Jean-Pierre Le Scornet  (Auxiette) était arrivée en tête au premier tour en Mayenne avec 29,42% devant la liste UDF conduite par François Zocchetto (Jean Arthuis) avec 28,60% et la liste Yannick Favennec (François Fillon) avec 25,46% ; suivaient les listes Front national (9,24%), Lutte Ouvrière (5,27%) et MNR 2%.

 

* Ce classement est le choix de l’auteur (l’extrême droite avec la droite et l’extrême gauche avec la gauche). Le centre droit de Jean Arthuis est une composante de la liste Béchu.

 

Cet article est le 19ème paru sur ce blog dans la catégorie Régionales 2010.

Partager cet article
Repost0

commentaires