Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 15:12

 

Martine Aubry va faire du PS une ruche sans Royal

 

La partie est terminée, après plusieurs prolongations, car les deux équipes n’avaient pas réussi à se départager dans le temps réglementaire. Le congrès de Reims avait buté sur l’incapacité de la coalition « anti-Royal » à s’entendre sur une candidature commune à la fonction de premier secrétaire.

 

Aubry et Hamon ne pouvaient accepter que ce soit Delanoë, car il était trop lié à la direction sortante. Delanoë refusait d’appeler à voter pour celle qui l’avait fait échouer (en présentant une motion distincte) et la candidature Hamon était inacceptable par les partisans inconditionnels de l’Europe du traité constitutionnel et de son rejeton, le traité de Lisbonne.

 

Les uns et les autres ont alors misé sur l’élection du premier secrétaire, qui a mis face à face au second tour les deux femmes, Martine et Ségolène, Bertrand ayant préféré se mettre sur la touche en raison de sa contre-performance du 6 novembre. Benoît, au contraire, sortait du terrain avec les applaudissements du public et se portait en soutien actif à Martine, se souvenant qu’il avait porté le maillot de son équipe quand elle était au gouvernement.

 

Martine Aubry et Ségolène Royal finissaient la partie sur un résultat nul, mais l’arbitre avait vu le ballon franchir la ligne du but défendu par Royal, ce qui n’était pas prouvé car le match n’avait pas été filmé. Après de longues palabres, Martine Aubry était déclarée vainqueur, ce qui lui donnait le droit de constituer son équipe pour jouer dans le championnat national ces trois prochaines années.

 

Le dernier acte s’est déroulé hier, 6 décembre, lors du Conseil national. La nouvelle première secrétaire s’était entendue avec ses alliés (motions Hamon et Delanoë) sur un texte d’orientation, qu’elle a ensuite transmis à Ségolène Royal, sachant fort bien qu’elle ne pouvait le signer. La suite est logique : ne pouvant signer le texte, l’équipe Royal a décliné la proposition de participer de façon marginale au secrétariat national, qui est le gouvernement du PS.

 

Comme aux congrès d’Epinay-sur-Seine (1971) et de Metz (1979), notamment, le PS sort du congrès de Reims avec une majorité (coalition des trois courants Aubry, Hamon, Delanoë) et une minorité (Royal). C’est plutôt favorable pour conduire un action cohérente et forte.

 

L’ancienne candidate à l’élection présidentielle n’est certainement pas mécontente de cette situation, car elle a réussi à faire jeu égal avec sa rivale lors du vote des adhérents le 21 novembre et elle ne va pas avoir la responsabilité du résultat de la liste socialiste aux prochaines élections européennes (7 juin 2009).

 

Tout dépendra de la capacité de Martine Aubry à relancer le PS et à l’ouvrir sur le reste de la gauche. Si elle réussit, sa candidature à l’élection présidentielle s’imposera naturellement. Sinon, ce sera l’heure de Ségolène Royal.

 

Concernant la personnalité de la maire de Lille, je propose de lire le texte (paru 25 novembre, écrit le 2 juin 2008) de Xavier Dumoulin sur son blog Martine Aubry : Un réformisme moderniste chevillé au corps.

 

Concernant le déroulement du conseil national du PS, hier, j’ai retenu deux articles de presse :

 

- Le début de l'ère Aubry plombé par les divisions (Le Monde, 6 décembre),

- Aubry installe la direction du PS, les royalistes ne décolèrent pas (Rue89, 6 décembre).

Nouvelle direction : cliquer ici pour voir la liste complète.

 

            La première secrétaire s’est exprimée dans un discours de 90 minutes dont voici un extrait :

 

Le Président de la République rompt avec les fondements de la République

 

Rupture avec les fondements même de la République, ce fleuve dont la droite et la gauche formaient les deux rives.

 

Rupture historique avec le rôle de l’Etat dans notre histoire nationale dans ses fonctions régaliennes, celles d’assurer la sécurité, la justice, de promouvoir la solidarité nationale, et de porter une vision de l’avenir.

 

Rupture avec la décentralisation mise en place par le gouvernement de Pierre Mauroy, qui a partout conduit à une amélioration du service rendu au public, avec aujourd’hui des collectivités locales que l’on étrangle financièrement et dont on s’apprête à modifier les contours, les ressources, et les modes d’élection par strict souci politicien.

Je le dis ici au Président de la République : il est inacceptable et nous n’accepterons pas que les collectivités locales soient modifiées sans notre accord. Nous sommes prêts à mieux en définir les missions, à mieux articuler leurs actions, à améliorer encore l’efficacité, mais il n’y aura pas au sortir de la commission Balladur de « Big Bang » institutionnel sans nous. Nous nous y opposerons avec force.

 

Rupture avec le compromis social issu du Conseil National de la Résistance, quand la sécurité sociale est mise en péril, quand le système des retraites ne prend pas en compte les travaux pénibles et difficiles, quand les partenaires sociaux sont méprisés, les associations et les ONG tenus en lisière.

 

Rupture avec les libertés publiques. La scandaleuse interpellation de l’ancien directeur de l’information du quotidien Libération n’a été possible que parce que le mépris des libertés individuelles et le dévoiement du code de procédure pénale ont été élevés au rang de culture d’Etat. En témoignent l’explosion inquiétante du nombre des gardes à vue, la manière inacceptable dont sont trop souvent effectués les contrôles de police quand il s’agit de jeunes de nos quartiers, les conditions dégradantes de la rétention de sécurité.

 

Et que dire de cette incroyable atteinte à la liberté de la presse que représente le projet de loi sur l’audiovisuel public ! Un audiovisuel public que l’on veut mettre au pas en en nommant le PDG par décret présidentiel. Un audiovisuel dont on pille les ressources en transférant les recettes publicitaires aux chaînes privées amies. Saluons le travail, formidable de nos camarades députés qui se battent avec force pour empêcher le vote de cette loi.

 

Rupture avec la France des Droits de l’Homme par la réception en grandes pompes de Khadafi et de El Assad, quand la diplomatie est confondue avec le « business ».

 

Rupture avec l’esprit des institutions par une pratique personnelle du pouvoir, qui banalise et fragilise sa fonction.

 

Pour lui, la société n’existe pas ; il n’y a, face à face, que des individus et l’opinion. Il s’inspire de l’opinion et ne parle qu’aux individus, en les opposant les uns aux autres : les lève tôt contre les assistés, les vrais jeunes contre les racailles, les CDI contre les CDD, les Smicards contre les Rmistes, les bons immigrés contre les clandestins…

 

Ainsi, il oppose au lieu de réunir ; il joue de la peur, des peurs ; il instrumentalise l’événement et manipule les émotions. Il ne cherche pas à expliquer, à éduquer les citoyens ; mais toujours à simplifier.

 

Nicolas Sarkozy ne propose pas une vision et un projet à notre société. Il impose la loi du plus fort, le règne de l’argent et l’individualisme. Sa politique est vide : vide de valeurs, vide de solidarités, vide de sens. Faute de sens collectif, il donne des fausses réponses. Car il espère bien prospérer sur ce vide.

 

Et pour donner le change, il propose aux Français de se raccrocher à de fausses réponses qui sont autant de vrais dangers. Ainsi de sa politique sécuritaire –l’emploi du Taser, le honteux fichier EDVIGE- qui n’empêche pas l’insécurité d’augmenter, puisque là n’est pas son objectif : son objectif est de mettre en scène l’insécurité.

 

Ainsi du discours sur la « laïcité positive », qui n’est en réalité qu’une remise en cause de notre laïcité. Ainsi de la récupération du religieux : je pense aux discours du Latran et de Ryad, à cette affirmation étonnante pour un Président de la République de considérer qu’un prêtre vaut mieux qu’un instituteur pour l’éducation des enfants.

Ainsi du refuge dans une crispation identitaire qui oppose scandaleusement « identité nationale et immigration » et dénature ainsi l’identité de la France. Ainsi des discours – celui de Dakar, en particulier - reprenant les préjugés du colonialisme (…).


Cet article est le 99ème paru sur ce blog dans la catégorie
Gauche France 2007-08

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 21:49

Obama, un président porteur des aspirations du peuple

 

La transition Bush-Obama est longue, le président élu prenant ses fonctions le 20 janvier 2009. Pendant ce temps, la situation économique et sociale apparaît de plus en plus dans sa réalité (voir Etats-Unis : le chômage au plus haut depuis 15 ans, Nouvel Observateur, 5 décembre).

 

« La situation dont hérite Obama est un cauchemar ». Ce constat d’un spécialiste du monde des affaires concerne la crise économique, mais la politique étrangère et de sécurité n’est pas beaucoup plus confortable (voir l’article de Rémy Ourdan sur le site du Monde, paru le 1er décembre Les "guerres de l'Amérique", priorité de Barack Obama).

 

Le président a pris les moyens de rassembler le camp démocrate (voir Clinton succèdera à Rice au département d'Etat américain, Le Monde, 1er décembre).

 

Il s’engage dans la bonne direction en donnant la priorité aux investissements afin de moderniser les équipements du pays - infrastructures, nouvelles technologies, santé, énergie - voir Obama annonce un plan pour les infrastructures (Nouvel Observateur, 6 décembre).

 

Ce qui ressort des orientations de Barack Obama, c’est sa volonté de faire corps avec le peuple, de prendre en compte la réalité sociale.

 

Sa philosophie est à découvrir dans le discours mémorable qu’il a prononcé le 18 mars 2008 à Philadelphie. Claude Nicolet (qui était alors secrétaire national aux relations internationales du MRC) avait publié, le 5 avril, une tribune (voir, ci-après). Il y a un mois, il ajoutait ce commentaire :

 

« Je m'autorise à insister sur un point qui me parait important, c'est la volonté d'Obama de ne pas se laisser enfermer dans la question raciale. Autrement dit, le discours actuellement dominant sur nos médias qui consiste à dire que la France est en retard sur les questions liées aux discriminations (qu'il faut quand même regarder avec attention) et qui vise à instrumentaliser la victoire d'Obama relève selon moi de la manipulation.
Cette victoire est révélatrice de phénomènes bien plus importants. Certes la France a des difficultés sociales et économiques de taille et le racisme y a sa part, mais les réduire simplement à cela c'est prendre les choses par le petit bout de la lorgnette et refuser de s'attaquer au système c'est à dire au fonctionnement du capitalisme financier globalisé ».

Barack Obama ou le grand retour de la question sociale

 

Le 18 mars dernier, Barack Obama a prononcé un discours à Philadelphie dont l’importance fera probablement date. Le sénateur Obama, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle aux Etats Unis d’Amérique était dans une situation difficile, suite à certaines déclarations du révérend Jeremiah Wright, dont il était très proche. Cet homme a, en effet, eu des propos très durs sur la politique intérieure et étrangère des Etats-Unis plaçant Barak Obama en situation délicate.

 

Se démarquant clairement des propos du pasteur, il a néanmoins refusé de le renier en affirmant « qu’il portait en lui les contradictions de la communauté ». Ce qu’il y a de passionnant et de remarquable dans ce discours, c’est qu’il procède d’un double mouvement. Il est à la fois une déconstruction et une mise en perspective permettant de produire une vision politique.

 

Il s’inscrit tout d’abord profondément dans l’histoire de ce pays sans en rejeter les contradictions, en particulier le « péché originel » de l’esclavage en décalage complet avec la déclaration d’indépendance.

Cette inscription dans l’histoire et dans le volontarisme que cela sous-entend, doit selon lui inciter à l’action. Rien n’a été donné, il a fallu se battre pour conquérir les droits civiques et civiles, lutter contre les discriminations pour « réduire l’écart entre la promesse de nos idéaux et la réalité du temps ». Le souhaitable est possible à condition de le vouloir pour tous car il ne peut se réaliser au détriment de l’Autre.

 

Il pose ainsi clairement la question raciale dans un long préambule à son intervention comme préalable à la bonne compréhension de la réalité américaine qu’il ne faut pas chercher à récuser, rappelant un certain nombre de vérités sur la société américaine, ses inégalités et les violences qu’elles engendrent. Mais « on ne peut ignorer la problématique de la race » dit il, elle est profondément enracinée dans l’identité du pays.

 

Cependant cette violence ne doit rien au hasard mais plutôt au résultat de l’histoire et des politiques qui furent menées aux Etats Unis d’Amérique. Ce pays porte en lui ces immenses contradictions et il ne sert à rien d’essayer de les nier ou de les contourner.

Pratiques inégalitaires dans tous les domaines n’ont eu comme résultat que « l’échec et le gâchis comme expérience légués aux générations futures ». Dès lors, le racisme devenait une « définition du monde ». La « colère noire » ne peut être comprise sans cela, et le révérend Wright porte en lui cet héritage.

Mais la force du discours d’Obama tient au fait qu’il analyse aussi les raisons de la « colère blanche » venant des milieux populaires ou de la classe moyenne qui n’avaient pas le « sentiment que son appartenance raciale était un privilège ».

 

Face à la discrimination positive, face aux aides sociales dont les blancs se sentaient exclus, face à ce qu’ils ressentaient comme une injustice et une inégalité, surtout pour ceux qui ne se sentent en rien responsables des crimes esclavagistes. La rancœur est grande et c’est sur ce terreau que la coalition néo libérale puis néo conservatrice s’est bâtie.

 

Il réussit à déconstruire et à expliquer au peuple américain, les maux dont souffre sa société.

Dès lors il faut voir en face les « vrais problèmes : une culture d’entreprise où les délits d’initiés, les pratiques comptables douteuses, la course aux gains rapides sont monnaie courante, une capitale sous l’emprise des lobbies et des groupes de pression, une politique économique au service d’une minorité de privilégiés (…). Il est temps maintenant de parler des écoles délabrées qui dérobent leur avenir à nos enfants, des urgences médicales aux files interminables et d’un système de santé qui s’effondre, des usines qui ont fermé leurs portes, des maisons qui sont à vendre, des entreprises qui délocalisent dans le seul but de faire du profit ».

 

Ce faisant, il subordonne en fait la question raciale à la question sociale et à l’organisation sociale de la société américaine.  Il propose alors de mettre en place un projet politique qui permettrait à l’individu de se réaliser et de s’émanciper en tentant de s’affranchir du déterminisme racial qui l’entrave tout en « assumant le passé sans en être victime ». Il ne s’agit pas d’une alliance des races mais bien d’une réflexion sur les structures économiques et sociales de la société américaines.

Le fait de voir revenir sous cette forme la question sociale au premier plan du discours d’un responsable politique américain qui peut devenir Président des Etats Unis d’Amérique, traduit incontestablement une évolution dans le rapport de force idéologique dans ce pays, mais aussi dans le monde.

 

Certes, Barack Obama est ancré dans la religion et y fait référence en permanence ; certes son approche très rapide du conflit israélo-palestinien est contestable, mais assurément  un discours différent en terme d’analyse politique, économique et sociale est apparu.

 

C’est donc en abordant de front ces questions économiques et sociales, qui constituent selon Obama le cœur des problèmes de la société de son pays, que l’on pourra aller « vers une union plus parfaite », mais qui ne peut se faire qu’à la condition que chaque citoyen entame le travail de perfection qui permettra à l’ensemble du peuple de prendre ce chemin. Car « les rêves des uns ne doivent pas se faire au détriment du rêve des autres ».

 

Il faut prendre la mesure des chocs qui sont entrain de se produire, crise économique et financière commencée cet été aux Etats Unis, contagion sur toutes les places boursières qui légitime à nouveau l’idée de nationalisation, effondrement de l’immobilier et d’une partie du crédit, renchérissement du coût de l’énergie et des matières premières, instabilité internationale majeure dans la corne de l’Afrique, en Irak, dans le Proche-Orient, en Afghanistan, tensions avec la Russie suite à l’extension de l’OTAN et à l’indépendance du Kosovo…La liste est longue.

 

La question de la place et de la fonction de l’Etat  va redevenir une question politique majeure dans les mois et les années à venir pour apporter de la régulation et de la sécurité aux citoyens. Pour qu’ils puissent vivre dans des sociétés où ne règne pas seulement la loi du plus fort.

 

Ce sont ces grands mouvements qu’il faut être aujourd’hui en capacité de percevoir pour bâtir de grands projets politiques, éventuellement à l’échelle d’un continent, mais aussi à coup sûr, cohérent au niveau mondial. C’est à cette échelle là qu’il faut désormais se placer.

 

Voir aussi JP Chevènement : les USA ne pourront, seuls, sortir de la crise - 15 novembre 2008

 

 

Cet article est le 4ème paru sur ce blog dans la catégorie Amérique du Nord

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 17:21

Un plan climat européen montrerait le bon exemple

 

Le groupe AFLEC* de St-Berthevin, en visite à Bruxelles les 3 et 4 décembre, afin de mieux connaître le fonctionnement des institutions européennes, était admis à pénétrer dans l’hémicycle du Parlement européen jeudi 4, entre 9h30 et 10h. Les députés débattaient en séance plénière du « paquet énergie-climat » proposé par la Commission européenne, en vue d’un accord des 27 chefs d’Etat et de gouvernement, lors du Conseil européen, les 11 et 12 décembre à Bruxelles.

 

Le ministre Jean-Louis Borloo était présent, la France assurant la présidence de l’Union européenne pendant ce semestre qui s’achève à la fin 2008. J’ai trouvé un site de presse qui évoque ce débat. C’est celui de La Tribune, en lien avec EurActiv.fr. Cet article, paru le 5 décembre, décrit les différences d’approche entre les groupes de pays européens (lire aussi sur le Site d'EurActiv.fr).

 

"Paquet énergie-climat" : le parlement européen craint de ne pas être entendu

 

Plusieurs députés européens sont montés au créneau, lors de la session plénière du 4 décembre à Bruxelles, pour protester contre une prise en compte insuffisante des avis de leur assemblée dans les négociations sur le paquet énergie-climat.

 

Au cours du débat en plénière du Parlement européen sur l’état des négociations du paquet énergie-climat, le ministre français de l’Environnement, Jean-Louis Borloo, a fait face aux reproches de nombreux eurodéputés quant à la prise en compte de leur avis dans les négociations du paquet énergie-climat.

 

«Le travail fourni sur le fond est bien ici, au Parlement européen», a lancé le président du Parti socialiste européen (PSE), Martin Schulz. «La décision du Conseil n’est pas la plus intelligente», a-t-il poursuivi, fustigeant une réunion tardive des chefs d’Etat et de gouvernement, les 11 et 12 décembre à Bruxelles. «Nous ne signerons pas d’accord si vous mettez le Parlement européen devant un fait accompli. Toutes les négociations doivent se faire en trilogue», a confirmé la Britannique Avril Doyle (PPE-DE), rapporteur de la directive sur le système d'échange de quotas d'émissions (ETS).

 

«Jamais le Parlement européen n’a pu se prononcer en plénière sur le paquet», a pour sa part déploré le socialiste luxembourgeois Robert Goebbels. «C’est inacceptable!», a-t-il dénoncé. Il a réclamé un accord «dans la transparence démocratique»: «une politique climatique ambitieuse ne peut pas se décider derrière des portes closes et à l’insu des citoyens».

 

Rapporteur de la directive sur la réduction des émissions de CO2 dans l’industrie automobile, un texte bouclé quelques jours auparavant (EurActiv.fr, 03/12/08), l’Italien Guido Sacconi (PSE) s’est félicité de l’aboutissement des négociations dans ce domaine. «J’ai pensé qu’il fallait clore ce dossier avant le Conseil européen, afin que personne ne puisse y toucher.»

 

«Pas de déni démocratique»

Dans le même sens, le Britannique Martin Callanan (PPE-DE), qui participe aux trilogues entre Conseil, Parlement et Commission, s’est plaint d’avoir reçu des documents de 60 pages venant de la Présidence seulement une heure avant de commencer les négociations. «Ce n’est pas une bonne façon de procéder, a-t-il dit au ministre français. Il est important que toute cette législation, très technique, soit étudiée de près.»

 

«Il n’y a pas de déni démocratique», a répondu Jean-Louis Borloo, qui a invoqué une nécessaire accélération du calendrier pour parvenir aux objectifs fixés par les échéances de Poznan et de Copenhague (2009), et donc la nécessité d'un accord en première lecture. Il s’exprimait dans l’enceinte du PE avant de rejoindre ses homologues pour un conseil des ministres européens de l’Environnement.

 

Les parlementaires européens devaient à l'origine voter sur le texte à la session plénière de fin décembre. Sous la pression de la délégation allemande, soudée pour limiter l'impact de la législation sur le climat sur son industrie, le vote avait été avancé au 4 décembre. Le Parlement européen ayant des positions plus "vertes" que le Conseil, un vote des députés avant le Conseil européen des 11 et 12 décembre rendait un accord en première lecture difficile. La Présidence française a donc réussi à faire à nouveau modifier la date de la décision du PE. Le vote aura finalement lieu le 17 décembre (EurActiv.fr, 25/11/2008).

 

«Trois blocs de pays»

Quoiqu’il en soit, certains députés participent, depuis plusieurs semaines, aux trilogues entre Commission européenne, Parlement européen et Conseil, afin de trouver un accord sur le texte. La veille du débat, la dernière réunion de ce type s’était terminée à 2h du matin. Trois réunions devraient encore se tenir d’ici le Conseil européen des 11 et 12 décembre. Enfin, des représentants du Conseil, de la Commission et du Parlement se réuniront une dernière fois en trilogue avant la plénière.

 

Devant le Parlement, Jean-Louis Borloo a reconnu que la directive sur le système communautaire d’échange de quotas de CO2, dite «ETS», constituait le point le plus difficile des négociations. «Il y a trois grands blocs de pays, a-t-il expliqué :

 

- «Les Pays baltes, qui se sont attelés à démonter les centrales nucléaires», et qui sont sur une «île énergétique». «Eux mettent en avant des problèmes techniques matériels et spécifiques», a poursuivi le ministre.

 

- «Ensuite, il y a les pays les moins performants sur le plan énergétique, et qui dépendent d’une énergie très carbonée.» Parmi eux : la Pologne, qui dépend du charbon à 94%. «Il faut trouver des systèmes de progressivité qui ne modifient ni les objectifs globaux ni le calendrier», a estimé M. Borloo.

 

- Enfin, le troisième bloc est formé par «des pays attentifs au coût du système», parmi lesquels la France. «Ils sont très attentifs au coût de la nécessaire solidarité entre nous et au choix de la pré-affectation des crédits» dégagés dans le cadre de la directive ETS.

 

Face à cela, Jean-Louis Borloo a préconisé deux solutions, qui pourraient être adoptées ensemble ou séparément : la progressivité des enchères, et un mécanisme d’inclusion carbone (ou taxe carbone) pour limiter les délocalisations des industries européennes à cause des quotas payants.

«Il ne faut pas que le prix de l’énergie augmente», a-t-il affirmé. Egalement interrogé par plusieurs députés sur le financement des technologies de captage et de stockage de CO2, il a assuré que ce financement serait inclus dans les accords «sous une forme ou une autre, maintenant ou un peu plus tard» (EurActiv.fr, 4/11/2008).

 

Quelques heures plus tard, en marge du Conseil Environnement, le ministre français a par ailleurs estimé que les Etats membres étaient d’accord sur 90% des points à négocier, et que les 10% restants seraient résolus lors du Conseil européen. «Tout le monde est dans l’idée que c’est par la compétitivité qu’on sauvera le climat», a-t-il ajouté.


Sur ce même sujet, voici quelques articles apportant d’autres informations, complémentaires :


-
Dernière ligne droite pour le plan climat européen (Le Monde, 5 décembre) ;

- "La crise ne rend pas moins pertinente la lutte contre le changement climatique" (Le Monde, 1er décembre) ;

- Sarkozy négocie avec les pays de l'Est sur le climat (Nouvel Observateur, 6 décembre).

 

Ajoutons cet article paru le 5 décembre sur le site du Monde, qui conteste la mise à l’écart du méthane dans les efforts à réaliser pour lutter contre les gaz à effet de serre (lire Climat : alerte au méthane, par Benjamin Dessus).

 

* Ce déplacement était organisé par l’AFLEC Association Familiale Loisirs Et Culture Saint-Berthevin ... en relation avec Georges Garot, président de la Maison de l’Europe en Mayenne, ancien député au Parlement européen (1997-2004). Nous avons participé à des rencontres de grand intérêt avec des députés au Parlement européen et des fonctionnaires de la Commission européenne.

 

Cet article est le 42ème paru sur ce blog dans la catégorie Climat et énergies

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 23:56

Une analyse rigoureuse et très documentée

 

La Haute Assemblée s’est enrichie d’un remarquable parlementaire en la personne de Jean-Pierre Chevènement. Le sénateur du Territoire de Belfort est intervenu lors de la séance du 1er décembre sur les questions de Défense (voir les Interventions en séance publique en cliquant sur www.senat.fr).

 

Cette intervention est reproduite sur le site du président du MRC sous le titre Le sénateur Chevènement s'oppose au projet de budget de la Défense.

 

Voici la seconde partie :

 

II – Modèle d’armée et défense nationale

J’aimerais me placer dans une perspective de longue durée pour répondre à la question de fond : est-ce que le modèle d’armée que nous sommes en train de recalibrer en forte baisse – 5.600 postes supprimés en 2009 et 54.000 sur toute la durée de la loi de programmation – correspond véritablement à l’intérêt de la Défense Nationale ? Personnellement j’émets un doute très fort.

A) Si je mets à part la dissuasion, convenablement dotée et dont les programmes s’exécutent sans trop de retard, je constate que pour le reste, nous sommes en train de constituer une petite armée de métier essentiellement dédiée à des opérations de projection lointaine.

Quand le Président Jacques Chirac, en 1996, a suspendu – c’est-à-dire, en fait, supprimé – le service national, je n’y ai pas été favorable. J’observe que le Président de la République, aujourd’hui, demande à M. Luc Ferry de réfléchir à un service civique volontaire.

 

Rien, du point de vue de la cohésion nationale et du civisme, ne remplacera l’obligation du service qui assurerait à la défense nationale trois avantages décisifs :
- Un lien étroit avec la nation à quoi rien ne pourra se substituer.
- Une réserve de puissance et de mobilisation en cas de circonstances exceptionnelles.
- Enfin, nous nous sommes privés avec le service national d’une ressource abondante, diversifiée et peu chère
.

 

 C’est grâce au service national que nous avons pu maintenir pendant plusieurs décennies un effort d’équipement qui dépassait 60 % de l’effort global, ce qui contribuait de manière décisive à l’indépendance de nos industries de défense. Ainsi dans le dernier budget que j’ai eu la charge de préparer, celui de 1991, les crédits du titre V consacré à l’équipement atteignaient 103 milliards de francs, c’est-à-dire plus de 15 milliards d’euros hors inflation, soit environ 22,5 milliards d’euros 2008 si on tient compte de la dérive des prix, à comparer avec les 12,3 milliards d’aujourd’hui, montant du programme 146 « Equipement des forces » dans le projet de loi de finances 2009. Le déséquilibre qui s’et créé du fait de la professionnalisation entre dépenses de fonctionnement et dépenses d’équipement n’a jamais pu être corrigé. Les objectifs du « modèle d’armée 2015 » n’ont pu être atteints, malgré deux lois de programmation dont l’application est restée pour l’une comme pour l’autre, en deçà des ambitions initiales.

B) Le Président Sarkozy a pris acte de ce retard. Conscient des insuffisances de l’équipement, il a décidé une très forte déflation des effectifs, abandonnant le modèle d’armée 2015 jugé insoutenable, le but affiché étant de pouvoir équiper correctement une armée plus petite. Telle est la logique de la loi de programmation Mais correspond-elle aux besoins de la Défense Nationale ? Je ne le crois pas.

C) Nous sommes en-dessous de l’effort nécessaire pour parer aux risques de tensions, de crises, de conflits dont l’horizon est chargé. C’est justement parce que la France est une puissance essentiellement pacifique qu’elle doit limiter ses interventions militaires extérieures à la préservation de la légalité internationale pour autant qu’elles demeurent proportionnées et maintenir pour ce qui la concerne directement une posture de défense réellement dissuasive.

1. Le XXIe siècle qui commence comporte pour la France un grave risque d’effacement. Ce risque est d’abord dans l’esprit du temps car selon le mot de Thémistocle l’indépendance de la cité réside moins dans l’épaisseur de ses murailles que dans le ventre de ses citoyens. Je me bornerai à observer la désuétude du patriotisme trop souvent confondu aujourd’hui avec le nationalisme qui est à ses antipodes.

a) L’effacement de la France peut résulter de son absorption plus ou moins conscience dans un Empire, dont la tête est ailleurs. A cela contribue essentiellement l’idéologie « occidentaliste » dont la formulation la plus claire a été développée par M. Balladur, dans un petit livre trop peu remarqué, intitulé « Pour une Union occidentale ».

b) L’effacement de la France peut aussi résulter du triomphe des communautarismes et de la perte du lien civique ; antichambre de la guerre civile. Ces deux risques ne sont pas antagonistes. Ils peuvent être et sont d’ailleurs complémentaires.

La France est en Europe et l’Europe n’est pas à l’abri de conflits – on l’a vu dans les Balkans ou dans le partenariat entre l’Europe de l’Ouest et la Russie. A cet égard la responsabilité de la France est essentielle.

2. Outre l’effacement de la France un second risque tient à ce qu’on appelle la mondialisation. Celle-ci a tellement rétréci la planète que nous pouvons être entraînés dans toutes sortes de conflits d’intensité faible ou forte, où le ressentiment accumulé, au fil des derniers siècles, contre les Européens peut se cristalliser de manière soudaine et irrationnelle, en se répercutant le cas échéant, au sein même de la société française. La meilleure manière de parer à ce risque est de maintenir l’idée des valeurs universelles et de combattre la tentation du « deux poids, deux mesures ».

Nous ne devons pas entrer dans le schéma de Samuel Huntington du « choc des civilisations ». Le Nord est pluriel, le Sud aussi, mais l’Humanité est une : tel devrait être le message de la France car la vocation de notre pays a quelque chose à voir, disait Malraux avec la liberté du monde, c’est-à-dire avec le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

La France a toujours été contre les Empires. C’est pourquoi l’idée de rejoindre l’organisation militaire intégrée de l’OTAN est une grave erreur. A quoi sert l’OTAN depuis la disparition de l’Union Soviétique ? Il faudrait nous le dire. Il paraît que l’Institut John Hopkins a été chargé de réfléchir sur un « nouveau concept stratégique de l’OTAN ». Nous aimerions, Monsieur le Ministre, être informés de cette réflexion. L’élargissement à l’Est de l’OTAN jusqu’aux frontières de la Russie est au cœur même de l’espace russophone et contraire à l’intérêt de la France. Il est contraire à l’intérêt européen bien compris. Le Président de la République a soutenu à Bucarest, au sommet de l’OTAN, le projet de déploiement des systèmes antimissiles en Tchéquie et en Pologne. Cette approbation n’est pas cohérente avec le souci par ailleurs manifesté en Géorgie de maîtriser le conflit, souci que j’approuve. Le Président de la République doit vouloir développer parallèlement « une Europe de la Défense efficace ». Quelles sont aujourd’hui, Monsieur le Ministre, les manifestations de cette politique européenne ?

Il n’y a rien à gagner à réintégrer la structure militaire intégrée de l’OTAN, sinon une implication toujours plus grande dans les OPEX et un accroissement de 10 % cette année de notre contribution financière à l’OAN, soit 115 millions d’euros.

Les grandes puissances continentales de demain : Etats-Unis, Russie, Chine, Inde peuvent chercher à nous entraîner dans leurs inévitables rivalités. Et même des puissances moindres mais soutenues par divers fanatismes peuvent nous entraîner dans des guerres que nous n’aurions pas voulues. Et si notre intérêt est de nous en tenir éloigné, la plus sûre manière de les prévenir est de disposer de capacités militaires réellement dissuasives.
 

Cet article est le 3ème paru sur ce blog dans la catégorie Chevènement sénateur

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 22:36

60ème anniversaire de la déclaration universelle

 

De retour de Bruxelles, où j’ai participé* à des rencontres de grand intérêt avec des députés au Parlement européen et des fonctionnaires de la Commission européenne, je reçois de la Maison de l’Europe en Mayenne ce message qui concerne la Déclaration universelle des droits de l'homme.

 

La Maison de l'Europe en Mayenne diffusera en boucle un diaporama de 10 minutes sur la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme afin de marquer le 60ème anniversaire de sa signature, mardi 9décembre de 10h à 12h30 et mercredi 10 décembre de 10h à 12h30 et de 14h à 18h, dans le Hall d'exposition de l'Espace régional à Laval.

En effet, la déclaration universelle a été signée le 10 décembre 1948 à Paris. Ce diaporama a été réalisé par le Ministère des Affaires étrangères et européennes et le Secrétariat d'État chargé des Droits de l'Homme. Nous sommes cordialement invités à venir redécouvrir le préambule et les 30 articles de cette déclaration universelle, illustrés par de magnifiques photos d'actualité.

Relais EUROPE Direct - 43 quai Gambetta - 53 000 LAVAL - Tel : 02.43.67.22.70

 

Sur cette question des droits de l’homme, il est utile de consulter Droits de l'homme - Wikipédia et aussi Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 - Wikipédia.

 

* Ce déplacement de deux jours à Bruxelles était organisé par l’AFLEC Association Familiale Loisirs Et Culture Saint-Berthevin ... en relation avec Georges Garot, président de la Maison de l’Europe en Mayenne et vice-président de la fédération nationale des Maisons de l’Europe. Georges Garot a été député au Parlement européen de 1997 à 2004, responsable des questions agricoles pour le PSE (voir Georges Garot - Wikipédia).

 

Cet article est le 35ème paru sur ce blog dans la catégorie France et Europe

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 17:45

La ministre Lagarde, évasive sur les aides de l’Etat

 

Les dernières informations économiques confirment les craintes évoquées dans un précédent article sur ce blog (voir Récession économique, chômage en très forte hausse, crise sociale - 30 novembre 2008).  

 

Dans son bulletin, ce 2 décembre, pour La Chronique Agora, Philippe Béchade observe que la tempête arrive (lire Les Etats-Unis en récession et l'Europe dans la tourmente : les indices boursiers vont avoir du mal à s'en remettre), une récession s’annonçant au début de l’année 2009. L'activité industrielle a continué de se dégrader en novembre dans la Zone euro. L’industrie automobile est en alerte rouge.


En guise de hors-d'oeuvre, les immatriculations ont reculé de 5,4% en novembre en France d'après le CCFA (Comité des constructeurs français d'automobiles) ; Peugeot voit ses ventes plonger de 17% en novembre.
 

En Mayenne, ce 2 décembre, Ouest-France (Guillaume LE DU) se fait l’écho de l’inquiétude de la CFDT, concernant les sous-traitants de l’automobile. « C'est environ 50 % de l'activité métallurgique qui va cesser son activité en fin d'année », affirme Marcel Placé, secrétaire départemental des métaux CFDT.


Les équipementiers automobiles au point mort

Chômage partiel. Les métaux CFDT indique que le secteur métallurgie (notamment les équipementiers automobiles) emploie 11 000 salariés en contrat à durée indéterminée (CDI). Le secteur souffre de la crise automobile. Selon le syndicat, 700 emplois intérimaires auraient été perdus, dans le département, depuis le 1er décembre 2007. Par exemple, l'usine Valeo (470 salariés) qui a compté jusqu'à 120 intérimaires, en janvier 2008, n'en compte plus aujourd'hui... « La demande de chômage partiel représente 110 000 heures de travail en janvier », affirme Marcel Placé, secrétaire du CE de Salmson. Le chômage partiel (salarié payé 50 % de sa rémunération) se multiplie (Valeo, Auto Cast etc.) mais on a aussi un plan social, comme chez Gevelot.

Gevelot. L'équipementier automobile dont le client principal est Peugeot-Citroën, est victime des baisses de commandes de ses donneurs d'ordre. Un plan social de 47 suppressions de poste est en cours dans ses trois usines françaises dont celle de Laval. Le site Lavallois (288 salariés) perdrait 17 postes : 14 à l'usine et trois au centre technique et de développement. L'usine sera fermée du 12 décembre au 5 janvier. L'équipementier qui fabrique des pièces de boîtes de vitesse, des pistons de frein et des colonnes de direction, pourrait fermer dès le 8 décembre avec du chômage partiel. Les congés et autres RTT pris dès le 28 novembre, pourraient ne pas suffire. Depuis le 15 septembre dernier, l'usine ne compte plus d'intérimaires. Il y en a eu jusqu'à 30.

Valeo. Les 470 salariés de Laval ont appris que l'usine (qui fabrique des radiateurs automobiles) fermerait du 16 décembre au 5 janvier. Les salariés qui n'ont plus de congés ou de RTT, seront placés en chômage partiel. De deux à quatre jours de chômage partiel sont déjà prévus en janvier. « Comme il n'y a plus d'intérimaires, les employés des bureaux se retrouvent en production », dit la CFDT. Le transfert d'une partie de l'activité du site de Laval vers celui de la Suze (Sarthe) est suspendu.

Auto-Cast. L'équipementier de Laval, qui fabrique des turbos pour les moteurs, compte 160 salariés. Ils subissent la crise depuis le mois de septembre avec 6 jours de chômage partiel puis 10 jours en octobre et encore 10 jours en novembre. L'avenir est incertain pour la fonderie si elle ne trouve pas rapidement des contrats. La CFDT indique l'usine pourrait fermer en février à défaut de nouvelles commandes venant d'Honeywell ou Scania, ses habituels donneurs d'ordre.

Métallurgie sinistrée. La liste des entreprises touchées par la crise est longue (STSM, Fonderie Mayennaise, Rapido, Salmson, Gys, le Joint Français, Maisonneuve, Alcad, Techni Industrie, Gruau, Tenneco). Selon la CFDT, plus de 4 500 salariés en CDI se voient imposer des prises de congés, des jours de chômage partiel. « C'est environ 50 % de l'activité métallurgique qui va cesser son activité en fin d'année », affirme Marcel Placé. Le syndicat réclame d'urgence la mise en place d'une cellule de crise pour repérer les effets de la crise. La CFDT réclame également que « les aides financières promises par le gouvernement soient débloquées. »


Sur le site du Monde
, le 19 novembre, Stéphane Lauer apportait un éclairage intéressant sur les raisons de la crise, notamment aux USA : Industrie automobile : les raisons de la crise (extraits) :


L'industrie automobile, aussi bien européenne qu'américaine, est la première grande victime de la crise financière
. La vitesse à laquelle le secteur subit les conséquences du ralentissement économique a quelque chose de sidérant. Les ventes s'effondrent de part et d'autre de l'Atlantique. Les annonces de fermeture d'usines se multiplient. Aucun constructeur n'échappe à une révision drastique de ses perspectives de bénéfices. La soudaineté et la rapidité du désastre s'expliquent par plusieurs raisons.

D'abord, l'industrie automobile est d'une extrême sensibilité aux variations de consommation. Quoi de plus facile pour les ménages ou les entreprises de retarder de six mois, voire plus, l'achat d'un véhicule, alors qu'il s'agit d'un poste lourd pour le budget. Ensuite, l'industrie automobile subit de plein fouet la crise du crédit. Dans les pays développés, les trois quarts des voitures sont achetées à crédit. Lorsque l'accès à celui-ci est plus difficile, l'impact sur les ventes est immédiat.

Troisième raison : l'organisation en flux tendu du secteur. Il suffit d'une baisse des fréquentations des show room des concessionnaires pour que les usines soient obligées de réduire les cadences, voire de fermer partiellement. Le stockage de véhicules produits, mais non vendus se révélant plus coûteux que la mise en chômage partiel d'une partie des salariés.

Une fois ce contexte posé, la situation de l'industrie automobile aux Etats-Unis et en Europe n'a pas grand-chose à voir. Aux Etats-Unis, ces problèmes conjoncturels viennent en effet se greffer sur une crise structurelle lourde (…).


Le point de vue d’un sociologue
est exprimé dans Le Monde (25 octobre 2008, propos recueillis par Nathalie Brafman) sous le titre Quatre roues, cinq crises : où va l'automobile ?

Auteur de "Mobilités, trajectoires fluides" (éd. de l'Aube, 2005), Bruno Marzloff est sociologue et consultant spécialiste des enjeux de mobilité. Selon lui, nous ne pourrons plus, demain, nous servir de notre voiture comme nous le faisons aujourd'hui, du moins en ville, et les constructeurs devront aussi changer de logique (…).

 

Sur le site de Marianne, le 29 novembre, Edouard Husson évoque cette question, à sa façon, dans sa rubrique hebdomadaire : Ma semaine allemande: L'industrie automobile crie «Au secours, je péris !». 

 

Au Sénat, lors de la séance des questions d’actualité au gouvernement, le 27 novembre, Jean-Pierre Chevènement a interpellé la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi, Christine Lagarde, sur le sauvetage de l’industrie automobile (voir Intervention).

La question du sénateur Chevènement et la réponse de la ministre Lagarde (extraits) :


Madame le ministre, le sauvetage de notre industrie automobile doit devenir une priorité absolue pour le Gouvernement
. L’enjeu est de taille : 3 millions de personnes directement et indirectement employées sont concernées. Cela représente 10 % de notre PIB, si l’on inclut les activités de commerce et de réparation (…).


La logique industrielle libre-échangiste, en l’absence de toute protection, conduit, et je pèse mes mots, à la disparition potentielle des sites de production français. Toute la production française – je dis bien « toute » – peut être réalisée en Europe centrale et orientale ou dans des pays d’Asie, faute de protection du marché européen. Nous perdrions alors notre marché et l’accès aux marchés voisins : nous serions doublement perdants, à l’exportation comme à l’importation.


La nécessité d’un plan européen s’impose à l’évidence. Les États-Unis ont déjà annoncé un programme de 25 milliards de dollars. La Commission européenne avance le chiffre de 40 milliards d’euros. Qu’en est-il vraiment, puisqu’il s’agit essentiellement de l’addition de plans nationaux ?

Madame la ministre, pouvez-vous nous donner des montants précis et décrire les modalités concrètes d’une telle aide ? Celle-ci ne peut se limiter ni à une baisse de la TVA, qui profitera à toutes les voitures, quelle que soit leur origine, ni à quelques incitations en faveur de la production de véhicules propres.


J’insisterai sur deux points. En premier lieu
, ces aides ne peuvent pas être accordées sans contreparties précises, notamment en ce qui concerne l’emploi des salariés. Par ailleurs, le Gouvernement est-il prêt à envisager l’implication de la puissance publique dans le capital des entreprises françaises notoirement sous-capitalisées ?

 En second lieu, une taxe anti-dumping social et une écotaxe pour égaliser les conditions de concurrence avec les pays à bas coût salarial et refusant toute protection environnementale sont-elles prévues ?

Madame la ministre, lors du prochain Conseil européen qui se réunira dans quelques jours, la France, qui préside l’Union européenne, soulèvera-t-elle le problème de la protection du marché européen, seule à même de garantir la pérennité de notre industrie ?


Mme Christine Lagarde, ministre de l'économie, de l'industrie et de l'emploi.


Monsieur le sénateur
, nous n’attendrons pas le prochain Conseil européen : nous avons déjà engagé ce dialogue avec l’ensemble des États membres, mais aussi, plus largement, avec les pays du G20. En effet, nous devons faire face à deux problèmes simultanés : le développement de tous les pays du monde et la stratégie industrielle de la France, au cœur de l’Europe.


Lors du sommet du G20 à Washington
, – je vous renvoie au communiqué final de cette réunion – a été prise la résolution de ne pas avoir recours au protectionnisme. Nous le savons, pour l’avoir éprouvé lors des crises précédentes, le protectionnisme n’est pas une bonne solution et ne peut mener qu’à des crises beaucoup plus graves encore.


Pour suivre les interventions du sénateur Chevènement, cliquer sur www.senat.fr.

 

Cet article est le 31ème paru sur ce blog dans la catégorie Travail Economie

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 22:31

 

La banque, la finance, le libre-échange, sur la sellette

 

La réunion publique organisée par le Mouvement Républicain et Citoyen le 4 décembre à Paris est la première du genre, depuis que Jean-Pierre Chevènement a accepté de prendre la présidence opérationnelle du MRC en juin dernier. C’est un test de la capacité de ce jeune parti à initier une réflexion en profondeur sur la manière de répondre à la question « Que faire, face à la crise ? »

 

Les interventions de trois experts reconnus pour le haut niveau de leurs travaux précéderont celles de trois élus et responsables politiques, de 18h30 à 21h, salle Paul Delouvrier du Conseil régional, 33 boulevard des Invalides, Paris 7ème.

 

Jacques Sapir sera le premier à s’exprimer sur le thème de « la reprise en main par l'Etat de la banque et de la finance (dernier ouvrage paru : "Le nouveau XXIè siècle", Seuil, 2008) ». En consultant Jacques Sapir - Wikipédia sur la Toile, on trouve cette description sous le titre  

Critique des politiques économiques dominantes

Jacques Sapir est connu pour des interventions qu'il a faites dans plusieurs débats importants aux frontières de l'économie, de la politique économique et de la politique. Il a été l'un des économistes qui se sont opposés aux politiques néo-libérales inspirées du « Consensus de Washington » en Russie. Il fut l'un des rares économistes à annoncer le krach financier de 1998 et à prédire que la Russie s'en relèverait par des politiques hétérodoxes. La pertinence de ses analyses lui a valu d'être choisi pour prononcer la Edward Hewett Memorial Lecture lors de la Convention annuelle de l'American Association for the Advancement of Slavic Studies en 2001.

Il a pris position contre le Traité constitutionnel européen en 2005 ainsi que pour un retour à des formes modérées de protectionnisme. Il développe une analyse critique de la mise en place de l'Euro, en particulier dans un article de 2006, « La Crise de l’Euro : erreurs et impasses de l’Européisme », où il annonçait la fragilité de la monnaie européenne en cas de choc financier international majeur. Depuis l'automne 2007, il est un analyste écouté de la crise financière globale née sur le marché hypothécaire américain (dite aussi "Crise des subprime").

Ernst Hillebrand interviendra en suite sur le thème de « l'incontournable réorientation de la gauche en Europe » (il écrit dans Le Débat, la Revue socialiste, etc.). Il est directeur du bureau parisien de la Fondation Friedrich Ebert – voir fes Paris.

 

Jean-Luc Gréau sera le 3ème orateur de la soirée sur le thème « Sortir du libre-échange ». Economiste, auteur de « L’avenir du capitalisme » et de « La trahison des économistes » (Le Débat-Gallimard, 2008), il a été, à plusieurs reprises, invité des colloques de la Fondation Res Publica, présidée par Jean-Pierre Chevènement (voir Intervention de Jean-Luc Gréau).

 

Marie-Noëlle Lienemann (voir Marie-Noëlle Lienemann - Wikipédia) a participé à l’université d’été du MRC à Belfort le 6 septembre 2008. Députée au Parlement européen, elle a fondé Gauche Avenir avec Paul Quilès et milite au PS en faveur de la refondation de la gauche (lire son intervention lors du congrès de Reims "La France a besoin de la gauche").

 

Benoît Hamon est député au Parlement européen et mieux connu depuis sa candidature à la direction du PS au congrès de Reims. Voici un extrait de son « positionnement politique » sur Benoît Hamon - Wikipédia.

Hamon milite pour une forte intervention de l'État dans l'économie, ainsi que pour des réglementations permettant d'encadrer le capitalisme. Il propose notamment la nationalisation d'établissements bancaires afin de créer un pôle financier public, et, au niveau européen, plaide pour des restrictions au libre-échange[11]. Benoît Hamon s'est prononcé en faveur d'une gauche décomplexée qui propose des solutions et qui agit aussi à chaque fois que cela est nécessaire aux côtés des syndicats dans le mouvement social pour la sauvegarde des services publics notamment. Il considère que la gauche ne doit retenir aucun de ses coups face à une droite qui ne retient aucun de ses coups contre les plus modestes des français.

 

Jean-Pierre Chevènement interviendra sur le thème « La France dans le monde qui vient ». Le sénateur du Territoire de Belfort, président du MRC, cherche avec ténacité à créer les conditions d’un sursaut républicain en France, à l’initiative d’une gauche qui saurait où elle habite et d’où elle vient. Il a lancé, le 2 octobre 2008, un Appel à une refondation de toute la gauche.

La participation de Benoît Hamon, qui vient d’être confirmée ce jour, le conforte dans sa volonté de réveiller la conscience républicaine du PS et de contribuer à bâtir le projet politique dont la France a besoin.  

Voir l’invitation Réunion publique du MRC avec Jean-Pierre Chevènement et Benoît Hamon : Face à la crise, que faire ?

 

Cet article est le 20ème paru sur ce blog dans la catégorie MRC national

 

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 18:14

 

Le parti socialiste et l’avenir de la gauche

 

Depuis plusieurs mois, au début de chaque mois, je reprends les titres des articles parus le mois précédent sur http://mrc53.over-blog.com. C’est l’occasion d’adresser un courriel aux amis inscrits sur mes listes de distribution, afin de les informer des thèmes abordés sur ce blog. Ceux-ci évoluent dans le temps, selon l’actualité et mes priorités.  

 

Les titres en novembre se répartissent ainsi :

- le congrès du PS et le lancement du PG (14 articles),

- La Poste, la santé, l’école, les retraites (6 articles),

- Chevènement, le MRC et Debout La République (4 articles),

- la politique économique du gouvernement (3 articles)

- La politique agricole aux USA et en Europe (2 articles),

- Les USA, Barack et Michelle Obama (2 articles),

- la gauche en Allemagne (1 article),

- l’Afrique (1 article),

- la presse (1 article),

 

Depuis deux ans, 960 articles - classés en 50 catégories - sont parus sur ce blog.

 

 

Titres des articles parus en novembre 2008 sur http://mrc53.over-blog.com

 

30 novembre 2008 - Récession économique, chômage en très forte hausse, crise sociale

 

29 novembre 2008 - Allemagne : l'affrontement entre le SPD et Die Linke n'est pas nouveau

 

28 novembre 2008 - Michel Sorin : le PS doit se rassembler pour refonder la gauche

 

28 novembre 2008 - Le Collectif Pas touche au Livret A pour un pôle public financier

 

27 novembre 2008 - Sénat : Chevènement intervient sur la politique économique et la dette

 

27 novembre 2008 - Privatisation de La Poste : le comité national alerte les maires

 

26 novembre 2008 - PS : Martine Aubry devra choisir la rénovation et l'ancrage à gauche

 

25 novembre 2008 - Michel Sorin : le PS avec Aubry à sa tête et Royal dans l'opposition

 

24 novembre 2008 - Le gaulliste Dupont Aignan largue les amarres et crée un vrai parti

 

23 novembre 2008 - Mélenchon quitte le PS : les réflexions d'Alain Gély (MRC Paris 14ème)

 

22 novembre 2008 - Michel Sorin : l'aléa démocratique accroît les tensions Royal-Aubry

 

22 novembre 2008 - PAC : Commissaire et ministres persistent dans l'erreur libérale

 

21 novembre 2008 - Michel Sorin : les adhérents PS votent ce soir pour Royal ou Aubry

 

20 novembre 2008 - Mouvements sociaux de masse en faveur de l'éducation nationale

 

19 novembre 2008 - Congrès du PS : les réflexions d'Alain Gély (président MRC Paris 14e)

 

18 novembre 2008 - Michel Sorin décrit la situation au PS et les raisons des difficultés

 

17 novembre 2008 - Face à la crise, le MRC prépare les éléments d'un projet politique

 

16 novembre 2008 - Michel Sorin : le congrès PS ne prendra fin que le 22 novembre

 

16 novembre 2008 - Vendredi, nouvel hebdo tout Net, indépendant, audacieux et courageux

 

15 novembre 2008 - JP Chevènement : les USA ne pourront, seuls, sortir de la crise

 

14 novembre 2008 - Sami Naïr (MRC) : Barack Obama, un autre regard sur le monde

 

13 novembre 2008 - PS : Royal et Hamon, chacun avec sa stratégie de rénovation à gauche

 

12 novembre 2008 - Patrick Nivet critique la réforme Bachelot de l'organisation sanitaire

 

11 novembre 2008 - PS : Ségolène Royal diffuse un texte, base d'une nouvelle majorité

 

10 novembre 2008 - Le congrès du PS à Epinay en 1971, raconté par Jean-Pierre Chevènement

 

9 novembre 2008 - Le conflit du Kivu (RD Congo) est lié au génocide des Tutsi au Rwanda

 

8 novembre 2008 - Mélenchon jette les bases d'un nouveau parti de gauche à l'allemande

 

7 novembre 2008 - PS : le vote des adhérents est favorable à Royal, Aubry et Hamon

 

6 novembre 2008 - USA : Michelle, une influence réelle sur le candidat Barack Obama

 

5 novembre 2008 - B Obama élu, la politique agricole des USA restera interventionniste

 

5 novembre 2008 - Hôpitaux : Patrick Nivet, médecin administrateur, conteste la réforme

 

4 novembre 2008 - Jacky Eouzan (MRC 22) met en cause les démolisseurs au gouvernement

 

3 novembre 2008 - Retraites : le gouvernement s'aligne sur les propositions européennes

 

2 novembre 2008 - Privatisation de La Poste : la droite hésite mais maintient le cap

 

 

 

Cet article est le 15ème paru sur ce blog dans la catégorie Titres des articles du mois précédent

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 22:25

 

Le gouvernement ne peut plus cacher la réalité

Nous ne sommes pas en récession, mais cela y ressemble. Les licenciements économiques (+ 5%), les jeunes (+ 4%), ont fait passer la barre des deux millions de chômeurs de catégorie 1, en octobre (+ 2,4%, + 46900).

Voici le tableau qu’on pouvait voir sur le site de Marianne le 27 novembre, signé Sylvain Lapoix.

Plus de deux millions de chômeurs en France en octobre!

 

42200 chômeurs de plus ? 45000 ? Les chiffres officiels sont bien pires : selon la Dares , le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 46900 en octobre, soit +2,4% par rapport au mois précédent. Sur l’année, l’augmentation aura été de +4,4% portant le nombre de chômeurs de catégorie 1 au delà de la barre symbolique des deux millions, à 2 004 500. En septembre, la hausse avait été de 8000 chômeurs, cinq fois moins. Plus de doute possible : la crise devient sociale.

Les moins de 25 ans durement frappés


Parmi les populations concernées, les jeunes de moins de 25 ans sont les plus frappés avec +4,3% de chômeurs sur le mois et +8,3% sur l’année. Les 25-59 ans sont 2,1% de plus en octobre à chercher un emploi (+3,5% sur l’année) et les plus de 60 ans 1,2% (+4,1% sur l’année).

En cause : licenciements économiques, fins de CDD et de contrats d’intérim


Les motifs du chômage sont très clairement marqués par la crise économique. Les fins de contrat d’intérim explosent de 11,5%,
alors qu’elles avaient décru de 1,5% en septembre . Au deuxième rang, les licenciements économiques, qui avait baissé de 2,6% en septembre, bondissent de 5,5%. Les non renouvellements de CDD mettent au chômage 2,7% de personnes en plus.

La tentative (ratée) de préparer l’opinion


Envoyés successivement au charbon, Eric Woerth et Laurent Wauquiez avaient bien tenté de donner un signal pour éviter la surprise.
Le premier avait insisté sur le fait que les heures supplémentaires n’empêcheraient pas la crise économique de générer du chômage. Le second avait avancé la fourchette , alors pessimiste, de 40 à 50.000 chômeurs de plus, annonçant une hausse plus importante qu’en août (+2,2%), et censée amorcer une année de hausse.

Difficile pour Christine Lagarde de brandir un de ses fameux euphémismes :
les 0,14% de croissance au troisième trimestre dont elle s’était félicitée n’ont pas empêché le recul de 5,5% des offres d’emplois à l’ANPE, sous les 300.000, totalisant 9,9% de baisse sur l’année. La récession «technique» n'est pas là mais le recul social la précède.

OCDE et Insee, les prochains chiffres qui vont faire mal


La ministre de l’Economie n’est pas au bout de ses peines :
elle qui s’agaçait déjà en juin dernier du « pessimisme » de l’Insee devra réagir jeudi 4 décembre à la publication du taux de chômage en France. Selon l’OCDE, il pourrait atteindre les 7,5% (contre 7,2% en septembre) et continuer de croître jusqu’en 2010 avec un pic à 8,7%. L’organisme table sur une homogénéisation du profil des demandeurs d’emplois , ne se concentrant plus sur les jeunes : du fait du ralentissement de la consommation et de la crise de confiance dans les entreprises, la croissance devrait freiner et l’emploi piler avec elle.

En attendant, fidèle à elle-même,
Christine Lagarde s’accroche aux réformes Sarkozy contre le chômage : création du Pôle emploi, augmentation de 100.000 du nombre de contrats aidés en 2009 et extension aux bassins d’emploi en difficulté du contrat de transition professionnel. Seul oubli dans le communiqué de Bercy: le total de 2 millions de demandeurs d’emploi, psychologiquement trop violent, peut-être. Tant qu’il y a de l’espoir…


Les associations de chômeurs en alerte rouge

 

Attention danger !" En lançant, jeudi 13 novembre, une campagne d'information sous ce titre, le Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP) cherche à mettre en garde les demandeurs d'emploi sur l'application de la loi du 1er août 2008 "relative aux droits et devoirs des demandeurs d'emploi", dont l'un des objectifs est de diminuer le nombre d'offres d'emplois non pourvues (…).

La suite de cet article paru le 14 novembre sur le site du Monde : Chômage : les associations dénoncent le nouveau dispositif, "machine à radiation"

 

La déflation menace l’économie

 

Je reçois gratuitement les courriels d’information sur les matières premières (www.publications-agora.fr). Ils contiennent des analyses et des prospectives intéressantes.

Voici un extrait de la publication parue le 28 novembre signée Isabelle Mouilleseaux.

 

 (…) Nous entrons dans un cercle vicieux

Si nous consommons moins, l'activité ralentit. Les entreprises doivent donc produire moins pour éviter d'accumuler des montagnes de stocks. Les fermetures d'usines et le chômage partiel font leur apparition. Les plans de licenciements commencent à tomber... C'est autant de demande potentielle en moins, car un chômeur consomme moins qu'un actif ! Le cercle vicieux est activé...

 

La valeur réelle de la dette augmente

La déflation va poser un autre souci majeur à l'économie mondiale : la valeur réelle des dettes augmente (contrairement à l'inflation qui allège la dette). Or jamais le monde ne s'est autant endetté que ces dernières années. Toutes les opérations financières ont été réalisées avec un endettement massif pour maximiser les retours sur investissement. Et les individus se sont aisément endettés pour acheter l'immobilier au prix fort et satisfaire leurs frénésies de consommation. Non seulement les actifs achetés au prix fort perdent leur valeur, mais en plus la valeur réelle de la dette qui a servi à les acheter s'accroît !

 

Pris en étau !

A votre avis : que font les individus et les entreprises (banques incluses) arrivés à ce stade ? Ils vendent leurs actifs pour rembourser leurs dettes. Et que se passe-t-il lorsque beaucoup d'actifs arrivent sur le marché alors qu'il n'y a pas d'acheteurs ? La valeur des actifs fond. C'est sans doute l'effet le plus dramatique d'une déflation : la valeur réelle de la dette augmente alors que celle des actifs diminue...

 

Tomber en déflation ? Rien de plus simple...

En revanche, en sortir est un terrible challenge. 20 ans que le Japon s'escrime à sortir de sa déflation... Mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. La déflation commence à s'installer. Lentement mais sûrement. Elle n'est pas encore là, comme ce fut le cas dans les années 30. Voilà pourquoi il va falloir se battre. A coups de centaines de milliards de dollars.

 

Comment sortir de ce bourbier ?

Cela coûtera horriblement cher, il va falloir injecter des centaines de milliards dans le système bancaire, les marchés et l'économie. Si vous êtes excédé de voir des centaines de milliards d'argent public injectés dans le "système", mieux vaut vous y habituer rapidement. Nous sommes probablement très loin du compte.

Cet article est le 30ème paru sur ce blog dans la catégorie Travail Economie

 

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 22:15

 

La division de la gauche a facilité la montée du nazisme

 

Ce jour où Oskar Lafontaine participait, à St-Ouen (93), au congrès fondateur du nouveau parti de gauche (PG) - voir Mélenchon à la recherche d'une nouvelle majorité de gauche" - je me suis tourné vers la gauche allemande.

 

J’avais rapporté sur ce blog les difficultés internes du SPD dans le land de Hesse (Francfort) – voir Allemagne : le SPD n'exclut plus de s'allier avec Die Linke en Hesse - 15 août 2008.

 

En fait, le SPD a fait capoter le projet de Mme Ypsilanti, qui voulait former une coalition de gauche incluant le parti Die Linke (La Gauche).

 

Edouard Husson* qui, chaque semaine, écrit son journal sur le site de Marianne, est revenu sur « la débâcle de Hesse » dans « Ma semaine allemande », par Édouard Husson (Marianne, 22 novembre) :

 

Le prix de l’humour politique involontaire est décerné à Franz Müntefering pour l’entretien qu’il a accordé au Spiegel de la semaine du 10 novembre. Il y affirme n’être pour rien dans la débâcle du SPD en Hesse – Madame Ypsilanti, qui voulait former une coalition de gauche incluant Die Linke a perdu le soutien de quatre membres du SPD au moment du vote. De deux choses l’une : si le secrétaire général du SPD dit la vérité, il révèle son incapacité à saisir l’enjeu que représentait la formation de cette coalition pour les prochaines élections générales (septembre 2009) et l’on peut douter de sa capacité à diriger la future campagne du SPD aux élections générales de septembre 2009; s’il avait au contraire conscience de l’enjeu, c’est qu’alors il ne dit pas la vérité sur le comportement de la direction berlinoise face aux débats internes au SPD de Hesse.

L’interprétation la plus clémente de ce qui s’est passé est que MM. Steinmeier et Müntefering ont été satisfaits d’écarter Madame Ypsilanti, dont l’étoile aurait grandi dans le parti – au détriment de l’aile schroederienne – si elle avait réussi à constituer un gouvernement SPD-Verts-Die Linke. Et il est probable qu’ils suivaient l’affaire de très près et ont beaucoup fait pour que « l’union de la gauche » échoue en Hesse. Ils finiront par la faire, pris de panique devant les mauvais sondages, dans quelques mois, sans Madame Ypsilanti, dont le talent politique leur fera défaut.
 

 

* Édouard Husson est historien de l’Allemagne contemporaine. Il était intervenu (voir L’Allemagne, entre Europe et mondialisation), lors du colloque de la Fondation Res Publica, le 17 mars 2008, qui avait pour thème L'Allemagne au sommet de l'Europe ?  

 

La semaine précédente (15 novembre) dans Marianne, Edouard Husson avait publié un article très intéressant, concernant la division de la gauche au moment de la naissance de la première République allemande, en 1918 (cliquer sur le titre) :

Ma semaine allemande : les tragiques divisions de la gauche

 

Quatre-vingt-dixième anniversaire du renversement de l’Empire allemand. Le 9 novembre 1918, une première république était fondée en Allemagne. Cependant, avant même que les nazis ne fussent en mesure de tuer la République, celle-ci était quasiment mort-née car la gauche allemande se divisa d’emblée à son sujet. Il y eut même deux proclamations de la République, le 9 novembre 1918, l’une par Philippe Scheidemann, au nom du SPD, et l’autre par Karl Liebknecht, au nom de ce que l’on appelle aujourd’hui « la gauche », Die Linke.

Contrairement à une légende bien enracinée, Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg n’étaient pas des « bolcheviques » - le parti communiste allemand, fondé en janvier 1919, n’était pas à l’origine affilié à Moscou. C’est important à répéter lorsqu’on nous rebat les oreilles concernant le PDS et Die Linke aujourd’hui. Le PDS d’après 1989 n’a fait que renouer avec la tradition du début 1919, celle d’un parti communiste allemand indépendant de Moscou. En s’alliant à Oskar Lafontaine voici trois ans, le PDS a retrouvé l’esprit de la première révolution allemande, celle du 9 novembre 1918, lorsque les spartakistes étaient encore membres de l’USPD, le « SPD indépendant», qui s’était séparé du SPD en pleine Première Guerre mondiale en refusant de cautionner plus longtemps le soutien social-démocrate à la guerre.

Suffirait-il de changer les noms ? Oskar Lafontaine n’a-t-il pas quitté le gouvernement de Gerhard Schröder, entre autres raisons, du fait de l’entrée de l’Allemagne dans une nouvelle guerre des Balkans, la guerre du Kosovo ? Le PDS, et aujourd’hui Die Linke, ne sont-ils pas, depuis la réunification, les partis politiques allemands qui prônent une politique étrangère pacifique correspondant aux aspirations profondes de la population allemande – exactement comme l’USPD et le KPD étaient les seuls partis, début 1919, à répondre aux attentes de paix de la population (avant que le traité de Versailles ne vienne tout gâcher) ?  

Le drame de la première révolution allemande vint du comportement de la direction du SPD. Friedrich Ebert, premier chancelier (puis premier président de la République), auteur de la célèbre formule
« Je hais la révolution comme la peste », sabota d’emblée le travail des « conseils », qui n’étaient en rien des « soviets », là aussi contrairement à une légende tenace mais des sortes d’Etats généraux permanents de la gauche, au sein duquel siégeaient ensemble SPD et USPD.

Ces conseils avaient un programme modéré (journée de travail de huit heures, négociations collectives dans les entreprises, nationalisations de l’industrie lourde, démocratisation de l’accès au grade d’officier). Rien n’aurait dû détourner Ebert d’appliquer ce programme mais,
realpoliticien au petit pied, il laissa pourrir les délibérations des conseils, passa un accord secret avec les élites d’Ancien régime puis, lorsque l’extrême gauche sortit de l’USPD et se radicalisa (soulèvements à partir de janvier 1919), il la fit réprimer par les milices fascistes qu’étaient déjà les corps francs.

 

Même quand l’on déteste légitimement le bolchevisme auquel le KPD se rallia, dans le courant de 1919, pour échapper à l’écrasement, comment ne pas comprendre les accusations de « social-traître » ou « social-fasciste » proférées par les communistes allemands envers le SPD tout au long des années 1920.

La division de la gauche fut tragique au moment de résister à la montée en puissance du nazisme mais, contrairement à ce que dit notre bien-pensance, le SPD portait en l’occurrence la plus lourde responsabilité : la social-démocratie était à l’origine du fossé sanglant qui la séparait du KPD. Il est tragique que le communisme allemand soit revenu, en 1945, dans les fourgons de l’Armée Rouge, que le régime de RDA ait été imposé à vingt millions d’Allemands, mais l’Occident qui refusa toutes les offres de règlement de l’URSS dans les années 1950 a largement contribué à prolonger ce cauchemar. Laissons à la RDA sa fin pacifique et l’ouverture, finalement volontaire, du Mur de Berlin, le 9 novembre 1989.

Ce qui est terrible dans l’actuelle politique allemande, c’est que le SPD n’a toujours pas pris la mesure, semble-t-il, de cette histoire tragique de la gauche allemande au XXe siècle.

Le 9 novembre 1989 refermait la parenthèse tragique ouverte en 1918-1919. On ne pouvait que se réjouir de l’évolution menant du SED (le parti communiste est-allemand inféodé à Moscou) au PDS, un parti communiste redevenu indépendant et démocratique.

 

 Die Linke est la preuve d’une possibilité de réunification de la gauche allemande dans l’esprit du socialisme démocratique indépendant (USPD) de 1917-1919. Ce que Madame Ypsilanti a voulu réaliser en Hesse, l’union de la gauche, c’était renouer définitivement avec ce qui devra être demain le comportement normal des partis de gauche en Allemagne : leur alliance pour donner une traduction concrète à la majorité politique potentielle qu’ils ont dans le pays.

Lorsque Franz Müntefering exige du SPD de Hesse une auto-critique (Süddeutsche Zeitung, 10.11.2008) pour avoir suivi la politique d’union de la gauche, qui a finalement échoué, de Madame Ypsilanti, il oublie de nombreuses réalités :

 

1. la direction nationale du SPD avait interdit à la présidente aujourd’hui démissionnaire du SPD de Hesse, lors des dernières élections de Land, de prôner l’union de la gauche, ce qui a empêché une victoire de celle-ci, pourtant possible ;

2. Après que Madame Ypsilanti eut patiemment recollé les pots cassés, c’est Franz Müntefering lui-même qui a provoqué, la semaine dernière, un nouvel échec de l’union de la gauche, pourtant à portée de main, en convainquant quatre députés SPD de lâcher la présidente du SPD du Land.

 

« Auto-critique » ? La référence à la grande époque des procès politiques communistes ne surgit pas là où on l’attendrait si l’on croyait la pensée dominante, consistant à diaboliser a priori Die Linke.

Le comportement le plus autoritaire ne se trouve plus, aujourd’hui, du côté de Die Linke mais du SPD. Franz Müntefering est le digne héritier de Friedrich Ebert.

Même si les circonstances ne sont pas aussi tragiques que dans l’entre-deux-guerres, le comportement des schroederiens n’est pas bon pour la démocratie allemande, qui a besoin d’une gauche allemande unie et forte.

 

Aujourd’hui il ne s’agit plus de lutter pour la vie de la République en Allemagne mais de se donner les moyens de résister à la perte de substance pour la démocratie que constitue une mondialisation que les élites veulent soustraire au contrôle des peuples. On lira à ce propos les analyses  lumineuses d’Emmanuel Todd dans son nouveau livre : Après la démocratie (éd. Gallimard, 2008).
 
Cet article est le 17ème paru sur ce blog dans la catégorie Etats Union européenne

 

Partager cet article
Repost0