Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 16:10

Nouveau chapitre du livre des producteurs de lait

 

AGE Apli Plessis-Macé 310112 002 TRichard Blanc est le nouveau président de l’Apli (Association des Producteurs de Lait Indépendants) depuis son élection par le conseil d’administration le 1er décembre 2011.

 

Dans un communiqué de presse, il se présente ainsi : marié, deux garçons, associé du GAEC de la Demi-lieue à Wallers-en-Fagne dans le département du Nord sur une exploitation de 327ha, dont 170 en culture, maïs, blé, le reste en herbe avec un quota de près de 2 millions de litres faisant vivre cinq familles (voir L'Apli se restructure).

 

Le nouveau président de l’Apli se situe à l’extrême sud-est du département du Nord, près de la frontière wallonne. Son lait est commercialisé par une coopérative en Belgique (voir sa première vidéo http://www.blog-video.tv/video-22572257f8665-INTERVIEW-DE-RICHARD-BLANC-.html - Laisser le temps à l'ordinateur de le télécharger avant de l'écouter).

 

Richard Blanc était vice-président après l’Assemblée générale du 12 septembre 2011 (voir Assemblée générale 2011 : l'Apli, après 2 ans d'existence, se structure - 18 septembre 2011). 

 

La démission de Pascal Massol, président-fondateur de l’Apli, n’était pas prévue si tôt, mais il l’avait annoncée. Elle a entraîné deux autres démissions, celles de Sophie Poux (médiatique) et de Pierre Champliaud (secrétaire). Ce sont donc des changements très importants, avec de nouvelles têtes aux manettes de l’association : Richard Blanc à la présidence, Dominique Galland au secrétariat et Frédéric Dubos à la trésorerie en remplacement de Carmen Errandonea.   

Rassurez-vous, ils ne nous quittent pas, ils sont sur d’autres tâches comme bientôt la sortie du lait équitable. L’APLI a réussi un challenge auquel personne ne croyait « REDONNER DE LA DIGNITE AUX ELEVEURS LAITIERS».

« Evidemment, si nous avons gagné une bataille, nous n’avons pas réussi l’essentiel, notre projet reste évidemment le même depuis le départ, faire reconnaître un prix du lait rémunérateur tenant compte des coûts de production et permettant une rémunération du travail. Nous continuons avec l’Office du Lait, notre combat. Déterminés plus que jamais et persuadés que l’avenir des producteurs laitiers dépend de la réussite de notre projet.

Nous attachons tous, dans le Conseil d’Administration, une grande importance au i d’indépendant, nous en sommes fiers par définition au regard de notre métier. Mais pour être indépendant il faut le revendiquer ensemble. Dans la société démocratique bâtie par nos parents, il y a des règles, et ces règles il est de notre devoir de les suivre ou de les faire modifier démocratiquement.

C’est pourquoi à la prochaine Assemblée Générale, nous allons vous demander de transformer L’APLI nationale en une fédération des APLI départementales, celles-ci élisant des délégués, qui, à leur tour, éliront le Conseil d’Administration pour mettre en place une nouvelle équipe. A vous de décider de l’avenir de notre association ».

 

Notre devise devrait être celle des Canadiens, rappelez vous : SI LES PRODUCTEURS NE SONT PAS ORGANISES COLLECTIVEMENT POUR NEGOCIER ? ILS SE FONT ORGANISER.

 

Richard Blanc comptait sur le « paquet lait » européen, l’Apli ayant vu d’un bon œil l’arrivée du nouveau commissaire européen à l’agriculture, Dacian Ciolos. Mais déception ! Il ne mâche pas ses mots quand il exprime son diagnostic (voir ASSOCIATION NATIONALE DES PRODUCTEURS DE LAIT) :

 

LA-MEN-TA-BLE !

Jusqu’à présent le pire était quand les montagnes accouchaient de souris… Ce n’est plus la référence depuis que l’Europe laitière a pondu une bouse. Un joli paquet dégoulinant d’incompétence, éclaboussant de mépris, puant l’immobilisme et la mort.

Torché par nos « panseurs » nationaux et Européens, comment pourrait-il en être autrement : tous ont le même virus, les mêmes symptômes et par conséquent les mêmes maux salissants.

Pas d’agence Européenne de régulation.

Pas de maîtrise raisonnée des volumes.

Pas de prix.

Pas d’opportunité de défense pour les producteurs de coopératives.

Pas d’harmonisation Européenne, la contractualisation étant facultative pour chaque pays.

 

Si l’on ajoute quelques flatulences Franco-françaises telles que la charte des bonnes pratiques dans le contrat ou la taxation des semences fermières, l’on peut aisément diagnostiquer que la colique va être grave et persistante…

Un règlement du dossier lait à l’image de la tentative de résolution de la crise Européenne générale : bâclée, sans effet, sans courage, sans véritable stratégie pour éviter le mur.

Et la base, qui s'en préoccupe??

 

Ce paquet lait a au moins le mérite de nous conforter dans nos positions : Nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes.

Plus que jamais l’Office du Lait National et France MilkBoard, avec pour seul objectif de regrouper les producteurs afin que les forces s’équilibrent, apparaissent comme la seule alternative.

Avant la mise en application de ces absurdités, il nous reste un an. 2012 sera l’année de notre salut ou de notre perte.

Peut-être les vaches polluent-elles l’atmosphère lorsqu’elles rotent ! Une chose est sûre; d’autres déjections nous polluent la vie autrement plus gravement !

 

A noter la Revue de presse de l’Apli (on y retrouve quelques-uns des articles publiés sur ce blog).

 

Cet article est le 272ème publié sur ce blog dans la catégorie AGRICULTURE et PAC.

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans AGRICULTURE et PAC
commenter cet article

commentaires