Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs, qui n'est plus membre du MRC depuis 2015. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En 2022, le MRC est devenu membre de la Fédération de la Gauche Républicaine avec quatre autres organisations politiques.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

24 décembre 2015 4 24 /12 /décembre /2015 15:18

 

« Construire le peuple » : avec ce concept, Podemos a réussi sa percée

 

En séance du Conseil national du Mouvement Républicain et Citoyen, le 20 décembre 2015, Ladislas Polski, secrétaire national aux relations internationales, a rendu compte des contacts noués avec Podemos à Murcie et à Valence le 18 décembre à l'occasion des meetings électoraux de cette jeune formation politique (Podemos « Nous pouvons » a été créé début 2014).

 

Le 26 septembre 2015, Lola Banon, professeur à Valence, était intervenue au nom de Podemos lors de l'université de rentrée du MRC, à Clermont-Ferrand. Engagée dans l'organisation de la campagne de Podemos, elle a invité le MRC à participer aux derniers meetings.

 

Une délégation composée de Bastien Faudot, de Ladislas Polski et de David Bouderballa, est arrivée en Espagne jeudi et a pu dialoguer avec Pablo Iglesias. Voir (site MRC, 20 déc.) : Podemos : une histoire espagnole, une leçon pour l’Europe

 

Voir aussi le communiqué du MRC (Ladislas Polski et Bastien Faudot), le 21 déc. 2015 :

La montée de Podemos annonce d'autres changements politiques de grande ampleur

Les résultats des élections générales en Espagne ont placé la droite en tête, mais le vainqueur de la soirée est indiscutablement la formation politique PODEMOS qui talonne le Parti Socialiste espagnol. 

C'est une situation historique : dans la quatrième puissance économique de la zone euro, la souveraineté du peuple espagnol s'affirme face aux politiques d'austérité qui sévissent partout sur le continent. Le mouvement de Pablo Iglesias est parvenu à faire émerger de la colère des « Indignés » de 2011 une alternative politique crédible en 2015, imposant la question sociale au cœur de la campagne. 

Cette performance est d'autant plus significative que ''La remontada'' s'est concrétisée dans les urnes malgré les intimidations de la Troïka et les pressions exercées cet été sur le peuple grec et son gouvernement. La logique de la contrainte choisie par Bruxelles est aujourd'hui désavouée. 

Demain, PODEMOS se confrontera peut-être à l'exercice du pouvoir. D'ores et déjà, cette alternative sonne le glas du bipartisme qu'a connu l'Espagne depuis la chute du franquisme. La social-démocratie en sort particulièrement affaiblie. C'est une réalité que l'on observe ailleurs en Europe, dans des configurations certes différentes, mais qui annoncent d'autres changements politiques d'ampleur. 

En 2017, c'est sur cette capacité à incarner un véritable espoir pour une République souveraine que les Français nous jugeront.   

 

Lu dans la presse :

 

- Francetvinfo, 21 déc. 2015 : Les trois enseignements des élections historiques en Espagne

- Slate, 17 déc. 2015, Gaël Brustier, «Construire le peuple»: Iñigo Errejon, l’homme qui bouscule les certitudes des gauches européennes

(…) A l’heure où les social-démocraties européennes sont en panne idéologique, stratégique ou en péril électoral, où les gauches radicales sont confrontées à la réalité du pouvoir et au développement des moyens de coercition exercés par l’Union européenne hors le champ démocratique, l’apport d’Errejon est essentiel. Il a vocation à susciter, en Europe, un grand débat stratégique. Une forme d’intelligence politique retrouve vie. Pour Errejon assurément, Gramsci n’est pas le penseur d’hier, mais bien plus sûrement celui de demain.


 

Cet article est le 179ème paru sur ce blog dans la catégorie MRC national

Ladislas Polski et Lola Banon, le 26 septembre 2015 à Clermont-Ferrand, lors de l'université de rentrée du MRC

Ladislas Polski et Lola Banon, le 26 septembre 2015 à Clermont-Ferrand, lors de l'université de rentrée du MRC

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 16:07

 

Une candidature à l'élection présidentielle sera officialisée le 7 février 2016

 

Lors de son congrès de juin 2015, le Mouvement Républicain et Citoyen avait enregistré la démission de son président d'honneur et fondateur, ancien ministre, Jean-Pierre Chevènement, et de sa première vice-présidente, Marie-Françoise Bechtel, députée de l'Aisne.

Ce départ sanctionnait un désaccord stratégique entre eux et le président Jean-Luc Laurent, député du Val-de-Marne. La divergence portait sur la portée - en termes d'alliances - de l'alternative républicaine revendiquée par le MRC. La majorité voulait la limiter à la gauche alors que les deux personnalités n'excluaient pas de l'ouvrir à droite, notamment vers Debout la France.

 

Lors du congrès de Paris, en juin 2015, Jean-Luc Laurent avait été réélu président par 80 % des délégués en donnant comme objectif l'engagement du MRC dans la campagne de l'élection présidentielle. Cet engagement a été confirmé le 20 décembre - lors de la réunion du Conseil national - par le vote d'un texte précisant les orientations du MRC et lançant la procédure de désignation d'un candidat ou d'une candidate à l'élection présidentielle.

Les candidats doivent se faire connaître d'ici le 5 janvier avec déclaration de candidature, profession de foi et une liste d'au moins 10 membres (titulaires) du Conseil national qui présentent la candidature. Entre le 7 et le 27 janvier, les adhérents voteront dans les départements et régions, selon l'organisation retenue par les responsables locaux.

 

Le résultat des votes sera communiqué aux adhérents après le 27 janvier et avant la réunion de présentation du (ou de la) candidat(e), qui aura lieu le 7 février 2016 à partir de 14h au Cabaret Sauvage, Parc de la Villette, dans le 19ème arrondissement de Paris.

 

Ainsi, le MRC s'engage résolument sur la voie de la liberté, qui est la plus exigeante car elle implique de réunir plusieurs conditions, celle des 500 parrainages d'élus, celle du projet politique et celle de la méthode - nécessairement collective et innovante - pour atteindre l'objectif, qui est d'être présent à l'élection présidentielle, ce que le MRC n'a pu faire depuis sa création en 2003. Lors des élections précédentes, en 2007 et en 2012, il avait dû se résoudre à soutenir le candidat du PS avec, à la clé, un accord électoral et politique sur la mandature.

Cette fois-ci, les divergences sont trop fortes et trop nombreuses avec le PS, qui entraîne la gauche dans sa chute. Les citoyens expriment leur désarroi en faisant la grève de la citoyenneté au moment des élections. C'est un acte politique dont il faut impérativement tenir compte.

 

Le texte adopté à la majorité (7 abstentions) par le Conseil national vise la reconquête de la souveraineté du peuple français :

- reconquête de la souveraineté populaire, car la démocratie est mise en cause au niveau européen,

- reconquête de la souveraineté nationale, qui est le droit du peuple à décider de son avenir.

+ Il faudra revenir sur la trahison du peuple en 2008 qu'a été la ratification d'un traité quasi semblable à celui refusé par référendum en 2005.

+ Il faudra cesser de subir la domination des marchés financiers et des agences de notation.

+ Il faudra changer de monnaie s'il est impossible de changer la monnaie unique en monnaie commune de la zone euro.

 

Concernant l'élection présidentielle, voir Élections présidentielles en France – Wikipédia.

Voir aussi la critique portée par Christian Hutin, député MRC du Nord, le 16 décembre, sur la proposition de loi visant la Modification des règles de l'élection présidentielle : une tentative de verrouillage

 

Rappel (4 oct. 2015) : Le MRC veut définir un projet républicain et le porter à la présidentielle

 

Cet article est le 178ème paru sur ce blog dans la catégorie MRC national

Bastien Faudot, porte-parole du MRC, a été proposé par le président Jean-Luc Laurent - et il a accepté - pour être candidat MRC à l'élection présidentielle

Bastien Faudot, porte-parole du MRC, a été proposé par le président Jean-Luc Laurent - et il a accepté - pour être candidat MRC à l'élection présidentielle

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 21:52

 

L'alliance avec le PCF dans 6 régions mieux vécue que celle avec le PS dans 4

 

Les élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 ont rendu leur verdict.

Voir Résultats élections Régionales 2015 - Francetv info

 

Le Mouvement Républicain et Citoyen, qui était présent sur des listes PS en 2010 et avait obtenu 14 élus, avait davantage de candidats en 2015 (voir Régionales 2015 : le MRC sur des listes PS ou PCF selon les régions) mais se retrouve avec 3 élus dans les conseils régionaux (deux en Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, un en Ile-de-France). Cette situation s'explique par la défaillance de la majorité des listes de gauche, toutes tendances confondues en 2015, alors qu'en 2010, la gauche avait gagné la quasi-totalité des régions.

Rappel (communiqués MRC) :

- (6 décembre 2015) : Régionales : situation critique, sursaut nécessaire

- (6 déc. 2015) : Régionales : résultats des listes soutenues par le MRC

- (8 déc. 2015) : Second tour des élections régionales: position du MRC et soutien à J-P Masseret

- (13 déc. 2015) : Le problème reste entier

 

Lors du Conseil national du MRC, le 20 décembre, le président, Jean-Luc Laurent, a jugé que la stratégie était bonne, les résultats n'étant pas liés à la stratégie. Le MRC s'est fait connaître. Mais on a vu une certaine forme de vote utile dans plusieurs régions. Le vote FN est beaucoup plus présent dans les communes de moins de 500 habitants (en moyenne, 33%) que dans les villes de plus de 50 000 habitants (en moyenne, 19%).

- Les listes PCF où le MRC était présent ont souvent eu des résultats légèrement inférieurs à 5 %, sauf en Rhône-Alpes-Auvergne (5,3%) où le MRC a joué un rôle dans la qualification au second tour.

- Les listes PS où le MRC était présent ont eu des fortunes diverses. Aux retraits de listes (sans tenir compte de l'avis défavorable du MRC et du PS régional) dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Provence-Alpes-Côte-d'Azur, s'est ajoutée la défaite en Ile-de-France. En Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, le résultat est positif.

Dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, le retrait de la liste PS a été vécue par le MRC comme une mutilation politique et la préfiguration d'une alliance entre libéraux de droite et de gauche au Parlement, pour que rien ne change. De nombreux bulletins blancs ou nuls. Un bon score de Xavier Bertrand au second tour dans les villes (à Lille, 80%).

En PACA, le MRC a été associé de manière très plaisante à la campagne, d'autant mieux que le PS est faible dans cette région, notamment dans les Bouches-du-Rhône. La tête de liste était très respectable mais peu connue. Plus de 20 % de bulletins blancs ou nuls au second tour.

Dans les régions où le MRC était associé au PCF, il a été constaté la profonde division du Front de gauche, voire la division interne au PCF, mais une évolution positive de celui-ci (rajeunissement).

Dans la région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes, la campagne a été très formative, grâce au PCF, mais l'extrême gauche libertaire a donné une image déplorable (en matière de sécurité, notamment). Au second tour, Jean-Pierre Masseret a sauvé l'honneur de la gauche, tenant bon pour recevoir les suffrages des gens qui n'acceptent pas que la gauche reste sans voix.

Cet article est le 177ème paru sur ce blog dans la catégorie MRC national

Meeting régional à Nantes le 1er décembre 2015 de la liste "L'humain d'abord" conduite par Alain Pagano (PCF)

Meeting régional à Nantes le 1er décembre 2015 de la liste "L'humain d'abord" conduite par Alain Pagano (PCF)

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 23:25

 

En France, le débat doit désormais s'appuyer davantage sur des expertises

 

La France a fortement contribué au résultat de la COP 21 qui a eu lieu pendant deux semaines près de Paris (Voir Conférence de Paris de 2015 sur le climat - Wikipédia) et s'est terminée le 12 décembre sur un accord entre les 195 nations représentées.

L'association « Sauvons le climat », le 14 décembre, a publié sur son site une explication détaillée du contenu de ce accord.

Voir COP21 : forces et faiblesses de l’Accord de Paris

1. L’Accord de Paris signé dans le cadre de la COP21 doit être salué. SLC se félicite du rôle de la France qui a  su mobiliser les pays les plus réfractaires, pays en développements ou pays bénéficiant de ressources fossiles abondantes, en présentant des compromis certes insuffisants, mais qui ont pu emporter le vote.

· Le réchauffement climatique et son origine anthropique sont reconnus par la totalité des 195 états et une démarche volontariste de limitation du réchauffement entre +1,5 °C et +2 °C est envisagée ;

· Les plus grands émetteurs (Chine, USA, Russie, Canada, Australie etc.) se sont désormais engagés à limiter puis diminuer leurs émissions. 

· Les pays acceptent que leurs progrès soient périodiquement évalués sur la base de leurs propositions de contribution à la réduction des gaz à effet de serre.

· Cet accord n'est pas "juridiquement contraignant", mais seulement ambitieux, global et moralement contraignant. C’est un compromis arraché à la limite de l'acceptable pour les parties dont les intérêts divergents se sont affrontés jusqu'à la dernière minute. 

2. Le succès technique est moins évident, car la limitation du réchauffement au-dessous de 2 degrés sera extrêmement difficile à obtenir et s’engager sur une limitation à nettement moins, vers 1,5 °C, est illusoire sans ouvrir nettement un recours à toutes les voies non carbonées, en ne déséquilibrant pas les écosystèmes (par un recours massif à la biomasse par exemple). Des points importants sont à souligner :

· Pas d’indications des mécanismes de formation d'un prix du carbone, pourtant largement demandés par le monde scientifique.

· Si tout recours aux énergies fossiles est appelé à disparaître avant 2100, les technologies les plus aptes à réduire les émissions de CO2 dans des conditions économiquement et socialement acceptables ne sont pas citées.

· Le traitement sibyllin du problème crucial de la production d'énergie durable, avec le cas particulier des énergies renouvelables en Afrique, montre que le débat sur l'énergie n'est pas abouti et que l'énergie nucléaire et la séquestration du carbone restent des tabous imposés par certaines ONG.

· La réduction d’ici 2030 des émissions de 50 à 40 milliards de tonnes mentionnée dans l'Accord de Paris, soit environ 5 t CO2 par an par habitant, est insuffisante pour passer nettement au-dessous de 2 degrés de réchauffement, a fortiori pour atteindre l'objectif de +1,5 degrés qui sera évalué en 2016.

3. Le travail à accomplir reste immense

· Tous les 5 ans, la COP évaluera les évolutions de chaque «contributions nationales déterminées», en laissant aux instances techniques le soin de préciser les moyens d’action qui seront recommandés.

· Il est demandé au GIEC de déterminer les effets d’un réchauffement de 1,5°C et les scénarios d’émissions de gaz à effet de serre correspondants..  

· Les mécanismes pour répartir les efforts de manière équitable restent à préciser : par exemple pourquoi, en Europe, la France devrait elle s’imposer des objectifs plus contraignants que ceux de voisins moins vertueux ? Le risque est d'obtenir des «contributions nationales déterminées» insuffisantes pour atteindre l'objectif.

· La trajectoire actuelle conduisant plutôt à 3°C, les dispositions à prendre vis-à-vis des populations menacées (niveau des mers, sécheresses, etc.) devront se développer parallèlement aux dispositions de réduction des gaz à effet de serre.

· Le constat des évolutions de chaque pays pourrait être le départ de conflits d’intérêt très clivants, qui pourraient paralyser les mécanismes futurs d’action. Quelles responsabilités historiques des uns et des autres dans l’évolution du climat et ses conséquences pour les populations fragilisées ? Qui paiera quoi ?  Le changement climatique, s’il était mal maîtrisé, ne mettra pas la planète en danger, comme veulent le faire croire les activistes de l’écologie punitive, mais sera injuste, certains pays en bénéficiant et d’autres en souffrant. Comment équilibrer les financements apportés par les pays de l’OCDE (et la Chine) entre action contre les émissions, adaptation au réchauffement et aides aux pays les plus fragilisés : presque tout reste à faire… or, il y a urgence. 

4. SLC estime qu'une limitation du réchauffement climatique résultera principalement des progrès réalisés dans les 15 prochaines années, avec essentiellement des technologies déjà matures. Certains pays et ONG ont réussi à marginaliser l'énergie nucléaire, à brider l’hydraulique. Or, les énergies intermittentes ou saisonnières auront besoin d'un back-up pilotable et non carboné, que seul le nucléaire et hydraulique pourraient offrir dans de nombreux pays ayant le niveau technologique requis.

 Le grand climatologue James Hansen et de nombreux scientifiques de tous pays ont souligné qu’un recours au nucléaire, en support des énergies renouvelables, sera obligatoire pour respecter l'objectif. Ils ont plusieurs fois pris exemple sur la France et la Suède pour démontrer l'efficacité du remplacement des centrales électriques à charbon par des centrales nucléaires et la possibilité d'une transition en une vingtaine d'années.

Il serait grand temps que les ONG qui font profession de lutter contre le réchauffement climatique reconnaissent que l'énergie nucléaire est une part importante de la solution de la question climatique avec les énergies renouvelables.

Conclusion :

L’unanimité du vote donne à cet accord une force certaine, probablement supérieure à celle d’un accord juridiquement contraignant inapplicable. Mais deux points essentiels résultent des discussions et des compromis acceptés. Le premier est que les deux notions qui devraient guider les futurs débats sont le niveau de gaz à effet de serre acceptable et l’inventaire des énergies durables disponibles à court terme en priorité (15 ans) et envisageable raisonnablement à moyen terme (30/40ans), dans chaque pays et dans des conditions économiques et sociales supportables. Le second est que les constats futurs devront être correctement évalués, qu’il s’agisse des émissions ou des évolutions du climat et ses conséquences, pour limiter les conflits d’intérêt.

Concernant la France, Sauvons Le Climat ne peut que noter le peu de crédibilité du discours politique français, fondé sur la loi sur la transition énergétique. Il reste en-dessous des mérites reconnus de la France en matière de baisse des émissions de gaz à effet de serre. Il est en effet surprenant que la France n’ait pas mis en avant ses performances actuelles, qui lui permettent d’être très en avance sur les autres grands pays européens, et pratiquement à l'objectif de 5 tonnes de CO2 par habitant et par an, grâce à ses énergies renouvelables, comme l’hydraulique et la biomasse, à des efforts qui devraient être amplifiés sur l’efficacité énergique et au nucléaire pour la production d’électricité.

Le débat doit sortir du terrain des alliances électorales pour s’appuyer sur des expertises techniques et économiques. Il n’y aura pas de solution unique, chaque pays devant agir à la fois efficacement et dans l’intérêt de sa population.

 

Consulter le site sauvonsleclimat.org

 

Rappel (5 octobre 2013) : Evolution du climat : les experts du GIEC renforcent leur diagnostic

 

(21 novembre 2013) : Conférence internationale sur le climat à Varsovie, le pays du charbon

 

Cet article est le 83ème paru sur ce blog dans la catégorie Climat énergies environnement

Le site de Coupeau à Saint-Berthevin

Le site de Coupeau à Saint-Berthevin

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 23:55

 

La droite en tête du 1er tour, mais la gauche rassemblée peut gagner au second

 

Les médias publient des sondages concernant les régions où le FN a des chances de l'emporter au second tour. On a l'impression que les candidats du FN seront tous battus mais encore faut-il que les sondés anti-FN se déplacent dans les bureaux de vote, dimanche. Attendons les résultats. Voir Le Monde, 10 décembre 2015 : Sondages, rapports de force et alliances... le point avant le second tour des régionales

Rappel :

- Régionales : cinq cartes pour comprendre les résultats du premier tour

- Régionales : qui va gagner au deuxième tour dans votre région ?

- Régionales 2015 : ce qui s'annonce au second tour dans les régions

 

En Pays de la Loire, le calme règne, du moins en apparence.

Sur le site du quotidien Le Monde, 10 décembre 2015, on constate que cette région, en raison des divergences portant sur le projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, tient une place importante dans les négociations nationales, aux yeux des écologistes. Voir Diesel, OGM, aéroport : du nouveau dans les programmes après les fusions de listes.

 

Deux listes ayant réalisé entre 5 et 10 % avaient la possibilité de fusionner avec une liste ayant réalisé plus de 10 % au premier tour.

- La liste souverainiste Debout la France ne l'a pas souhaité, refusant de donner une consigne de vote.

- La liste écologiste EELV a trouvé un accord avec la liste PS :

- Voir Ouest-France, 8 décembre 2015 : Régionales. Europe Ecologie et le PS trouvent un accord et fusionnent.

- Voir aussi l'article publié le 8 décembre sur le blog du MRC 44 par Bruno Chevalier : Accord PS-EELV pour le 2e tour des régionales Pays de la Loire

La liste « L'Humain d'abord » ayant réalisé moins de 5% ne pouvait en aucune façon participer au second tour. Ses deux composantes, le PCF et le MRC, ont appelé à voter, dès lundi, pour la liste PS. Voir, concernant le MRC, les communiqués publiés par Bruno Chevalier, au niveau régional, et par Michel Sorin, pour le MRC 53 :

- Faire barrage à la Droite et au Front National. Mobilisons nous !

- Régionales 2015 : communiqué de presse du MRC 53 après le 1er tour

 

Pour info : le débat télévisé de second tour entre les trois têtes de listes est à voir ici : Régionales 2015 en Pays de la Loire : revoir le grand débat du 2ème tour.

Cet article est le 57ème sur ce blog dans la catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Jacques Auxiette, président de la région des Pays de la Loire depuis 2004, soutient le socialiste Christophe Clergeau.

Jacques Auxiette, président de la région des Pays de la Loire depuis 2004, soutient le socialiste Christophe Clergeau.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 18:51

 

La gauche et la droite ont perdu le premier tour, pas encore le second

 

Les élections régionales des 6 et 13 décembre 2015 sont les premières après La réforme territoriale. Elles sont aussi les premières à l'issue desquelles la présidence d'une ou plusieurs régions pourrait échapper aux formations politiques qui, depuis des décennies, se partagent le pouvoir territorial en France. Dans les 13 régions en métropole (en incluant la Corse, où des élections territoriales sont organisées, dans des conditions un peu différentes des autres régions), le premier tour a dessiné trois groupes de régions, selon la liste arrivée en tête : PS (gauche, 3 régions), LR (droite, 4 régions) et FN (extrême droite, 6 régions).

Voir les résultats des votes du premier tour (Francetv info, 7 décembre 2015) :

Régionales : cinq cartes pour comprendre les résultats du premier tour.

En dehors de la Corse, on s'acheminait dans les autres régions vers une confrontation entre les trois grands blocs (PS, LR, FN) après rapprochement autour du PS des listes de gauche et écologistes, dispersées au premier tour.

La décision prise par l'état-major socialiste de retrait des listes PS dans trois régions où la perspective de victoire du FN était plus nette (Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Provence-Alpes-Côte-d'Azur et Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes) a changé la donne, le but étant de faire élire par les électorats de droite et de gauche les listes LR face à celles du FN. Dans le Grand Est, la tête de liste socialiste a maintenu sa liste. Les triangulaires auront donc lieu dans 10 régions et il reste 4 listes en présence en Corse. Les deux régions (Nord et PACA), où la gauche ne sera pas présente, seront tout particulièrement observées.

Une infographie réalisée par le développeur Anthony Veyssière pour le site Francetv info permet d'observer dans chaque région qui pourrait être le vainqueur au second tour selon la qualité des reports de voix - mauvais, normal ou excellent - en faveur de chacun des trois blocs. Voir Régionales : qui va gagner au deuxième tour dans votre région ?

Selon la participation électorale, le 13 décembre, et le suivi des directives émises par les partis, il pourrait y avoir de grandes différences dans les résultats.

- La victoire du FN dans le Grand Est semble très probable. Elle est un peu moins probable en PACA et en Bourgogne-Franche Comté et encore un peu moins probable dans le Nord mais ce sera très serré.

La gauche l'emportera en Bretagne, en Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin et en Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, et, aussi, en Corse. Mais il pourrait s'ajouter la Normandie, mais aussi l'Ile-de-France, le Centre-Val de Loire, et même Rhône-Alpes-Auvergne. Il reste les Pays de la Loire, où la victoire de la droite est probable mais pas certaine.

- Que restera-t-il à la droite ? Entre 0 et 5 régions, probablement deux ou trois.

Cet article est le 56ème sur ce blog dans la catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Qui succèdera à Jacques Auxiette, président des Pays de la Loire depuis 2004 ?

Qui succèdera à Jacques Auxiette, président des Pays de la Loire depuis 2004 ?

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 23:20

 

En Pays de la Loire, la gauche peut battre la droite au 2ème tour

 

Voici les résultats du 1er tour des élections régionales en Mayenne (53) et en Pays de la Loire

J'ai noté qu'à Saint-Berthevin, le résultat est un peu meilleur pour la liste « L'Humain d'abord » (3,56 % à Saint-Berthevin ; 2,73 % en Mayenne ; 3,33 % en Pays de la Loire).

Communiqué de presse du MRC 53, 7 décembre 2015

Le 1er tour des élections régionales, le 6 décembre 2015, place le FN en tête au niveau national (mais en 3ème position en Pays de la Loire).

La gauche confirme ses mauvais résultats électoraux précédents sans que la droite en profite, l'une comme l'autre étant sous le coup du mécontentement des électeurs, lequel s'accroît avec la crise économique qui n'en finit plus. Renonciation européenne, montée inexorable du chômage et crise majeure d’insécurité ouverte par les attentats de janvier et aggravée par ceux du 13 novembre, alimentent la désespérance populaire.

Parmi les nombreuses erreurs qui ont été faites par les gouvernants depuis trente ans, la principale a été de croire que les institutions européennes pouvaient effacer l’État-nation comme cadre de souveraineté et de citoyenneté.

La conséquence est une crise de la démocratie, seulement un Français sur deux ayant pris part au vote. Il faut impérativement un sursaut démocratique et républicain au deuxième tour. Et au lendemain du scrutin, la gauche devra choisir entre le renoncement et le sursaut afin d'apporter une véritable réponse aux attentes citoyennes. Nous sommes au pied du mur, au niveau national.

En Pays de la Loire, la gauche, bien qu'affaiblie, peut encore l'emporter au second tour car elle s'appuie sur un bon bilan depuis 2004 avec Jacques Auxiette et la droite annonce des décisions qui inquiètent.

Le MRC, en Pays de la Loire, a fait le choix de s'allier aux partenaires du Front de gauche (PCF). Le résultat de la liste « L'Humain d'abord » (3,3%) n'est pas ce qui était escompté, c'est-à-dire, un niveau permettant de participer au second tour de scrutin (au moins 5%) dans le cadre du regroupement des forces de gauche.

Mais la victoire est tout à fait possible dimanche si la gauche sait rassembler toutes ses composantes de manière dynamique autour de Christophe Clergeau.

Le Mouvement Républicain et Citoyen appelle de toutes ses forces à ce rassemblement mobilisateur.

 

Michel Sorin, responsable MRC 53 et MRC Pays de la Loire

 

Cet article est le 55ème sur ce blog dans la catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 22:49

 

Des titres portant sur les élections régionales en Pays de la Loire

Au début de chaque mois, je reprends les titres des articles parus le mois précédent sur ce blog. Voir Titres des articles du mois précédent. Depuis 2006, 2832 articles - classés en 50 catégories - ont été publiés sur ce blog (en comptant les récapitulatifs mensuels).

En novembre, la quasi-totalité des articles concernait les élections régionales. On peut y ajouter ceux parus début décembre :

- Régionales 2015 : meeting L'Humain d'abord à Nantes le 1er décembre (3 déc.)

- Régionales 2015 : la contribution de Michel Sorin concernant l'agriculture (2 déc.)

Articles parus en novembre 2015 sur le blog du MRC 53 :

Régionales 2015 : le MRC sur des listes PS ou PCF selon les régions (28 nov.)

Régionales 2015 Pays de la Loire : meeting de la liste L'Humain d'abord (27)

Régionales 2015 : la liste L'Humain d'abord en réunion publique à Laval (22)

Régionales Pays de la Loire (Mayenne) : L'Humain d'abord en campagne (20)

Réflexions citoyennes de Michel Sorin (MRC 53) à la suite des attentats (19)

Les attentats du 13 novembre à Paris, revendiqués par l'Etat islamique (15)

Régionales 2015 Pays de la Loire : le MRC sur la liste L'Humain d'abord (12)

Régionales 2015 en Pays de la Loire avec Alain Pagano : le programme (11)

Régionales Pays de la Loire : paroles de candidats MRC L'Humain d'abord (09)

Elections régionales Pays de la Loire : L'HUMAIN D'ABORD avec Alain Pagano (09)

Régionales 2015 Pays de la Loire : la liste Mayenne L'Humain d'abord (08)

Elections régionales Pays de la Loire : la liste L'Humain d'abord, déposée (05)

En Mayenne, Michel Sorin en 3ème position sur la liste L'humain d'abord (01)

Cet article est le 86ème paru sur ce blog dans la catégorie Titres des articles du mois précédent

Alain Pagano, à Nantes le 1er décembre 2015, tête de la liste "L'Humain d'abord" en Pays de la Loire

Alain Pagano, à Nantes le 1er décembre 2015, tête de la liste "L'Humain d'abord" en Pays de la Loire

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 23:52

 

L'intervention de Bruno Chevalier, candidat MRC en Loire-Atlantique

 

Le 1er décembre, à Nantes, avait lieu le meeting de la liste L'Humain d'abord. Il était animé par Aymeric Seassau. Voir « L’HUMAIN D’ABORD » EN MEETING sur le site L'humain d'abord - Pays de la loire

Avant les interventions des têtes de listes départementales, Aurélien Guillot (Mayenne), Caroline Pottier (Vendée), Christophe Arnaudy (Sarthe), Véronique Mahé (Loire-Atlantique) et la tête de liste régionale, Alain Pagano (Maine-et-Loire), Bruno Chevalier s'est exprimé en tant que n° 2 sur la liste de Loire-Atlantique et au nom des candidats du Mouvement Républicain et Citoyen.

Voici le texte de son intervention, que l'on retrouve sur le site du MRC 44.

Voir Meeting Régional "L'Humain d'abord !" Nantes le 1er Décembre

Bonsoir à toutes et tous !

Le Mouvement Républicain et Citoyen est ravi de compter 5 candidats sur la liste « L’Humain d’abord ! » conduite par Alain Pagano. C’est une belle liste de rassemblement ! A l’image de la France, diverse et dynamique.

C’est l’alliance des productifs : salariés, employés, fonctionnaires, artisans, TPE et PME, syndicalistes et retraités. Car plutôt que mettre à dos travailleurs et capital, nous préférons ce concept : les productifs face à ceux qui vivent de la rente et qui exigent des entreprises des rendements qui font pression sur les salariés et les employés.

Replacer l’Humain au cœur d’un projet de société, c’est d’abord ce qui nous a amené à travailler ensemble : PCF et MRC.

Nous avions déjà travaillé ensemble lors des départementales en Loire Atlantique ! Et nous avions apprécié ! Apprendre à travailler ensemble ! La Gauche doit apprendre à travailler ensemble pour le bien commun, pour l’intérêt général.

On ne peut pas être d’accord sur tout, bien sûr mais nous le sommes sur l’essentiel. L’essentiel c’est quoi ! C’est de récupérer l’écart perdu d’environ 15 % ces dix dernières années entre revenus du travail et ceux de la rente.

C’est de lutter contre la Macronisation de l’économie, des petits boulots, de l’auto entreprenariat de misère ! (Les chauffeurs auto entrepreneurs d’Uber gagnent environ 6,26 € de l’heure !) Et de plus avec une couverture sociale minimum.

C’est lutter contre le précariat ! C’est avoir un vrai dialogue social et non pas la négociation au forceps comme cela était le cas chez Air France.

C’est relocaliser la production ! Un produit que vous acheterez pour Noël fera en moyenne 9000 kilomètres et l’on nous parle de la COP21 ! L’OMC est largement responsable de la course vers le produit le moins disant venant de l’autre bout du globe !

Mais nous ne sommes pas comme le Front National à vouloir nous refermer sur nous-mêmes, nous ne confondons pas Nation avec Nationalisme. Nous ne confondons pas souveraineté national avec égoïsme national ! Nous sommes pour les coopérations renforcées Nord-Sud.

Nos propositions pour la Région :

Dans chaque prérogative du Conseil Régional : Emploi et Formation, Aide Economique, Transport, Lycées, pour ne citer que les plus importantes, nous aurons à cœur que les deniers publics, les fameuses dotations qui sont rabotées d’année en année, soient utilisés le plus judicieusement possible.

C’est pourquoi les aides doivent être conditionnées, pas comme le Crédit Impôt Compétitivité Emploi, qui profitent à une économie qui n’en a pas forcément besoin et qui ne recrute pas à la hauteur des sommes engouffrées. Et qui de plus peut aller à des entreprises qui licencient témoin la Seita 387 emplois supprimés et 52 millions annuels de CICE encaissés.

Nos 3 critères d’aides seront : pertinence économique, contrat social et respect de l’environnement.

Relocaliser pour produire au plus près c’est le cas de l’agriculture en favorisant les circuits courts mais cela doit être le cas dans l’industrie. La construction d’éoliennes et d’hydroliennes à Montoir-St Nazaire, par exemple, seront dans un premier temps utilisés sur des sites côtiers proches et en tout cas européens !

Un chantier qui construit les plus beaux paquebots du monde doit aussi savoir déconstruire. Aidons cette activité à se développer, valorisons là au lieu de fermer les yeux sur les conditions où ils sont déconstruits dans les pays du tiers monde.

Les transports sont au cœur de la COP21. Alors que la loi Macron 1 libère le transport des autocars contraire aux objectifs de réduction de CO2, luttons pour avoir des transports ferroviaires de qualité !

Je me posais la question, Camarades ! Pourquoi dans nos propos comme dans ceux du candidat socialiste, devons-nous parler de régions qui protègent ?

Si ce n’est pour lutter contre les politiques austéritaires menées par les derniers gouvernements successifs.

Je dirais que depuis 1983 et l’ouverture de la parenthèse libérale, celle-ci ne s’est malheureusement jamais refermée, pire elle a été aggravée par le traité de Lisbonne et le TSCG.

C’est pourquoi le seul vote utile au 1er tour de cette élection qui se tient ce dimanche c’est celui pour la liste « L’Humain d’abord ! » C’est la seule liste vraiment à Gauche, la Gauche responsable qui a l’ambition de repositionner à Gauche l’épicentre du politique quand d’autres ont tendance à se recentrer !

Dimanche 6 Décembre Votez Utile ! Votez pour les listes « L’humain d’abord ! » conduite par Caroline, Véronique, Aurélien, Christophe et bien sûr Alain Pagano !

 

Concernant la campagne, voir aussi le Débat télévisé du 02/12/2015 - Régionales – FR3

 

Cet article est le 54ème sur ce blog dans la catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Bruno Chevalier, les têtes de listes départementales et Aymeric Seassau pendant l'intervention de Alain Pagano, le 1er décembre 2015 à Nantes

Bruno Chevalier, les têtes de listes départementales et Aymeric Seassau pendant l'intervention de Alain Pagano, le 1er décembre 2015 à Nantes

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 23:44

 

Dans L'avenir agricole du 4 décembre, les positions des listes sur l'agriculture

 

L'hebdomadaire d'informations agricoles des Pays de la Loire, L'Avenir Agricole, dont le siège est à Laval (Mayenne), va publier, dans son édition du 4 décembre 2015, les contributions des candidats aux élections régionales des 6 et 13 décembre concernant l'agriculture.

Pour la liste « L'Humain d'abord » conduite par Alain Pagano, le journal a sollicité la contribution de Michel Sorin, ingénieur agronome, en 3ème position sur cette liste en Mayenne. Voici le texte qui sera publié.

 

PCF-MRC : “Pour une régulation de la production agricole en fonction de la demande et des marchés”

 

L’agriculture fut longtemps la seule et reste la principale politique commune européenne. La libéralisation, la priorité à l’OMC, au marché, ont fait tomber les principes qui avaient fondé la PAC. Les décisions prises pour la PAC 2014-2020 répondent à la logique de libéralisation : refus de maintenir ou de rétablir les instruments de régulation du marché, réduction des crédits (- 14 %). Les revenus agricoles et le nombre d’agriculteurs vont continuer de baisser.

 

Les candidats de la liste “L’Humain d’abord” militent pour une politique agricole qui assure une régulation de la production agricole en fonction de la demande et des marchés.

Il faut un changement radical d’orientation, cesser de privilégier l’exportation de produits qui entrent en forte concurrence sur le marché mondial, renforcer le pouvoir de négociation des producteurs afin de mieux répartir les marges sur l’ensemble des filières agricoles et, au niveau des exploitations, réorienter les systèmes de production dans le sens de la réduction de l’agrandissement et de l’industrialisation, qui pénalisent l’emploi et l’environnement.

 

Dans le cadre des compétences de la Région, toutes les mesures de soutien à l’agriculture paysanne et familiale, à la production biologique, seront privilégiées. La restauration des lycées s’approvisionnera en circuits courts. Il sera créé un label valorisant l’utilisation de produits issus de l’agriculture paysanne régionale. En matière d’installation, l’accès au foncier sera facilité par le financement du stockage par la SAFER de terres agricoles en attendant de trouver des porteurs de projets prêts à s’installer.”

 

Cet article est le 53ème sur ce blog dans la catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Dans L'avenir agricole, 4 décembre 2015, deux pages d'expression des candidats aux élections régionales, l'une réservée à Clergeau et Retailleau, l'autre utilisée par 4 listes, dont L'Humain d'abord (ici)

Dans L'avenir agricole, 4 décembre 2015, deux pages d'expression des candidats aux élections régionales, l'une réservée à Clergeau et Retailleau, l'autre utilisée par 4 listes, dont L'Humain d'abord (ici)

Partager cet article
Repost0