Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs, qui n'est plus membre du MRC depuis 2015. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En 2022, le MRC est devenu membre de la Fédération de la Gauche Républicaine avec quatre autres organisations politiques.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

2 avril 2023 7 02 /04 /avril /2023 22:14

Le MRC Limousin-Poitou-Charentes apporte ses réflexions au débat

 

Le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) a tenu son congrès samedi 1er avril 2023 dans la ville - Le Kremlin-Bicêtre - dont son président est le maire, Jean-Luc Laurent.

Les travaux des militants en Limousin-Poitou-Charentes - voir Congrès MRC 2023 : contribution du MRC Limousin-Poitou-Charentes- ont été relayés au congrès par Serge Maupouet.

 

Voici les grandes lignes de son intervention, hier, concernant la contre-réforme des retraites.

 

Chers camarades,

La contribution du MRC Limousin–Poitou-Charentes sur la contre-réforme des retraites a une origine, une cause, et une finalité.

L'origine réside dans le fait que les formations politiques de gauche en Charente-Maritime ont souhaité nous associer et nous proposer d'intervenir à l'occasion d'une réunion publique contre la contre-réforme des retraites, à La Rochelle, le 3 février 2023.

La cause, c'est la nécessité pour le MRC Limousin–Poitou-Charentes, de coller à l'actualité, d'être acteur dans une actualité sociale majeure, et pour cela de porter une analyse argumentée, appuyée sur des faits inscrits dans une évolution, prenant en compte le contexte politique général, et de tracer des perspectives.

La finalité, c'est de contribuer positivement à l'action politique, de donner des clés d'analyse à nos concitoyens, et de contribuer maintenant aux débats internes du mouvement; avec le souhait que le MRC redevienne pleinement acteur, force d'analyse et de proposition.

Sur les retraites, la gauche est la seule opposition au gouvernement qui s’est véritablement manifestée dans le débat parlementaire. Le faire de manière coordonnée et avec des contre-propositions structurées aurait été un plus.

Le texte MRC Limousin–Poitou-Charentes est un élément que nous apportons au débat national, souhaitant apporter des propositions structurées en vue d’une analyse actuelle et de prises de position pour une autre réforme qui serait, celle-ci, une réforme de progrès.

Je vous remercie.

 

Cet article est le 3258 ème sur le blog MRC 53 - le 264 ème dans la catégorie MRC national

Serge Maupouet, le 1er avril 2023, lors du congrès MRC dans une salle de la ville du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne)

Serge Maupouet, le 1er avril 2023, lors du congrès MRC dans une salle de la ville du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne)

Partager cet article
Repost0
2 avril 2023 7 02 /04 /avril /2023 20:27

En mars, les retraites ont été très présentes dans les articles publiés

 

Ce blog existe depuis 2006 (plus de 3200 articles ont été publiés). Il a continué d’exister après une suspension en 2014, le temps du lancement du blog de Réseau CiViQ (Citoyenneté et Vie Quotidienne). Plus de 500 articles ont été publiés sur ce blog CiViQ.

Le sens politique de ce blog MRC 53 est de contribuer à reconstruire la gauche en s’opposant aux politiques néolibérales que le peuple français subit depuis la "parenthèse libérale" ouverte par François Mitterrand en 1983 (Voir article du 30 décembre 2022).

Cette refondation républicaine de la gauche ne doit pas seulement se faire en haut, par les organisations politiques au niveau national, mais elle doit aussi se faire en bas, c’est-à-dire par les militants et les citoyens dans les communes et les départements.

 

Le rythme de parution des articles est variable. Après les Titres des articles publiés en février 2023 sur le blog MRC 53, voici les titres des articles publiés en mars 2023.

 

 

Titres des articles publiés en mars 2023 sur le blog MRC 53

Retraites : pour la FGR*, la réforme est inutile, injuste et idéologique - 31 mars

Retraites : le regard de Leglob-journal sur la mobilisation en Mayenne - 30

Stratégie du mouvement social : le collectif Changer de cap y réfléchit - 29

Retraites : la 10ème journée de mobilisation, le 28 mars, en Mayenne - 28

Retraites : après le 23 mars, 10ème journée de mobilisation le 28 mars - 27

Michel Sorin, mes cinquante ans d'engagement politique (Leglob-journal) - 17

Retraites : le MRC partie prenante de la réunion du non à La Rochelle - 16

Retraites : 8ème journée de mobilisation le 15 mars 2023 à Laval (53) - 15

Retraites : l'incertitude plane sur l'avenir du projet de loi Macron-Borne - 14

Retraites : l'analyse de la mobilisation par Evariste dans ReSPUBLICA - 13

Retraites : la prochaine journée de mobilisation - 15 mars - sera décisive - 12

Retraites : 7ème journée de mobilisation le 11 mars à Laval et ailleurs - 11

Retraites : le gouvernement accélère... vers le blocage social populaire - 10

Retraites : bien malin qui peut savoir ce qui va se passer maintenant - 09

Journée internationale des droits des femmes le 8 mars 2023 à Laval - 08

Retraites : forte participation à la manifestation du 7 mars à Laval (53) - 07

La ferme France va mieux, le Salon de l'agriculture fait le plein, mais... - 06

L'accaparement des terres agricoles par des firmes prend de l'ampleur - 05

Retraites : mobilisations syndicales les 7 et 8 mars à Laval (Mayenne) - 04

Salon de l'agriculture : conférence de presse EMB (producteurs laitiers) - 03

Congrès MRC 2023 : contribution du MRC Limousin-Poitou-Charentes - 02

Congrès MRC 2023 : contribution du MRC Limousin-Poitou-Charentes - 02

 

Cet article est le 3257 ème sur le blog MRC 53 - 88ème, cat. Titres des articles du mois précédent

L'intersyndicale en tête de la manifestation contre la réforme des retraites le 28 mars 2023 à Laval (Mayenne)

L'intersyndicale en tête de la manifestation contre la réforme des retraites le 28 mars 2023 à Laval (Mayenne)

Partager cet article
Repost0
31 mars 2023 5 31 /03 /mars /2023 17:51

Les arguments de Liem Hoang Ngoc (NGS, co-fondateur de la FGR)

 

Le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), qui tient son congrès samedi 1er avril 2023 au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), partage le point de vue de Liem Hoang Ngoc, économiste, président de la Nouvelle Gauche Socialiste (NGS), membre comme le MRC de la Fédération de la Gauche Républicaine (FGR*).

Voici ce texte, publié sur le site du MRC :

RETRAITES : Une réforme inutile, injuste et idéologique

 

Les pensions de retraite du régime par répartition représentent une partie du salaire des travailleurs, socialisée dans les caisses gérées par leurs représentants syndicaux. Pour éviter d’alourdir de « coût du travail » afin de redresser les profits, les réformes antérieures ont mis lourdement à contribution les salariés. Elles ont réduit la progression des pensions et programmé un allongement de la durée de cotisation. La dernière en date (dite réforme Touraine) aboutissait déjà à reculer l’âge moyen de départ à la retraite à 64 ans en 2040 pour assurer l’équilibre du système.

Alors pourquoi le gouvernement s’emploie-t-il à imposer une nouvelle réforme, dont les deux piliers (allongement progressif de la durée de cotisation à 43 ans en 2027 et recul de l’âge légal à 64 ans) sont proclamés non négociables ?

 

Une réforme inutile

L’équilibre financier du système n’est pas menacé. Malgré la dégradation du ratio actif/inactifs de plus de 60 ans et la baisse des gains de productivité, la part des dépenses dans le PIB va, dans tous les scénarii envisagés par le Conseil d’Orientation des Retraites (COR), se stabiliser ou décroître à long terme, consécutivement aux effets produits par les réformes passées qui aboutiront à réduire le niveau de vie relatif des retraités par rapport aux actifs.

Actuellement à l’équilibre, le système connaîtrait un léger déficit (compris entre 0,5 et 0,8 points de PIB) dans les 25 prochaines années. Ce déficit résulterait d’une contraction des ressources dans la fonction publique provenant essentiellement de la non indexation du point d’indice sur les prix et d’une progression de l’emploi dans la fonction publique territoriale moins forte que celle de l’emploi total – réduisant les ressources de la CNRACL où le taux de cotisation est plus important que dans le régime général. Ce qui signifie qu’il suffit donc de réindexer le point d’indice sur l’inflation et de mettre un terme à l’austérité dans la fonction publique pour contrecarrer cette tendance.

Le COR n’établit aucune préconisation de ce type car tel n’est pas son rôle. Mais il souligne que « les résultats de ce rapport ne valident pas le bien fondé des discours qui mettent en avant l’idée d’une dynamique non contrôlée des dépenses de retraite ». En tous les cas, un déficit temporaire pourrait aisément être absorbé par les ressources des différents fonds de réserve pour les retraites (s’élevant à 206 milliards d’euros) et par la Caisse d’amortissement de la dette sociale (CADES) – alimentée par la Contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) – qui affichera un excédent annuel de 24 milliards d’euros à partir de 2024.

 

Une réforme injuste

Le gouvernement se targue de proposer une réforme juste, tenant compte des carrières longues, des métiers pénibles, des femmes et des seniors. Or il apparaît que certaines carrières longues devront cotiser 43 ans, et d’autres jusqu’à 44 ans. Les critères de pénibilité que sont « les charges lourdes », « l’exposition aux vibrations mécaniques », « les postures pénibles », « l’exposition aux agents chimiques dangereux » sont exclus du Compte professionnel de prévention.

L’allongement de la durée de cotisation pénalisera les femmes aux carrières hachées qui devront travailler au-delà de 64 ans et bien souvent attendre 67 ans pour obtenir une retraite à taux plein. Cette réforme appauvrira les seniors, dont les entreprises se séparent en moyenne à l’âge de 59 ans, sans qu’un index indicatif n’y change quoi que ce soit. Les dépenses des caisses de chômage et d’invalidité augmenteront donc et devront être financées par des prélèvements supplémentaires. Enfin, on sait maintenant que la retraite minimale à 85% du SMIC est un slogan mensonger.

 

Une réforme à contresens de l’histoire et du progrès social

Le gouvernement martèle que l’objectif de la réforme est d’accroître le volume d’heures de travail afin de redistribuer le surcroît de richesses créées pour préserver notre modèle social. Cet argument ne tient pas compte de la productivité des travailleurs qui, en France, comptent parmi les plus productifs au monde.

Dans notre pays, tout au long du siècle passé, le volume de travail a diminué, en même temps que croissaient la productivité, le PIB et l’emploi. Le recul de l’âge effectif de départ à la retraite et la mise en cause des 35 heures participeraient du blocage de la tendance séculaire à la réduction du temps de travail, bénéfique à l’emploi et au progrès social.

 

Les véritables causes de la réforme

Cette réforme est par conséquent inutile, injuste et s’inscrit à contresens du progrès social. Sa face cachée est que le gouvernement a programmé une nouvelle baisse des impôts de production dont le coût pour les finances publiques sera de 10 milliards par an.

La réforme des retraites permet alors de réduire le rythme des dépenses des retraites, de telle sorte que le rythme des dépenses publiques soit conforme à celui qui figure dans le Programme national de stabilité remis à la Commission européenne pour atteindre avec zèle un déficit public de 2,9% du PIB en 2027.

Ainsi donc, après avoir à nouveau allégé la fiscalité des entreprises, la raison d’être de cette réforme s’avère purement idéologique.

Elle consiste à agiter deux totems chers à la droite conservatrice pour obtenir ses bonnes grâces : le recul de l’âge légal de la retraite et l’orthodoxie budgétaire.

Inutile, Injuste, à contresens du progrès social et politicienne, cette réforme est rejetée par l’immense majorité des salariés. La Fédération de la Gauche Républicaine se félicite de la forte mobilisation des français aux cotés des syndicats rassemblés pour obtenir l’abandon de cette réforme.

La FGR, présente partout en France, prendra toute sa part dans la poursuite du mouvement jusqu’au retrait de cette sinistre réforme.

 

Cet article est le 3256 ème sur le blog MRC 53 - le 98ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

A Laval, le 28 mars 2023, les jeunes étaient à la tête de la manifestation, à l'initiative de l'intersyndicale, contre la réforme des retraites

A Laval, le 28 mars 2023, les jeunes étaient à la tête de la manifestation, à l'initiative de l'intersyndicale, contre la réforme des retraites

Partager cet article
Repost0
30 mars 2023 4 30 /03 /mars /2023 21:39

L'intersyndicale, après la 10ème journée le 28 mars, reste compacte


 

En 2023, les dix premières journées de mobilisation en Mayenne contre la réforme des retraites ont été exemplaires (unité syndicale, participation des citoyens, ambiance des manifestations).

Retour sur ces dix journées:

Retraites : la 10ème journée de mobilisation, le 28 mars, en Mayenne

Retraites : après le 23 mars, 10ème journée de mobilisation le 28 mars

Retraites : 8ème journée de mobilisation le 15 mars 2023 à Laval (53)

Retraites : 7ème journée de mobilisation le 11 mars à Laval et ailleurs

Journée internationale des droits des femmes le 8 mars 2023 à Laval

Retraites : forte participation à la manifestation du 7 mars à Laval (53)

Retraites : en Mayenne, 5ème journée à Mayenne et à Château-Gontier

Retraites : environ 10 000 personnes ont longé la Mayenne le 11 février

Retraites : toutes générations dans la manifestation le 7 février à Laval

Retraites : encore plus de manifestants le 31 janvier à Laval (Mayenne)

Retraites : en Mayenne, à Laval, le 19 janvier, huit mille manifestants !


 

Voir aussi les informations au niveau national (Wikipédia) concernant ce mouvement social historique : Mouvement social contre le projet de réforme des retraites en France de 2023

 

Le 28 mars, Leglob-journal, journal en ligne d'informations, d'investigations et d'opinions, concernant principalement le département de la Mayenne, a publié son regard sur les manifestations.

Contre la retraite à 64 ans et "pour la Démocratie"

7 000 manifestants en Mayenne, pour la 10 ème journée de mobilisation et de lutte contre la réforme des retraites en Mayenne, une loi passée au 49-3 et dont le conseil constitutionnel examine la conformité. Le point de rendez-vous avait été donné devant la CPAM, une grosse délégation d’agents de la Sécurité sociale devait rejoindre les manifestants qui se sont élancés pour rejoindre la préfecture. Et pour aller plus loin.

En dehors des grandes manifestations et depuis le passage en force de la loi, la contestation a pris sur Laval et la Mayenne un aspect disparate, certains diront « sauvage ». Ce fut d’abord avant le vote du Sénat les permanences des deux sénateurs de la Mayenne Elisabeth Doisneau et Guillaume Chevrollier et celle de la députée (MoDem) Géraldine Bannier qui furent l’objet d’un traitement spécifique. Point de dégradation plus ou moins irréversible, que des autocollants par dizaines collés sur les vitrines des élus. Point d’insulte, ni d’atteinte à l’intégrité, quelques slogans et une farouche envie d’expression libre.

Comme au temps des Gilets-Jaunes, les ronds points sont également « ciblés ». Ils sont, pourrait-on dire « récupérés » par les syndicats. L’objectif, c’est bien de « faire connaître les revendications » d’en parler en abordant les automobilistes, vitres baissées, afin de ralentir la circulation. Comme à Bonchamp-lès-Laval par exemple.

Inventer de nouvelles actions de contestation, sortir des journées classiques de mobilisation où l’intersyndicale en France et en Mayenne a montré qu’il était possible d' »agir groupé » au grand dam du gouvernement, et remettre au goût du jour une certaine réédition du mouvement des Gilets-Jaunes.

Ce mardi 28 mars, le rond-point de la communauté européenne situé sur la route de Tours a été bloqué pendant près d’une heure interdisant toute circulation. La réappropriation de l’espace public est, on le sait, un élément de reconquête face au pouvoir et aux forces de l’ordre qui en principe en régentent le bon usage. Cette suspension, un temps, de la fonction régalienne de la police, autorise la liberté d’action des manifestants qui ont le sentiment de faire une « révolution » .


 

Nul doute que d’autres actions de ce type devraient avoir lieu dans les jours et semaines qui viennent avant la 11 ème journée, le 6 avril 2023 … Le souci numéro un des manifestants grandement soutenus par l’opinion publique consiste en un « véritable changement de méthode » de la part du gouvernement, qui a trop pris l’habitude de gouverner « à la façon de Jupiter ». Les manifestants s’aperçoivent que le gouvernement campe sur ses principes d’intangibilité et se veut « droit dans ses bottes » en attendant le verdict du conseil constitutionnel qui pourrait retoquer la loi. 


 

Cet article est le 3255 ème sur le blog MRC 53 - le 97ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Le 28 mars 2023, les manifestants contre la réforme des retraites se sont arrêtés devant l'entrée des lycées Réaumur et Robert Buron, où étaient présents de nombreux étudiants

Le 28 mars 2023, les manifestants contre la réforme des retraites se sont arrêtés devant l'entrée des lycées Réaumur et Robert Buron, où étaient présents de nombreux étudiants

Partager cet article
Repost0
29 mars 2023 3 29 /03 /mars /2023 18:16

AG du 30 mars 2023 : inventer d'autres modes d'action et de résistance


 

Assemblée générale du collectif Changer de cap * : jeudi 30 mars, de 18 à 20 heures, par visio. L'essentiel des échanges sera consacré au débat d'orientation. Celui-ci est introduit par ce texte du président Didier Minot.

* Voir Qui sommes-nous

L'immense mouvement social en cours donne une dimension nouvelle à notre assemblée. Il marque le refus déterminé d’une évolution mortifère par les 3/4 des Français : toujours plus de profits et d’injustice sociale, toujours moins de libertés, de services publics et de solidarité. Face à la poursuite de la mobilisation sociale et à la mobilisation écologique du week-end dernier, le gouvernement réagit par un déchaînement de violence qui fait tomber les illusions. Les masques tombent, le champ politique se clarifie. Tous prennent conscience du caractère illégitime de l’action du pouvoir, qui utilise la violence d'État, non pour l'intérêt général, mais pour défendre les intérêts des multinationales et des banques.

Les dirigeants savent très bien ce qu'il faudrait faire en matière sociale, politique et écologique, mais ils continuent à détruire, à imposer la destruction des services publics et de la solidarité, à réprimer le mouvement collectif. Les Français, dans leur grande majorité, savent très bien que si les dirigeants agissent ainsi ce n'est pas parce qu’ils sont sont mal informés, et qu'il suffirait de les alerter pour qu'ils « prennent conscience » de l'intérêt général. Ces agissements expriment la radicalité d’un capitalisme financier, fermement décidé à maintenir son fonctionnement par tous les moyens, quoiqu'il en coûte humainement.

Quelle stratégie développer ?

Quelle stratégie faut-il développer face à un tel pouvoir ? Nous voilà revenus au dilemme de Nelson Mandela face à la violence. Faut-il aller vers la confrontation directe, au prix de blessés graves et demain de morts ? Le rapport de force physique paraît terriblement déséquilibré avec un système qui radicalise la répression de façon abjecte et ne recule devant rien. Ce n'est pas en répondant directement par la violence, en attaquant frontalement la police dans les manifestations qu'on pourra gagner : le gouvernement utilise la peur pour isoler les plus résolus. Ce n'est pas non plus en se contentant de manifester pacifiquement jour après jour. Le gouvernement y reste sourd et mise sur notre épuisement. Le mouvement social doit inventer d'autres modes d'action, de résistance et d'espoir

Tout en poursuivant son action vis-à-vis des CAF, notre collectif "Changer de cap" peut modestement contribuer à les faire émerger au cours des mois qui viennent. Nous avons en effet depuis 4 ans développé des axes de travail qui constituent des pistes pour une action diversifiée.

-          Nous sommes nés de la mobilisation des gilets jaunes et des marches pour le climat, et dans notre ADN il y a ce rapprochement pour travailler ensemble avec des sensibilités différentes sur la base des mêmes principes, qui sont dans notre charte de principes.

-          L'utilisation de l’arme juridique et des règles d'un État de droit est essentielle pour fixer des limites à l'action illégale et discriminatoire des pouvoirs publics provisoirement aux mains d'usurpateurs du bien commun. C'est ce que nous faisons vis-à-vis des CAF

-          Nous avions décidé en août dernier de favoriser la multiplication de syndicats d'habitants, d'allocataires, de groupes d'entraide, afin que nul ne reste seul, de collectifs citoyens locaux, y compris pour développer des démarches de territoire participatives. Cela est encore plus important aujourd'hui, car c'est la multiplication des mobilisations locales qui permet d’enraciner le mouvement social dans la réalité des territoires.

-          Le mouvement social qui s'est développé constitue une formidable école d'éducation populaire et d’espoir. Il a montré la force d'une autre vision du monde et de la société, déjà présente à travers les mobilisations et la multiplicité des actions de terrain porteuse d'alternatives. Nous devons pour cela multiplier les forums, les échanges, la circulation des analyses et des propositions, comme nous l'avons fait au moment de la mobilisation des gilets jaunes, puis à la sortie du confinement, quand tous se projetaient dans « le jour d'après ».

Nous vous proposons de débattre demain soir de cette stratégie pour la préciser, l'enrichir, agir avec d'autres, faire des priorités en fonction de nos moyens.


 

Cet article est le 3254 ème sur le blog MRC 53 - le 96ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Le 28 mars 2023, à Laval (Mayenne), près des locaux de l'Assurance Maladie, l'intersyndicale lance la manifestation pour le retrait de la loi réformant les retraites

Le 28 mars 2023, à Laval (Mayenne), près des locaux de l'Assurance Maladie, l'intersyndicale lance la manifestation pour le retrait de la loi réformant les retraites

Partager cet article
Repost0
28 mars 2023 2 28 /03 /mars /2023 22:00

L'intersyndicale, unie et déterminée pour en finir avec le projet Macron

 

La 10ème journée de mobilisation contre la réforme des retraites, ce 28 mars 2023, se présentait décentralisée en Mayenne dans les trois arrondissements de Laval, Mayenne et Château-Gontier-sur-Mayenne. Voir Retraites : après le 23 mars, 10ème journée de mobilisation le 28 mars.

 

Pour information sur ce qui s'est passé en Mayenne, voir :

- Le Courrier de la Mayenne : Réforme des retraites : entre 2 900 et 5 000 manifestants à Laval

- Ouest-France : 28 mars en Mayenne : revivez la 10e journée de mobilisation

- France Bleu : 5.000 manifestants contre la réforme des retraites à Laval selon l'intersyndicale

Au départ de la manifestation à Laval, l'intersyndicale montrait sa détermination et son unité. Voici la prise de parole de son représentant, Sébastien Lardeux, secrétaire de l'Union départementale Force Ouvrière 53.

Bonjour à tous et toutes,

Merci d’être une nouvelle fois présents pour défendre nos retraites, pour dire NON au projet Macron.

Nous sommes plus que jamais unis et déterminés pour obtenir le retrait du projet Macron. Et ça, il doit le comprendre. Il doit mettre fin à son arrogance. Il doit mettre fin à son entêtement dangereux.

 

En démocratie, pour qu’un projet soit légitime, il doit obtenir un certain degré d’adhésion populaire. Nous en sommes loin. La puissance de la mobilisation en est la preuve. Le projet macron est illégitime et c’est l’heure du retrait.

 

Monsieur Macron, êtes-vous conscient de ce que vous êtes en train de faire avec vos amis ? Vous créez une société qui accentue les inégalités.

Pour vos amis, l’argent coule à flot à ne plus savoir qu’en faire. Et pour les autres, c’est encore plus de précarité, c’est trimer par votre faute jusqu’à la maladie, jusqu’à mourir peut-être. C’est travailler plus longtemps pour avoir moins. C’est appauvrir encore plus les travailleurs, les jeunes et les retraités.

Avez-vous conscience, de ceux qui créent la richesse de ce pays ?

Connaissez-vous ces femmes de ménage qui travaillent en horaires décalés, ces ouvriers en trois-huit, ces conducteurs en horaires décalés, ces agents des hôpitaux dévoués, ces aides à domicile qui s’occupent de nos personnes âgées, ces profs qui font classe à nos enfants, ces ouvriers du bâtiment qui mourront plus tôt que les autres, ces employés qui travaillent en open-space stressés par la performance, ces hommes et femmes qui rentrent usés chez eux après un travail répétitif destructeur de santé ? Connaissez- vous ces femmes qui vont prendre cher à cause de votre réforme parce qu’elles sont mères, parce qu’elles sont simplement des femmes ?

Connaissez-vous tous ces gens aux fins de mois difficiles qui n’arrivent plus à remplir leur frigo et leur réservoir de bagnole, ces gens qui sont si mal soignés car vous fermez les hôpitaux, ces gens qui ne pourront pas payer des études à leurs enfants ?

Eh bien, nous sommes ces gens. Nous ne sommes pas des chiffres, dans des tableaux excel.

Nous sommes tous ces gens que vous méprisez, qui tiennent la France debout et que vous voulez mettre à genou.

Nous n’avons qu’une vie, et, nous voulons après une vie de labeur, profiter d’un repos bien mérité, sans la maladie, sans passer directement par la case cimetière.

Nous refusons que vous nous voliez deux ans de vie.

Monsieur Macron, vous n’êtes pas le « chief manager » d’un comité exécutif qui ment sans honte et croit tout surmonter en disant « assumer ».  

Avec votre gouvernement, vous êtes les seuls responsables de la situation éruptive. Vous êtes assis sur des barils de poudre et vous jouez avec des allumettes.

Nous dénonçons l’utilisation de la force et les arrestations arbitraires contre les manifestants pacifistes.

Le conseil de l’Europe, la défenseure des droits et la ligue des droits de l’Homme, s’inquiètent de l’utilisation disproportionnée de la force dans notre pays. Ce n’est pas la première fois.

Aucun passage en force, aucune menace, aucune intimidation du gouvernement ou du cowboy Darmanin avec ses coups de menton ne stopperont ce formidable mouvement social de résistance.

 

Les travailleurs de ce pays prennent conscience de la nécessité de s’organiser collectivement avec les syndicats pour combattre vos réformes abjectes.

 

Le mouvement social est ancré dans le paysage. Nous ne tournerons pas la page comme vous l’exigez. Nous exigeons le retrait de cette réforme et nous l’obtiendrons.

Nous appelons à amplifier la résistance par la grève

Nous serons la motion de censure populaire.

La foule emportera votre réforme.

Nous sommes plus que jamais unis et déterminés.

Et nous le serons jusqu’au retrait.

Merci.

Cet article est le 3253 ème sur le blog MRC 53 - le 95ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

La détermination était grande lors de la manifestation à Laval le 28 mars 2023 pour obtenir le retrait du projet de réforme des retraites

La détermination était grande lors de la manifestation à Laval le 28 mars 2023 pour obtenir le retrait du projet de réforme des retraites

Partager cet article
Repost0
27 mars 2023 1 27 /03 /mars /2023 22:36

Le monde du travail bien déterminé à empêcher la réforme des retraites

 

Après une mobilisation réussie le 23 mars, l'intersyndicale appelle à une nouvelle journée de mobilisation mardi 28 mars.

Ouest-France, 24 mars 2023, Fabien Jouatel :

Grève du 28 mars. Manifestations en Mayenne

Réforme des retraites. Trois rassemblements programmés en Mayenne mardi 28 mars 2023

Après une mobilisation en hausse jeudi 23 mars 2023, l’intersyndicale programme trois manifestations, mardi 28 mars 2023, pour protester contre la réforme des retraites. Avec des rassemblements à Laval, Mayenne et Château-Gontier (Mayenne).

L’intersyndicale mayennaise appelle « travailleurs, jeunesse et retraités à continuer à se mobiliser », à l’occasion d’une nouvelle journée de grève et de manifestations, mardi 28 mars 2023.


 

La dernière mobilisation, jeudi 23 mars 2023 à Laval, a rassemblé entre 5 200 et 10 000 manifestants, selon la police et les syndicats.

 

Trois manifestations sont prévues en Mayenne le 28 mars

Laval le matin, Mayenne et Château-Gontier l’après-midi
 

« Nous ne tournerons pas la page comme l’exige l’exécutif », explique l’intersyndicale, dans un communiqué. Ce mouvement « social et syndical » confirme « la détermination du monde du travail à obtenir le retrait de la réforme des retraites » .

Trois rassemblements sont programmés dans la même journée du 28 mars 2023, à Laval à 11 h, boulevard Montmorency (CPAM) ; à Mayenne à 16 h 30, place Clemenceau et au même horaire à Château-Gontier, place Paul-Doumer.

 

 

Voir aussi (Courrier de la Mayenne, 25 mars) : En Mayenne, de nouvelles manifestations contre la réforme des retraites mardi | Le Courrier de la Mayenne


 

Cet article est le 3252 ème sur le blog MRC 53 - le 94ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Photo, Courrier de la Mayenne, de la manifestation du 23 mars 2023 à Laval (ACTU, 25 mars)

Photo, Courrier de la Mayenne, de la manifestation du 23 mars 2023 à Laval (ACTU, 25 mars)

Partager cet article
Repost0
17 mars 2023 5 17 /03 /mars /2023 18:07

L'avenir du peuple français dans les rues et au Parlement ce printemps

 

Le journal numérique d'investigations, analyses, opinions, podcasts, en Mayenne - Leglob-journal - a publié le 14 mars 2023 cet article qui est une introduction à mes 50 ans d'engagement politique (j'aurai l'occasion de compléter ces prochains mois).

 

Michel Sorin, ingénieur agronome à la retraite, devrait connaître cette année un demi-siècle d’engagement politique. De la gestion de la Cité, comme maire de Saint-Berthevin de 1990 à 2001 à la candidature aux législatives en 1993 où il échouera face à François d’Aubert, en passant par le conseil régional des Pays de la Loire où il siégera et la fonction de secrétaire départemental du Parti socialiste en Mayenne qu’il quittera en 2001, Michel Sorin a toujours souhaité faire avancer les idées de gauche. Infatigable, à la retraite, il milite toujours et encore pour sa « refondation »…

Par MIchel Sorin*


 

En mai 2023, cela fera 50 ans qu’a commencé mon engagement politique. Mon éveil à la politique s’était produit pendant le mouvement social et populaire de mai-juin 1968 – j’étais étudiant en agronomie et avais participé au mouvement au sein de l’école d’agronomie ENSAR , aujourd’hui Agro Campus Rennes

 

Mes lectures m’ont conduit ensuite à m’intéresser au CERES (Centre d’études, de recherches et d’éducation socialistes), courant de pensée au sein du PS, animé notamment par Jean-Pierre Chevènement.

 

Le PS avait fait sa mue en 1971 lors du congrès d’Epinay-sur-Seine, avec la participation des amis de Robert Buron, membres du courant CERES.

Robert Buron – ancien ministre sous la IVème République, puis sous la Vème avec le général de Gaulle – avait été député de la Mayenne sous la IVème République, puis s’était éloigné du gaullisme. Il avait créé le mouvement Objectif 72, puis Objectif socialiste. Il fit son retour en Mayenne en étant élu maire de Laval en 1971 et premier secrétaire 53 du nouveau PS.

Ce sont les amis de Robert Buron qui m’avaient contacté début 1973 pour me proposer d’adhérer au PS. Des amis de Saint-Berthevin m’ont alors sollicité pour prendre la responsabilité de la section locale du PS et résider dans cette commune.

Mon engagement militant au CERES et au PS correspondait à la volonté de m’inscrire dans une démarche politique progressiste afin de parvenir au pouvoir et mettre en oeuvre des réformes visant à encadrer l’économie capitaliste par la démocratie.

 

En décembre 2001, j’ai quitté le PS – alors que j’en étais le premier secrétaire départemental – par désaccord avec la politique d’accompagnement du néolibéralisme menée par Lionel Jospin.

Aujourd’hui, je continue de me rattacher aux idées que j’avais il y a 50 ans. Je milite dans les partis (MRC, GRS) de la Fédération de la Gauche Républicaine afin de peser le moment venu sur la refondation de la gauche, un peu comme cela s’est produit en 1971 lors de la refondation socialiste.


« Menace de rupture démocratique »

A Saint-Berthevin, je constate et déplore la disparition de la gauche et, même, la fin de la démocratie municipale, aucune liste n’ayant été présente en 2020 aux élections municipales face à la liste du maire, centre droit.

 

J’ai alerté sur la menace de rupture démocratique par disparition de démocrates agissant en tant que citoyens, du niveau local aux niveaux national, européen et mondial.

 

J’ai décidé de faire part de mon désarroi devant l’indolence démocratique de mes concitoyennes et concitoyens alors qu’il y a tant à faire pour reprendre la maîtrise de notre destin collectif après plusieurs décennies (une période glaciaire) d’abandon de la responsabilité politique par nos dirigeants au bénéfice d’une caste de privilégiés qui se dissimulent derrière l’idéologie néolibérale et profitent de la suprématie de la finance dans l’économie capitaliste.

 

Cette semaine et celles qui suivront, dans les rues et au parlement, seront déterminantes pour l’avenir du peuple français.

Il faut montrer le chemin de la République et de la démocratie à celui qui nous représente au sommet de l’Etat et que nous avons réélu en avril 2022 dans des conditions particulières. Ce président ne comprend que le rapport de forces. Alors, nous devons lui rappeler qu’il est au palais de l’Elysée par le vote du peuple et qu’il doit tenir compte de la volonté du peuple qui s’exprime clairement dans les rues et dans les enquêtes d’opinion.

Ce rappel vaut aussi pour les parlementaires, dont le devoir est de représenter les Français, qui les ont placés là où ils sont… 


 

Michel Sorin fut maire de Saint-Berthevin de 1990 à 2001 et premier secrétaire départemental du PS en Mayenne


 

* Précisions complémentaires : Michel Sorin, né en 1946 à Craon, ingénieur agronome, conseiller municipal de Saint-Berthevin (1983-2003, dont maire 1990-2001), conseiller régional des Pays de la Loire (1998-2004), responsable PS en Mayenne (1979-1983, 1997-2001), actuel responsable MRC 53, président de Réseau CiViQ (Citoyenneté et Vie Quotidienne).

 

Cet article est le 3251 ème sur le blog MRC 53 - le 45ème catégorie Personnalités et célébrations

Michel Sorin (Photo Ouest-France par correspondant Saint-Berthevin, 29 avril 2019, pour Réseau CiViQ)

Michel Sorin (Photo Ouest-France par correspondant Saint-Berthevin, 29 avril 2019, pour Réseau CiViQ)

Partager cet article
Repost0
16 mars 2023 4 16 /03 /mars /2023 22:21

Intervention de 4 parlementaires, dont Eric Coquerel et Mickaël Vallet


 

Mon ami Serge Maupouet, responsable du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) en Charente-Maritime, fait savoir qu'une réunion publique aura lieu demain 17 mars à 19h30 à La Rochelle sur le thème "NON À LA REFORME DES RETRAITES. Pour une retraite plus égalitaire, plus juste, plus solidaire".

Lieu précis : Salle des fêtes de La Pallice (42 bd Emile Delmas) à La Rochelle

 

Les intervenants : Soumya BOUROUAHA, députée PCF; Eric COQUEREL, député LFI, président de la Commission des Finances de l'Assemblée nationale; Charles FOURNIER, député EELV; Mickaël VALLET, sénateur PS.


 

Le MRC 17 est associé avec les autres formations de gauche parties prenantes (PCF, EELV, PS, LFI, Place publique, POI).

Voir sur le site du MRC 17 : "NON À LA REFORME DES RETRAITES" - 17 mars 2023 - La Rochelle


 

L'information a été diffusée par le journal Sud-Ouest, le 15 mars 2023 (Thomas Mankowski).

 

Voir Réforme des retraites : Éric Coquerel à La Rochelle

 

Cet article est le 3250 ème sur le blog MRC 53 - le 93ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Mickaël Vallet, le 7 septembre 2019, à Rochefort, ouvrant l'université d'été de la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS). Il était alors maire de Marennes (17).

Mickaël Vallet, le 7 septembre 2019, à Rochefort, ouvrant l'université d'été de la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS). Il était alors maire de Marennes (17).

Partager cet article
Repost0
15 mars 2023 3 15 /03 /mars /2023 22:56

L'intersyndicale a compté 4 000 personnes dans les rues du centre-ville

 

Alan Nagard a décrit - sur le site de Ouest-France - le déroulement de la journée de manifestation le 15 mars en Mayenne.

À Laval, revivez la manifestation de 4 000 personnes contre la réforme des retraites

 

Mieux que le 11 mars. Laval (en Mayenne) s’est de nouveau mobilisé contre la réforme des retraites, ce mercredi 15 mars. L’intersyndicale a appelé à un rassemblement à 15 h, sur la place de la Trémoille : 4 000 personnes y ont répondu (selon les chiffres des syndicats). Une fois rassemblés, elles sont parties en cortège vers 15 h 40 dans le centre-ville, avant de revenir avant 17 h, place de la Trémoille.

 

En MayenneLaval est le point central de la mobilisation contre la réforme des retraites. 4 000 personnes sont venues manifester dans les rues, ce mercredi 15 mars. Soit un nombre supérieur à celui de la dernière mobilisation, le samedi 11 mars. « La mobilisation de ce mercredi est supérieure à celle de samedi, explique Melanie Allain, de la CFDT 53. En ce jour de commission mixte paritaire, c’est une bonne journée pour manifester. Demain, nous proposerons un nouveau rassemblement devant la préfecture. »


 

Ce mercredi, la commission mixte paritaire se réunit à l’Assemblée nationale pour trouver un accord autour du texte sur la réforme des retraites, les syndicats appellent à défiler dans toute la France, ce mercredi 15 mars.

Lire aussi : Réformes des retraites : suivez les manifestations du mercredi 15 mars en France dans notre direct

 

Le 11 mars, lors de la précédente mobilisation à Laval, la participation était en baisse, avec un peu moins de 4 000 personnes.

Les enjeux de la mobilisation. Faire obstacle à la décision de la commission mixte paritaire. Sept députés et sept sénateurs, et autant de suppléants, sont réunis CMP, à huis clos, depuis 9 h, pour chercher un compromis sur la réforme. Un accord indispensable pour un vote final jeudi à l’Assemblée, à haut risque pour l’exécutif. Le gouvernement compte sur un compromis, mais sans toucher au cœur du texte, le recul de l’âge légal de départ. Un accord est probable car les macronistes et la droite y sont majoritaires.

 

Voir (Ouest-France) : Réforme des retraites. Députés et sénateurs de la Mayenne : qui vote pour, qui vote contre ?

 


 

Cet article est le 3249 ème sur le blog MRC 53 - le 92ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Au point de rassemblement, à Laval (Mayenne), le 15 mars 2023, place de la Trémoille, de la manifestation contre la réforme des retraites

Au point de rassemblement, à Laval (Mayenne), le 15 mars 2023, place de la Trémoille, de la manifestation contre la réforme des retraites

Partager cet article
Repost0