Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs, qui n'est plus membre du MRC depuis 2015. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En 2022, le MRC est devenu membre de la Fédération de la Gauche Républicaine avec quatre autres organisations politiques.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 21:14

La gauche peut-elle laisser détruire l’industrie française ?

 

Cachez cet euro que je ne saurais voir, c’est ce que demande le PS, qui refuse d’évoquer la question monétaire dans son projet tel qu’il a été présenté à la presse. Il a tort, car ce refus d’autocritique nuit à sa crédibilité (Elie Arié, Marianne, 9 avril Projet PS : sans autocritique, pas de crédibilité).

 

Le mutisme des dirigeants socialistes est étonnant, au moment où Adrien de Tricornot (Le Monde, 4 avril) conclut son article ainsi : « La zone euro, plutôt que de punir ses "mauvais élèves", ferait bien de remettre ses dogmes en question » (Zone euro : le remède va-t-il tuer le malade ?).

 

Jean-Pierre Chevènement a été très clair lundi 11 avril devant les étudiants nantais (Voir A Nantes, Chevènement a exposé ses vues sur l'industrie française - 12 avril 2011) :

Il faut redonner à la France toutes ses chances, à condition de repartir d’un bon pied, notamment sur la monnaie, qui est trop forte.  

L’euro, en 1999, devait servir à forger une union monétaire plus profonde dans le cadre d’une fédération européenne. C’est le contraire qui s’est produit. En 2009, les tensions internes dans la zone euro risquent de conduire à la dislocation.

La politique de l’Allemagne, à l’initiative de Schröder, a conduit à des écarts de compétitivité entre l’Allemagne et les autres (10% avec la France, 15% en moyenne, 30% avec la Grèce) et à de grandes différences dans les taux de refinancement de la dette (2,9% en Allemagne ; un peu plus de 3% en France ; 5,5% en Espagne ; 12% en Grèce) qui ne pourront durer longtemps. La Grèce, la première, va être contrainte de faire défaut, car elle ne pourra plus rembourser ses créanciers.  

Repartir d’un bon pied, c’est obtenir de l’Allemagne qu’elle reconsidère la politique européenne, le plan de compétitivité, en regardant du côté des USA  (croissance entre 2,5 et 3%) comment éviter la récession. La France, dont le déficit commercial est de 50 milliards d’euros par an, doit engager un dialogue avec l’Allemagne, dont l’excédent est entre 150 et 200 milliards. Sinon, ce sera la fin de l’euro, monnaie unique, et le repli sur une monnaie commune.  

Repartir d’un bon pied, c’est agir sur le cours de la monnaie, la politique monétaire étant une variable essentielle de la politique industrielle.

 

Universit-d--t-MRC2009-024.jpgCe 14 avril, Julien Landfried, secrétaire national du Mouvement Républicain et Citoyen, s’est exprimé dans le même sens sur le site du Monde :

 

La politique de l'autruche du Parti socialiste sur l'euro

Comment expliquer que l'euro ne soit véritablement évoqué ni dans les trente principales propositions du Parti socialiste pour 2012 ("Priorités 2012"), ni dans son document principal de 50 pages ("Le changement") distribué à la presse ? Il faut se rendre sur son site Internet et se reporter au document intégral de 75 pages du projet pour trouver la trace d'une modeste réflexion sur la gestion de la zone euro. La crise n'y a rien fait : le projet du PS est plus timide que celui de sa candidate de 2007, qui proposait de revenir sur les statuts de la Banque centrale européenne (BCE).

La question de la réorientation de la zone euro (ou, plan B, de sa sortie) est pourtant la question politique cardinale qui se pose dès maintenant et se posera au prochain président de la République française.

La zone euro a en effet produit des performances économiques inférieures aux prévisions, mais aussi aux performances des autres blocs continentaux. Le taux de change de l'euro par rapport au dollar et au yuan est insoutenable pour la majorité des pays de la zone, à l'exception de l'Allemagne, des Pays-Bas et de l'Italie du Nord. Les économies, loin de converger, se sont spécialisées, comme il était prévisible. L'Allemagne a profité à plein de la monnaie unique pour devenir le cœur industriel et technologique de l'Europe. Au contraire, les pays périphérique de la zone euro, en particulier son versant sud (Espagne, Portugal, Grèce), loin de développer une solide économie nationale, ont été victimes de bulles spéculatives, notamment dans le secteur de l'immobilier. On peut désormais schématiser ainsi la géographie politique et économique de l'Europe : un centre de production industrielle (l'Allemagne pour l'essentiel) ; une périphérie faisant office de centre de consommation (le sud de la zone), tirée par le crédit, les subventions européennes et des salaires déconnectés de toute base industrielle. La France, dont la situation est intermédiaire, est prise en étau entre un euro cher, la concurrence des pays émergents et la politique non coopérative de l'Allemagne.

Cette dernière a en effet pu accumuler des excédents commerciaux considérables sur les autres pays de la zone (les deux tiers de son excédent total). Elle a délibérément mené à partir du début des années 2000 une politique économique de restriction de sa demande intérieure (réduction des droits sociaux des salariés et des chômeurs, précarité encouragée avec les "ein euro jobs", augmentation de la TVA) qui est venue s'ajouter à son avantage technologique structurel.

Aujourd'hui, le "pacte de compétitivité" dicté sous la pression d'Angela Merkel, acté par Nicolas Sarkozy et peu critiqué par les sociaux-démocrates de part et d'autre du Rhin, renforce encore les orientations dépressionnistes de la zone euro, au moment même où un quart des Etats membres sont maintenus artificiellement sous tente à oxygène (Grèce, Irlande, Portugal, et bientôt sans doute l'Espagne).

Dans son fonctionnement actuel, la zone euro agit ainsi comme un accélérateur de la destruction de l'appareil industriel français et de la baisse des salaires pour les classes moyennes et populaires.

DEUX SCÉNARIOS

Voilà pourquoi, à l'heure actuelle, et étant donné le niveau de décomposition de la zone euro, un candidat de gauche digne de ce nom devrait prendre à bras le corps cette question et proposer deux scénarios articulant diplomatie et politique économique.

Dans le premier, le gouvernement français issu des urnes en 2012 engagerait une discussion capitale avec le gouvernement allemand autour de trois points prioritaires : une politique monétaire plus dynamique par l'inclusion des objectifs de croissance et d'emploi dans les statuts de la Banque centrale européenne ; un euro "faible" par une politique de change fixant l'objectif d'une parité stricte entre l'euro et le dollar ; enfin le rachat d'une partie de la dette publique des pays de la zone (au sud en particulier) par la BCE. Il faudrait également espérer une victoire de la gauche aux élections législatives allemandes en 2013. Un "intérêt général européen" bien compris devrait pouvoir faire admettre au SPD que l'avenir du salariat européen, allemand compris, ne peut pas se résumer à une dégradation continue des salaires et des conditions de travail. Ce pari suppose que l'Allemagne réalise enfin un aggiornamento de sa politique économique, car elle serait appelée à relancer sa demande salariale pour soulager le reste de la zone. Ce scénario permettrait d'amorcer une réindustrialisation de l'économie française, une réduction des divergences internes à la zone euro et de mettre un coup d'arrêt à la déflation salariale.

Si ce premier scénario s'avérait impossible à mener à bien, alors le plus probable serait un éclatement de la zone euro, les pays du Sud (Grèce, Portugal, Espagne, voire Italie) recouvrant leur liberté monétaire et usant de dévaluations compétitives. L'intérêt de la France serait alors de ne pas se retrouver asphyxiée entre un euro-mark surévalué pour son économie et une Europe du sud redevenue plus compétitive. Une telle configuration sonnerait la fin de l'industrie française et réduirait à néant nos capacités de développement technologique pour le futur. Il nous faudrait donc reprendre notre liberté monétaire, avec une Banque de France soumise au pouvoir politique, un franc dont le cours serait adapté aux besoins de notre économie et un système monétaire européen (re)formé.

Seules une vision lucide et une solide préparation permettront à la gauche de faire face au problème économique central que constitue l'euro cher. L'histoire, et peut-être d'abord l'histoire électorale, sera cruelle pour ceux qui préfèreront la politique de l'autruche à la politique tout court. Il est encore temps pour les socialistes de s'en aviser et de mettre la gauche à la hauteur de ses responsabilités.

Voir http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/04/14/la-politique-de-l-autruche-du-parti-socialiste-sur-l-euro_1506886_3232.html

 

Cet article est le 126ème paru sur ce blog dans la catégorie  Gauche France

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 12:27

La direction du PS, prisonnière de son passé libéral

 

La responsabilité de François Mitterrand est évidente dans le choix du PS « d’ouvrir la parenthèse libérale » en 1983  (selon les mots de Lionel Jospin) mais pourquoi ce parti se montre-t-il incapable de revenir sur cette période et sur ses erreurs, qui l’ont conduit à être un acteur du néolibéralisme en France ?

« C'est en lisant le dernier livre* de Jean-Pierre Chevènement « La France est-elle finie ? » qu'on prend conscience de l'importance de ce qu'il appelle « le pari pascalien » de François Mitterrand ». Ce propos est d’un ancien secrétaire national du MRC, Elie Arié, dans un article publié le 4 janvier dans la rubrique Le Monde abonnés.

* Marie-Françoise Bechtel présente le livre de Jean-Pierre Chevènement - 4 janvier 2011

 

Le même Elie Arié revient, dans une tribune publiée sur le site Marianne2, le 4 janvier, sur ce thème développé par Jean-Pierre Chevènement dans son livre.

« Selon Elie Arié, la libre circulation des capitaux au sein de l'Union européenne, depuis son instauration en 1986, a conduit à la multiplication des délocalisations industrielles. Mais les conséquences ne s'arrêtent pas là : fiscalité minorée des hauts revenus et des revenus du capital, privatisations. Et pour lui, le PS n'admet pas pour l'instant ses erreurs passées ».

 

Libre circulation des capitaux en Europe : la responsabilité socialiste

 

" L’euro est l'arbre qui masque la forêt, et les pays européens qui ne font pas partie de la zone euro (Grande-Bretagne, etc.) sont encore plus mal lotis que nous, parce que l' Allemagne ne peut pas «payer pour eux» (même si elle commence à en avoir assez) et qu'ils ne peuvent pas profiter de sa richesse.
Avec l
'Acte unique européen (ou traité de Luxembourg), Thatcher a fait admettre en 1986 à l'Europe la liberté totale de circulation des capitaux non seulement entre États de l' Union européenne, mais avec tous les autres pays de la planète.

Il restait alors un dernier petit verrou, qui a permis de faire avaler la pilule, l
'obligation de procéder préalablement à une harmonisation fiscale : préalable dont Kohl a réussi à imposer la suppression en 1989 - ce qui a entraîné la démission de son Ministre des Finances, Gerhard Stoltenberg,  qui avait compris qu'à terme, ce serait la fin de l'industrie européenne.
Cerises sur le gâteau, c
'est la Commission européenne de Bruxelles (organisme technocratique, et non pas politique) qui a reçu pour mission de veiller à cette libre circulation des capitaux, et la Cour de justice européenne a décrété que le droit communautaire européen primait sur les droits nationaux de chaque pays.

Dès lors, plus rien ne pouvait plus empêcher les délocalisations industrielles en masse, ni les
hedge funds basés dans des paradis fiscaux de sévir en toute liberté, ni la titrisation des créances pourries américaines d’envahir les avoirs des banques européennes et d’y exporter leur crise. L’essentiel étant en place, ce dispositif n’a cessé d’être complété par la suite, par ses conséquences logiques :

- fiscalité minorée pour les revenus du capital (Bérégovoy, 1990), pour les hauts revenus (Fabius sous le gouvernement Jospin), et pour es stock-options (DSK, 1998),
- interdiction de toute défense nationale contre les OPA (directive Bolkestein, votée par les socialistes français au Parlement européen),
- poursuite des privatisations (gouvernement Jospin).

Et, pour revenir en arrière, maintenant que ces dispositions sont intégrées dans le traité de Lisbonne, il faut désormais l'accord à l'unanimité de 27 États-membres ...c'est-à-dire attendre que les poules aient des dents.
Il est pour le moins étonnant qu’aujourd’hui, au parti socialiste, nulle voix ne s’élève pour demander de procéder à un petit examen de conscience sur ses erreurs passées (même celle de Ségolène Royal, pourtant spécialiste en excuses toutes azimuts...) ; ce sera aux historiens qu’il appartiendra d’écrire que, dans l’entrée de la France dans le néolibéralisme, François Mitterrand aura joué un rôle bien plus important que Nicolas Sarkozy".

 

Voir aussi Michel Sorin : ni Sarkozy, ni Strauss-Kahn pour 2012, un républicain ! - 3 décembre 2010

 

Cet article est le 125ème paru sur ce blog dans la catégorie Gauche refondation

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 17:24

Se servir de l’analyse marxiste pour refonder la gauche

 

Le congrès socialiste de la SFIO (la seconde internationale ouvrière) avait lieu à Tours du 25 au 30 décembre 1920 (voir par Wikipédia Congrès de Tours). Après les bouleversements de la guerre et la création léniniste de la 3ème internationale, les dirigeants de la SFIO avaient voulu éloigner ce congrès de Paris, mais pas trop. C’est le 29 décembre en soirée qu’une grande majorité de délégués optait pour le rattachement à la 3ème internationale, avec la condition imposée, qui était de rompre avec la SFIO et créer la section française de l’internationale communiste, qui prit ensuite le nom de parti communiste français.

Voir aussi sur le site de la Fondation Jean Jaurès Décembre 1920 : la scission du congrès de Tours.

 

Le quotidien Libération (23 décembre 2010) présentait une vidéo et un entretien (voir «Le PCF doit prendre à bras-le-corps son histoire») de Lilian Alemagna avec l’historien Romain Ducoulombier

Romain Ducoulombier est l’auteur de Camarades ! La naissance du Parti communiste en France (Perrin, 2010). Il revient sur les raisons de la scission, il y a quatre-vingt-dix ans, à Tours, de la SFIO et estime que si «l’idée communiste n’a pas de raison de mourir», le «communisme du XXIe siècle doit encore se composer».

La section PCF du 15ème arrondissement de Paris a pris une position que l’on retrouve sur le blog pcfcapcorse. Voir 90 ans du PCF: rester fidèles aux choix de Tours.

 

La revue Critique Sociale, qui s'inspire du marxisme, en particulier du luxemburgisme (elle milite pour une société démocratique, libre, égalitaire et solidaire : une société socialiste, au véritable sens du terme) a publié un document : 90 ans après, que reste-t-il du Congrès de Tours ? Extrait.

(…) Il faut rappeler que le stalinisme naissant a été dénoncé dès les années 1920 par des militants communistes, qui furent pour cela exclus par la bureaucratie. La dictature capitaliste d'Etat exercée en URSS contre les travailleurs a été critiquée comme telle par de nombreux communistes, par des fondateurs du parti comme Loriot, Souvarine et Monatte, par des communistes anti-staliniens de tous pays, par des luxemburgistes, des conseillistes, d'autres marxistes, des socialistes révolutionnaires, des communistes démocratiques, etc (…).

 

Bien sûr, on peut comprendre que le PCF n’ait pas envie de fêter cet anniversaire. Ce peut être l’occasion, cependant, de réfléchir aux bases sur lesquelles la gauche devrait agir aujourd’hui.

 

Le livre de Gaël Brustier (Edition Bruno Leprince, 2008 - voir rue71), intitulé Les socialistes, les altermondialistes et les autres, propose, à ce sujet, des éléments de réflexion très intéressants. En voici des extraits dans le chapitre « Tout est possible parce qu’un autre monde est possible »

 

Pour changer le socialisme, devenir altermondialiste

 

Aujourd’hui, la mission des refondateurs est de faire en sorte que la vieille social-démocratie, privée de sa mission historique, rompe avec ce pôle attractif idéologiquement qu’est le pôle social-libéral pour bâtir un projet réellement émancipateur. Il est de salubrité historique que ce travail soit accompli. Il implique une prise de conscience par la grande masse du PS qu’il n’a pas reçu l’usufruit exclusif de l’héritage du socialisme. Les citoyens le lui ont fait savoir en plusieurs occasions, un 21 avril et un 29 mai…

 

Les socialistes doivent pouvoir engager un dialogue avec les altermondialistes, mais également avec la partie de l’extrême gauche qui incline pour une stratégie gouvernementale. Les socialistes doivent aussi cesser de penser ou de feindre de croire que le débat porte sur l’acceptation ou non de l’économie de marché. Lucien Herr nous a enseigné que la famille socialiste ne devait laisser personne sur sa gauche.

 

La famille socialiste ne doit pas laisser, par absence de débat, des initiatives stériles empêcher plus longtemps la mise en place d’un véritable processus de transformation politique et sociale. Il est évident que l’entrée de militants républicains au PS dans le but de favoriser une reviviscence du socialisme n’aboutirait à rien si elle ne se faisait en lien plus qu’étroit avec la galaxie altermondialiste et surtout avec ce que nous avons défini comme l’altermondialisme sociologique. De même, pour qu’un dialogue fécond naisse dans le camp progressiste, il faudra ne transiger en rien sur les principes républicains (…).

 

Il convient donc pour la gauche d’enclencher une confrontation des analyses avant de pouvoir mettre en place une stratégie politique de changement social. Il faut d’abord aller au fond des choses : qu’est-ce que la mondialisation et quelle est la géopolitique qui la sous-tend ? C’est à partir de cette analyse que les gauches pourront surmonter leurs contradictions et proposer un projet alternatif à la France.

 

Il s’agit ainsi d’unifier toutes les traditions progressistes : les traditions communistes, socialistes, radicales, républicaines, écologistes, libertaires, altermondialistes, autour d’une analyse et d’un projet communs. Les bases d’un dialogue doivent être trouvées. Rien ne justifiera désormais que la gauche ne sache aller au fond des choses pour sortir la société française de l’impasse et de l’incurie dans laquelle cette République finissante, agonisante et expirante, semble la maintenir (…).

 

Etre marxiste après le marxisme-léninisme

 

L’héritage du marxisme-léninisme n’est pas enviable. Il reste, à bien des égards, un déshonneur pour le socialisme et un dévoiement épouvantable de ce qui est un idéal louable. Le léninisme, sa dimension totalitaire qui s’est parée des oripeaux de la dictature du prolétariat, l’extrême cynisme qui fut celui de l’Internationale communiste, ne doivent pas pour autant faire oublier les apports du marxisme à l’idéal socialiste. (…).

 

Le marxisme a été une méthode précieuse et un fondement de l’action socialiste. On ne peut l’ignorer et l’on se doit de s’interroger : peut-on, et même doit-on, aujourd’hui être marxiste ? Il nous est apparu qu’à bien des égards, c’est l’hétérodoxie marxiste qui, s’appuyant sur les méthodes d’analyse et la critique faites par l’auteur de Das Kapital (…), avait été la plus porteuse de sens et d’espérance.

Au-delà de l’hétérodoxie marxiste, on peut aussi s’interroger sur les bases de l’analyse marxiste et constater que leur apport est essentiel à toute tentative d’analyse de la situation actuelle. « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours, c’est l’histoire de la lutte des classes », écrivaient Marx et Engels en 1848.

 

Pourquoi nier que la lutte des classes est une grille de lecture de l’histoire de l’humanité extrêmement valable, même si elle n’est pas la seule ? La social-démocratie s’est longtemps refusée à assumer et constater la lutte des classes. C’est aussi une des raisons de son incapacité à saisir certains ressorts de la politique internationale puisque, consubstantiellement, elle s’est refusée à penser la lutte contre l’impérialisme.

 

Au-delà, dans la méthode marxiste, il y a l’idée fondamentale selon laquelle la critique de l’idéologie et la critique de la réalité ne vont pas l’une sans l’autre. Au contraire, leur complémentarité est source de succès pour le socialisme.

A gauche, par exemple, la critique de l’Europe libérale dont les effets sont réels et ressentis par les classes populaires ne peut être porteuse de sens que si elle est accompagnée de la critique de la représentation idéalisée de l’Europe - l’Europe sociale.

 

Or cette double critique, consubstantielle au marxisme, bien peu à gauche sont encore enclins à la faire. Etre marxiste, c’est d’abord se libérer des représentations imposées, c’est penser hors les mythes et adopter la critique rigoureuse pour méthode d’analyse (…).

Le problème est que le marxisme a fait l’objet d’une captation d’héritage frauduleuse par ses zélateurs orthodoxes. Il s’agit donc de se réapproprier Marx. Cela ne se fera qu’au prix d’une bataille idéologique courageuse (…).

 

Cet article est le 124ème paru sur ce blog dans la catégorie Gauche refondation

 

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 19:56

La gauche, pour se reconstruire, a besoin de lui

 

La Fête de la Rose de Frangy-en-Bresse (Saône et Loire), initiée par Pierre Joxe en 1973, est considérée  comme la pré-rentrée politique du PS, une semaine avant l'université d'été de la Rochelle.  

Le député qui a succédé à Pierre Joxe sur cette circonscription bourguignonne, Arnaud Montebourg, actuel président du Conseil général, a annoncé que cette 38ème Fête de la Rose aura lieu le 22 août, avec un invité d’honneur non membre du PS - ce qui est une première - le sénateur du Territoire de Belfort, Jean-Pierre Chevènement, président d’honneur du Mouvement Républicain et Citoyen.

C’est le site d’Europe1 qui, le premier, a diffusé l’information (voir Chevènement invité de Montebourg). Après l’invitation l’an dernier à La Rochelle (Université d'été PS 2009 à La Rochelle : les bases de la refondation - 30 août 2009), doit-on y voir l’intention du PS de se rapprocher de celui qui s’est déclaré disponible pour 2012 (voir La France à la reconquête de son destin) ?

Pas si sûr, car Arnaud Montebourg n’est pas avare d’initiatives personnelles que la direction de son parti ne cautionne pas nécessairement. En l’occurrence, cette invitation est cohérente avec le rôle qu’il souhaite voir jouer par Jean-Pierre Chevènement dans la Rénovation de la gauche (voir aussi Montebourg absent de la convention du PS sur la rénovation). Pour le comprendre, il faut lire ce qui suit.

Montebourg est intéressé par la capacité de l’homme d’Etat Chevènement à avoir une vision - qu’il a démontrée dans le passé (Epinay, puis les programmes du PS) - et « tenir la plume »  de la reconstruction de l’économie, permettant ainsi à la gauche de se reconstruire.

 

Intervention d’Arnaud Montebourg à l’université d’été 2009 du MRC

 

Arnaud Montebourg était l’un des invités du MRC lors de son université d’été 2009 (voir Université d'été MRC à Toulouse : Chevènement appelle à la rupture - 7 septembre 2009).

Il participait, le 6 septembre, au débat général animé par Catherine Coutard en présence de Jean-François Kahn, Paul Quilès et Jean-Pierre Chevènement, sur le thème « Actualité de la réponse républicaine, désuétude du modèle social-démocrate, mort du modèle social libéral ». Voici des extraits de son intervention.

 

Universited-eteMRC2009-067.jpg Après le 21 avril 2002, il fallait reconstruire le socialisme, le monolithisme de la pensée du PS devenant dangereux. Il y eut le débat sur la position à prendre au référendum européen le 29 mai 2005. Au Parlement européen, les élus socialistes français s’alignaient sur le Parti Socialiste Européen (PSE), favorable dans tous les pays à la dérégulation.

Le PS présentait comme positif tout ce qui, dans les décisions internationales, allait dans ce sens. Pendant dix ans, il a été impossible de faire bouger le PS sur le libre-échange. La défaite de 2007 a eu un coût énorme pour la gauche.

Sarkozy a pu réconcilier la droite avec les couches populaires. Nous avons une société extrémiste, barbare. Que faut-il faire ? On ne le sait pas encore. Mais, dans les composantes de la gauche, il y a les éléments de renouvellement de l’offre politique. Il manque celui qui tiendra la plume. Comme Jean-François Kahn, je rends hommage à Jean-Pierre Chevènement (…).

Par le rassemblement de la gauche, il faut viser à transformer le système productif et la manière de vivre, en réunifiant les couches sociales sur la base de l’intérêt général et en mettant à contribution les multinationales.

La mondialisation, qui est une dérégulation, spolie nos intérêts industriels, avec des conséquences sur les couches populaires, qui s’éloignent de nous.

Il faut aller vers des reconstructions originales, prenant appui sur l’internationalisme des travailleurs. La question européenne est centrale. Ce n’est plus seulement la question du oui ou du non de 2005. Je suis contre l’élargissement à la Turquie et à d’autres pays. Ce qu’il faudrait, c’est un gouvernement mendésiste qui s’appuie sur les citoyens. La France a des ressources politiques. Elle se relèvera par la démocratie. Comment sortir de ce bourbier ? L’euro survivra-t-il ? L’européen que je suis est inquiet (…).

 

Cet article est le 123ème paru sur ce blog dans la catégorie Gauche refondation

Partager cet article
Repost0
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 22:43

 

Le monde et la République sont à reconstruire G-rard-Beillard-et-Michel-Sorin-balcon-29-04-09-010.jpg

 

Les pouvoirs publics ont perdu le contrôle (la maîtrise) du monde. En laissant toute liberté aux mouvements de capitaux, ils ont donné la clé du monde aux marchés financiers.

De la fin de la seconde guerre mondiale aux années 1970, le monde a été organisé selon des principes visant à la stabilité monétaire et à l’équilibre capital-travail, sous la conduite des pouvoirs publics.

Le choix de la globalisation financière et de la mondialisation néolibérale (consensus de Washington), à partir des années 1980, dans le but de redonner tout le pouvoir aux forces capitalistes liées à la finance, a eu des conséquences dévastatrices.

 

La génération de responsables politiques qui, depuis vingt ans, a été complice de la montée en puissance du capitalisme financier, à l’origine de la terrible crise actuelle, n’est pas qualifiée pour assurer la reconstruction.

Ce seront les jeunes qui pourront le faire, avec l’appui de ceux qui se sont opposés à la dérive libérale (Jean-Pierre Chevènement, notamment).

 

Le socialisme devrait revenir à l’ordre du jour, face à un capitalisme qui a lourdement fauté. Contre Info a publié, le 20 mai, un article en provenance des USA sous le titre :

 

USA : 43% des jeunes adultes considèrent le socialisme comme une valeur positive (VO)

Un récent sondage confirme l’attachement des américains au capitalisme. Toutes tranches d’âge confondues, ils sont 52% à le juger positivement, contre 29% pour le socialisme. Mais la jeune génération est partagée : 43% des américains âgés de 18 à 30 ans jugent positivement le socialisme, et le même pourcentage le capitalisme. Charles Derber, qui enseigne la sociologie à Boston, analyse les résultats de cette enquête. Lire.... »

 

Les partis socialistes et sociaux démocrates ont besoin de se remettre en question s’ils veulent répondre aux aspirations des jeunes générations. Qu’ils commencent par écouter ceux qui, comme nous au Mouvement Républicain et Citoyen, avec Jean-Pierre Chevènement, proposent des solutions pour faire face à la crise (nous avons un groupe de jeunes MRC, dirigé par Adeline Crépin).

 

Aux jeunes qui ne souhaiteraient pas rejoindre un parti, je propose la démarche CIVIQ :

CIVIQ veut être un ferment démocratique et républicain dans la société

 

La mission de CIVIQ est d’inciter les citoyens à s’intéresser à la politique, en menant des réflexions et des débats sur des thèmes qui les concernent directement dans la vie publique. Par exemple : la sécurité sociale, les retraites, les services publics, le logement, les énergies, l’alimentation et l’agriculture, la fracture numérique. Mais il y en a beaucoup d’autres.

 

CIVIQ est un outil qui doit faciliter l’expression des citoyens sur les questions de société et faire remonter l’information vers les militants et élus politiques.

 

Car n’oublions jamais que les principes démocratiques et républicains ne valent que s’ils entrent dans la réalité. « Le gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple », nous savons bien que la pratique est loin de la théorie.

 

CIVIQ veut réveiller la République en France et construire l’Europe autrement

 

Nous avons vu les ravages provoqués par les effets de la crise du capitalisme financier, ce tsunami que les gouvernements ont cru effacer en prêtant des fonds publics à un système bancaire dévoyé. En réalité, tout continue comme avant et nous allons voir les conséquences sociales de l’abandon par les Etats des intérêts des peuples au nom desquels ils gouvernent.

 

Dans ce contexte, marqué par la gravité de la situation économique et sociale en France et en Europe, il s’agit d’amorcer un travail intense de reconstruction politique. Nous devons préparer les conditions les plus favorables pour une alternative en 2012 dans notre pays.

 

CIVIQ a pour mission de réveiller les républicains et de penser au contenu de l’alternative au pouvoir en place.

 

Après trente années de déconstruction néolibérale, il est nécessaire de s’interroger sur les outils politiques à utiliser demain. Le cadre associatif ouvert, qu’est par définition CIVIQ, avec ses groupes de base, est le mieux approprié pour réfléchir à cette question.

 

Cet article est le 122ème paru sur ce blog dans la catégorie Gauche refondation

 

Partager cet article
Repost0
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 20:10

   

Préparer un rassemblement républicain pour 2012     G-rard-Beillard-et-Michel-Sorin-balcon-29-04-09-010.jpg

 

La gauche ne peut éluder la contradiction qui l’empêche d’être elle-même : se mirer dans Strauss-Kahn et prétendre représenter le peuple de France.  

Le PS est au centre de la contradiction, le directeur général du Fonds Monétaire International exprimant ce que pensent ses principaux dirigeants (Martine Aubry a affirmé sur France Inter qu’elle est sur la même longueur d’onde que Strauss-Kahn).  

Il doit choisir entre deux solidarités, avec les marchés financiers ou avec le peuple, car elles ne sont pas compatibles. Refuser la toute-puissance de l’argent est un choix politique très difficile (voir La Lettre du lundi, 23 mai : Fourches caudines ou tango argentin ?).  

La gauche doit, à la fois, gagner en 2012 et remettre la France et l’Europe sur la voie du redressement politique, économique, social et culturel. Elle doit le faire en harmonie avec son histoire et en prise directe avec son temps. Il lui faut être fidèle à ses valeurs dans un monde défiguré par trente années de capitalisme financier mondialisé et globalisé, imprégné des principes du « consensus de Washington ».  

 

Au sein du Mouvement Républicain et Citoyen, en préparant notre congrès des 26 et 27 juin, notre réflexion est concentrée sur ce double objectif : gagner en 2012 et redresser la France.  

Pour ma part, je suis le premier signataire d’une contribution au débat (voir MRC : une contribution au débat interne, proposée par Michel Sorin - 17 avril 2010) qui insiste sur la nécessité pour la gauche de rapprocher Europe et République.  

(…) Le moment est venu de donner l’impulsion décisive pour que la longue marche des socialistes républicains - initiée au sein de la SFIO à la fin des années 1960, autour de Jean-Pierre Chevènement, puis dans le cadre du PS de 1971 à 1992 - trouve son accomplissement dans les combats politiques des prochaines années.  

Après le désaccord de fond lié à l’ouverture de la « parenthèse libérale » en 1983, l’Europe de Maastricht, approuvée par le PS, a été la cause directe de la rupture avec les socialistes, suite à l’échec du NON à la ratification du traité de Maastricht en 1992.  

C’est bien la question européenne - son rapport avec la Nation et avec le peuple, et donc les contradictions fondamentales de la construction européenne avec la démocratie et la République, amplifiées par l’endoctrinement néolibéral et libre-échangiste - qui est principalement à l’origine de l’impossibilité de maintenir la cohabitation entre républicains et socialistes.  

Vingt ans plus tard, en 2012, se présente une échéance électorale qui sera décisive pour l’avenir de la France et de l’Europe, aux prises avec la crise du capitalisme financier. Impossible d’en sortir sans remettre en cause les règles de ce système économique et financier qui se veut globalisant dans le monde, c’est-à-dire s’imposant à tous, avec la bienveillance complice des Etats.  

La seule façon de s’opposer efficacement à cette emprise de la finance sur l’économie est de reconquérir le pouvoir politique. C’est cela l’enjeu de 2012. Comment la gauche parviendra-t-elle à être à la hauteur de cet enjeu national et européen ? C’est bien la question.  

Nous, républicains de gauche, qui avons vécu les aléas de la longue marche républicaine, avions raison de ne pas accepter la soumission des socialistes aux règles néolibérales, pas plus que l’effacement de la démocratie dans la construction européenne.  

Nous avions raison d’opposer notre NON républicain au traité constitutionnel européen en 2005, puis au traité de Lisbonne - qui en est, pour l’essentiel, la copie conforme - en 2008 (…).  

 

Cette problématique de la refondation de la gauche sur la base d’un projet cohérent rapprochant Europe et République a été développée par Albert Richez (voir L’Europe en crises - crises économique, politique, démocratique, institutionnelle - 18 mai 2009, ATTAC).  

 

Elections des euros députés de 2004 : 210 millions d’abstentionnistes (57%) sur 360 millions d’inscrits ! Et l’on nous annonce une abstention record, supérieure à 60 %, le 7 juin. Que signifie cette « crise abstentionniste » ? Que signifie que 3 des pays de l’Union Européenne ont confirmé leur défiance par référendum en 2005 et en 2008 ? Tout d’abord et globalement, qu’elle peine à rassembler les habitants des Etats-Nations qui la composent autour de ses valeurs et de ses pratiques !

 

Dès 1957, les européens n’ont pas été considérés comme acteurs premiers de la construction des Communautés Européennes et la mise en oeuvre de ces Communautés a été confiée à des « experts » au fil des problèmes à résoudre. Même si les Communautés ont inventé des politiques (Politique Agricole Commune : PAC) et des pratiques apparemment solidaires (fonds structurels aux régions plus défavorisées), dès le traité de Rome, le dogme de la « concurrence libre et non faussée », critiqué à l’époque par Pierre Mendès-France, est le 1° principe constitutif de l’Europe en construction.

 

En 1986, l’Acte Unique et, depuis, tous les actes européens, traités, projet de Constitution, élargissements et sommets n’ont fait que confirmer le sens de l’orientation originelle de l’Union Européenne. Et les européens n’ont été que peu consultés sur ce sens donné à l’Europe ; et, lorsqu’ils ont exprimé le refus de sa réalité et de son évolution, en 2005 et 2008, la portée de leur vote a été « confisquée » ! Face à cette situation, que pouvons-nous, comme citoyens, pour parvenir à une autre entité politique, qui deviendrait l’Europe citoyenne ?  

 

Ce professeur de philosophie avait publié le 6 février 2008, sur le site d’ATTAC, un excellent article sous le titre Socialisme et République, dont voici des extraits :  

 

Sommes-nous encore en République ? Depuis trop d’années, nous assistons à la destruction de ses valeurs : petits salaires non revalorisés bien que parfois sous le seuil de pauvreté, chômeurs suspectés de paresse mais tributaires de décisions d’embauches qu’ils ne maîtrisent pas, grands patrons qui reçoivent des prébendes financières sans rapport avec le bien-fondé d’un revenu et leurs responsabilités réelles, cadeaux fiscaux pour les plus riches, licenciements constants pour les opérateurs les plus modestes pour seuls motifs financiers, protection sociale menacée au profit d’un système d’assurance qui valorise le risque plutôt que la solidarité…

 

Ces faits nous ramènent, sous couvert de prétendues « réformes », à l’époque antérieure à la conquête d’un statut citoyen des travailleurs. L’égalité s’efface, entraînant la liberté dans sa chute. Aujourd’hui, ceux, qui portent les valeurs du Socialisme, peuvent-ils, s’inspirant de Jaurès, réinventer la République ? (…)

 

Bien entendu, aucune nation ne peut s’établir seule. Pas de République française sans reconnaissance politique des autres Nations et de leurs peuples. Mais pas de République sans recherche permanente de la cohésion sociale interne à la Nation, sans rapprochement du politique et du syndical ; les « règles économiques », en particulier le libre échange ne peuvent mettre en cause ces principes ! Et c’est leur refus, l’absence de stratégie de développement, la volonté d’asservir les peuples au nouvel ordre économique, qui mettent en péril la paix et développe des attitudes terroristes.

 

C’est pourquoi l’internationalisme doit se récréer sur des bases qui étaient les siennes avant la guerre de 14, qui fondaient encore la pensée après la deuxième guerre mondiale [7], loin des dérapages mondialistes de prétendues régulations économique et commerciale qui, aujourd’hui, ne servent qu’à justifier l’ordre dominant. L’internationalisme du mouvement des travailleurs peut et doit conduire à un monde où les peuples, respectés dans leurs identités nationales, vivent en paix, dans l’égalité de rapports harmonieux parce qu’égaux.

 

« Le politique » doit retrouver sa place première, qui est la loi des peuples ; et « l’économique », procédé technique, doit s’inscrire au service de la République des citoyens du Monde ! Tel était le message de Jaurès qui donna sa vie pour la paix et le progrès social (Albert Richez).  

 

Je crois nécessaire que se rassemblent celles et ceux qui partagent cette problématique de la refondation de la gauche sur la base d’un projet cohérent rapprochant Europe et République. Nous y réfléchissons dans le cadre du MRC, en souhaitant être rejoints par d’autres, dans la perspective des échéances électorales nationales de 2012.  

 

Cet article est le 121ème paru sur ce blog dans la catégorie Gauche refondation 

 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 21:02

 

Plus proches et complémentaires qu’ils ne le pensent ?

 

Certains militants, républicains de gauche, ne comprennent pas ce qui sépare Jean-Pierre Chevènement de Jean-Luc Mélenchon. Ils souhaiteraient les voir s’associer dans la perspective de refonder la gauche. Pascal Basse est de ceux-là, j’ai pu le constater dans un échange que nous avons eu sur Facebook ce 22 avril.

Cela m’a rappelé que j’avais rédigé un texte à la demande de Christine Tasin, publié par Riposte Laïque le 15 mars (voir Chevènement et Mélenchon : les chemins différents de deux républicains).

 

Voici ce texte, daté du 12 mars 2010, dans lequel j’ai essayé de montrer, avec ma subjectivité, mais le plus honnêtement possible, ce qu’ont été les parcours des deux anciens ministres, actuellement présidents du Mouvement Républicain et Citoyen et du Parti de Gauche, tous les deux potentiellement candidats* à l’élection présidentielle en 2012.

 

Chevènement et Mélenchon

Les chemins différents de deux républicains, vus par Michel Sorin

 

L’évolution de Jean-Luc Mélenchon ne me surprend pas. Il ne faut, ni la diaboliser, ni l’occulter. Je le connais depuis les années 1980, au PS. C’était un brillant orateur et un bon organisateur de courant interne. Il venait du syndicalisme étudiant et du trotskisme lambertiste (Organisation communiste internationaliste) et se tenait au sein du mitterrandisme, mais en périphérie de celui-ci. Il est resté proche de Jospin et de Fabius.

 

Pour ma part, j’étais engagé depuis 1973 avec Chevènement au CERES (Centre d'études, de recherches et d'éducation socialiste), qui s’est transformé en « Socialisme et République » au moment où Mélenchon et Dray ont créé le courant « La Gauche socialiste ».

Il n’y avait pas d’atomes crochus entre les deux courants de gauche du PS, tous les deux opposés à la « 2ème gauche rocardienne », réticente vis-à-vis de l’Etat (tendance libérale).

 

La « Gauche socialiste » de Mélenchon était un courant de gauche classique, poussant les feux sur le plan social, sur le mode contestataire, dans un parti de type social-démocrate.

Autour de Chevènement, la préoccupation était plus liée au pouvoir d’Etat et à la transformation de la société par la loi et la gestion publique. Chevènement est un homme d’Etat recherchant l’efficacité et la cohérence dans l’exercice des responsabilités publiques (maire, parlementaire, ministre).

Mélenchon est d’abord un tribun cherchant à mobiliser les masses pour faire progresser la gauche. C’est pourquoi il est si proche de Chavez, président du Venezuela, et si éloigné des références gaulliennes, mendésistes et républicaines de Chevènement.

 

C’est sur l’Europe que les positions divergent le plus.

Le NON de Mélenchon, le 29 mai 2005, à la ratification du Traité constitutionnel européen, était d’abord antilibéral et en faveur d’un processus constituant européen, faisant de l’Union européenne une entité politique se substituant aux nations.

Le NON de Chevènement était d’abord républicain, se référant à la souveraineté populaire, avec en point de mire la réorientation de la construction européenne, fondée sur la coopération entre les nations.

 

A partir du référendum européen, leurs stratégies divergent nettement.

- Mélenchon veut rassembler la gauche de la gauche, afin de créer un rapport de forces électoral vis-à-vis du PS se traduisant, dès que possible, par une prise de contrôle (stratégie de Die Linke en Allemagne vis-à-vis du SPD).

MRC national 002- Chevènement veut amener le PS à une refondation de l’ensemble de la gauche de gouvernement sur des bases républicaines, en influant sur le projet politique à présenter en 2012 (stratégie de type congrès d’Epinay du PS en 1971).

 

 

Jean-Pierre Chevènement, lors de la réunion du secrétariat national MRC le 24 mars 2010

 

 

 

La stratégie de rassemblement de la gauche de la gauche correspond bien à la personnalité et aux objectifs, notamment européens, de Mélenchon. Cela le conduit à s’éloigner de la République et à se rapprocher de l’écologie, afin de convaincre les militants du NPA et des Verts de s’entendre pour devenir plus forts ensemble que le PS. Les dérapages sur la question de l’islamisme et de la laïcité s’expliquent par la nécessité de coller à l’électorat d’extrême gauche, plutôt communautariste.

 

La stratégie de refondation républicaine de la gauche conduit Chevènement à se rapprocher du PS pour amener sa direction sur les orientations européennes du MRC (remise en cause des institutions de Bruxelles et de la politique de concurrence, gouvernement économique de la zone euro, Europe à géométrie variable pour des politiques de coopération renforcée, politique commerciale protégeant notre modèle social).

 

Si je dois résumer ce qui peut expliquer l’incapacité de ces deux hommes à s’accorder (on a pu le constater en 2009 lors de la recherche d’un accord entre le Front de gauche et le MRC pour les élections européennes – le président du Parti de Gauche n’acceptait que le SMS comme moyen de liaison avec le président du MRC), c’est la conception du rôle de la Nation républicaine, clé de voûte de la démocratie aux yeux de Chevènement, y compris dans la politique européenne, pour laquelle des compromis d’organisation sont possibles, à condition de respecter la volonté des peuples (le Parlement européen ne peut jouer qu’un rôle mineur et il est largement sous l’influence des forces libérales).

 

Pour Mélenchon, le prolétariat ne peut se libérer au niveau national. Sa vue des rapports sociaux est mondialiste, les nations européennes ayant des Etats qui favorisent les tendances politiques conservatrices, de son point de vue. L’Europe est considérée comme le bon niveau pour renverser le rapport des forces en faveur du travail, par la conquête de la majorité du Parlement européen.

 

Les deux cherchent à promouvoir une République laïque et sociale mais, derrière les mots, il y a deux personnalités politiques que tout sépare.

 

Témoignage.

- J’ai le souvenir, après l’élection présidentielle de 2002, sur les ondes de France Inter, de déclarations fort maladroites de Mélenchon, appelant au dépassement de la conception républicaine de Chevènement, et ne craignant pas d’affirmer que celui-ci avait fait son temps. JL-M-lenchon-Laval-23-10-08.jpg

 

- Quand je l’ai rencontré, il y a deux ans à Laval, où il était venu soutenir le porteur de la pancarte « casse-toi, pôvre con », poursuivi en justice pour offense au chef de l’Etat, ses premiers mots étaient pour souligner son désaccord avec Chevènement.

 

  Jean-Luc Mélenchon, à Laval, le 23 octobre 2008

 

 

Il ne peut donc y avoir le moindre espoir de voir ces deux personnalités consentir à rapprocher leur point de vue. Du moins, en temps de paix…

 

* Voir Chevènement propose au MRC une stratégie présidentielle pour 2012 - 27 mars 2010 

Pour la gauche, la vraie question est celle de la reconquête du peuple - 9 avril 2010. 

 

Cet article est le 120ème paru sur ce blog dans la catégorie Gauche refondation

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 21:03

 

Tenir compte des erreurs passées pour gagner en 2012

 

La gauche doit gagner les élections nationales en 2012 et réussir ce qu’elle n’avait pu faire en 1981, donner une base sociale à sa politique après 2012 afin de convaincre les électeurs qu’elle est la meilleure pour défendre les intérêts du peuple français.

Dans les deux ans qui viennent, la tache historique de la gauche en France est celle-ci : proposer une stratégie gagnante pour gagner les élections et gouverner dans l’intérêt du peuple.  

La question préalable est la suivante : la gauche est-elle consciente de ses faiblesses et est-elle disposée à y remédier ?  

 

Gaël Brustier, qui était en 2004 un jeune secrétaire national MRC, et a publié en 2009 (Bourin Editeur) avec Jean-Philippe Huelin un livre au titre évocateur - voir Recherche peuple désespérément (Marianne2, 13 octobre 2009) et Recherche (le) peuple désespérément (ReSPUBLICA, entretien avec Bernard Teper, 31 octobre 2009) - rappelle qu’aux élections régionales, la gauche n’a pas reconquis les classes populaires (l’Humanité, 19 mars, extrait) :

Après ces élections régionales, le grand impensé de la gauche française demeure la nouvelle géographie sociale du pays. Les chiffres parlent et les faits sont têtus. La gauche n’a pas reconquis les classes populaires. 53,65 % des Français se sont détournés des urnes dimanche dernier. 20,2 millions de Français seulement se sont donc déplacés et, parmi eux, 750000 ont voté blanc ou nul. Seulement 44,63 % des Français ont donc émis un choix positif pour un parti ou un autre. Rappelons seulement qu’il y avait 36,7 millions d’électeurs au premier tour de la présidentielle de 2007… Pour la République, la volatilisation de 16,5 millions d’électeurs est un fait grave. Pour la gauche, la situation est extrêmement préoccupante. De victoires en trompe-l’œil en myopie historique, c’est la capacité des forces de gauche à peser durablement qui est posée. Au-delà des légitimes stratégies adoptées par chacune des familles de la gauche française, au-delà de la non moins légitime satisfaction du bon résultat relatif des uns et des autres, il importe de poser quelques questions fondamentales.

La gauche n’a donc pas reconquis les classes populaires. Si l’on tient compte de l’abstention, les forces de gauche ne progressent nullement, en particulier dans la France périphérique et majoritaire. La droite, en revanche, payant les conséquences d’une campagne confinant à l’incompréhensible, a été délaissée par ces mêmes classes populaires qui s’étaient tournées vers Nicolas Sarkozy en 2007. Les marges de l’aire urbaine parisienne sont ainsi marquées par un net reflux de la participation civique, bien supérieur au recul enregistré dans les villes centres. Une fois de plus, la France périphérique, majoritaire, celle des classes populaires, des ouvriers et des employés, s’est massivement détournée du vote (…).

Le quotidien Les Echos (7 avril) semble effrayé par le volontarisme industriel du PS. Mais les divergences internes sont immenses, notamment sur la remise en cause du libre-échange.

 

Le Parti socialiste a mis en ligne hier 13 contributions devant servir de « matrice » à son projet pour la prochaine présidentielle. Ses dirigeants devaient en débattre lors d'un bureau national dans la soirée. Les socialistes défendent une politique industrielle très volontariste.

(…) Les socialistes préconisent de «  replacer l'industrie au coeur des préoccupations de la puissance publique  ». Pour ce faire, la France doit se doter d'un «  pôle public d'investissement industriel  » (coordonnant l'ensemble des structures financières publiques), mettre les PME-PMI au centre de la politique industrielle, «  réorienter le financement privé et l'épargne vers le long terme » (grâce à la création d'un « livret d'épargne industrie » qui fusionnerait le livret de développement durable et le livret d'épargne populaire), et encourager l'innovation et la recherche (notamment en recentrant le crédit impôt recherche sur les PME).

(...) Le rapport s'achève par la suggestion d'instaurer des «  écluses sociales et environnementales pour rétablir les conditions d'un juste échange  » entre l'Europe, le seul continent «  libre-échangiste  » et les autres blocs, selon eux, tous protectionnistes. Sur ce point, le texte se garde bien de trancher : en effet, les options sont radicalement différentes entre les différents courants du PS.

Calendrier PS

20 avril : remise du texte de synthèse des travaux des 13 groupes de travail.
29 mai : convention nationale sur « le nouveau modèle de développement » et vote des militants.
3 juillet : convention nationale sur « la rénovation du parti ».
9 octobre : convention nationale sur la politique internationale.
11 décembre : convention nationale sur « l
'égalité réelle ».
Eté 2011 : primaires ouvertes pour désigner le candidat à la présidentielle.

 

Le quotidien Le Monde (9 avril) constate que Jean-Luc Mélenchon bouscule ses alliés du Front de gauche et pousse ses pions pour 2012

Pour lui, le Front de gauche doit franchir une deuxième étape. "On a fait nos preuves comme cartel d'organisations mais cela ne peut plus durer comme ça", explique le député européen. Il veut discuter d'un projet et d'un commandement commun pour la présidentielle, dit-il. Et tout ça dans un "paquet" qu'il propose à ses amis communistes, afin de présenter ensemble des candidats aux cantonales, aux législatives et un seul à la présidentielle. "Je ne veux plus un truc de petits pas", prévient-il (…).  

 

Dans le journal en ligne ReSPUBLICA (Bernard Teper, 8 avril), on lit le point de vue suivant (extrait) :

(…) Côté PCF, la crise n’en finit plus et entre dans une nouvelle phase :

- le PCF n’a réussi à conserver par la stratégie du Front de gauche qu’un gros tiers des élus des dernières élections régionales. La trentaine d’élus supplémentaires ont été dès le premier tour sur la liste du PS et est tiraillée entre le fait de rester au PCF ou de rejoindre d’une façon ou d’une autre la stratégie de Robert Hue (ancien secrétaire général du PCF) et de son MUP visant à rejoindre le PRG et le MRC, comme soutien dès le premier tour à la direction du PS.

- ses deux présidences départementales (03,94) sont en difficulté pour 2011.

- le courant rénovateur communautariste, antilaïque et antirépublicain (Braouzec, Martelli, Zarka, etc.) qui s’était organisé avec la stratégie du « un pied dedans, un pied dehors » du PCF vient définitivement de quitter le parti avec des grands élus maires et députés pour rejoindre la Fédération pour une alternative, sociale et écologique (FASE) dans laquelle ils étaient déjà présents.

- les communistes orthodoxes qui se renforcent, eu égard au départ des précédents, emmenés par le député André Gérin pilonnent semaine après semaine la stratégie du Front de gauche en imputant à la direction actuelle du PCF et à son instigatrice Marie-George Buffet de vouloir « vendre la maison » à Jean-Luc Mélenchon et au Parti de gauche.

Le PG estime que le Front de gauche est enfin bien installé et que la possibilité que ce soit Jean-Luc Mélenchon qui soit le candidat de toute « l’Autre gauche » suffit pour nourrir un espoir pour la colonne vertébrale de l’organisation (…).

Jean-Luc Mélenchon a marqué deux points importants :

- lorsqu’il a décidé d’aller soutenir au deuxième tour la liste de l’Autre gauche dans le Limousin, vu que la liste PS-EE a été sanctionnée de ne pas avoir voulu l’union

- lorsqu’il impose la non-participation aux exécutifs régionaux qui s’apprêtent à refaire la même politique qu’hier défavorable aux couches populaires (ouvriers, employés).

Par ailleurs, Jean-Luc Mélenchon continue à vouloir renforcer son organisation en incorporant de nouveaux groupes de gauche et d’extrême gauche au sein du PG par une sorte de « dictature de la tactique » sans se poser la question « des déficits politico-stratégiques de la gauche du non ». On a vu par exemple, le changement symbolique du logo du PG réalisé pour incorporer le petit groupe Billard : incorporation du vert, instauration d’un triptyque posant l’écologie avant la république. Cette « tactique » ne lui a pas permis, par exemple, de récupérer électoralement les couches populaires perdues par le NPA qui se sont tournées vers l’abstention (…).

A noter que Bernard Teper, dans ce texte, classe le MRC, avec le PRG et le MUP de Robert Hue, parmi les soutiens inconditionnels du PS au premier tour de l’élection présidentielle. La décision du Conseil national MRC du 28 mars ne va pas en ce sens puisque, dans l’état actuel des positions du PS, le principe d’un candidat MRC au premier tour de l’élection présidentielle a été retenu (voir Chevènement (MRC), mécontent, écrit à Aubry (PS) : priorité au projet - 30 mars 2010).

Concernant l’évolution de Jean-Luc Mélenchon, j’ai rédigé un point de vue Chevènement et Mélenchon : les chemins différents de deux républicains (Riposte Laïque, 15 mars) qui a été également publié sur le site de L’esprit républicain (voir Chevènement et Mélenchon).

 

En fait, rien n’est joué pour la gauche en 2012. Le PS en est au stade des contributions sur la route qui mène au projet. Cette fois-ci, il ne peut plus biaiser, il lui faut décider, quitte à se diviser entre libéraux et républicains. C’est alors que le programme de salut public du MRC sera utile (voir Chevènement propose au MRC une stratégie présidentielle pour 2012 - 27 mars 2010).

 

 Cet article est le 119ème paru sur ce blog dans la catégorie Gauche refondation  

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 23:38

 

Primaires* ou pas, le duel Aubry-Royal se prépare

 

Sans attendre le scrutin régional des 14 et 21 mars, l’effervescence de la préparation de l’élection présidentielle est perceptible au PS.

 

Mercredi matin, sur France Inter, répondant à une question qui ne lui était pas posée, « Laurent Fabius s’est clairement exprimé en faveur de l’émergence d’un candidat unique estampillé PS lors des primaires qui départageront les candidats de gauche pour désigner celui qui ira se frotter à Nicolas Sarkozy en 2012.  C’est donc un scénario du type accord entre les trois poids lourds socialistes qui semble tenir la corde rue de Solferino, de sorte que « vous n'aurez pas, dans les primaires, Dominique Strauss-Kahn, Martine Aubry et Laurent Fabius.» 


Faut-il voir là le retour du fameux TSS, le « Tout sauf Ségolène », comme lors du congrès Reims ? En tout cas, pour les formations alliées du PS qui sont invitées à participer au processus de désignation du candidat de la gauche, ça sent le traquenard à plein nez : ils devront non pas affronter une multitude de candidats socialistes mais peut-être donc un seul cacique derrière lequel sera rangé tout le parti et ses militants. Quel sera alors leur rôle face à ce rouleau compresseur solférinien ? Servir de faire-valoir au candidat estampillé PS ? Lui permettre de sortir grandi de cette bataille avant la guerre présidentielle ? PCF et PG, par exemple, n
'étaient déjà pas très enthousiastes à l'idée de participer à cette primaire, Laurent Fabius vient sans doute de leur assener un coup de grâce...

 

Lire cet article, signé Emmanuel Lévy, paru sur le site Marianne2 le 17 février, sous le titre Fabius confirme: il n'y aura qu'un seul candidat PS aux primaires.

 

Sur « le blog de soutien à la vision politique d'avenir de Ségolène Royal pour 2012 », Fraternité Royal, les réactions sont vives. Voir Faut-il quitter le parti socialiste? - 19 février 2010.

 

La dernière sortie médiatique de Fabius a achevé de convaincre que tout sera fait et mis en place pour faire barrage à cet espoir qui se léve. Un espoir qui s'est levé depuis 2006 pour montrer la possibilité d'un nouveau chemin pour le parti socialiste. Un chemin plus démocratique, plus socialiste, plus écologiste. Un espoir qui porte un nom: Royal. Fallait l'inventer à cet instant de l'histoire socialiste. Un espoir qui sera violemment combattu jusqu'au bout par ce parti solferinesque on le sait maintenant avec certitude.
On voudrait nous faire croire que les figures vivant dans le passé incarneraient l
'espoir de ce XXI ème siècle. On voudrait nous faire croire que ce même socialisme libéral ayant lamentablement échoué en 2002 sera à même de construire un projet plus humain pour le pays. Comment faire confiance à des politiques qui, une fois au pouvoir, ont déjà montré dans le passé combien ils faisaient une politique soumise aux puissants et donc incapable d'incarner un espoir de changement profond dans notre société (…).

 

Faut-il quitter le parti socialiste ?

C’est une question qui se pose avec de plus en plus d'acuité pour nombre de militants socialistes écœurés par la déliquescence de leur parti. Chaque jour ils constatent un peu plus combien ils sont méprisés par cette direction solferinesque et combien celle-ci ne changera pas. D'ailleurs depuis son intronisation à Reims rien n'a changé sinon en pire. Lors du dernier vote militant on nous a dépossédé du droit d'élire notre premier secrétaire au suffrage direct, ainsi que notre volonté […]

 

Des primaires* à l’avenir problématique… G-rard-Beillard-et-Michel-Sorin-balcon-29-04-09-010.jpg

 

Primaires : c’est le processus adopté par le PS pour aboutir à la désignation de son candidat (celui du PS et des partis de gauche associés à ce processus) à l’élection présidentielle en 2012.

Une première réunion a eu lieu en janvier, animée par Arnaud Montebourg, en présence des représentants des diverses sensibilités du PS, ainsi que du PRG et du MRC. A noter que la présence du MRC à cette réunion signifie qu’il s’inscrit dans la phase de préparation, sans préjuger de sa participation définitive.


En fait,
il est permis de douter de la crédibilité de l’organisation de ces primaires, au vu des positions antagonistes exprimées ci-dessus (Fabius, d’un côté, Royal de l’autre).

La décision de Martine Aubry de se désolidariser de la liste de Georges Frêche, pourtant votée par les adhérents du PS, aux élections régionales en Languedoc-Roussillon, puis l’exclusion, de fait, des socialistes restés sur cette liste, peuvent illustrer sa volonté d’affaiblir Ségolène Royal, cette région étant une des places fortes de celle-ci.

La déclaration de Laurent Fabius sur l’antenne de France Inter signifie que la direction actuelle du PS ne présentera qu’un candidat aux primaires et tout porte à croire qu’il s’agit de Martine Aubry.

C’est une façon de pousser Ségolène Royal à choisir entre le PS et ses primaires, et une candidature en dehors du PS.

La réaction très vive de la rédaction de Fraternité Royal pourrait laisser entendre que le choix vient d’être fait et sera rendu public après le 21 mars : ce sera le choix de la liberté. Comme en 1995, entre Chirac et Balladur, l’arbitrage entre Martine Aubry et Ségolène Royal sera fait par les Français, au premier tour de l’élection présidentielle. On prend les paris ?

Faut-il y voir un signe ?... Sur le site Désirs d'avenir, le 18 février, « l'Equipe de Ségolène Royal » a publié un article élogieux sur  le très intéressant colloque intitulé « Que sont devenues les couches populaires ? », organisé par la Fondation Res Publica, présidée par Jean-Pierre Chevènement, sénateur et ancien ministre. Voir Colloque : « Que sont devenues les couches populaires? ».

Et faut-il voir un mini signe dans la décision in extremis d’accorder une place éligible au MRC en Charente ? Voir Régionales : l'accord PS-MRC appliqué diversement selon les régions - 14 février 2010    

 


En tout cas Le Monde Magazine, daté du 20 février, a cru bon de réserver quatre pages à la candidate 2007 à l’élection présidentielle. Extraits de ce reportage réalisé par Jean-Michel Normand en Poitou-Charentes, sous le titre « Mais où est donc passée Ségolène ? »

 

(…) Ségolène Royal serait-elle devenue une cause désespérée ? Les apparences ne jouent certes pas en sa faveur mais l'ex-candidate conserve un réel impact dans l'opinion et – cela n'est plus à démontrer – une capacité de nuisance inégalée. Voilà pourquoi les dirigeants socialistes, même s'ils se gaussent, restent sur leurs gardes. Curieusement, pas un ne se hasarde à parler d'elle au passé. Tous conservent en mémoire l'énergie avec laquelle elle a remonté la pente – pour échouer d'extrême justesse, et dans des conditions restées troubles – dans sa tentative de conquérir le parti, fin 2008, face à Martine Aubry. Leur grande peur ? Que Ségolène se présente en 2012 quoi qu'il arrive (…).

" Le problème va bien au-delà du parti. En vérité, Ségolène Royal entretient un rapport parfaitement allergique avec toute organisation collective structurée, considère Pouria Amirshahi, proche de l'aile gauche du PS, patron de la fédération de Charente et membre de la direction nationale socialiste. Je suis toujours surpris par le fait qu'elle prend généralement ses décisions au dernier moment et respecte rarement son agenda. Il y a chez elle un curieux mélange de dame patronnesse dans ses manières d'être et d'anticonformisme, voire de tête brûlée, dans ses façons de faire. " (…)

" Au Parti socialiste, je peux compter sur beaucoup plus de gens qui me sont fidèles que vous ne le croyez. Jean-Louis Bianco, qui fut secrétaire général de l'Elysée sous François Mitterrand, ou de jeunes élus comme Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres, ou Guillaume Garot, le député-maire de Laval. Je ne suis pas sûre que Martine Aubry en ait autant ", objecte Ségolène Royal dans la voiture qui la ramène vers Poitiers.

Tout en contemplant la campagne charentaise à travers la vitre, elle éreinte d'une voix égale, presque neutre, ces hiérarques du PS auxquels elle dit " ne rien devoir, moins que rien ". "Des gens dont certains ne savent même plus pourquoi ils sont socialistes. " L'instant suivant, elle part dans un franc fou rire en assurant que, oui, ses adversaires ont raison de penser qu'elle est " capable de tout ". On se hasarde à poser la question qui, précisément, les taraude. Pourrait-elle concourir en 2012 contre le ou la candidate investi(e) par le PS ? " Je ne me laisserai pas marcher dessus, prévient-elle après un instant de réflexion. Si les primaires ne sont pas correctes, s'il y a de la triche, je reprendrai ma liberté. Il pourrait y avoir des recompositions… " D'ici là, comment compte-t-elle rebondir après les régionales ? Ségolène Royal sait botter en touche. " On verra bien. Les choses finiront par se cristalliser. " Et puis, elle lance, regardant de nouveau dans le lointain : " Il n'y a pas de politique sans événements fracassants. " Tremblez, ténors socialistes !

Pour bien comprendre l’histoire du PS, il est utile de lire l’article de Michel Noblecourt dans Le Monde daté du 24 janvier 2010 : La lente mort des courants du Parti socialiste

Cet article est le 118ème paru sur ce blog dans la catégorie Gauche refondation

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 22:41

 

La Fête de l’Humanité, creuset d’une nouvelle gauche ?

 

La gauche revient en 2009, Année Jaures, parce qu’elle est tombée trop bas et doit impérativement se relever pour gagner en 2012 et reprendre en mains la République.

 

Jean Jaurès est une référence pour les partis de gauche : le PCF (Jaurès fut le fondateur de l’Humanité en 1904), le PS (Jaurès fut le rassembleur des socialistes en 1905), le PRG (Jaurès a écrit 1500 articles dans La Dépêche du Midi, le journal préféré du président Baylet), le MRC (Jaurès, à la croisée de la République et du socialisme, est la référence pour Jean-Pierre Chevènement).

 

En clôture de la Fête de l’humanité, ce 13 septembre 2009, Patrick Le Hyaric s’est référé à Jaurès :

(…) Rester fidèle à l’œuvre de Jean Jaurès, c’est aussi, et peut être surtout, œuvrer sans relâche au rassemblement du monde du travail et de la culture, au rassemblement des forces sociales et des forces politiques de gauche et écologiste. Ce n’est pas au moment où Sarkozy élargit sa majorité sur sa droite et sur sa gauche qu’il faut diviser son propre camp en lorgnant sur une partie de la droite, rebaptisée centre.

La pluralité de la gauche devient une richesse quand elle vise à mieux prendre en compte les aspirations populaires. Elle est un obstacle quand elle les lamine.

Notre pays a besoin de confrontations honnêtes sur les réponses les plus efficaces aux difficultés que rencontre sa population. Elle a besoin que ces confrontations bénéficient de l’apport des premiers intéressés, femmes, hommes, jeunes, organisations sociales qui veulent donner durablement un sens progressiste à la vie du plus grand nombre et au devenir de la société (…).

Son discours (voir sur le site de l’Humanité "Chers amis, quel bonheur…") commence ainsi :

Il faut maintenant trouver un chemin pour changer radicalement de société et de monde. Cela nous oblige. Cela oblige à rechercher du neuf, à proposer un projet tout à fait nouveau. Voilà le grand enjeu de l’heure. Voilà l’œuvre historique à laquelle nous devons nous atteler toutes et tous ensemble (…).

Au-delà des aspects tactiques, il semble bien que les lignes ont bougé entre le PS et le PCF, ce 13 septembre, si j’en juge par les échanges entre Marie-George Buffet et Martine Aubry.

 

Voir les articles parus ce jour sur les sites

-          du Nouvel Observateur Buffet propose un Front de gauche "élargi")

-          du Monde "Le rassemblement de la gauche", priorité de Martine Aubry

-          de Libération Alliances à gauche: la fête de l'Huma réveille le débat

 

Ce rapprochement du PCF avec le PS est dicté par la proximité des élections régionales et crédibilisé par l’évolution du PS (voir, sur ce blog Université d'été PS 2009 à La Rochelle : les bases de la refondation - 30 août 2009).

 

Il n’en reste pas moins évident que tout reste à faire dans l’élaboration d’un projet permettant le rassemblement et la mobilisation de la gauche (voir, sur ce blog Recomposition de la gauche : la voie Chevènement, la seule réaliste - 4 septembre 2009).


Cet article est le 117ème paru sur ce blog dans la catégorie

Gauche refondation







Partager cet article
Repost0