Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

26 juillet 2006 3 26 /07 /juillet /2006 10:19

Comité 53 pour un NON républicain

Trois années après le mémorable 21 avril 2002, le malaise citoyen s’est accentué dans notre pays.

 

Le pouvoir politique tente de faire accepter par les Français la potion néo-libérale de la régression sociale, considérée comme la seule politique possible.

Appliqué à notre société qui est fière de son histoire et qui porte en elle une conception politique héritée des Lumières, de la Révolution et des Républiques successives pendant plus d’un siècle, le néo-libéralisme provoque un profond rejet populaire.

 Crise de la politique, crise de la démocratie, crise de l’Etat, c’est tout cela à la fois.

 Alors que les défis à relever s’accumulent, le chef de l’Etat parle mais ne fait pas. De plus en plus isolé, il fait semblant. Il gesticule mais ne bouge pas.

En réalité, l’approche néo-libérale nous conduit dans le mur. Non seulement elle est en contradiction avec la tradition française, mais, en outre, elle met en danger l’équilibre du monde, en raison des inégalités qu’elle génère et des risques écologiques qu’elle fait courir à la planète.

 Comment se fait-il que nos gouvernants, issus en alternance de la droite et de la gauche depuis vingt ans, pourtant conscients du problème, n’aient pas pu ou voulu mettre en œuvre une autre politique ?…

 La réponse tient en un mot de six lettres : EUROPE !

 En 1983, François Mitterrand, élu deux ans plus tôt pour rompre avec le capitalisme, mais confronté à de redoutables pressions financières, a choisi de mettre la France avec l’Allemagne dans l’orbite européenne libérale, mettant ainsi, de fait, entre parenthèses la perspective du socialisme.

En 1995, Jacques Chirac, élu pour mettre fin à la fracture sociale six mois plus tôt, mais confronté à sa majorité parlementaire conservatrice, a choisi de laisser la France naviguer sous le pavillon d’une Europe anglo-saxonne dans le sens des courants porteurs libéraux vers le grand large atlantique.

Avant la prochaine élection présidentielle, prévue dans deux ans, le peuple français doit saisir l’opportunité du référendum européen pour donner au futur président les moyens de mettre en œuvre une politique plus conforme à l’intérêt national, dans le cadre de la République sociale, laïque et démocratique.

Cette consultation du peuple, qui aura lieu avant l’été, est une chance à la fois pour la France et pour l’Europe : c’est l’ultime chance de sauvegarder notre République, malmenée par le traité, et c’est aussi une chance pour l’Europe, qui pourrait repartir sur de nouvelles bases, plus proches des citoyens et des peuples, détachées du carcan libéral.

 La victoire du NON au référendum serait un point de départ

vers une nouvelle politique en France et en Europe.

 
Repost 0