Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 21:08

 

Le candidat du MRC représente la gauche républicaine souverainiste


 

Le refus du PS d’ouvrir sa primaire à des candidats non membres de la « Belle Alliance Populaire » - exception faite de la démarche tactique dirigée vers Macron et Mélenchon - témoigne d’une conception trop réductrice de ce que pourrait être la gauche sociale de gouvernement.

Voir Présidentielle : participation en question du MRC à la primaire et la LETTRE OUVERTE AUX CANDIDATS À LA PRIMAIRE DE LA GAUCHE

 

Le Conseil national du MRC a décidé de poursuivre sa campagne présidentielle en présentant la candidature de Bastien Faudot aux primaires de la gauche. En effet, le nouveau contexte, avec l’élimination de Nicolas Sarkozy, la désignation de François Fillon et le renoncement de François Hollande, nécessite une approche nouvelle.

 

Bastien Faudot a annoncé sa candidature à la primaire de la gauche mardi 6 décembre.

Jean-Christophe Cambadélis (PS) a donné son avis, à l’occasion d’une conférence de presse jeudi 8 décembre sur la participation de Bastien Faudot et du Mouvement Républicain et Citoyen à la primaire de la gauche, estimant que la primaire n’était pas « open bar » et justifiant de son refus par le fait que la candidature était « tardive » et que le MRC ne s'inscrivait pas dans la « Belle Alliance Populaire ».

Dans le même temps, il a réitéré son appel à Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon à rejoindre la primaire, alors même qu’ils ne sont pas membres de la BAP et qu’ils n’ont jamais émis ce souhait. Incohérence totale pour masquer une volonté de verrouillage. 

 

Bastien Faudot a eu l’occasion de réagir dans la presse.

Voir notamment l’article sur le site du Point : « C’est une primaire à la gueule du client ! »

 

Jean-Christophe Cambadélis n’est pas décideur. Le Parti socialiste, lors de son Conseil national du 2 octobre, a clairement exprimé que la primaire était ouverte à la BAP « et à d’autres » et appelle régulièrement a l’unité de la gauche à travers une primaire ouverte.
 

Seule la Haute autorité de la primaire peut refuser une candidature. C’est pourquoi Bastien Faudot déposera la sienne lundi 12 décembre à 16h30 au siège du PS. Il tient à ce que les citoyens, majoritaires, qui avaient milité et voté pour le NON le 29 mai 2005 soient représentés dans les débats de la primaire. Voir sur le site du candidat : DÉPÔT DE CANDIDATURE

 

Il importe que les citoyens, à travers la primaire de la gauche, puissent être informés du contenu des propositions novatrices de Bastien Faudot.

Voir Présidentielle 2017 : Bastien FAUDOT est inconnu, il en fait sa force

En présentant son projet le 24 septembre 2016 à Malakoff, Bastien Faudot est entré dans la seconde phase de sa campagne - commencée le 7 février 2016 - en vue de l'élection présidentielle, dont le premier tour aura lieu le 23 avril 2017. Il est le candidat du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC).

Voir le texte (DISCOURS DE MALAKOFF) et la vidéo du discours de Malakoff

Le projet que j’entends présenter aux Français repose sur cinq piliers, cinq orientations majeures pour aborder les temps qui viennent. Ces piliers incarnent la gauche républicaine que nous représentons : notre ambition, notre belle ambition, c’est la reconquête de la souveraineté populaire et nationale pour réussir la transformation sociale !

Le premier pilier, c'est la démocratie. Le deuxième, c'est l'Europe. Le troisième pilier, c'est le travail. Le quatrième pilier, c'est l'Etat. Le cinquième pilier, c'est l'école.

 

Cet article est le 2950ème sur le blog MRC 53 - le 189ème dans la catégorie MRC national

Bastien Faudot, le 24 septembre 2016 à Malakoff (92), lors de la présentation de son projet pour la France

Bastien Faudot, le 24 septembre 2016 à Malakoff (92), lors de la présentation de son projet pour la France

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 18:36

 

Ne pas y être est plus conforme à la stratégie du MRC depuis 2015

 

Le 4 décembre 2016, en séance du Conseil national du Mouvement Républicain et Citoyen, une majorité (70%) a voté pour la participation de Bastien Faudot à la primaire organisée par le PS en vue de l’élection présidentielle 2017. Une minorité a voté contre (23%) ou ne s’est pas prononcée (7%).

La proposition des dirigeants du MRC (Jean-Luc Laurent, président, Bastien Faudot, porte-parole et candidat depuis le 7 février à l’élection présidentielle) a été débattue pendant trois heures car elle n’allait pas de soi. Elle allait à l’encontre de la stratégie adoptée lors du congrès de juin 2015 et des déclarations précédentes du président et du candidat.

 

Ce revirement a été présenté comme étant une nécessité d’adaptation à la situation politique nouvelle créée par la mise à l’écart de Sarkozy, puis Juppé, puis Hollande, de la course à la présidentielle d’une part, et par le verrouillage médiatique d’autre part, qui rend plus difficile l’accès aux parrainages des maires.

Le renoncement du président en exercice et la candidature du Premier ministre démissionnaire créent une situation imprévue, plus ouverte, la première fois depuis 2002. Le candidat MRC pourra occuper une position originale dans les débats de la primaire (faire « turbuler » le système), en martelant que sans souveraineté populaire et nationale, l’objectif de transformation sociale est un leurre.

 

Le débat a été animé par une vingtaine d’interventions et les réponses de Jean-Luc Laurent et de Bastien Faudot.

 

Résumé de l’intervention de Michel Sorin

 

- D’abord, il ne faut pas conclure maintenant sur la possibilité d’obtenir les 500 parrainages ou non car nous ne sommes pas actuellement en situation pour obtenir des engagements d’élus. C’est trop tôt. Il faut laisser passer la primaire de la gauche.

 

- Ensuite, notre stratégie, celle que nous avons adoptée au dernier congrès, qui nous engage jusqu’au prochain, est de présenter un candidat ou d’en soutenir un qui propose une alternative au néolibéralisme et un projet de refondation de la gauche sur des bases républicaines.

 

La recomposition de la gauche ne se fera probablement pas sur les bases de la primaire du PS mais plutôt à partir des formations politiques qui sont en dehors.

 

Il faut continuer la campagne de Bastien, car elle porte les germes d’un résultat positif, laisser passer la primaire du PS et de ceux qui lui font allégeance, qui sont, pour la plupart, très favorables à la construction européenne telle qu’elle se fait et qui considéreront Bastien comme un vilain petit canard qui ne fait pas partie de la couvée. Aller dans la primaire est renoncer à ce que nous sommes, à notre projet politique.

 

Nous allons vivre une forme de libération politique à l’égard de l’idéologie néolibérale. C’est sur ces bases que se fera la refondation de la gauche. Plutôt avec les forces qui portent un projet de transformation sociale, et qui sont en dehors de la primaire. Nous aurons un rôle à jouer entre Mélenchon, qui se situe au-delà des partis qui le soutiennent, et le PCF.

 

Continuons le combat, Bastien, pour être présents là et au moment où il le faudra. Des surprises sont encore possibles dans cette élection présidentielle.

 

Le revirement du MRC a été annoncé publiquement le 6 décembre (AFP) par le candidat.

Voir (6 déc) : Présidentielle : Bastien Faudot (MRC) postule à la primaire de la gauche

Voir (7 déc) : Présidentielle : Bastien Faudot (MRC) frappe à la porte de la primaire

Les dirigeants du PS (Cambadélis) s’opposent à la demande du MRC.

Voir (9 déc) : Présidentielle : Bastien Faudot (MRC) pour une primaire plus ouverte

Sans présumer des chances du recours présenté par Bastien Faudot et Jean-Luc Laurent, il est clair qu’un premier résultat a été obtenu. Le verrou médiatique a cédé. C’est un atout dans la recherche de parrainages s’il est confirmé que la primaire du PS ne sera pas ouverte au MRC.


Cet article est le 2949ème sur le blog MRC 53 - le 188ème dans la catégorie MRC national

Bastien Faudot et Michel Sorin, le 8 novembre 2016 à Saint-Berthevin (journée du candidat MRC en Mayenne)

Bastien Faudot et Michel Sorin, le 8 novembre 2016 à Saint-Berthevin (journée du candidat MRC en Mayenne)

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 23:35

 

Les dirigeants du PS s’opposent à la participation du MRC

 

L’initiative du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) de rallier la primaire organisée par le PS les 22 et 29 janvier 2017 (voir Présidentielle : Bastien Faudot (MRC) frappe à la porte de la primaire) se heurte au refus des dirigeants du PS. Voir (8 décembre 2016):

- L’Express : Primaire à gauche: le PS ferme les portes de sa Belle alliance populaire

- Le Point :Bastien Faudot (MRC) : "C'est une primaire à la gueule du client"

 

Sur son site de campagne, le candidat MRC affirmait : Je reste déterminé à déposer ma candidature à la primaire de la gauche

 

Ce 9 décembre, avec Jean-Luc Laurent, président du MRC, Bastien Faudot adressait une lettre à chacun des candidats à la primaire de la gauche, pour leur demander de soutenir l’idée d’une primaire largement ouverte permettant la mobilisation et le rassemblement, conditions de son succès.

 

LETTRE OUVERTE AUX CANDIDATS À LA PRIMAIRE DE LA GAUCHE


Chers camarades,

Face à l’Histoire qui s’accélère, à la droite et à l’extrême-droite qui profitent des divisions de notre camp, la gauche de gouvernement, Parti socialiste en tête, a toujours tenu la même ligne, celle de François Mitterrand avec le Parti Communiste dans les années 1970, celle de Lionel Jospin au moment de la gauche plurielle : unitaire jusqu’au bout, unitaire pour deux, unitaire envers et contre tout.

Le 1er décembre dernier, le président de la République a lui-même motivé son choix de renoncer à être candidat à l’élection présidentielle par la nécessité de rassembler largement. Dès lors, l’organisation d’une grande primaire ouverte permet d’offrir aux citoyens de gauche un débat franc, loyal et respectueux, à l’issue duquel la gauche sera en situation d’engager une dynamique pour gagner au printemps prochain.

Tenant compte des évolutions récentes de la situation politique, notre Conseil national a décidé, le 4 décembre, de s’inscrire dans ce processus en répondant favorablement aux appels réitérés de participation à la primaire qui nous ont été adressés.

Aussi sommes-nous surpris par l’avis défavorable donné par Jean-Christophe Cambadélis à la présentation de la candidature du MRC. La surprise est encore plus grande lorsqu’on considère les raisons qui ont présidé à ce choix : notre participation serait trop tardive, et nous ne sommes pas membres de la Belle Alliance Populaire (BAP). Et pourtant, il a invité dans la foulée Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron à rejoindre cette primaire, alors que leurs partis ne sont évidemment pas membres de la BAP, et que leur volonté, si elle se manifeste, ne pourra en toute logique qu’être plus tardive que la nôtre.

Seul le peuple de gauche peut trancher entre nos différentes candidatures, nos différentes orientations politiques et nos visions de l’avenir du pays. Rejeter a priori certaines candidatures, en appeler d’autres de ses voeux, selon des arguments contradictoires, ne peut que brouiller et affaiblir l’idée même d’une idée, sans laquelle la gauche tout entière sera disqualifiée.

La réussite ou l’échec de cette primaire dépendra de sa capacité à mobiliser, à rassembler et à convaincre. Dans la situation actuelle fragile, un débat clair à gauche, devant les Français, est la seule solution.

Après la forte mobilisation de la primaire de la droite et la dynamique dont bénéficie aujourd’hui son candidat, la participation à notre primaire sera un élément déterminant.
Un résultat marqué par une offre politique amputée et une mobilisation en berne affaiblirait et délégitimerait le vainqueur, quel qu’il soit.

Si nous ne construisons pas l’unité dès le premier tour de l’élection présidentielle par la primaire, nos militants comme nos sympathisants, le premier et le dernier, vous-mêmes comme nous tous, serons condamnés à regarder le second tour en mai prochain depuis notre canapé, devant notre poste de télévision, en spectateurs plus qu’en acteurs de l’Histoire de notre pays.

Ce n’est pas le destin que l’on souhaite à la gauche.

Personne à gauche ne peut se désintéresser de la nature et du périmètre de la primaire, et, moins encore, les candidats qui, comme vous, feront vivre le débat.

C’est la raison pour laquelle nous vous sollicitons aujourd’hui afin de vous sensibiliser à l’éviction dont nous faisons l’objet. Nous vous appelons à vous prononcer pour une primaire ouverte qui permette à la gauche républicaine et souverainiste de porter sa voix.
Nous vous prions de recevoir nos salutations citoyennes.

Cet article est le 2948ème sur le blog MRC 53 - le 187ème dans la catégorie MRC national

Bastien Faudot, le 24 septembre 2016 à Malakoff (92), lors de la présentation de son projet pour la France

Bastien Faudot, le 24 septembre 2016 à Malakoff (92), lors de la présentation de son projet pour la France

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 23:47

 

Le PS avait conçu la primaire avec la participation de F Hollande

 

Le renoncement du président de la République à être candidat à nouveau à l’élection présidentielle est un fait de la plus haute importance, qui rend plus ouverte la primaire organisée par le PS et accroît le nombre de candidats intéressés.

Voir, à ce sujet, l’article de Laurent de Boissieu, publié dans le quotidien La Croix ce 7 décembre 2016 :

Qui pourra participer à la primaire de la gauche ?

Faute de règles claires, ceux qui souhaitent concourir dans le cadre de la primaire de la gauche ne savent pas à quelles conditions ils pourront le faire.

Si le PS en est bien entendu l’acteur principal, la « primaire citoyenne » des 22 et 29 janvier prochains est en réalité « co-organisée » par les autres partis membres de « La Belle alliance populaire ».

Deux candidats hors PS déclarés

Les candidats membres du PS doivent réunir des parrainages de membres du conseil national ou d’élus. Les autres concourent au titre de leur parti et sont donc dispensés de parrainages.

Deux candidatures ont été déposées, mardi et mercredi. D’une part, celle de François de Rugy (ex-EELV), au nom du parti « Écologistes ! ». D’autre part, celle de Jean-Luc Bennahmias (ex-MoDem) pour le Front démocrate. Mais trois autres pourraient venir les rejoindre.

Le positionnement PRG

Mercredi 7 décembre, Sylvia Pinel, actuelle candidate des radicaux de gauche à l’élection présidentielle, a indiqué sur LCP qu’elle pourrait finalement concourir à la primaire. Le PRG avait été membre fondateur de « La Belle alliance populaire » en avril avant de « suspendre » son adhésion, en juin.

Sylvia Pinel justifiait sa présence hors primaire en dénonçant l’« anomalie » d’une éventuelle participation du président de la République sortant à cet exercice partisan et la crainte que le vainqueur soit « le moins radical-compatible ».

Le forfait de François Hollande et la candidature de Manuel Valls, dont les relations avec le PRG sont bonnes, ont changé la donne. Le bureau national du parti tranchera définitivement le 14 décembre, à la veille de la clôture du dépôt des candidatures.

D’autres candidats possibles

Réuni dimanche dernier, le conseil national du MRC (ex-chevènementistes) a également renoncé à la présence hors primaire de Bastien Faudot, qui se heurtait de toute façon à la difficulté de réunir les 500 parrainages nécessaires.

Autre acteur souhaitant participer à cette primaire : Pierre Larrouturou, fondateur en 2013 du parti Nouvelle Donne après être passé par EELV et le PS.

Un flou sur la procédure

Leurs noms seront-ils retenus ? Nul ne le sait pour l’heure. Qu’ils participent déjà ou non à la primaire, nombreux sont d’ailleurs ceux qui dénoncent le « flou » sur la procédure que le PRG, le MRC et Nouvelle Donne doivent désormais suivre.

Faute de textes précis et public, impossible de savoir s’il leur faut préalablement demander à adhérer à « La Belle alliance populaire » ou si la décision relève du Comité national d’organisation de la primaire, présidé par Christophe Borgel (PS) et qui se réunit le 8 décembre.

Sept postulants pour le PS

Quoi qu’il en soit, il s’agira surtout d’un choix politique des dirigeants du PS. Ceux-ci se trouvent dans une situation paradoxale.D’un côté, dénoncer les candidatures hors primaire de Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron et Yannick Jadot (EELV). De l’autre, éviter une multiplication des prétendants, issues ou non du PS.

Mercredi devant l’Association des journalistes parlementaires, Christophe Borgel a ainsi estimé que le chiffre de sept, celui à la primaire organisée par Les Républicains, devait être considéré « comme un maximum pour avoir des débats intelligibles ». En 2011, ils furent six postulants, cinq du PS (Hollande, Aubry, Montebourg, Royal, Valls) et un du PRG (Baylet).

Le candidat du Mouvement Républicain et Citoyen, Bastien Faudot, a saisi l’opportunité de l’organisation de cette primaire.

Voir Présidentielle : Bastien Faudot (MRC) postule à la primaire de la gauche

Mais les dirigeants socialistes, qui lancent un appel à Emmanuel Macron et à Jean-Luc Mélenchon pour qu’ils participent, ont émis des réserves à la participation du candidat MRC, oubliant que les députés MRC sont apparentés au groupe socialiste à l’Assemblée nationale.

Voir (Le Figaro, 7 déc. 2016) : Bastien Faudot veut s'inviter dans la primaire de la gauche

 

A noter un premier résultat de la démarche de Bastien Faudot en direction de la primaire : il reçoit de nombreuses invitations, ce qui contraste avec la période précédente (la presse l’ignorait alors que sa candidature est déclarée depuis le 7 février).

Voir (Le Parisien, 7 décembre 2016) : Primaire PS: un chevènementiste dans la bataille ?

Il sera peut-être le petit dernier de la primaire de la gauche. Bastien Faudot, 38 ans, candidat à la présidentielle, désigné par son parti, le Mouvement républicain et citoyen (MRC), a décidé de s'inviter dans la primaire organisée par le PS. Tout candidat désigné par un parti peut en effet y participer s'il rallie la Belle Alliance populaire. L'opération n'est pas encore bouclée. « On va en discuter jeudi soir lors de la réunion du comité national d'organisation de la primaire (Cnop), on verra », répond son président, Christophe Borgel, moyennement emballé par cette nouvelle candidature (...)

« Aujourd'hui, il y a une décomposition de l'Etat par le haut avec l'Europe et par le bas avec les revendications régionalistes », lance Faudot (...).

Bastien Faudot se dit « à équidistance mais sur des thématiques différentes » de Manuel Valls et d'Arnaud Montebourg. Partisan de la sortie de l'Euro, il pourrait donc faire entendre une voix souverainiste de gauche (...)

Cet article est le 2947ème sur le blog MRC 53 - le 186ème dans la catégorie MRC national

Bastien Faudot, le 8 novembre 2016, à Laval, rencontrant la presse lors de sa journée en Mayenne

Bastien Faudot, le 8 novembre 2016, à Laval, rencontrant la presse lors de sa journée en Mayenne

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 23:49

 

Il faut un candidat de gauche au second tour de la présidentielle

 

L’engagement de Manuel Valls dans la primaire de la gauche focalise l’attention médiatique sur cet évènement, programmé les 22 et 29 janvier 2017. Le candidat du Mouvement Républicain et Citoyen, Bastien Faudot, considère que la décision de François Hollande de ne pas se présenter est un élément nouveau à prendre en considération.

Voir Présidentielle : Bastien Faudot prêt à participer à la primaire du PS.

 

Dans un entretien accordé à l’Agence France Presse (AFP) ce 6 décembre (voir JE SUIS CANDIDAT À LA PRIMAIRE DE LA GAUCHE), l’élu de Belfort explique les raisons qui lui font opter désormais pour une participation à la primaire de la gauche. 

 

Bastien Faudot, 38 ans, investi en février, candidat à la présidentielle par le Mouvement républicain et citoyen (MRC) va présenter "d'ici à la fin de la semaine", sa candidature à la primaire organisée par le parti socialiste, a-t-il annoncé mardi à l'AFP.

"La primaire a changé de nature depuis le renoncement volontaire de François Hollande, à partir du moment où il est sorti du jeu, il a libéré le débat politique qui aura lieu pendant cette primaire", a expliqué M. Faudot pour justifier cette décision (...).

 

Hors parti socialiste, tout candidat désigné par un parti constitué peut participer à la primaire.

"On ne fait pas de la politique en orbite autour de la planète, on fait de la politique en situation, en considérant le paysage dans lequel on s'inscrit", a expliqué M. Faudot, appelant Jean-Luc Mélenchon à rejoindre la primaire sous peine de "faire une erreur politique car la question centrale est qu'il y ait un candidat de gauche au second tour" de la présidentielle.

 

C’est un appel à Jean-Luc Mélenchon qu’a lancé Bastien Faudot, afin que la gauche soit présente au second tour de l’élection présidentielle, ce qui est la priorité du moment.

 

Cet article est le 2946ème sur le blog MRC 53 - le 185ème dans la catégorie MRC national

 

Bastien Faudot, le 4 décembre 2016, lors du Conseil national du Mouvement Républicain et Citoyen

Bastien Faudot, le 4 décembre 2016, lors du Conseil national du Mouvement Républicain et Citoyen

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 22:48

 

Le candidat du MRC est sur le pas de la porte de la « Belle Alliance Populaire »

 

 

Le site du MRC 44 s’en est fait l’écho ce 5 décembre. Voir Après le renoncement de Hollande, pourquoi ne pas participer à la primaire de la Belle Alliance Populaire ?

 

Le candidat du Mouvement Républicain et Citoyen à l’élection présidentielle 2017 voit autrement la primaire du PS depuis le renoncement de François Hollande, président en exercice, à se représenter.

 

Bastien Faudot en a parlé aux membres du Conseil national MRC dimanche 4 décembre et, après un débat de haute tenue conclu par un vote, il a eu une majorité en faveur de la participation à la primaire organisée par le PS. L’officialisation sera faite par le candidat lorsqu’il aura obtenu l’accord des organisateurs.

 

Cet article est le 2945ème sur le blog MRC 53 - le 184ème dans la catégorie MRC national

Présidentielle : Bastien Faudot prêt à participer à la primaire du PS
Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 19:12

 

Le cas exemplaire d'une agriculture de qualité, durable, économe et autonome

 

La ferme laitière du Chênot - sur la commune de Changé 53810, au nord immédiat de Laval - est ouverte le vendredi - de 15h à 19h - aux clients consommateurs et reçoit, sur demande, de nombreux groupes de visiteurs dans le cadre pédagogique (scolaire), culturel et touristique.

 

Référencée depuis quelques années en agriculture biologique, elle affirme bien haut le choix de la qualité, « des pâturages aux laitages ». Sa communication est claire :

- Ferme familiale traditionnelle (transmission intergénérationnelle),

- Volonté de « cohérence qualitative » (autonomie, traçabilité, certification bio AB),

- Production laitière entièrement à l'herbe (pâturage 300 jours/an et foin ventilé en grange),

- Démarche d'une Agriculture Durable (économe, écologique, éthique),

- Consomm'action locale (circuits courts, vente directe à la ferme, restauration collective, …),

- Réflexion environnementale (biodiversité, cycles naturels, énergies renouvelables, …),

- Volonté d'ouverture et de transparence (accueil de groupes scolaires, visites, stagiaires outre-mer, …).

 

Mickaël Lepage, le 8 novembre 2016* après-midi, accueille Bastien Faudot, élu du Territoire de Belfort et candidat du Mouvement républicain et citoyen à l'élection présidentielle, accompagné de quelques militants et responsables MRC en Mayenne (Gérard Beillard et Michel Sorin), Maine-et-Loire (Daniel Salé) et Calvados (Serge Lezement et André Vautier) et, aussi, du responsable « Projet » de sa campagne, Nicolas Gonzales.

 

* Voir Présidentielle : Bastien FAUDOT (MRC) en Mayenne le 8 novembre

Les articles de presse après la journée de Bastien Faudot en Mayenne

Présidentielle : Bastien Faudot (MRC) a été reçu par GYS en Mayenne

 

La présence à ses côtés de Michel Lepage, son père, prédécesseur et ancien associé, atteste qu'il s'agit bien d'une transmission familiale. Cela se renouvelle depuis près de 200 ans sur cette ferme. Après le retrait en 2013 de Michel et Mireille, parents de Mickaël, le travail sur l'exploitation est assuré par Mickaël et Elisabeth Lepage, conjoints (ils ont 4 enfants) et associés.

 

La philosophie générale

Ferme familiale à dimension humaine, transmission intergénérationnelle depuis 1830

Production laitière orientation qualitative

Démarche économe, écologique, éthique

Volonté d'ouverture et de transparence

 

Les engagements en matière d'énergie et d'environnement

- Préservation de la biodiversité (faune, flore), rôles multi-bénéfiques des prairies (eau, air, terre)

- 15 km de haies bocagères présentes, reconstitution du maillage bocager (300 m par an environ)

- Production énergie solaire (photovoltaïque), efficacité énergétique, réduction des gaz à effet de serre

- Développement mellifère (présence de ruches)

- 60 % de la surface en zone de captage, pression azotée inférieure à 60 unités d'azote/ha/an

- Certification Agriculture biologique, agrément sanitaire (lait, eau…)

 

Les grands principes

- Autonomie décisionnelle, fourragère, énergétique, protéique, économique, financière...

- Ecologie : préserver la biodiversité, respecter les cycles naturels, protéger les ressources du vivant

- Ethique : harmoniser les aspirations personnelles et les orientations professionnelles

- Cohérence : « des pâturages aux laitages », alimentation équilibrée et naturelle, enjeux santé, équité sociale…

 

Les informations glanées durant la visite

 

- Installation en 2000 en GAEC (Groupement agricole d'exploitation en commun) avec les parents, après avoir été salarié (conseil en élevage), sans ses parents depuis 2013.

 

- 48 vaches laitières (transition en cours de la race Brune des Alpes à la race Normande) et 12 génisses élevées/an pour le renouvellement du cheptel (pas de taureau).

 

- 95 ha, dont 80 ha d'herbe (50 hectares autour des bâtiments) et 10 ha de céréales. 125 % d'autonomie (réserves de fourrages pour faire face aux aléas climatiques).

 

- 300 000 litres de lait produit (6 250 l/vache/an), dont 85 % livrés à Lactalis (Lactel bio, 0,45 à 0,47 €/l) et 15 % valorisés par les circuits courts (vente directe à la ferme à 1 €/l, restauration collective à 0,90 €/l, …).

 

- Chiffre d'affaires annuel autour de 200 000 €. Revenu correct pour 2 actifs, dégageant suffisamment d'épargne pour les investissements.

 

- Synchronisation des cycles naturels du monde animal et du monde végétal : naissance des veaux en janvier pour aller sur les prairies au printemps.

 

- Le pâturage, c'est plus de simplicité, une meilleure santé des animaux, des coûts moins élevés. Système très peu intensif (un animal par hectare, 3 500 litres de lait /ha).

 

- Prairies composées d'une association graminées-légumineuses, ne recevant ni engrais chimiques ni pesticides. Le protoxyde d'azote des engrais chimiques intervient pour beaucoup dans l'émission de gaz à effet de serre. La fertilisation azotée est limitée à 60 unités d'azote/ha/an (zone de captage).

 

- Valorisation des céréales produites sur la ferme, très peu de concentrés achetés (300 kg par an). Le soja importé, ce sont des terres cultivées à l'étranger et beaucoup d'énergie pour le produire.

 

- Haute qualité nutritive du lait produit (peu d'acides gras saturés) lié au système herbe pâturée et foin ventilé (voir Ouest-France, 29 septembre 2013 : Au Gaec du Chênot, on sèche le foin en grange).

 

- Volonté de limiter autant que possible l'empreinte écologique : la ferme émet de l'énergie, même avant la production d'énergie solaire photovoltaïque.

 

- Un captage d'eau a été réalisé sur la ferme par une commune voisine (60 % de la ferme en zone protégée). Un forage permet de satisfaire les besoins en eau de l'exploitation.

 

Les engagements professionnels de Mickaël Lepage

 

Il est coprésident du CIVAM Bio, organisation de producteurs qui vise à promouvoir le bio en Mayenne. A ce titre, et aussi au titre du réseau de la Fédération Nationale de l'Agriculture Biologique, il rencontre les élus locaux autour des questions liées à la qualité de l'eau (Loire-Bretagne) et aux circuits courts (alimentation, restauration).

En France, il y a 5 % de la surface agricole en bio, soit 1,6 million d'hectares (ha).

Le prix du lait payé aux éleveurs, en dehors de la production bio, a baissé dangereusement, suite à la suppression des quotas laitiers par l'Union européenne pour des raisons liées au libéralisme de ses dirigeants. Il devrait être autour de 0,40 €/litre pour tenir compte des coûts de production. Or, il est en 2016 autour de 0,30 €/l, ce qui ne rémunère pas le travail des producteurs.

Les aides européennes sont liées à la surface d'exploitation. En moyenne, 20 000 € par ferme en Mayenne. Ici, 35 000 € pour deux actifs agricoles.

 

Les engagements professionnels de Michel Lepage

 

Depuis 11 ans, il est membre de l'association Solidarité Paysans 53 (président depuis 6 ans), composée de 33 bénévoles, répondant à l'appel d'agriculteurs en difficulté financière.

Michel, qui fut salarié à l'INRA pendant 13 ans dans l'Orne avant d'être agriculteur pendant 28 ans, a exercé de nombreuses responsabilités dans des associations de solidarité, mutualistes et syndicales (Confédération paysanne), notamment sur les questions liées au foncier (les terres agricoles). Il est actuellement membre de « Terre de liens » qui aide les installations d'agriculteurs en leur permettant d'acheter des terres grâce à l'épargne citoyenne.

 

Bastien Faudot, qui a passé de très bons moments au contact de cette remarquable famille paysanne, n'a pas manqué de remercier nos hôtes pour leur accueil et la qualité de la présentation qui a été faite de leurs activités.

 

Cet article est le 2944ème sur le blog MRC 53 - le 75ème, catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Bastien Faudot avec Mickaël Lepage devant le troupeau de vaches laitières, lors de la visite de la ferme du Chênot, le 8 novembre 2016

Bastien Faudot avec Mickaël Lepage devant le troupeau de vaches laitières, lors de la visite de la ferme du Chênot, le 8 novembre 2016

Repost 0
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 23:48

 

Une entreprise industrielle de dimension mondiale implantée en Chine

 

GYS est une entreprise qui a dépassé les 50 ans mais qui, avec sa direction actuelle, n'aura que 20 ans en 2017. Située boulevard des Loges 53940 Saint-Berthevin, elle est devenue une entreprise de dimension mondiale, en tant que spécialiste des postes à souder, des chargeurs de batterie et des équipements de carrosserie, en relation contractuelle avec des constructeurs automobiles.

Voir L'Usine nouvelle, 6 octobre 2016 : Gys muscle son pôle industriel mayennais.

Et Ouest-France, 4 octobre 2016 : Près de Laval, Gys se développe et s'agrandit

 

C'est son président Nicolas Bouygues qui, le 8 novembre 2016 en matinée, a présenté son entreprise à Bastien Faudot, élu du Territoire de Belfort et candidat du Mouvement républicain et citoyen (MRC) à l'élection présidentielle.

Voir Présidentielle : Bastien FAUDOT (MRC) en Mayenne le 8 novembre

Les articles de presse après la journée de Bastien Faudot en Mayenne


 

Le chef d'entreprise, qui a transmis la direction opérationnelle de l'entreprise à son fils Bruno Bouygues, est fier de ce qui a été réalisé depuis 1997. L'effectif est passé de 48 personnes à 560, dont 370 en France, 100 en Chine, 50 en Allemagne, 25 en Grande-Bretagne et deux filiales produits sont installées en Italie et en Inde. Dimension mondiale et croissance de 10 % par an (les profits financent cette croissance de la production). Entreprise intégrée (tout est fabriqué par GYS).


 

Après avoir montré tous les ateliers à ses visiteurs (Michel Sorin, Gérard Beillard et Nicolas Gonzales accompagnaient Bastien Faudot), Nicolas Bouygues avait des compléments d'information à proposer dans son bureau.

- La diversification est bénéfique à l'entreprise car, si la croissance est limitée pour les chargeurs de batterie, il n'en va pas de même pour les équipements de carrosserie (réparation des véhicules accidentés) où GYS peut viser le tiers du marché mondial.

- Si l'intérêt du marché européen n'est pas contestable, le manque de protection et de contrôle rigoureux vis-à-vis des produits importés de Chine est fortement préjudiciable aux entreprises européennes. De nombreux concurrents dépérissent en raison de la concurrence chinoise. La comparaison des coûts de production en France et en Chine donne les résultats suivants (2015) :

. Coût de l'heure industrielle : 44,5 €/h en France, 8,6 €/h en Chine

. Taxes par heure productive : 5,7 €/h en France, 0 en Chine

. Transport : en Europe 2,5 %, en Chine 5,2 %

La Chine joue de sa monnaie, contrairement à l'Europe. Elle nous envoie de nombreux produits non conformes aux normes européennes, sans que l’État intervienne pour les détruire. L'Europe, c'est très bien mais elle devrait se protéger beaucoup plus. C'est le plus important. Le statut accordé à la Chine (le droit d'exporter sans taxes) est de la folie. Il y aura un effet balancier.

La Chine a copié la France. Elle a une main d'oeuvre bien éduquée. En Chine, sur un espace de 150 km sur 150 km, il y a plus d'industrie que dans toute la France. On trouve des fournisseurs pour tout, une prolifération de capacités industrielles. Nous avons 1 300 concurrents en Chine, dont environ 20 ont le niveau de qualité de GYS. Ce pays est un miroir aux alouettes. C'est difficile d'y rester.

Le marché français (65 millions d'habitants) est très insuffisant pour nous. Il y a 10 ans, nous avons installé des filiales à l'étranger (Allemagne, Angleterre). Le marché allemand est différent du français, mais la différence est encore plus grande avec le marché anglais. Notre marché domestique, c'est 240 millions d'habitants. Il en faudrait 350 millions (USA : 335, Chine : 1 500). Avoir la même monnaie facilite grandement les choses.

Nous sommes inquiets par rapport à la France. Il y a risque d'un coup de Trafalgar (syndicats, grèves…). Les pouvoirs publics suisses et allemands sont géniaux. La France est irrationnelle. L'Angleterre, c'est un problème.

Les Chinois sont fabuleux, très travailleurs, mais le comportement de l’État est matérialiste, il manque de respect. Le salaire pour les compagnons chinois est 600 € net par mois, moins de la moitié du salaire français. Mais leur pouvoir d'achat en Chine est le double de nos salariés.

- Les autres points qui méritent l'attention des responsables politiques sont les suivants :

. Multitude de taxes

           . Complexité administrative

           . Budget de fonctionnement du Comité d'entreprise

. Apprentis

Bastien Faudot exprime sa gratitude à l'égard de son hôte pour cette visite effectuée dans de très bonnes conditions et félicite Nicolas Bouygues au vu du développement de son entreprise.

Cet article est le 2943ème sur le blog MRC 53 - le 74ème, catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

 

Bastien Faudot, Nicolas Gonzales et Michel Sorin avec Nicolas Bouygues, le 8 novembre 2016, lors de la visite de l'entreprise GYS à Saint-Berthevin (Mayenne)

Bastien Faudot, Nicolas Gonzales et Michel Sorin avec Nicolas Bouygues, le 8 novembre 2016, lors de la visite de l'entreprise GYS à Saint-Berthevin (Mayenne)

Repost 0
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 19:09

 

Reconquérir la souveraineté nationale, sinon pas de politique de gauche

 

La presse a été présente à certains moments de la journée.

Voir Présidentielle : Bastien FAUDOT (MRC) en Mayenne le 8 novembre.

 

Le quotidien régional Ouest-France avait publié un article avant (le 7 novembre)...

Voir Bastien Faudot en Mayenne : entretien de Michel Sorin à Ouest-France

Puis après (10 novembre). En voici le contenu.

 

Bastien Faudot (MRC) en campagne en Mayenne

 

Après le Cotentin, en juillet, Bastien Faudot est venu sillonner les environs de Laval, mardi. Après avoir visité l'entreprise Gys et une exploitation agricole bio, le candidat du Mouvement républicain et citoyen (MRC) animait une réunion publique, suivie par quelques soutiens ou participants, parmi lesquels Aurélien Guillot, secrétaire départemental du PCF (Parti communiste français), et Philippe Serre, qui anime en Mayenne le comité de soutien au candidat Dupont-Aignan.

 

Bastien Faudot, en quête des 500 parrainages d'élus nécessaires pour se lancer dans la campagne de la Présidentielle, a détaillé ses propositions. Dont la mise en place d'une journée référendaire. «  Les politiques sont toujours suspectés de vouloir trahir les engagements pris pendant la campagne, fait-il remarquer. Pas besoin d'une VIème République. La Vème peut évoluer. Le référendum aurait lieu le 3ème week-end de septembre. On y aurait notamment recours si une pétition recueillait plus d'un million de signatures. »

 

L'hebdomadaire Le Courrier de la Mayenne a publié cet article le 10 novembre.

Bastien Faudot (MRC), candidat à la présidentielle

Bastien Faudot, 38 ans, est le candidat du Mouvement républicain et citoyen (MRC). Ce Belfortain, conseiller municipal d'opposition à Belfort et conseiller départemental, était en Mayenne le 8 novembre.

Ancien étudiant en philosophie, ancien chef de cabinet du maire du Kremlin-Bicêtre (94), il souhaite « sortir de l'Europe économique et monétaire. On doit reconquérir la souveraineté nationale, c'est-à-dire avoir un pouvoir sur notre monnaie, sur notre budget. Sans cela, il ne sera pas possible d'avoir des transformations sociales. Comment la Gauche peut les promettre sans disposer de ces outils ? ». Il constate « une rupture de confiance totale entre le citoyen et ses représentants. Comme lors du référendum contre le traité de Lisbonne, on piétine l'avis des citoyens. Si les référendums ne servent à rien, alors pourquoi organise-t-on des élections ? », interroge-t-il.

Fort de 180 promesses de parrainage sur les 500 obligatoires, ce Chevènementiste convaincu refuse « de participer à une primaire de la Gauche qui ne sera qu'une tactique pour appliquer une ligne libérale. Elle ne me convient pas ».

Bastien Faudot se rapprocherait « d'Arnaud Montebourg sur les questions économiques et de Manuel Valls sur la société ».

Cet article est le 2942ème sur le blog MRC 53 - le 73ème, catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Bastien Faudot, le 8 novembre 2016 à Laval en Mayenne, répondant aux questions des journalistes

Bastien Faudot, le 8 novembre 2016 à Laval en Mayenne, répondant aux questions des journalistes

Repost 0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 20:28

 

Faire connaître le candidat MRC à l'élection présidentielle et son projet

 

 

Avant l'évènement que sera pour le MRC 53 la journée demain (voir Présidentielle : Bastien FAUDOT (MRC) en Mayenne le 8 novembre), le quotidien Ouest-France a publié - dans sa page départementale Pays de la Loire / Mayenne - un article, dont le contenu est reproduit, ci-après (avec correction d'une très petite erreur de date du congrès 2015 du MRC).

 

Le candidat Bastien Faudot en Mayenne

L'élu de Belfort prend le relais de Jean-Pierre Chevènement, figure historique du MRC. Il vient mardi présenter son programme et échanger avec les Mayennais.

 

Présidentielle 2017

Entretien

Michel Sorin, représentant régional et départemental du Mouvement républicain et citoyen (MRC), membre de l'équipe de campagne de Bastien Faudot, candidat à l'élection présidentielle.

 

Vous ne me connaissez pas, c'est ma force, déclare le candidat du MRC. Qui est Bastien Faudot ?

Il est né en 1978, il a fait des études de philosophie. Il est chef de file de l'opposition à Belfort, le fief de Jean-Pierre Chevènement. Avec Bastien Faudot, les conditions d'un renouveau de la gauche républicaine sont réunies.

 

Car Jean-Pierre Chevènement a quitté le MRC…

Nous étions associés au PS au cours des deux derniers quinquennats. Aujourd'hui, l'option libérale sans concession du couple Hollande-Valls relève du suicide électoral. Jean-Pierre Chevènement a toujours joué de son influence auprès des dirigeants du PS pour obtenir une inflexion de la ligne politique du parti. Il veut aujourd'hui garder sa liberté. Notre logiciel reste le même mais, à l'issue de notre congrès, en juin 2015, le MRC a clairement affirmé sa volonté de présenter un projet, un candidat.

 

Que vient chercher Bastien Faudot en Mayenne ?

Nous lui ferons découvrir la réalité économique du département, son industrie, son agriculture. Je souhaite qu'il puisse dialoguer avec les étudiants et les jeunes. Nous allons aussi tester notre argumentaire auprès des maires, pour obtenir des parrainages. Nous avons rassemblé environ 150 signatures. Il nous en faut beaucoup d'autres. Il présentera 15 idées neuves et cinq piliers pour reconstruire la Vème République, avec l'intervention des citoyens.

 

Des candidats en Mayenne pour les législatives ?

J'ai été candidat à toutes les élections depuis 2001. Je ne souhaite pas y retourner. Mon intention est de développer le projet. Convaincre pour que des candidats puissent le porter. Il finira par y avoir du monde, car le projet est bon.

 

Recueilli par Alan LE BLOA

 

Mardi 8 novembre, de 18h30 à 20h, réunion publique, salle Wehingen, La Poste, place de l'Europe à Saint-Berthevin. http://mrc53.over-blog.com/

 

Cet article est le 2941ème sur le blog MRC 53 - le 72ème, catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Bastien Faudot, le 24 septembre 2016 à Malakoff (92), lors de la réunion sur le projet (commission 3ème pilier)

Bastien Faudot, le 24 septembre 2016 à Malakoff (92), lors de la réunion sur le projet (commission 3ème pilier)

Repost 0