Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

17 juillet 2006 1 17 /07 /juillet /2006 16:56

 

Extraits (II-2 D) du projet MRC, adopté en avril 2006,

traitant de l’agriculture. 

Les paysans doivent pouvoir vivre de leur travail

Revaloriser le travail des paysans face à l'offensive libérale menée par l'OMC est un combat exemplaire pour toute résistance au libéralisme. La réforme de la PAC imposée en 2003 a instauré un " découplage " entre la production et le revenu des paysans.

Désormais l'agriculteur ou l'éleveur, au lieu de vivre de ses produits -dont le prix sera progressivement aligné sur le cours de braderie du marché mondial- vivra d'allocations.

C'est un abandon complet des principes de la PAC, qui était, faut-il le rappeler, la seule politique commune mise en place.

Désormais, l'Union européenne n'a qu'un objectif : aligner l'Europe sur le marché mondial, comme l'y presse l'OMC, laquelle peut compter sur le soutien actif de Tony Blair.

 Contre cette liquidation, il faut réinventer la PAC et les principes qui l'avaient fondée : préférence communautaire, prix rémunérateurs encourageant la qualité, souveraineté alimentaire.

En servant de nouveaux objectifs : agriculture paysanne, sécurité et qualité alimentaires, rejet du dumping vis à vis des agricultures des pays du Sud.

Le refus du découplage des aides va de pair, pour nous, avec la fixation de prix intérieurs européens, en référence aux coûts de production réels et à des codes de bonne pratique.

Le respect de la préférence communautaire garantit ces prix. Dès lors, la limitation par quota de production des restitutions aux exportations est acceptable.

 L'objectif d'autosuffisance alimentaire de l'Europe ne doit pas être perdu de vue. Dans cet équilibre, pourront être menés à bien le passage de la production de masse à la qualité, l'encouragement aux productions agricoles non alimentaires, au respect de l'environnement, le développement des contrats territoriaux d'exploitation, non seulement pour les exploitants bien installés mais pour tous les autres.

 

Des aides directes sont possibles dès lors qu'elles visent à préserver l'environnement et développer les bonnes pratiques. Mais cette réinvention de la PAC doit permettre à l'Europe de se nourrir par elle-même et aux paysans de vivre de leur travail et non de subsides.

  

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans AGRICULTURE et PAC
commenter cet article
17 juillet 2006 1 17 /07 /juillet /2006 15:25
Les REGLES FINANCIERES

 

 

Un compte bancaire a été ouvert au nom du comité départemental de la fédération de la Mayenne du MRC, sous la responsabilité de Michel Sorin, secrétaire fédéral, et de Georges Minzière, trésorier fédéral.

 

 Cotisations : elles sont réglées par chèque bancaire à l’ordre de l’Association de Financement du MRC (AFMRC). Celle-ci conserve la part nationale de la cotisation, fixée en 2007 à 33 € par adhérent (25 € si moins de 25 ans), puis retourne 90% du reste à la fédération départementale (par chèque) dans un délai de trois mois au maximum.

 

   Il existe un barème de cotisations, fixé au niveau national. Ce barème national est progressif et décliné par tranche (comme l'impôt sur le revenu), en fonction du revenu mensuel de l'adhérent.

 

 

  ·          Moins de 500 € de revenu mensuel moyen    :  2%,    soit 10 €/an         revenu de  500 €/mois.

 

 ·          Entre 500 et 1 000 €   «          «               «          : 3.5%, soit 35 €/an   «            «            1000    « 

 

 ·          Entre 1 000 et 1 500 €   «        «               «         : 5%,    soit 75 €/an   «            «             1 500   « 

 

 ·          Entre 1 500 et 2 000 €   «         «              «         : 6%,    soit 120 €/an  «           «             2 000   « 

 

 ·          Entre 2 000 et 3 000 €   «        «               «         : 7%,    soit 210 €/an  «           «             3 000   « 

 

 ·          Entre 3 000 et 4 000 €   «        «               «         : 8%,    soit 320 €/an  «           «             4 000   « 

 

 ·          Plus de 4 000 €             «         «               «         : 9%,    soit  450 €/an  «           «             5 000   « 

 

  Pour toutes les sommes versées à l’AFMRC (cotisations ou dons), il est adressé un reçu fiscal début mars l’année suivante. La réduction d’impôts est égale, selon la législation en vigueur en 2006, à 66% des sommes versées dans l’année à l’AFMRC (plafonnement : 7 500 € et 20% du revenu imposable).

 

 En fonction de sa situation personnelle, chacun peut ajouter un don à la cotisation. Seuls les dons de personnes physiques sont autorisés.

 

Dans le cas où une réduction fiscale est possible, un versement de 100 € ne coûte en réalité que 34 € à l’adhérent.

 Barème national adopté par le MRC 53 

Repost 0
17 juillet 2006 1 17 /07 /juillet /2006 14:08

 

CIVIQ : des conférences-débats et des groupes de réflexion autonomes

Des conférences-débats ou rencontres CIVIQ (publiques), organisées sur un thème précis, avec intervenants extérieurs, préparées en concertation avec les associations et autres organismes, présents sur le terrain et concernés par ce thème.

Les groupes de réflexion CIVIQ, autonomes dans l’organisation de leur action interne, en liaison avec l’association quand ils interviennent dans le champ public.

 

    CIVIQ  -  Citoyenneté et Vie Quotidienne

 Le réseau associatif de l’éducation citoyenne pour tous !

            Président : Michel Sorin

         Trésorier : Georges Minzière  

 

 

  ---------------------------Coupon à découper et retourner à Michel Sorin -----------------------

 CIVIQ : j’adhère, je cotise (8 € par an), ou je demande un complément d’informations.

 Nom – Prénom – Adresse – Tél – Courriel :

 

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article
17 juillet 2006 1 17 /07 /juillet /2006 12:28

CIVIQ : l’éducation citoyenne pour que le peuple se fasse entendre.

Le peuple est au cœur de la démocratie. La citoyenneté est au cœur de la République. Le principe de la République française est « le gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple ».

 Dans la réalité, qu’en est-il ? Le peuple a-t-il réellement les moyens de s’exprimer et de se faire entendre des pouvoirs publics ? L’éducation à la citoyenneté a-t-elle la place qu’elle devrait avoir ?…

 q       Le malaise démocratique du peuple français, sa défiance vis-à-vis des élites et des responsables institutionnels, sont le signe d’une crise profonde.

 La société, dominée par un capitalisme prônant désormais la « globalisation » des marchés financiers qui ignore les territoires et les nations, exprime ainsi une forme de résistance à l’égard d’une logique dogmatique qui « confine » les pouvoirs publics et les partis de gouvernement dans un rôle d’exécution des volontés des firmes multinationales, sous l’autorité vigilante des USA.

 

 Le néo-libéralisme est cette doctrine issue du « consensus de Washington » qui a imprégné les élites économiques et politiques depuis vingt ans (réduction des dépenses et protections publiques, privatisations, déréglementations, libéralisation du commerce…).

 Elle se traduit par la domination de la finance sur l’économie à l’échelle planétaire, dans le but d’accroître et sécuriser les profits des actionnaires boursiers.

 q       Le NON du 29 mai 2005 au projet de « constitution européenne » a marqué le refus du peuple français de ratifier la suprématie des dogmes néo-libéraux au niveau européen.

 

    Une première ! Et une date historique pour les citoyens, qui ont su faire preuve de lucidité et de clairvoyance vis-à-vis d’une tentative d’anesthésie politique des nations européennes.

 

 

 

 Notre République tend à devenir une République « néo-libérale », dans laquelle le qualificatif « néo-libéral » fixe le cadre duquel la politique ne peut sortir (comme en République « islamiste » où les religieux ont le dernier mot, et dans l’ex-URSS où le parti communiste avait le pouvoir absolu).

 v      Nous militons pour une République laïque, donc libre, car elle préserve le champ politique des dogmes de toutes sortes (religieux, idéologiques ou autres) et est une condition de l’égalité.

 

  Le dogme du libre échange, porté par l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et relayé avec zèle par les institutions européennes, est aussi pesant sur les choix politiques français que l’était le phénomène religieux il y a un ou deux siècles.

 v      Nous militons pour une République sociale, qui favorise l’organisation de la vie collective et la cohésion de la société autant que le développement de l’initiative et de la liberté individuelle.

 

  L’individualisme, qui vise l’émancipation des personnes, doit être contenu dans des règles de vie en société et dans le cadre formalisé d’objectifs collectifs à atteindre par la nation.  

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article
17 juillet 2006 1 17 /07 /juillet /2006 12:08

Définition de la citoyenneté par l'ancien ministre Anicet LE PORS

Le 15 mai 2003, à Saint-Berthevin, l’homme qui fait référence en la matière (auteur du Que sais-je ?   « La citoyenneté, valeur dépassée ? »), l’ancien ministre de la fonction publique, actuel Conseiller d’Etat, Anicet Le Pors était invité par CIVIQ à préciser les contours de la notion de citoyenneté.

  Selon lui, celle-ci ne peut se laisser enfermer dans une définition.

Toutefois, se dégagent des 25 derniers siècles, au moins deux points communs à ce qu’on nomme la citoyenneté :

Le premier, c’est qu’il n’y a pas de citoyenneté sans valeurs. Ces valeurs, qui constituent le creuset de la citoyenneté, sont la conception de l’intérêt général, l’affirmation du principe d’égalité et la responsabilité morale.

Le second, c’est qu’il n’y a pas de citoyenneté sans moyens de l’exercer. Ces moyens sont d’abord les droits civiques, très liés à l’idée de nationalité. C’est aussi la dimension sociale et économique de la citoyenneté dans l’entreprise. Ce sont aussi des choix de société, par exemple les premières lois de décentralisation en 1982.

 

   Mais il n’y a pas de recette-miracle pour développer la citoyenneté.

 Cela renvoie à la responsabilité de chacun. La crise des partis politiques doit nous amener à  « réfléchir à une nouvelle manière de faire de la politique ».

   

 
Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article
17 juillet 2006 1 17 /07 /juillet /2006 11:42

CIVIQ  : un outil d’information et d’éducation à la citoyenneté.

L’article 2 des statuts de l’association, créée en décembre 2002, est ainsi libellé :

 « Cette association a pour but de soutenir et promouvoir la citoyenneté :

 ü      Aider les personnes et les groupes à s’approprier leur avenir, à réfléchir aux moyens à prendre pour développer durablement leur milieu, leur cité, leur collectivité, leur pays…

 ü      Mettre à leur disposition : des informations, des outils de formation et d’animation,

 ü      Faire émerger des idées et des pratiques de terrain qui pourront être, ensuite, portées par les élus vers les organisations politiques et les pouvoirs publics,

 ü      Créer les conditions de relations entre citoyens et élus, qui permettront aux uns et aux autres de dépasser les intérêts particuliers afin de se rapprocher de l’intérêt général ».

 

 

 

 

 

CIVIQ est née de l’aspiration profonde à rénover la vie politique  par la volonté et la participation des citoyens.

 Le titre complet de l’association, « Réseau CIVIQ (Citoyenneté et Vie Quotidienne) », exprime la volonté de relier constamment la citoyenneté et la vie quotidienne, que ce soit dans le travail et hors du travail, pour tout ce qui concerne l’organisation de la vie en société.

 CIVIQ veut être un ferment démocratique et républicain dans la société.

 

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article
17 juillet 2006 1 17 /07 /juillet /2006 10:39

Le Conseil national du MRC, réuni le 25 juin 2006 à Paris, a adopté à la quasi-unanimité, le texte suivant :  

Le Conseil National du MRC rappelle que, conformément au texte d'orientation stratégique de son Congrès du 2 avril 2006, il n'arrêtera une position définitive concernant l'élection présidentielle qu'à l'occasion d'une Convention Nationale à la fin de cette année.

La crise que traverse le pays est profonde. Il n'en sortira que sur la base d'une claire refondation républicaine. La victoire du NON au référendum du 29 mai 2005 a créé une situation nouvelle : la priorité du redressement de la construction européenne est clairement économique et sociale. L'idée d'une Constitution européenne est définitivement morte. Mais nos élites sont sourdes et aveugles.

Nous devons inventer un chemin :

- soit nous affirmer nous-mêmes pour porter notre projet républicain et social, et rassembler autour de lui ; dans cette perspective, le MRC appelle ses responsables et militants à poursuivre la collecte des parrainages d'élus et des financements nécessaires à la campagne,

- soit envisager un soutien critique au candidat du parti socialiste, dès lors que celui-ci tiendra compte des aspirations populaires, sur la base d'un accord politique et électoral avec le MRC, que notre Convention Nationale appréciera également à la fin de l'année.

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans MRC national
commenter cet article
17 juillet 2006 1 17 /07 /juillet /2006 09:41

Parrainage de la candidature de Jean-Pierre CHEVENEMENT à l'élection présidentielle 2007

J'ai relayé la demande du MRC de solliciter auprès des maires un engagement de parrainage de la candidature de Jean-Pierre Chevènement, en précisant que celui-ci ne prendra une décision qu'à la fin de l'année.

Voici le texte du message adressé aux maires 53 par courriel hier soir :

Vous savez l'importance de la prochaine élection présidentielle, en avril-mai 2007. Certains candidats ont fait connaître leur intention. D'autres attendent la fin de l'année avant de prendre une décision. C'est le cas de Jean-Pierre Chevènement.

Le Mouvement Républicain et Citoyen, dont il est président d'honneur, lui a demandé de se porter candidat. La France est en crise. Elle n'en sortira que sur la base d'une claire re-fondation républicaine, prenant en compte les attentes populaires qui se sont exprimées depuis plusieurs années, notamment le 29 mai 2005, lors du vote de ratification du traité constitutionnel européen.

Ce qu'attend le peuple français de son futur Président, c'est une ferme volonté de réorienter la construction européenne, en donnant la priorité à l'économie et au social.

Peu de responsables politiques ont la capacité de mener à bien une telle mission de redressement du pays. Jean-Pierre Chevènement a prouvé, depuis 25 ans, dans ses diverses fonctions ministérielles, qu'il est doté des qualités et du caractère propres à l'exercice de cette responsabilité.

C'est pour rendre possible sa candidature, et lui permettre de se positionner dans quelques mois en fonction de l'évolution de la situation politique, que je vous propose de me retourner l'engagement de parrainage de sa candidature que vous trouverez, ci-joint.

Je vous rappelle que parrainer n'est pas adhérer à toutes les prises de position du candidat ni soutenir l'ensemble de son projet, c'est lui permettre d'être candidat et, ainsi, favoriser l'expression de la démocratie.

D'autre part, à ce stade, il ne s'agit que d'une promesse de parrainage tant que celle-ci ne sera pas relayée par le formulaire officiel que vous recevrez de l'Etat.

Vous remerciant de votre attention et de votre compréhension,

Je vous prie d'agréer, Madame ou Monsieur le Maire, l'expression de mes meilleurs sentiments et de mes salutations républicaines.

Michel Sorin, ancien maire de St-Berthevin,

Secrétaire MRC 53 et délégué national MRC à l'agriculture

.

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans CHEVENEMENT
commenter cet article
21 mai 2006 7 21 /05 /mai /2006 14:15

Pour la démocratie et la République

  
Nous avons créé ce blog parce que c'est un moyen de communiquer, d'échanger des informations, des réflexions, avec le souci de permettre aux Mayennais de mieux comprendre la politique et leur donner envie de participer à la vie publique.
 
Réconcilier les citoyens et la politique, tel est notre premier objectif.
 
C'est le constat, en 2001-2002, de la rupture de confiance entre les principaux partis de gauche et les citoyens, qui est à l'origine de notre démarche.
 
Dans un premier temps, nous avons créé l'association CIVIQ (Citoyenneté et Vie Quotidienne) en décembre 2002, afin de donner la possibilité aux citoyens de s'informer, de s'exprimer, de participer à des débats de fond sur la société, en faisant constamment le lien avec la vie quotidienne.
 
Puis plusieurs membres du groupe se sont rapprochés en 2003-2004 du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) après avoir vérifié la cohérence entre la stratégie de ce nouveau parti, dirigé par Georges SARRE, continuateur du Mouvement des Citoyens (MDC) fondé par Jean-Pierre CHEVENEMENT, et notre volonté de rénover la vie politique démocratique en y associant les milieux populaires.
 
Que ce soit par CIVIQ ou par le MRC, nous voulons que le peuple se fasse entendre et que les élites se souviennent que le peuple est au coeur de la démocratie, et la citoyenneté au coeur de la République.
 
Le 29 mai 2005 a été un rappel à l'ordre adressé par le peuple aux élites locales et nationales (de la politique, des syndicats, mais aussi des médias et des institutions de toutes sortes).
 
Puisque les responsables en place éprouvent beaucoup de difficultés à comprendre le sens de ce vote et à en tirer les conséquences, la seule solution est de changer de politique en France et en Europe, en portant aux responsabilités publiques des hommes et des femmes qui auront à coeur de prendre en compte les attentes populaires.
Sinon, ne risque-t-on pas, à terme, et sans l'avoir voulu, 
de répudier la démocratie et la République ?...
 
Il reste moins d'un an pour préparer les conditions de ce changement
qui porte un nom :  l'alternative républicaine et sociale au néo-libéralisme
 
Car la gauche, cette fois-ci, doit choisir de résister à la mondialisation libérale si elle veut renouer avec le progrès social.
Et elle doit se préparer à réorienter la politique européenne afin de corriger les déséquilibres, notamment économiques, qui affectent particulièrement la France et l'Europe.
 
Tous les citoyens sont concernés par ce grand débat autour du projet alternatif,
qui prolonge le NON du 29 mai.
 
Ce blog est un moyen utile pour permettre à celles et ceux qui le peuvent,
et qui le veulent, d'y participer.
 
Michel SORIN
Président du réseau CIVIQ (Citoyenneté et Vie Quotidienne),
Secrétaire du MRC 53 et délégué national MRC à l'agriculture.
 
  
Repost 0