Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs, qui n'est plus membre du MRC depuis 2015. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En 2022, le MRC est devenu membre de la Fédération de la Gauche Républicaine avec quatre autres organisations politiques.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 21:05

 

Un mouvement de fond qui ne doit pas s’arrêter

 C’est le retour de Ségolène Royal au moment où les candidats aux élections législatives abordent la dernière ligne droite de l’arrivée le 10 juin. Elle a aussi dénoncé ce qu’elle appelle les mensonges de Nicolas Sarkozy depuis qu’il est président. Voir ci-après et sur son blog http://www.segoleneroyal2007.net/article-6693139.html

 Pour sa part, François Hollande, ce jour, a appelé les socialistes à la mobilisation et critiqué certaines mesures prévues par le nouveau gouvernement. Voir ci-après l’article emprunté à www.lemonde.fr  

 Ségolène Royal :

 « Je veux lancer un message de mobilisation aux électeurs »

 Lors d'un point presse à la Rochelle, Ségolène Royal, venue soutenir des candidats du Parti socialiste et du PRG aux élections législatives, a lancé samedi un appel à la mobilisation pour les élections législatives aux 17 millions d'électeurs qui ont voté pour elle au second tour du scrutin présidentiel.

"Je veux lancer ici à La Rochelle, dans ma région, un message de mobilisation aux électeurs. Il faut que les 17 millions d'électeurs qui m'ont donné leur voix viennent voter".

"Il est important que ce mouvement de fond qui s'est lancé aux présidentielles, cette énergie, cet enthousiasme se transforment aux législatives", a-t-elle dit. "Quelque chose s'est déclenché qui ne doit pas s'arrêter".

Ségolène Royal voit dans ces échéances "un enjeu démocratique majeur pour que tous les pouvoirs ne soient pas dans les mêmes mains".

Les mensonges du nouveau Président de la République

Ségolène Royal a aussi dénoncé les "mensonges" de Nicolas Sarkozy depuis 10 jours.

"Il y a eu des mensonges tenus par Nicolas Sarkozy". "Sur ces quelques semaines seulement il va pouvoir faire illusion, sauf qu'au vu de la gestion des premiers dossiers on voit que les promesses ne correspondent à rien et ont été faites, pour un certain nombre d'entre elles, uniquement pour gagner des voix".

"Le moment de vérité arrivera pour Nicolas Sarkozy" parce que "les gens vont se rendre compte qu'ils ont été floués petit à petit par un certain nombre de propositions qui sont intenables".

"Un certain nombre de gens se sont faits avoir lorsqu'ils imaginaient que du jour au lendemain ils allaient pouvoir obtenir des déductions d'intérêts sur les emprunts immobiliers".

Parmi ces Français "floués", elle a évoqué les personnes âgées qui ont voté pour Nicolas Sarkozy en raison de la promesse d'allégement sur les droits de succession alors que dans "75% des cas il n'y a aucun droit perçu" ou "ceux qui ont acquis leur résidence principale il y a quelques mois et qui pensaient pouvoir bénéficier de déductions de leurs intérêts d'emprunts".

"C'est la même chose pour le service minimum". Après avoir pris contact avec les organisations syndicales le président Nicolas Sarkozy a été contraint de constater "qu'une réforme comme celle-ci aussi brutalement qu'il l'avait promise est impossible".

Les promesses déjà non tenues incluent la candidature de la Turquie à l'Union européenne. Nicolas Sarkozy a fait "une promesse qu'il savait intenable", c'est que "dès son élection il interromprait les négociations avec la Turquie". "A peine son voyage à Bruxelles s'est-il passé qu'il a été aussi obligé de reculer, il n'a aucun pouvoir pour arrêter du jour au lendemain les négociations au long cours et qui ont engagé dans la quinzaine d'années qui sont devant nous la parole de la France".

 François Hollande appelle les socialistes à la combativité

 Le premier secrétaire du PS, François Hollande, a appelé dimanche 27 mai les socialistes à la "combativité" pour les législatives, et s'en est pris aux mesures annoncées par François Fillon.

 "Il faut de la combativité, il faut de la pugnacité, il faut de la volonté, il faut qu'on dise qu'on est là, qu'on n'est pas seulement au service d'un parti, d'un camp, mais qu'on est au service des Français", a déclaré M. Hollande sur Canal +.

 Il a critiqué plusieurs des mesures prévues par le nouveau gouvernement, notamment un nouveau contrat de travail, "qui va être maintenant unique et ressembler au CPE". Il a par ailleurs qualifié de "dangereux" le projet du gouvernement de détaxer les heures supplémentaires."Cela voudrait dire que l'embauche va être découragée par rapport à ceux qui ont un emploi (...) Nous, nous disons qu'il vaut mieux baisser les cotisations sociales sur les nouvelles embauches", a-t-il expliqué.

 LA SUPPRESSION DE LA CARTE SCOLAIRE, "PRIME À L'ARBITRAIRE"

"On nous parle de déduction des intérêts sur le revenu imposable pour l'achat de la résidence principale (...) Nous, nous disons au contraire : prêt à taux zéro pour ceux qui veulent accéder à la propriété et même aide directe pour qu'on devienne propriétaire", a ajouté M. Hollande.

 A propos de la suppression de la carte scolaire envisagée par le gouvernement, M. Hollande a par ailleurs déclaré que "supprimer la carte scolaire c'est la prime à l'arbitraire, à la débrouille et à la sélection dans les établissements".

 Interrogé sur Canal + à propos des personnalités de gauche qui ont accepté des portefeuilles ministériels, M. Hollande a assuré qu'elles font "une politique de droite", et que ce sont "des ministres de droite".

Partager cet article
Repost0
26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 15:05

 

La crise de la gauche s’expose au grand jour

 Baylet relève de « réelles convergences avec la nouvelle vision » de Sarkozy. Le 15 mai, il avait été reçu par le président élu, qui lui avait fait part de ses idées pour gouverner le pays et aussi de l’intérêt d’un rapprochement entre les radicaux de gauche et les radicaux valoisiens de Borloo. Comment le président Baylet n’y avait-il pas pensé plus tôt ?... Mais ce n’est pas possible avant les élections législatives, puisqu’un accord lie le PRG au PS dans 32 circonscriptions.

 Je résume : le PRG veut d’abord faire élire ses députés par les électeurs de gauche, puis débattre avec les radicaux de l’autre bord qui font partie de la majorité présidentielle de droite.

 Une autre dépêche de la même source évoque la crise du PS, à la fois de leadership et de projet.

 A lire sur http://www.marianne2007.info/DEPECHES-AFP_r19.html

 Un article, paru ce jour, sur www.liberation.fr fait état d’un entretien réalisé par Alain Auffray avec Claude Allègre (toujours qualifié de fidèle de Lionel Jospin) qui critique François Hollande et Ségolène Royal  sous ce titre alléchant « Le PS a fait de l’incompétence le gage de la démocratie ». L’ancien ministre de la Recherche mise sur Bertrand Delanoë pour résister à l’offensive à venir de Ségolène Royal sur le leadership du PS…

Décidément, la gauche a besoin d’être refondée sur des bases claires !

Partager cet article
Repost0
26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 13:10

 

Pourquoi la France s’est-elle livrée à la droite ?

 Pierre Cassen est l’un des rédacteurs du journal en ligne ReSPUBLICA adressé à 25 000 internautes, dont la ligne politique est au carrefour entre la gauche laïque et républicaine d’une part, et le mouvement social et associatif d’éducation populaire d’autre part. Dans la lettre 540 Pierre Cassen fait un retour sur l’action de la gauche depuis 1977, en indiquant qu’un second article suivra la semaine prochaine, concernant la période récente depuis le référendum européen, dans lequel il expliquera comment Sarkozy a gagné en reprenant un discours républicain abandonné par la gauche.

 Voici ce premier article portant sur la période 1977-2007 Lien permanent vers cet article

 « En 30 ans, la gauche a-t-elle brûlé tous ses jokers ? »  

« A l’issue de la nette victoire de Nicolas Sarkozy, et d’une probable lourde défaite de la gauche aux prochaines législatives, il est de bon ton, chez certains, d’expliquer que cette victoire est normale, qu’il y a un virage à droite en France, et que notre pays a toujours été conservateur. 53 % des 15,5 millions de salariés du privé, souvent les plus vulnérables socialement, ont voté à droite. 75 % des retraités ont fait de même.
Pourtant, une analyse objective montre que si la France s’est livrée à la droite, c’est davantage par dépit que par passion. Depuis 1977, les électeurs ont été d’une indulgence exceptionnelle avec une gauche à qui ils ont beaucoup pardonné, et souvent redonné une nouvelle chance, malgré l’ampleur des déceptions précédentes. Résumé rapide des trente dernières années.

 1977-1981 : Le peuple veut battre la droite, et condamne la division.  

Dans l’élan du programme commun de gouvernement entre les socialistes, les communistes et les radicaux, la gauche, largement victorieuse des municipales de 1977, ne peut que remporter les législatives, un an après. C’est sans compter sur la politique de division orchestrée par la direction du Parti communiste et son secrétaire, Georges Marchais. Se livrant à une surenchère sur le smic et les nationalisations, le PCF réussit l’impensable : faire perdre la gauche aux législatives de 1978, et donner un sursis inespéré à la droite. Pendant trois ans, ce parti multipliera les attaques contre le PS, amalgamé à la bande des trois, avec le RPR et l’UDF. A six mois du premier tour, les sondages accordent 60 % à Giscard. Mais les électeurs ne veulent plus de la droite, et sont exaspérés de la division. La sanction sera rude pour le PCF, en 1981, il chute de 20 % et 15 %, et ne peut empêcher François Mitterrand, à qui il se rallie entre les deux tours, de gagner les présidentielles.

 1981-1986 : Premières déceptions, premières sanctions.  

La gauche victorieuse prend des premières mesures. Elle fait dans la symbolique, sous l’impulsion de Robert Badinter, et abolit courageusement la peine de mort. La droite, à chaque fait divers dramatique, multiplie les manifestations haineuses, aux cris de « Badinter assassin ». Economiquement, la gauche prend des mesures sociales comme la trente-neuvième heure, la cinquième semaine de congés payés, et le remboursement de l’IVG. En 1983, après plusieurs dévaluations, elle décide, sous l’impulsion de Delors, de mettre en place une politique de rigueur, que le premier secrétaire du Parti socialiste, un certain Lionel Jospin, qualifie de provisoire. On commence à mettre en place la flexibilité, sous la demande du CNPF. Les salaires sont bloqués. En 1983, c'est un raz-de-marée RPR aux municipales. La bataille de l'école publique est perdue, en 1984, après une manifestation de 1 million de personnes à Versailles, appuyée par la droite et la hiérarchie catholique. Fabius remplace Mauroy, le PCF sort du gouvernement. Ce sont les années Tapie. Yves Montand et Serge July disent « Vive la crise », le chômage de masse augmente. Le Front national commence une fulgurante progression. Le PS répond en récupérant la Marche des Beurs, et en lançant SOS Racisme. L’antifascisme, par ailleurs nécessaire, remplace le socialisme. En 1986, la droite gagne nettement les élections, et c’est une première cohabitation.

 1988-1993 : une deuxième chance, un résultat catastrophique.  

En deux ans, la droite revancharde a perdu tout crédit auprès des électeurs. L’assassinat de Malek Oussekine, lors des grandes manifestations étudiantes contre la loi Devaquet, en 1986, quelques autres bavures policières, que Pasqua a promis de couvrir, montrent à toute une jeunesse, et aux citoyens de ce pays, une image brutale et répressive du gouvernement. Mitterrand apparaît comme le seul rempart à l'Etat-RPR. A quelques jours des présidentielles, l’exécution au lance-flammes des militants indépendantistes kanaks, dans la grotte d’Ouvéa, n’a pas l’effet escompté pour Chirac. Mitterrand, qui l’a dominé lors de la cohabitation, l’écrase aux présidentielles, redonnant une nouvelle chance à la gauche.

 Trois premiers ministres, Michel Rocard, Edith Cresson et Pierre Bérégovoy, vont transformer en cauchemar ces cinq années. On créé le RMI, mais on précarise le travail, et on multiplie les temps partiels. Au nom de la volonté du franc fort, on continue d'arrimer le franc au mark, pénalisant les exportations de la France, on va perdre un million d’emplois à cause de cette politique. Lionel Jospin va autoriser les signes religieux, dont le voile islamiste, à l’école, en 1989, bafouant les principes laïques. C’est l’ouverture au centre, en appelant notamment Jean-Pierre Soissons, député-maire centriste d’Auxerre. La France va participer à la première guerre d’Irak. Les scandales éclaboussent le Parti socialiste, tandis que le PCF continue sa chute, et que le FN progresse à chaque élection. Dans ce contexte, Julien Dray et Jean-Pierre Chevènement se démarquent du discours angélique de toute la gauche, en pointant la gravité de la situation dans les quartiers populaires, et la détresse des habitants qui se sentent abandonnés. Ils ne sont pas entendus, et subissent de dures attaques de ceux qui leur reprochent de consolider le discours du FN.

 La construction européenne s’accélère, et François Mitterrand, soutenu par presque toute la droite, et les médias, gagne de justesse le référendum de Maastricht. Chevènement quitte le PS, et crée le MDC, mais il n’est pas suivi par beaucoup de militants. Les partis se réclamant de l’écologie font de bons scores aux élections locales. En 1992, sont signés les scandaleux accords Lang-Cloupet, qui voit le ministre socialiste gaver de subventions les écoles confessionnelles majoritairement catholiques. Les discours sociétaux se substituent aux antagonismes sociaux. Ayant perdu le peuple, discréditée, la gauche essuie une des plus sévères défaites de son histoire, aux législatives de 1993.

 1997-2002 : plus dure sera la chute.  

En 1993, Balladur a été nommé premier ministre, et il se hâte, en plein été, de toucher les retraites du privé, les faisant passer de 37,5 années à 40, et imposant un calcul sur les 25 meilleures années, au lieu des 10 précédemment. Grisé par les sondages, conseillé par Sarkozy, et soutenu par l’UDF, il décide d’en finir avec Chirac, et de se présenter. Ce dernier rétablira miraculeusement la situation, grâce aux discours d’un certain Henri Guaino, sur la fracture sociale. Débordant Lionel Jospin, candidat socialiste, sur la gauche, il rétablit une situation désespérée, se qualifie pour le deuxième tour, et l’emporte contre le premier secrétaire du PS, qui d'ailleurs, il l'avouera plus tard, n'a jamais cru en la victoire.

 Six mois plus tard, Chirac renie toutes ses promesses, et Juppé, son premier ministre, impose un budget d’austérité, faisant payer aux ménages une ardoise de 120 milliards de francs pour remplir les caisses que Sarkozy a vidées pendant son passage à Bercy. Ensuite, vient l’épreuve de forces de décembre 2005, qui voit le pays bloqué par la grève des cheminots pendant près d’un mois. Juppé doit reculer, et se voit, après un tel échec, paralysé dans son action.

 En 1997, Chirac, bien que possédant une assemblée très largement de droite, dissout le Parlement, et provoque de nouvelles élections. A la surprise générale, la droite perd. Lors de la campagne, Jospin parle à gauche, contrairement à 1995, s'engage sur les 35 heures et pose des conditions sur la construction européenne. Il se retrouve à Matignon, avec un gouvernement de gauche plurielle, Jospin-Hue-Chevènement-Voynet.

 D'entrée, il ratifie le pacte d’Amsterdam, reniant les quatre conditions qu’il avait exposées lors de la campagne. Il ne revient pas sur les mesures Balladur, sur les retraites du privé. Mais il impose les trente-cinq heures, que Martine Aubry doit mettre en place. Le Medef entre en résistance, sous la conduite des duettistes Seillières-Kessler. Les trois premières années, domptées par une croissance exceptionnelle, par les 35 heures et les emplois-jeunes, permettent au gouvernement de créer près de deux millions d’emplois, et de faire reculer de manière spectaculaire le chômage. Mais il privatise davantage que le précédent gouvernement Balladur.

 Jean-Pierre Chevènement refuse la régularisation de tous les sans-papiers, demandé par une partie du PS et par toute la gauche plurielle. Bruxelles essaie d'imposer la charte des langues régionales, que la gauche approuve, mais que le conseil d'Etat juge incompatible avec la constitution française.
Dans l'esprit de l'Europe des régions, les accords de Matignon, sur la Corse, mettent le feu aux poudres. Jean-Pierre Chevènement quitte le gouvernement. La situation sera plus difficile les deux dernières années, où le chômage progresse de nouveau. La droite saura jouer remarquablement d’une demande de sécurité des classes populaires que la gauche ne sait pas entendre, pour axer la fin de la campagne sur ce thème. En signant les accords de Barcelone, avec Chirac, dans le cadre de la mise en concurrence de tous les services publics, Lionel Jospin encouragera nombre d’électeurs de gauche à voter plus à gauche, notamment pour les partis trotskistes, crédités à eux deux de près de 10 % des voix. Mais l’éparpillement et la perte de confiance dans le PS feront que ce sera Le Pen qui sera au deuxième tour, et que pour la première fois, la gauche en sera éliminée.

 1997-2006 : Un mouvement social qui a toujours répondu présent.  

L’explosion de joie du 10 mai 1981 venait de loin. Elle n’était que la continuation de la révolte de mai 68 et de la grève générale qui avait marquée cette époque. Elle était la suite des grandes manifestations étudiantes et ouvrières, notamment les sidérurgistes, en 1979. Elle poursuivait le combat des femmes pour le droit à l’avortement, contre l’ordre moral de la droite et de l’extrême droite.

 Pourtant, depuis les années 1980, un matraquage idéologique explique aux citoyens et aux salariés que le libéralisme et le modèle anglo-saxon sont l’avenir, et que notre vieux modèle français, son Etat-providence, sont ringards. Mais un Madelin, qui développe ces thèses, ne fait que 4 % aux élections.

 Le mouvement social se calme quand la gauche est au pouvoir. Mais dès que la droite revient, il se montre disponible. En 1986, les manifestations étudiantes contre la réforme Devaquet éveillent une nouvelle génération à la conscience politique. Le 16 janvier 1994, les laïques font descendre dans les rues de Paris 1 million de manifestants, quand Bayrou voulait libérer le financement des écoles privées. En décembre 1995, les syndicats de la fonction publique, notamment les cheminots, sont soutenus dans leur grève par la majorité de la population. En 2003, quand il s’agit de défendre les retraites, on voit six journées de grève générale en deux mois dans la fonction publique, et onze journée dans l’Education nationale.

 En 2003, Sarkozy perd le référendum sur la Corse, qui voulait faire de la Corse une exception française quant aux institutions régissant l’île.
En 2004 et 2005, la campagne référendaire pour le traité constitutionnel européen voit tout un peuple se soulever contre l’axe UMP-UDF-PS-Verts, qui veulent convaincre les électeurs du bien-fondé du vote « oui ». La presque totalité des médias, tous les grands chroniqueurs, la grande majorité des élus, sont sur cette position. Pourtant, sous l’impulsion d’Attac, et du Parti communiste, la contre-attaque militante, sur Internet et dans les meetings, s’organisent. Sur des bases différentes, mais surtout marquées par le refus du dumping social et la préservation du modèle social, laïque et républicain de notre pays, 55 % des électeurs votent non, infligeant un camouflet à UMP et au PS.

 En 2006, lors de la campagne contre le CPE, dans l’unité, syndicats ouvriers et étudiants infligeront, suite à une mobilisation remarquablement organisée, un recul fatal pour lui à Villepin, qui devra retirer un projet qui aurait précarisé l’ensemble des jeunes salariés.

 Dans les urnes, et dans la rue, nul ne peut donc reprocher, depuis trente années, au peuple français de ne pas avoir répondu présent quand il s’agissait de lutter contre l’offensive libérale.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 22:42

 

Michel Sorin repart en campagne
On peut lire sur le site de www.maville.com l'entretien réalisé par Ouest-France avec Michel Sorin, candidat aux élections législatives dans la première circonscription de la Mayenne. Voir http://www.laval.maville.com/titre/re/actudet/actu_loc-408346----Michel-Sorin-repart-en-campagne_actu.html

Candidat du MRC de Jean-Pierre Chevènement, l'ancien maire de Saint-Berthevin se présente à nouveau pour « faire avancer les idées de la gauche ». 

 

Depuis le congrès d'Épinay, son coeur et sa raison penchent à gauche. Balancent, cependant, entre le Parti socialiste (PS) et le Mouvement républicain et citoyen (MRC) d'un Jean-Pierre Chevènement qu'il rencontre dès 1972. Depuis, Michel Sorin n'a eu de cesse de porter ses idées aux plans local et national. Avec des fortunes diverses.

 L'homme se défend d'être guidé par l'ambition : « Ma volonté est uniquement militante. Je me suis toujours battu au seul niveau des idées. » C'est à Saint-Berthevin qu'il fait ses armes, en Mayenne que le nouveau secrétaire fédéral du PS remporte une première bataille. Deux ans plus tard, en 1981, il fait venir le futur président François Mitterrand à la Fête de la rose à l'Huisserie puis dans une ferme du côté de Cossé.

 « La politique par le haut »

 Aspiré comme bien d'autres par « la phase ascendante de conquête du pouvoir », il déchante dès 1983 lorsque la gauche ouvre « la parenthèse libérale, toujours pas refermée... »

 Rétrospectivement, cet ingénieur agronome aujourd'hui en préretraite note qu'il a « commencé la politique par le haut, par une réflexion globale, avant d'assumer des responsabilités locales ». Conseiller municipal d'opposition puis maire de Saint-Berthevin, il deviendra conseiller régional mais échouera aux législatives de 1993 puis de 1997.

 À 61 ans, et après 27 ans d'engagement, son leitmotiv demeure intact : « Faire avancer les idées de la gauche. » Jusqu'à ce qu'il estime « ne plus avoir la confiance d'un PS coupé de ses bases populaires. En 2001, j'ai dit : «J'arrête» ». Il est cependant président du comité de soutien de Jean-Pierre Chevènement à la présidentielle de 2002 puis candidat malheureux aux cantonales deux ans plus tard.

 C'est « tout à fait libre » qu'il aborde la prochaine élection législative dans la 1re circonscription. S'il se présente à nouveau, c'est, fidèle, d'abord pour contribuer au financement public du MRC. Peut-être aussi pour « participer à la refondation de la gauche », une refondation « sur des bases républicaines » et dans la droite ligne de « ce qu'aurait été la majorité présidentielle de Ségolène Royal ».

 Yvan DUVIVIER - Ouest-France - 22 mai 2007 (page mayennaise)

Partager cet article
Repost0
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 22:26

 

Les chaînes de la TNT montent en puissance

 Le Centre d’Etude et d’Action Sociale (CEAS) de la Mayenne s’est intéressé aux petites chaînes de la TNT. Le CEAS-point-com daté du 25 mai fait une information sur les détenteurs de capitaux dans ces 18 chaînes, qui commencent à mordre sur les recettes publicitaires des grosses (Le Monde, 26 avril).

 La TNT permet l’accès gratuit à 17 chaînes de télévision auxquelles il convient d’ajouter Canal+ dont quelques émissions sont diffusées en clair. Voici un tour d’horizon de ce nouveau paysage télévisuel en nous intéressant aux entreprises propriétaires.

 TF1 : l’actionnaire majoritaire du groupe TF1 SA est le groupe Bouygues (42,9 %). Le capital est ouvert au public pour 32,2 %. Parmi les autres actionnaires : J-P. Morgan (10,1 %), Putnam Investmet Management (5,0 %), Sanford C.Bernstein (4,7 %), les salariés du groupe (3,7 %)…

 France 2, France 3 et France 5 : ces trois chaînes font partie du groupe France Télévisions SA dont le capital est détenu exclusivement par l’État français.

 Canal+ : le groupe Canal+ est une filiale à 100 % du groupe de médias européen Vivendi.

 Arte France : France Télévisions SA (45 %), l’État français (25 %), le groupe Radio France (15 %) et l’INA (15 %).

 M6 : le principal actionnaire du groupe M6 SA est RTL Groupe SA (48 %), lui-même filiale audio­visuelle du groupe de médias allemand Bertelsmann (propriétaire de 90 % du capital). Le groupe Suez, actionnaire majoritaire à la création de la chaîne, ne possède plus que 5 % du capital.

 Direct 8 : la chaîne appartient au groupe Bolloré Média, filiale à 100 % du groupe Bolloré.

 W9 : la chaîne fait partie du groupe M6.

 TMC : la Société Monte Carlo Participations détient 80 % du capital et la principauté de Monaco 20 %. La Société Monte Carlo Partici­pations appartient pour 50 % au groupe TF1 et pour 50 % à AB Groupe. L’actionnaire principal d’AB Groupe est Claude Berda, mais le groupe TF1 possède également 33 % d’AB Groupe.

  NT1 : la chaîne est détenue à 100 % par ABSat SA, filiale télévisuelle d’AB Groupe (on retrouve ainsi le groupe TF1).

 NRJ 12 : le capital de NRJ Groupe est notamment détenu à 40 % par Sonopar (dont Jean-Paul Baudecroux possède 95 %), à 33 % par Jean-Paul Baudecroux et à 3 % par Max Guazzini.

 LCP Assemblée nationale/Public Sénat : appelée la « chaîne parlementaire », il s’agit d’une chaîne de télévision publique française créée par l’Assemblée nationale et par le Sénat.

 France 4 : France Télévisions SA (89 %) et Arte France (11 %).

 BFM TV : chaîne d’information en continu, elle fait partie de Next Radio TV, groupe audiovisuel français (Alain Weill).

 I Télé : également chaîne d’information en continu, elle appartient au groupe Canal+, filiale à 100 % de Vivendi.

 Europe 2 TV : chaîne musicale de Lagardère Active.

 Gulli : chaîne pour la jeunesse qui appartient également à Lagardère Active.

 Les principaux groupes privés 

Bertelsmann (M6 et W9); Bolloré (Direct 8) ; Bouygues(TF1, TMC, NT1) ; Lagardère (Europe 2 TV et Gulli) ; Vivendi (Canal+ et I Télé).

Partager cet article
Repost0
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 22:09

 

Les médias naviguent dans des eaux politiques

 Le quotidien Le Monde avait lui aussi son échéance présidentielle. Un seul candidat à un nouveau mandat de six ans : Jean-Marie Colombani, président du directoire du groupe depuis treize ans. Encore faut-il avoir l’aval de la société des rédacteurs et 60 % des voix. Pas si facile. Une démocratie de haut niveau ! A ce compte-là, le président de la République n’aurait pas été élu… Lire l’article de Pierre Haski sur http://rue89.com

Le niveau de démocratie n’est pas le même au sein de TF1. Une recrue venant de l’entreprise médiatique sarkozienne fait des vagues.  Lire l’article de Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts ce 24 mai sur www.liberation.fr

 A propos de Sarkozy, après « La face karchée de Sarkozy », Philippe Cohen, Richard Malka et Riss ont produit la suite « Sarko 1er » chez Fayard. Selon Anna Borrel, le 17 mai, sur www.marianne2007.info c’est toujours aussi grinçant et drôle.

 « Jean-Marie Colombani tente de s'accrocher à la tête du Monde »

 « Jean-Marie Colombani se rebiffe. Moins de vingt-quatre heures après avoir essuyé un vote négatif de la Société des rédacteurs, le président du directoire du Monde a décidé de contester la valeur de véto de ce vote, et entend s'accrocher à son poste.

 Cette attitude a fait monter la tension à l'intérieur du quotidien, à l'approche de la réunion cruciale, vendredi, du Conseil de surveillance du journal, présidé par Alain Minc. "Colombani joue la légitimité contre la légalité", commente un opposant à celui qui fut patron du Monde pendant treize ans. Le président du directoire avance le fait qu'en aditionnant ses soutiens, il arrive à plus de 58% des personnels concernés, soit une majorité.

 Mais, souligne-t-on au Monde, il n'a pas obtenu les 60% de voix des membres de la Société des rédacteurs qui étaient nécessaires statutairement pour le renouvellement de son mandat. Ni d'ailleurs celui de celles de la filiale PVC (La Vie, Télérama) et du groupe Midi Libre, autre filiale du Monde.

 "Où peut-il aller? Il n'aura pas les voix requises au conseil d'administration", souligne un opposant, furieux de ce que de nombreux journalistes qualifient de "manoeuvre" du président du directoire. Des paroles dures sont prononcées en interne, et même un parallèle établi avec Paul Wolfowitz, le proche de George Bush qui a vainement tenté de s'accrocher à la tête de la Banque mondiale après avoir été désavoué par le Conseil d'administration de l'institution internationale...

 Une tentative d'entraîner une démission collective de la hiérarchie du journal pour soutenir le président du directoire aurait par ailleurs échoué mercredi.
Dans sa volonté de contourner le vote de la rédaction, Jean-Marie Colombani a reçu le soutien de Claude Perdriel, le propriétaire du Nouvel Observateur, actionnaire minoritaire du Monde, ainsi que d'une partie du syndicat CGT du Livre.

 Dans une interview au Nouvelobs.com, Claude Perdriel reprend d'ailleurs le décompte de Jean-Marie Colombani: "Si l'on regarde les chiffres, 58,8% des salariés -journalistes, cadres, employés- du Monde ont voté pour son maintien et 37%, contre. Et non seulement eux, mais 90% du management, c'est à dire tous les cadres, ont voté pour lui, ce qui est la preuve d'une réussite de direction de la présidence du directoire remarquable. (...) Si Le Monde est une société démocratique, il n'y a aucune raison que Jean-Marie Colombani parte", ajoute Claude Perdriel.

 Le Monde semble bel et bien entré dans une zone des tempêtes, avec un bras de fer entre les journalistes et les autres actionnaires. Il est loin d'être certain que cette tension se calmera après la réunion cruciale du conseil de surveillance vendredi ».

  « Télé. La nomination d'un proche de Sarkozy agite politiques et syndicats ».

 Dans le tollé soulevé par la nomination de Laurent Solly, l'ex-directeur adjoint de campagne de Nicolas Sarkozy ( Libération d'hier), à la direction de TF1, le PS a fini par réagir, avec un peu de retard, après le PCF, qui dénonçait mardi «une présidence au fort relent berlusconien». C'est François Hollande qui s'y est collé : «Nous avons des exemples multiples où les amis de M. Sarkozy, le groupe Lagardère, le groupe Bouygues [...], sont en espèce de connivence, et je crois que ce n'est pas bon d'avoir cette relation consanguine entre le pouvoir politique et le pouvoir médiatique.» Pour le premier secrétaire du PS, «si l'on veut éviter les procès d'intention, il faudrait qu'il y ait des règles qui soient posées, notamment par la loi.» 

 Dans ce concert, un absent de taille : François Bayrou. Le parachutage d'un très proche collaborateur du Président tout en haut d'une télé privée détenue par Martin Bouygues, le meilleur ami du chef de l'Etat, c'est pourtant du nanan pour Bayrou, qui a fait campagne sur le thème de la collusion politico-médiatique.

 Du côté des syndicats, le SNJ juge «extrêmement choquante» la nomination de Solly à TF1, tandis que le SNJ-CGT estime qu'elle va «accroître les soupçons de mise au pas de l'information dans une chaîne déjà largement suspecte d'avoir fait la promotion du candidat de la droite ultralibérale». La CFDT redoute une «nouvelle ère étouffante pour l'information», citant aussi le recrutement de journalistes à l'Elysée et à Matignon.

 Dans ce climat électrique autour de TF1, toute ébauche de nouvelle nomination fait illico des étincelles. Selon nos informations, lundi, le nouveau patron de TF1, Nonce Paolini, a reçu Nicolas Beytout, patron du Figaro . Pourquoi ? Paolini songerait à remplacer son actuel directeur de l'information, Robert Namias, sur la sellette depuis des mois pour cause d'incompatibilité sarkozyste (c'est un chiraquien pur jus). Levée de bouclier immédiate de la hiérarchie de la rédaction : «Beytout, ça voulait dire réorganisation, ça mettait en cause tout leur système», note un cadre. Du coup, pour l'heure, l'hypothèse Beytout semble enterrée. Définitivement ? «En tout cas, souligne notre interlocuteur, Namias est de bien meilleure humeur». 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 20:33

 

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

 Lors des trois dernières élections législatives, j’ai été candidat sur cette circonscription.

 En 1993 et 1997, j’étais alors maire de Saint-Berthevin et candidat du PS.

 En 2002, j’étais conseiller régional des Pays de la Loire et conseiller municipal, mais ma candidature était alors soutenue par Chevènement et le Pôle républicain.

 Depuis 2004, j’ai rejoint le Mouvement Républicain et Citoyen fondé par Jean-Pierre Chevènement en 2003, j’en assure l’animation en Mayenne et suis délégué national à l’agriculture. Ce petit parti, pas comme les autres, mériterait d’être mieux connu. Il a joué un rôle important, au côté de Ségolène Royal, lors de la toute récente campagne présidentielle.

 En 2002, j’avais créé l’association CIVIQ (Citoyenneté et Vie Quotidienne) afin de permettre aux citoyens de mieux comprendre les enjeux politiques et de pouvoir plus aisément se déterminer lors des élections. Des rencontres CIVIQ ont été organisées sur des thèmes tels que les choix énergétiques, en liaison avec le problème du réchauffement climatique.

 Il y a un an, j’ai créé un blog, qui est un moyen de communiquer très facilement avec celles et ceux qui utilisent la technique Internet et regardent ré­gu­liè­rement les nouveaux articles que je mets en ligne chaque jour.

 Mon blog est bien référencé sur les moteurs de re­cherche. Il suffit de taper « michel sorin » pour le découvrir en pôle position, ainsi que mes ar­ticles les plus lus sur la « Toile ».

 J’en viens à l’essentiel : ma candidature à cette élection législative, la 4e dans cette première circonscription, et toujours face à François d’Aubert ! Et si la Mayenne parvenait à élire un député de gauche avec ce type de scrutin ?… Cela ne s’est jamais produit jusqu’à présent !

 J’ai pour moi la persévérance et la ténacité, ainsi que la continuité dans la ligne politique que j’ai choisie en 1973 en m’engageant politiquement dans le sillage de Jean-Pierre Chevènement et de Robert Buron, avec François Mitterrand à la tête du Parti socialiste.

 Dès 1978, je m’opposais dans les réunions publiques au candidat de la droite, le même qu’aujourd’hui.

 En 1997, secondé par Janine Salbert, j’avais eu la satisfaction d’obliger pour la première fois François d’Aubert à un second tour, dans lequel je réalisais 46,4 % des voix.

 Certes, les conditions ont changé depuis dix ans. J’ai quitté le PS en décembre 2001. Pourquoi une telle décision, qui en a surpris et peiné beaucoup ? À celles et ceux qui m’ont interrogé à ce sujet, je n’ai jamais caché les raisons de ce départ.

J’avais compris que le parti dans lequel j’avais investi toutes mes forces­ avait pris une orientation que je n’approuvais pas. Les classes populaires se détachaient de nous ; ce n’était pas par hasard.

 J’étais arrivé à la conclusion, en cette fin d’année 2001, que le PS s’était beaucoup éloigné du parti fondé lors du congrès d’Epinay-sur-Seine en 1971 par François Mitterrand et Jean-Pierre Chevènement, mais aussi Robert Buron (c’est ce dernier qui avait prononcé l’excellent discours de clôture) et auquel j’avais adhéré après mes études et mon Service national.

 Avec Jean-Pierre Chevènement, je me suis engagé avec détermination dans la démarche de refondation républicaine et sociale de la gauche, sur la base de l’accord PS-MRC du 9 dé­cembre 2006 et des propositions de Ségolène Royal pendant la campagne présidentielle.

 Je suis persuadé que la gauche doit se réorganiser en profondeur afin de pouvoir répondre aux attentes des citoyens, notamment des milieux populaires.

 Face à une droite recomposée et dé­complexée qui affirme son ambition de gouverner durablement le pays, la gauche doit impérativement se rassembler et poser les questions de son identité, de sa stratégie et de son projet.

 Il a manqué à Ségolène Royal, le 6 mai, la cohérence et la crédibilité d’une force, der­rière elle, prête à assumer les responsabilités du pouvoir.

 Si la gauche ne pouvait gagner les élections législatives, il lui faudrait se battre, s’opposer intelligemment, s’engager dans la bataille des idées qui est déterminante pour la conquête du pouvoir politique.

 Dans tous les cas, la confrontation entre la droite et la gauche sera féroce car, derrière la façade agréable de l’édifice présidentiel, se dis­si­mule le redoutable pouvoir économique et financier (et aussi médiatique), ce qu’un auteur, récemment, a appelé « le nouveau mur de l’argent ».

 Le président de la République fait partie des chefs d’État et de gou­ver­nement dont la proximité est forte avec le pouvoir de l’argent (Berlusconi, en Italie, en était le champion toutes catégories). Il aura tendance, comme son programme l’annonçait clairement, à servir en priorité ces intérêts dominants.

 Je pense que la meilleure façon pour un peuple­ de manifester sa vigilance sur ce point est de pratiquer une citoyenneté active et responsable.

 La gauche a un objectif historique : construire­ un grand parti républicain et socialiste réunissant la gauche de gouvernement en France.

 La gauche que je représente est :

- Républicaine car fidèle aux principes et aux valeurs de la République.

- Radicale car son projet est à l’opposé de celui de la finance mondialisée.

- Raisonnable car elle recherche le meilleur équilibre possible par le compromis.

 Face une droite qui accepte le jeu de la mondialisation libérale (fonctionnant selon les intérêts du capital financier mondialisé), la gauche doit prendre en charge les intérêts du monde du travail, ce qui correspond dans le long terme à l’intérêt général de la société.

 Tout récemment, le 17 mai, sur mon blog j’ai résumé ainsi les principales orientations que la gauche, à mon avis, devrait adopter demain :

 - Construction d’une Europe in­dé­pen­dante et consolidation du modèle social et républicain national,

 - Adoption d’une politique énergétique cohérente et relance d’une croissance écologique, riche en emplois,

 - Nouvelles règles pour le commerce international et priorité à la sécurité alimentaire partout dans le monde.

 La réorientation européenne et la recherche de l’in­dé­pen­dance stratégique de l’Europe ne font qu’un. C’est une nécessité absolue si l’on veut préserver notre modèle républicain et jouer un rôle dans la façon dont s’organise la vie sur la planète.

 Le réchauffement climatique est une réalité qu’il faut combattre par une politique énergétique avisée. Celle-ci doit rechercher les économies d’énergie, l’efficacité  énergétique et la capacité, non seulement à ne pas polluer l’atmosphère, mais à relancer la croissance en la réorientant dans un sens plus écologique.

 La libéralisation du commerce international n’est pas la priorité si l’on considère les besoins des populations dans le monde. La priorité, c’est la sécurité alimentaire, en quantité et en qualité. L’agriculture doit être productive et in­ten­sive, tout en étant économe et écologique, afin de nourrir une planète marquée par d’énormes disparités.

 Ces priorités seront les miennes si vous me confiez la responsabilité de vous représenter à l’Assemblée nationale. Mes mandats électifs précédents de maire et de conseiller régional sont un atout dont je disposerai, mais aussi les fonctions politiques que j’ai exercées au PS et au MRC.

 Ma disponibilité sera totale, n’ayant pas d’autre mandat électif actuellement. Je crois pouvoir affirmer que vous pourrez compter sur mon intégrité et mon sens du service.

 Je n’ai aucune animosité personnelle vis-à-vis du candidat de la droite. Nos divergences sont politiques et concernent des questions de fond que j’ai abordées précédemment, même s’il arrive que nous ayons des points d’accord, par exemple pour ne pas « sortir du nucléaire » et pour considérer que Jean-Pierre Chevènement a été un bon mi­nistre de la Recherche.

 Il est clair que, si vos suffrages ne sont pas suffisants pour me placer en tête de la gauche­ le 10 juin, je me désisterai automatiquement en faveur du candidat de gauche le mieux placé

Robert Buron disait que la Mayenne est moins conservatrice qu’on le prétend.

J’ai envie d’écrire : qu’elle le prouve !

Partager cet article
Repost0
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 20:20

 

Comprendre le monde pour le transformer

 Dans un entretien à paraître en juin dans la revue « Utopie critique », Jean-Pierre Chevènement va plus au fond de la problématique de la refondation de la gauche. C’est un extrait qu’il propose aujourd’hui sur son blog www.chevenement.fr .

 Voici quelques extraits de l’entretien. 

Un grand parti de gauche, ancré dans les couches populaires  

« Ségolène Royal, pendant sa campagne électorale, a cherché une mise à niveau du PS dans l'urgence. Je l'y ai aidée de mon mieux et je continuerai à le faire, non pas en direction d'une ouverture « centriste » qui n'avait qu'un intérêt tactique entre les deux tours, mais en vue de créer un grand parti de gauche, ancré dans les couches populaires, capable de gouverner et donc structuré par un logiciel républicain.
Il n'y a pas d'autre alternative. La social-démocratie en France n'a pas de sens en raison de l'émiettement syndical et de la tradition de séparation entre le politique et le syndical qui remonte à la Charte d'Amiens (1902). La jeunesse pourra alors s'engager dans ce grand parti de gauche qui est à construire avec elle.
Avec le MRC, je l'aiderai de mon mieux à trouver ses repères. Aucun parti de gauche ne peut se passer d'une grille de lecture du monde. Comprendre le monde pour le transformer, pour changer les règles du jeu de la mondialisation libérale, reste un préalable à toute refondation réussie de la gauche française. (...)

La gauche qui se dit antilibérale doit cesser de jeter l'ostracisme sur l'idée républicaine, comme elle l'a fait dans la dernière période. Nous avons toujours lutté pour aider la gauche à lutter contre ses mauvais démons : il y a urgence à redresser ses analyses sur des sujets essentiels comme la nation, l'Europe, la sécurité, les rapports avec les pays du Sud.
Il faut rompre avec les visions angéliques ou laxistes qui ont plombé la gauche face à N. Sarkozy : celui-ci a su récupérer et détourner des valeurs républicaines que la gauche n'aurait jamais dû laisser tomber en déshérence. C'est par ce combat idéologique intransigeant dans la gauche elle-même que commencera la reconquête. Rien n'est perdu. Tout est à reprendre. »

L'entretien intégral sera publié en juin dans Utopie critique et sur ce blog
www.chevenement.fr .  

Partager cet article
Repost0
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 18:26

 

« Absurdité sanitaire, sociale et économique »

 L’engagement du président de la République de créer une franchise sur le remboursement des soins provoque de nombreuses réactions, dont celle de l’ancien responsable santé du MRC, Elie Arié, cardiologue, enseignant associé au Conservatoire national des arts et métiers.

 Il préférerait que le président « prouve sa volonté d’ouverture en revenant sur cette mesure absurde », plutôt que de débaucher des personnalités de gauche.

 Ce texte est paru sur www.liberation.fr dans la rubrique Rebonds ce 23 mai. 

 « Nicolas Sarkozy doit affronter aujourd'hui une question majeure : procède-t-il à de simples débauchages de personnalités qui supportent mal l'idée d'être écartées des responsabilités pour cinq et peut-être dix ans, ou est-il vraiment capable de s'ouvrir intellectuellement à certaines idées de la gauche ? Une réponse spectaculaire pourrait être apportée par le seul signe vraiment significatif d'ouverture qui soit : sa capacité à écouter les arguments, à se laisser convaincre, et à renoncer à une mesure insuffisamment réfléchie.

 Je pense, bien entendu, au projet d'une franchise sur le remboursement des soins, censée «responsabiliser» les assurés sociaux. L'absurdité à la fois sanitaire, sociale et économique de cette mesure purement idéologique n'est pas difficile à démontrer.

 Car de deux choses l'une : ou bien cette mesure ne sera pas financièrement dissuasive pour la consommation de soins ­ il ne s'agirait alors que d'une nouvelle forme de baisse des remboursements des soins, venant s'ajouter à bien d'autres, et son effet de «responsabilisation» n'est qu'une astuce de communication ; ou bien son montant sera effectivement dissuasif sur la consommation, et on est là en pleine incohérence.

 ­ Economiquement, on ne peut responsabiliser par l'argent une consommation qui est, pour l'essentiel, une consommation subie et non choisie (on ne choisit pas d'être malade) : qui a les compétences nécessaires pour juger qu'un scanner ou un médicament prescrits par son médecin ne sont pas indispensables ? La dissuasion financière frappera aveuglément les consommations médicales aussi bien abusives qu'indispensables des revenus les moins élevés, elle sera sans effet sur les consommations médicales abusives des revenus les plus élevés.

 ­Sanitairement, en freinant la consommation médicale des malades aux revenus les plus faibles, elle contribuera à rendre les diagnostics plus tardifs, et à transformer des maladies traitées trop tardivement en maladies plus graves, donc plus chères ; elle s'opposerait à tous les discours sur la prévention, qui implique les consultations régulières avant même d'être malade, et qui ont amené la plupart des pays développés (la Grande-Bretagne, le Japon, ou l'Espagne) à faciliter financièrement le plus possible le recours au médecin généraliste, en supprimant tout ticket modérateur ou toute avance de frais de la part des patients.

 ­ Et si l'objectif est de responsabiliser par l'argent, la seule mesure efficace consisterait à responsabiliser les vrais ordonnateurs de dépenses, qui sont les médecins. Ce qui est fait en Allemagne, avec le système des lettres-clés flottantes et les récentes réformes introduites par Angela Merkel sur le coût moyen des ordonnances ; en Grande-Bretagne, par le système des General Pratictioners Fundholders introduit par Margaret Thatcher (sans toucher à la gratuité des prestations pour les malades) : mais sans doute ne faut-il pas trop en demander... (Il faut d'ailleurs remarquer que ce qui a causé la chute de Margaret Thatcher, c'est le projet d'un impôt d'un montant identique pour tous, indépendant des revenus, tout à fait semblable au principe de cette franchise identique pour tous, indépendante des revenus.)

 En revenant sur ce projet absurde à tout point de vue, Nicolas Sarkozy apporterait une preuve spectaculaire de sa capacité d'écoute, de son absence d'aveuglement idéologique, et de la sincérité de son désir d'ouverture, qui ne peut être que l'ouverture aux arguments, et non aux individus : en sera-t-il capable ? Nous aurons bientôt la réponse ».

Partager cet article
Repost0
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 21:15

 

Il y aura une réunion par canton sur la 1ère circonscription

 Cette circonscription électorale a la forme d’une banane dont les deux extrémités sont les cantons de St-Berthevin et de Pré-en-Pail, le premier au sud-ouest de Laval et le second aux confins de l’Orne et de la Sarthe (la commune de Ravigny fait partie du périmètre de l’agglomération d’Alençon).

 Le découpage actuel est l’œuvre de Charles Pasqua, en tant que ministre de l’Intérieur de 1986 à 1988. Il a réussi l’exploit d’enlever le canton Laval Nord-Est (y compris le quartier de la gare SNCF de Laval) de cette circonscription pour l’intégrer dans la 3ème circonscription (celle de Mayenne). En compensation, le canton de Pré-en-Pail faisait le chemin inverse. Raison officielle : rééquilibrer la population entre les deux circonscriptions.

 La forme bananière aurait son origine, au début de la Vème République, dans la volonté de Robert Buron de placer le canton de Villaines-la-Juhel, dont il était l’élu, dans la circonscription de Laval. Une répartition équitable des électeurs entre les trois circonscriptions imposait dès lors cette forme géographique bizarre.

 Après la retouche Pasqua, il y a désormais 11 cantons, dont 4 cantons de Laval, et 63 communes. C’est la circonscription la plus peuplée, avec 108 292 habitants, la Mayenne en dénombrant 283 000 environ. On compte 81 338 électeurs inscrits sur les listes électorales (220 000 sur l’ensemble du département).

 A la suite d’un contact que j’ai eu ce jour avec un responsable de La Poste, je puis ajouter qu’il y a 49 414 boîtes aux lettres sur les onze cantons de cette circonscription.

 Voici le programme des réunions publiques de la campagne pour les élections législatives de Michel SORIN, candidat du MRC et de la gauche républicaine dans la 1ère circonscription de la Mayenne. Ces rencontres avec les citoyens auront lieu du 29 mai au 8 juin 2007.

 Date                Cantons         Lieu de la réunion 

29 mai 18h30 Laval Ouest     Salle du Gué-d’Orger, 30 rue du Gué-d’Orger, Laval.         

30 mai 20h30  Pré-en-Pail      Salle municipale, rue des Tesnières, Pré-en-Pail.

 31 mai 20h30  Bais                 Salle de la mairie, avenue Auguste Janvier, de Bais.

 1er juin 20h30  Villaines la J.   Salle polyvalente (camélia n°4), près de la mairie de Villaines.

 4 juin 20h30    Montsûrs         Salle de réunions de la mairie de Montsûrs, route de St-Céneré.

 5 juin 20h30    Evron              Salle des Croisettes, route de Crun, Evron.

 6 juin 18h30    Laval Est        Salle de Thévalles, route de la Tuilerie, Laval.

 7 juin 20h30    St-Berthevin    Salle Coquelicot, Centre de Rencontres (près de l’église) St-B.

 8 juin 20h30    Argentré          Salle des Marzelles (ancienne mairie) à l’étage, Argentré.

Partager cet article
Repost0