Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 22:42

Les retraites réelles seront-elles au niveau prévu ?

 

Les Publications Agora communiquent des informations gratuitement. J’ai retenu, le 30 juillet, deux articles qui concernent l’avenir du financement des retraites.

 

-          D’abord, aux USA, la faillite de la Ville de Detroit amène à poser la question du financement des retraites de la fonction publique dans ce pays.

Voir La faillite de la ville de Détroit aux États-Unis : triomphe et déclin (Les Echos, Sylvain Fontan, 31 juillet 2013). Berceau de l'automobile, Détroit est maintenant la plus grande ville des États-Unis à s'être déclarée en banqueroute. La chute de la population, le déclin de l'industrie automobile, la mauvaise gestion financière de la ville et l'érosion de la base fiscale (moins d'activités à taxer) depuis un demi-siècle ont débouché sur une dette cumulée de 18,5 milliards de dollars, soit environ 14 milliards d'euros.

(…) La dette de Détroit est détenue par un grand nombre de créanciers. En effet, près de 100 000 créanciers détiennent de la dette de cette ville. Parmi eux, un grand nombre sont de simples citoyens (de façon individuelle ou au travers des fonds de pension) qui envisageaient le placement dans les obligations émises par cette ville comme un placement sûr, leur permettant d'envisager la retraite de façon sereine. Si d'aventure, les dettes devaient ne pas être remboursées, ce serait un nombre important de personnes qui perdraient tout ou partie de leurs économies. À cela, il convient d'ajouter les retraités de la fonction publique municipale de Détroit dont les pensions de retraite ne sont plus assurées d'être versées, faisant alors courir un risque dit de "second tour" (dont il n'est pas pour le moment directement question, mais dont la probabilité de réalisation serait élevée le cas échéant). Dès lors, il apparaît qu'un problème de finances locales pourrait se transformer en problème financier national.

 

Voir aussi De la Chine aux Etats-Unis, le problème des retraites est aigu (Philippe Béchade, La Chronique Agora, 30 juillet 2013).

 

 -          Le vieillissement de la population, un défi en Chine… et ailleurs
Cela commence par exemple par l’octroi d’une retraite pour des centaines de millions de Chinois qui vont cesser leur activité d’ici 2023. Le vieillissement de la population constitue un défi majeur… si en plus les anciens sombrent dans la pauvreté, le pays pourrait rentrer irrémédiablement en récession comme ce fut le cas au Japon il y a 25 ans.

 

Le même fléau menace les Etats-Unis. Lorsque les médias évoquent la faillite de Detroit ou la crise financière qui frappe des métropoles comme Chicago, Baltimore ou Los Angeles, ils ne décrivent que la partie émergée de l’iceberg de la crise des retraites qui va secouer les Etats-Unis d’ici 20 ans. A l’heure actuelle, plus de 10 000 baby-boomers atteignent l’âge de 65 ans chaque jour — et cela va continuer à se produire quotidiennement au cours des 20 prochaines années. Le nombre de personnes âgées (65 ans et plus) devrait plus que doubler d’ici 2050 aux Etats-Unis. Ce qui se passe à Detroit (plus assez d’actifs pour financer les pensionnés d’une commune, d’une grande ville, d’un état) est l’exemple précurseur de ce qui va bientôt se produire partout dans le pays — où la “sous-capitalisation des retraites” est la règle (une formule polie pour désigner le défaut pur et simple de financement). Si Detroit n’est pas renfloué, les ex-fonctionnaires de cette municipalité ne vont obtenir que 10 cents environ pour chaque dollar qu’ils ont épargné.

 

Des chiffres à donner le vertige
Un professeur d’université du nom de John Rauh a calculé que le montant total de l’épargne par capitalisation et des dépenses de santé pour les seuls fonctionnaires retraités que l’Etat et les collectivités locales ont accumulé s’élève à 4 400 milliards de dollars. En rajoutant la Sécurité sociale et Medicare pour l’ensemble du secteur public et privé, le gouvernement américain est confronté à un total de 222 milliers de milliards de dollars de dettes non-provisionnées.

Ce chiffre - qui représente quatre fois le PIB planétaire annuel - vous apparaît extravagant ? Il suffit de savoir que le nombre d’Américains percevant des prestations de la Sécurité sociale devrait croître de près de 56 millions aujourd’hui à 93 millions en 2035, soit +66%. Faites-les bénéficier des mêmes montants que ceux versés actuellement aux nouveaux retraités en projetant sur les 15 prochaines années l’envol des coûts de prise en charge des personne âgées ces 15 dernières années… et le déficit de financement donne immédiatement le vertige.

“Heureusement”, l’Etat américain n’a pas le monopole de l’imprévoyance. En effet, 26% de tous les Américains de la tranche d’âge allant de 46 à 64 ans n’ont pas d’épargne personnelle. Un total de 46% des travailleurs américains ont moins de 10 000 $ d’épargne retraite. Pas moins de 60% déclarent que le total de leurs économies et investissements est inférieur à 25 000 $. Enfin, ils sont 75% à détenir moins de 40 000 $ de patrimoine financier (dont les actions représentent moins de 50% en moyenne).

Comme nous le rappelons régulièrement, est-ce que ces 75% d’épargnants sous la barre des 40 000 $ (il s’agit d’une référence majeure puisque ce montant correspond à un salaire moyen aux Etats-Unis) se sentent suffisamment enrichis par une hausse de 18% de Wall Street cette année pour envisager un gros achat d’ici fin 2013… puis se mettre à dépenser à qui mieux-mieux au cours des prochaines années ?

Que se passera-t-il si les retraites légales (hors effort d’épargne personnel) sont inférieures de 50% au montant que les allocataires avaient prévu de toucher (et non pas -90% comme dans le cas extrême de Detroit) ? Non, la question est mal posée : que vont-ils faire sachant que les retraites d’ici 10 ans maximum seront au mieux égales à 50% du montant prévu ?

 

-          Ensuite, en France, il existe une catégorie de dettes publiques, qualifiées d’incertaines et classées hors bilan, parmi lesquelles les engagements de  l’Etat pour les retraites des fonctionnaires.

 

Voir Dette publique : et si les retraites n'étaient pas payées en France ... (Isabelle Mouilleseaux, Chronique Agora, 30 juillet 2013)

 

C'est actuellement la question que se posent les 20 000 anciens employés du service public de la ville de Detroit qui vient de se déclarer en faillite. Ils craignent de voir leurs pensions amputées, et ils ont raison. L'expert mandaté par l'Etat du Michigan pour gérer le délicat cas de Detroit vient d'ores et déjà d'annoncer que les retraites devront être réduites tôt ou tard.

Ceci pourrait-il nous arriver en France ? Chose promise est-elle chose due ? Ou une promesse n'est-elle finalement que du vent, le vent pouvant tourner ? Pour ma part, et surtout venant de l'Etat, je préfère "un tiens à deux tu l'auras".

 

Ce que l'on crée réellement et ce que l'on promet : état des lieux
- 2 040 milliards d'euros, c'est la "richesse" créée chaque année par la France.
Je me permets de mettre des guillemets, car curieusement, les dépenses publiques de l'Etat (57% du PIB) entrent dans le calcul du PIB, ce qui m'a toujours paru être une aberration. En effet, une dépense n'est pas une création de richesse puisque sa contrepartie (sa source) est la ponction fiscale ou le recours à l'endettement (la dette publique). Seul ce qui est
effectivement créé et produit est source de vraie richesse. Principal pourvoyeur : les entreprises (43% du PIB seulement). 1 900 milliards d'euros. Ca, c'est ce que nous devons collectivement. C'est le montant de notre dette publique accumulée depuis 40 ans. 92% du PIB et plus du double de la création de richesse vraie, réelle, celle des entreprises. Cette dette croit au rythme de 320 millions d'euros par jour ; la charge de la dette pèse pour 46 milliards dans notre budget. 46 milliards d'euros... c'est plus que les recettes fiscales annuelles collectées au titre de l'impôt sur les sociétés... (…)-

Ajoutons à ces 1 900 milliards quelque 3 090 milliards d'euros supplémentaires. A ce stade, le compteur taquine tout de même les 5 000 milliards... Soit 245% du PIB, quasiment six fois la vraie richesse annuelle créée par nos entreprises. On ne joue plus en catégorie poids plumes...

3 000 milliards d'euros de dette supplémentaire : de quoi parle-t-on ?
Du
très discret hors bilan. Vous savez, ces dettes qu'on ne comptabilise pas dans le bilan parce que qualifiées d'"incertaines"... On y trouve notamment les garanties données par la France au MES pour "sauver l'euro" (187 milliards d'euros), ou encore les engagements de retraite de l'Etat au titre des fonctionnaires (1 679 milliards).

Ce qui est frappant, c'est la trajectoire de cette dette : elle a doublé en cinq ans, et triplé depuis 2005 (le rapport Pébereau chiffrait il y a huit ans les engagements hors bilan à 1 000 milliards d'euros). Curieusement, il n'existe aucune règle internationale (ni européenne) pour définir ce qui relève du bilan et du hors-bilan. Ainsi, les Anglo-Saxons mettent les engagements de retraite des fonctionnaires dans le bilan (ils sont compris dans la dette), contrairement à nous.

 

Il sera intéressant de voir ce qui va se passer avec les retraites des fonctionnaires de la ville de Detroit, soi-disant garanties par la Constitution de l'état du Michigan. Seront-elles effectivement payées ? Ou les fonctionnaires verront-ils leur retraite partir partiellement en fumée comme ce fut le cas pour les ex-salariés de General Motors en 2008 ? En attendant, votre perspicacité vous pousse à vous demander pourquoi les retraites futures à payer aux fonctionnaires sont cataloguées "incertaines" puisque classées en hors-bilan...

 

Se pourrait-il que l'Etat ne verse pas les retraites promises ?
Il semblerait que ce soit possible. En effet, ces engagements ne sont pas contractuels ; et encore moins garantis par la Constitution. Ce droit à la retraite est purement statutaire et ce statut peut évoluer à tout moment. Une "simple" réforme du statut de la fonction publique permettrait ainsi de revoir à la baisse, ou à la hausse tout l'édifice.

 

Rappel : Conférence sociale : les réactions prudentes des syndicats de salariés - 22 juin 2013 et Retraite en France - Wikipédia

 

Cet article est le 50ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Partager cet article
Repost0
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 21:43

La question des retraites est la plus conflictuelle

 

La grande conférence sociale 2013 avait lieu les 20 et 21 juin à Paris. Les organisations syndicales étaient sur la défensive, le climat social s’étant alourdi depuis la précédente en 2012.

Conférence sociale : le discours de Hollande ne fait pas l'unanimité (Le Monde, 20 juin 2013)

Les syndicats déçus par la conférence sociale (Le Monde, 21 juin 2013)

Le gouvernement fait le bilan de la conférence sociale en publiant une « feuille de route sociale » (La Tribune, 22 juin 2013)

 

Le point de vue du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) par Thierry Rochefort, délégué national au travail - 21 juin 2013 : L’enjeu de la conférence sociale: valoriser le travail comme levier du redressement productif

 

L’un des points d’achoppement : Assurer l’avenir des retraites et de notre protection sociale

Rapport Moreau : pourquoi taxer les retraités n'est plus tabou (Le Monde, 19 juin 2013)

Pour le Medef, le rapport Moreau sur les retraites a tout faux (La Tribune, 18 juin 2013)

           

Le point de vue du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) par Patrick Quinqueton, secrétaire national au projet et aux prises de position, et Jeanne Chevalier, secrétaire nationale à la protection sociale - 20 juin 2013 : La réforme des retraites ne peut réussir qu’en restaurant la confiance et la justice

 

Le rapport remis par Yannick Moreau au Premier ministre explore un certain nombre de pistes de réforme des retraites. Pour le MRC, c’est la capacité de restaurer la justice et la confiance, dans le système de retraite mais aussi dans les capacités de notre pays à construire son avenir, qui doit être le baromètre. Les jeunes et les actifs doivent avoir confiance dans la capacité des régimes de retraite à leur assurer des pensions d’un niveau significatif et en rapport avec leurs cotisations. Les retraités ont droit par leur pension de retraite à un niveau de vie décent en rapport avec leurs cotisations, dans une exigence de justice.

Confiance et justice : ce sont les deux conditions d’une réforme des retraites.

Mais la confiance et la justice sont des perceptions globales : elles dépendent du redressement industriel du pays et du retour au plein emploi. Et elles dépendent d’un rééquilibrage au niveau européen des revenus du travail par rapport aux revenus du capital. Nous en sommes loin, même si quelques efforts ont été faits avec le pacte de compétitivité et la loi de sécurisation de l’emploi. Le niveau élevé de l’euro continue d’obérer les conditions de ce redressement.
Le rapport Moreau explore un certain nombre de pistes, mais il ne traite pas (ce n’était d’ailleurs pas ce qui lui était demandé) des moyens du redressement économique du pays.
A court terme, il est possible d’approuver certaines des mesures de justice envisagées, comme l’égalité fiscale entre retraités et actifs. Mais nous critiquons les mesures qui sapent la confiance dans le régime, comme des modes variables de désindexation des pensions.

 

Il convient également, dans une optique de justice, de mesurer l’impact d’un allongement de la durée des cotisations sur le niveau des pensions. On ne saurait, au nom de la sauvegarde de notre système de retraites par répartition, appliquer la double peine d’une carrière morcelée et d’une fin de vie précaire aux travailleurs – et notamment aux nombreuses femmes – ayant connu des périodes de chômage ou d’inactivité. De même l’objectif de rapprochement des régimes du public et du privé ne doit pas donner le sentiment d’un dénigrement des fonctionnaires et, une fois de plus, d’un affaiblissement de la puissance publique. Le régime retenu pour les travaux pénibles doit, de plus, être revu, car il est un des éléments de la justice et de la confiance. Enfin, l’ampleur du chômage des jeunes depuis 30 ans doit conduire à améliorer les conditions d’acquisition des droits à retraite en début de carrière.

Nous apprécierons les mesures prises à l’aune de la confiance retrouvée dans le système par les jeunes, les actifs et les retraités. Ces mesures doivent être justes et elles doivent s’inscrire dans une politique globale de croissance et de redressement industriel de notre pays.

 

Rappel : François Hollande impose une réforme des retraites, non sans risques - 29 mai 2013 

 

Cet article est le 49ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Partager cet article
Repost0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 20:40

Loin du programme du Conseil national de la Résistance 

 

Nous étions prévenus. Voir Retraites : le sous-emploi conduit à de nouvelles et difficiles décisions - 9 mars 2013. Mais le pouvoir exécutif semble avoir décidé de s’engager sans tarder dans une nouvelle réforme des retraites, sous la pression de la Commission européenne et des marchés financiers, face à un déficit plus élevé que prévu des comptes sociaux. 6

Certes, François Hollande a tenu à préciser que c’est à Paris que se prennent ces décisions, pas à Bruxelles. Voir Hollande : Bruxelles "n'a pas à nous dicter ce que nous avons à faire" (Le Monde, 29 mai 2013).

 

Mais, au moment de commémorer les 70 ans du CNR : Daniel Cordier et le téléfilm au coeur de la Résistance - 28 mai 2013, celles et ceux qui ont lutté en 2010 contre la réforme Sarkozy se demandent aujourd’hui : Que reste t-il du programme du Conseil national de la résistance ? (La Tribune, Jean-Christophe Chanut, 27 mai 2013).

 

C’est le cas des militants de REsistance SOciale qui font part de leurs réflexions dans ce communiqué (27 mai 2013) :

 

Alerte, réforme des retraites !

Lors de sa conférence de presse du 16 mai, le Président de la République a donné les axes et le calendrier d’une nouvelle réforme des retraites :

- « Déficit… prévu à 20 Md€ en 2020… Je refuse… » On est dans la séquence habituelle : campagne médiatique, « trou », rapports, réforme.

- Retraites désindexées de l’inflation, comme l’AGIRC et l’ARRCO, pour lesquels « les partenaires sociaux ont pris leurs responsabilités » (pas tous en réalité) en acceptant pour les 3 prochaines années une revalorisation de 1 point inférieure à l’inflation.

Après la taxe, l’augmentation de la CSG des retraités est souvent évoquée… au nom de la justice.

- Nouvel allongement de la durée de cotisation pour le taux plein : « dès lors que l’on vit plus longtemps,…on devra travailler aussi un peu plus longtemps. »

- Menace sur les régimes de fonctionnaires, les régimes spéciaux, au nom de la lutte contre les « inégalités » : « Inégalités entre régimes, inégalités aussi qui frappent les femmes ou ceux qui ont des carrières incomplètes… ». Ces régimes (Programme National de Réforme soumis à Bruxelles) sont « éclatés » et « complexes ». Est-ce un ballon d’essai pour une réforme « systémique », à points, chère à certaines organisations ?

Noter que baisser les retraites ouvre automatiquement la voie à la capitalisation

« Concertation », qui ressemble à un passage en force, pour ce projet de réforme déjà bien balisé : « Elle s’ouvrira dès la Conférence sociale du mois de juin et se poursuivra jusqu’à la fin de l’été ». Une procédure encore plus accélérée que l’ANI se profile.

Le contexte est inquiétant : « Règle d’or », Pacte pour l’euro plus, TSCG, semestre européen…

Le délai de 2 ans « consenti » par la Commission européenne pour parvenir aux 3 % de déficit (qui implique des coupes massives sur les services publics et la Sécu) doit s’accompagner d’une nouvelle réforme du marché du travail, la réforme des retraites, une plus grande libéralisation des services et des biens (entre autres SNCF, EDF-GDF).

La « compétitivité » devrait être rétablie par la baisse des salaires et des cotisations sociales patronales (l’ANI ne suffit déjà plus). Ça prive la Sécurité sociale de ressources, creuse encore plus le « déficit ». Il faudrait faire l’inverse.

Livre blanc retraites de l’UE : « Les réformes de la sécurité sociale … ont bien progressé dans plusieurs pays, dernièrement en République tchèque, en Grèce, en Espagne et en Italie… »

Une énorme pression est exercée par les « marchés », le patronat, la droite, la troïka…

Au-delà d’analyses et propositions qui peuvent être différentes, nous appelons :

- à résister à une réforme qui, comme les précédentes, ne ferait qu’aggraver la situation. D’autres solutions existent ;

 - à lutter contre les tentatives d’opposer les générations entre elles, le privé au public… ;

 - à informer dès maintenant les salariés, la population, à préparer la mobilisation unitaire pour éviter que ces menaces se matérialisent, à défaut lutter victorieusement contre.

Dans Marianne, 28 mai 2013, Laurent Mauduit fait part de son incompréhension : Retraites : la mauvaise réforme au mauvais moment
En voulant aller vite, le gouvernement prend donc le risque de faire l'impasse sur un débat majeur : croit-on vraiment qu'il est possible de rétablir l'équilibre des régimes de retraite dans un contexte de chômage historique?

Est-ce de la désinvolture ? Ou bien de la maladresse ? Voire du cynisme ? En tout cas, le fait est là, stupéfiant : le gouvernement a lancé la prochaine réforme du système des retraites de la plus mauvaise des façons. Comme s'il se moquait éperdument des réactions d'indignation que cela pourrait susciter dans l'opinion et notamment dans les milieux les plus modestes.

Ce qu'il y a de stupéfiant, c'est d'abord la forme retenue par l'Elysée et Matignon pour promouvoir cette réforme. Nulle véritable concertation ! Nul débat approfondi pour tenter de trouver des pistes nouvelles ou originales - il en existe ! - qui n'aggravent pas encore davantage la politique d'austérité. C'est à la hussarde que les dirigeants socialistes ont visiblement choisi d'agir.

Après le défilé au pas de course, le 13 mai, de tous les dirigeants syndicaux et patronaux dans le bureau du Premier ministre, puis un nouvel et bref échange, les 20 et 21 juin, à l'occasion de la prochaine conférence sociale - qui aura de nombreux autres dossiers à son ordre du jour -, la consultation, si on peut appeler cela ainsi, sera bouclée. Et, en deux temps, trois mouvements, un projet de loi sera couché sur le papier pour être entériné à l'automne par le Parlement.

Au diable la démocratie sociale ! C'est donc au pas de charge que tout cela va être mené. A la baguette ! Et s'il en sera ainsi, si les partenaires sociaux n'auront quasiment pas leur mot à dire, c'est que, sur le fond, les dés en sont déjà jetés. François Hollande n'a en effet pas même pris soin de sauver les apparences et de faire croire que toutes les bonnes idées étaient les bienvenues.

Non, dès le 28 mars, il a signifié par avance, sur France 2, que, pour financer les 20 milliards d'euros de déficit des régimes de retraite attendus en 2020, « il va falloir faire des efforts », et notamment accepter un allongement des durées de cotisation. « Ceux qui auront cotisé longtemps devront partir à temps. Mais la durée de vie s'allonge. La durée de cotisation devra s'allonger aussi », a-t-il prévenu. Plusieurs ministres ont, dans le même temps, suggéré qu'une désindexation des retraites pourrait venir compléter la réforme (…).

Cet article est le 48ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Partager cet article
Repost0
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 23:52

En débat, la durée de cotisation et les retraites complémentaires

 

Les conséquences du sous-emploi chronique se manifestent par des déséquilibres des comptes « retraites », contraignant le gouvernement et les partenaires sociaux à rechercher les moins mauvaises solutions. L’urgence se situe au niveau des retraites complémentaires.

 

Une nouvelle réunion des partenaires sociaux est prévue le 13 mars, après l’échec du 6ème round de négociations le 7 mars. Voir Retraites complémentaires : il faudra se revoir (Ouest-France, Guillaume Le Du, 8 mars 2013). « La solution consistant à ce que les pensions versées par l’Agirc et l’Arrco augmentent moins vite que l’inflation fait son chemin (…). Ces négociations sur les retraites complémentaires sont surveillées de près par le gouvernement, engagé dans une réforme du régime général. Les pouvoirs publics pourraient s’inspirer des solutions trouvées par les partenaires sociaux dans le cadre des retraites complémentaires ».

Voir Ouest-France, Guillaume Le Du, 7 mars 2013 : Retraites : vers une durée de cotisation rallongée

 

L'idée fait son chemin. Après les réformes de 2003 et 2010, le gouvernement promet de nouvelles mesures avant la fin de l'année, afin d'équilibrer durablement les régimes pour 2040.

 

« L'allongement de la durée de cotisation est un des éléments sur la table... » Michel Sapin, le ministre du Travail, a levé le tabou, mercredi, sur France Inter. Pour garantir l'équilibre des retraites à l'horizon 2040, le gouvernement n'exclut aucune piste.

Le calendrier s'accélère. La feuille de route de l'exécutif concernant la réforme des retraites sera finalisée ce jeudi. Un groupe de dix experts sera chargé de faire des propositions d'ici à juin avant une consultation des partenaires sociaux. La réforme interviendrait avant la fin de l'année.

Les options habituelles

Que lit-on dans la feuille de route ? Ni plus ni moins que les options habituelles pour rétablir l'équilibre des comptes. D'abord en jouant sur l'allongement de la durée d'activité et l'âge de départ. Rappelons qu'il faut déjà 42 annuités d'ici à 2020 pour bénéficier d'une retraite pleine. L'âge de départ a aussi été repoussé à 62 ans dès 2017.

Avec ces mesures prises en 2010, Nicolas Sarkozy promettait un retour à l'équilibre en 2018. Mais trois ans plus tard, ce n'est pas suffisant. « Il est légitime qu'un accroissement de l'espérance de vie se traduise par un allongement de la durée d'activité », anticipe la feuille de route. « Le Medef voudrait que le gouvernement annonce le passage de l'âge légal de la retraite à 63 ans ou plus », affirme Jean-Louis Malys, le monsieur « retraite » de la CFDT. Lundi, le député PS Jean-Marie Le Guen a préconisé de reculer l'âge de la retraite à 62 ans dès 2015.

La réforme passerait aussi par une désindexation partielle des pensions de retraite. Conséquence ? Les pensions progresseraient moins vite que l'inflation. Le gouvernement y serait prêt à condition de remédier aux inégalités entre pensionnés. « Notre système de retraite permet aujourd'hui de garantir un niveau de vie moyen de retraités proche de celui des actifs et légèrement supérieur à celui de l'ensemble de la population », peut-on lire dans le document de travail. Sur cette question, la discussion déjà entamée pour les régimes complémentaires (lire ci-dessous) pourrait inspirer les rédacteurs de la réforme du régime général.

Enfin, la feuille de route évoque le financement des régimes par la hausse des cotisations. Mais cette option présente le risque d'alourdir les charges des entreprises. Et leur compétitivité. Le Medef y est très opposé.

Retraites complémentaires : menaces sur le pouvoir d'achat

Les partenaires sociaux se retrouvent ce jeudi pour une quatrième et dernière séance de négociation sur le financement des retraites complémentaires. Les cinq syndicats de salariés (CGT, CFDT, FO, CFE-CGC et CFTC) et le patronat doivent trouver une réponse au problème de financement de l'Arrco (tous les salariés du privé) et l'Agirc (cadres du privé). Si rien n'est fait, le déficit de ces deux régimes, qui concerne 11 millions de retraités du secteur privé, atteindra les 10 milliards en 2017 (4,5 milliards en 2012). L'Agirc et Arrco étaient pourtant excédentaires jusqu'en 2008. Mais le déficit se creuse avec la crise économique et l'arrivée à la retraite des papy-boomers.

En réduisant le pouvoir d'achat des retraités...

La désindexation des retraites complémentaires est en marche. Autrement dit : le niveau des pensions augmentera moins vite que l'inflation (1,8 % prévu en 2013). Le patronat a revu ses exigences à la baisse : les retraites complémentaires seraient revalorisées le 1er avril, comme d'habitude, mais un point en dessous de l'inflation au lieu d'un point et demi. Cette désindexation serait renouvelée jusqu'en 2017. L'économie réalisée serait de 3,8 milliards sur trois ans. Pour Jean-Louis Malys, de la CFDT, « cela reviendrait à faire reculer le pouvoir d'achat des retraités de plus de 5 % en cinq ans ».

En augmentant les cotisations...

Mais la désindexation des pensions ne suffira pas pour combler les trous... Les cinq syndicats de salariés réclament une hausse des cotisations. D'abord opposé, le Medef serait finalement favorable à une hausse du taux d'appel, c'est-à-dire une hausse des cotisations qui ne créerait pas de droits supplémentaires pour les futurs retraités. Cette hausse, qui rapporterait 2,5 milliards, n'interviendrait qu'à partir de 2015 et serait étalée jusqu'en 2020. Mais à la condition que l'environnement économique soit favorable et que les charges des entreprises le permettent...

En pensant au régime de base...

La désindexation des régimes complémentaires par rapport à l'inflation pourrait aussi inspirer la future réforme du régime de base des retraites qui doit intervenir avant la fin de l'année... Le gouvernement « ne pourra pas ne pas en tenir compte », a indiqué Jérôme Cahuzac, le ministre du Budget, préparant ainsi les esprits. Mais les partenaires sociaux, qui doivent aboutir à un accord sur les retraites complémentaires, n'entendent pas jouer les poissons pilotes pour le gouvernement.

Cet article est le 47ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 21:18

Où est le chemin qui conduit à une vraie démocratie ?

 

Après la journée d’action intersyndicale jeudi 28 octobre contre le projet de loi réformant les retraites, qui avait rassemblé encore beaucoup de monde (3 000 à Laval selon Ouest-France, qui notait la persistance d’une forte mobilisation), il fallait s’attendre à ce que la participation soit moindre ce samedi 6 novembre.

Pas de surprise : il y avait, à Laval, ce matin (photo), environ 2 000 personnes qui voulaient montrer que ce mouvement social ne doit pas s’arrêter avec l’adoption du projet de loi par le Parlement. Reste à savoir comment il peut se prolonger. C’est le moment de bien réfléchir à la signification profonde de ce mouvement et à la place qu’il a dans la vie politique nationale.

 

Le commentaire de Paul Burel (Ouest-France, 29 octobre), sous le titre « Reconstruire la démocratie sociale » contient des éléments à ne pas négliger. Tout en considérant que les syndicats sortent perdants de la bataille politique des retraites (ce qui est vrai si le mouvement s’arrête là), il ajoute :

« Paradoxalement pourtant, ils sortent de l’affrontement avec de solides arguments pour l’avenir. Une unité raisonnée qui ne rime pas avec uniformité. Une capacité à mobiliser massivement dans la durée, qu’on ne leur soupçonnait pas. Une aptitude un peu nouvelle à proposer, pas seulement à dire non. Une faculté inédite, aussi, à maintenir les éléments parasites (politiques ou autres) à bonne distance. Et peut-être surtout une légitimité à représenter une forme d’intérêt général, au travers d’un soutien majoritaire et inattendu de l’opinion. Bref, les syndicats ont fait un gros plein de crédibilité ».   

 

Deux postures à éviter : s’enfermer dans la seule résistance ou attendre tout des élections. C’est ce que préconise l’économiste Gabriel Colletis qui, dans une tribune parue ce 6 novembre sur le site de Marianne (voir Retraites: un conflit qui interroge la démocratie), revient sur le conflit des retraites pour en tirer quelques leçons fondamentales.

 

Sur Le blog de Gabriel Colletis), un article publié par Mediapart éclaire la problématique de la confrontation entre les syndicats et le pouvoir politique. Le choc est inévitable entre le monde du travail et les représentants d’un Etat soumis aux intérêts dominants du capitalisme financier.

 

Le conflit des retraites : un choc inévitable

A ce stade du conflit sur les retraites, deux légitimités semblent s’affronter, celle du mouvement social et celle d’un gouvernement qui peut prétendre diriger le pays en arguant du fait qu’il est l’expression d’une majorité parlementaire issue du suffrage universel.

Rarement, deux conceptions de la démocratie auront été en opposition aussi nette : démocratie directe et démocratie représentative. La première repose sur l’expression directe du peuple, la seconde sur ce qui est supposé être la représentation du peuple par le Parlement et le gouvernement qui en est l’organe exécutif.

Personne à ce stade ne peut émettre sérieusement une hypothèse sur l’issue de ce conflit.

Nous voulons ici donner notre point de vue sur ce qui explique selon nous que ce conflit soit à ce point frontal.

L’explication tient, selon nous, au fait que le cœur de ce conflit est une opposition absolue entre deux logiques : celle du travail et celle de la finance.

La contradiction entre ces deux logiques a pu être gérée pendant longtemps par deux institutions-clés du capitalisme : l’entreprise et l’Etat. Le capitalisme financiarisé dissout ces deux institutions et rend ainsi le choc inévitable et visible.

 

La dissolution  de l’entreprise

Pendant plusieurs dizaines d’années, l’entreprise a pu être ou paraître gérée dans une perspective tentant de concilier les intérêts des actionnaires et ceux des salariés. Le rôle du manager était précisément de trouver les compromis nécessaires entre ces deux « parties prenantes » ou du moins faire comme si cela était son rôle.

Cette conception de l’entreprise et de celle du rôle du manager a été progressivement vidée de son contenu au bénéfice d’une conception « actionnariale » selon laquelle seul le profit des actionnaires compte, l’entreprise étant considérée comme un simple actif liquide et ses salariés comme des kleenex jetables.

C’est à juste titre que certains chercheurs en sciences sociales insistent à nouveau aujourd’hui pour rappeler que l’entreprise (à la différence de la société) n’existe pas comme objet du droit et qu’elle devrait impérativement être institutionnalisée ! Sans doute, dans cette perspective, faudra-t-il interdire les stock-options car ils font mieux qu’aligner les intérêts des managers sur ceux des actionnaires. Les managers de l’entreprise désinstitutionnalisée sont plus royalistes que le roi car, à la différence du roi-actionnaire, ils ne prennent aucun risque, n’achetant très provisoirement les titres qui leur sont réservés que lorsque ceux-ci ont atteint un cours leur permettant d’encaisser à coup sûr une plus-value de cession.

Le choc entre les intérêts des actionnaires et ceux des salariés n’est donc plus médiatisé, en réalité ou en apparence, par les managers.

Ceci n’est pas vraiment nouveau et cela fait longtemps que la plupart des salariés, à la différence de nombre d’économistes, ne se laisse plus berner par la confusion entre les objectifs affichés de compétitivité et ceux, bien plus réels, de rentabilité.

Le fait nouveau est que la seconde institution-clé du capitalisme, l’Etat, se dissout également et n’assume plus son rôle consistant à assumer les contradictions entre le travail et la finance.

 

La dissolution de l’Etat

"Tous les jours, la première chose que je regarde, c'est la différence de "spread" (de rendement entre les obligations d'État) entre la France et l'Allemagne", François Fillon (Premier ministre), 8 juin, réunion du groupe UMP de l'Assemblée nationale (rapporté par le Monde, 10 juin 2010).

"La vérité, c'est que la crise change tout. Nous sommes dominés par les marchés et nous ne pouvons plus faire face à nos engagements. Tout le monde est conscient de cette situation mais personne ne sait quoi faire", Jérôme Chartier, député UMP (cité par Marianne, 26 juin-2 juillet 2010).

Après avoir envahi de l’extérieur comme de l’intérieur l’entreprise, le capitalisme financiarisé a envahi désormais l’Etat. Aucune réforme significative n’est adoptée aujourd’hui sans que les plus hauts représentants de l’Etat ne se demandent comment cette réforme va être accueillie par les marchés financiers. Davantage encore, on peut penser que le sens et le contenu des réformes (ici les retraites) sont dictés par les marchés financiers, nouveaux maîtres du monde.

Loin d’être garants de l’intérêt général comme le proclame la vulgate libérale, les représentants de l’Etat se comportent ainsi comme les managers de l’entreprise, ceux d’une institution qui se dissout dans un capitalisme financiarisé et mondialisé.

Nous sommes très loin de l’époque où un chef d’Etat français déclarait que « la politique de la France ne se fait pas à la corbeille ».

On comprend alors que le gouvernement peut difficilement accéder aux attentes ou aux exigences du peuple, enfermé qu’il est dans une relation de domination acceptée avec les maîtres du monde. Le choc est dès lors inévitable

Ce n'est qu'une fois l'entreprise et l'Etat ré-institutionnalisés selon des formes nouvelles que le capitalisme pourra à nouveau assumer ou déplacer la contradiction entre le travail et la finance.

 

Lu dans la presse

Retraites : "Ce mouvement est une sorte de guérilla sociale" (Le Monde, Philippe Corcuff, 23 octobre)

Un conflit révélateur de nouveaux clivages (Le Monde, Christophe Guilluy, 5 novembre)

Un mouvement juste et responsable, une réforme injuste et illégitime (ATTAC France, 27 octobre)

Cet article est le 46ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 22:26

Les élites sont une oligarchie liée aux intérêts financiers

 

Ce 22 octobre est le jour de deux coups de force réalisés en France par un chef de l’Etat aux abois, l’un ce matin - lire La raffinerie de Grandpuits réquisitionnée (Le Monde, 22 octobre), l’autre ce soir - lire Le Sénat a adopté la réforme des retraites (Le Monde, 22 octobre).

 

Deux articles de presse sont utiles pour comprendre ce qui nous arrive, à nous malheureux citoyens d’une nation qui a cru bon, en 2007, d’élire Nicolas Sarkozy à la présidence de la République :

- L’un montre que le président ne s’intéresse qu’à sa réélection en 2012 et évite le débat sur le problème des retraites. L’amendement adopté par le Sénat est un aveu de taille (édito Le Monde).

- L’autre décrit comment les élites françaises se sont transformées en oligarchie liée à la finance (Marcel Gauchet, sur France Inter, ce matin). La démocratie est en trompe-l’oeil.

 

Pour le vrai débat, rendez-vous en 2013 ? (Le Monde, édito, 22 octobre)

 

Etrange situation. Pour ne pas dire absurde. Voilà un gouvernement qui, depuis six mois, présente sa réforme comme une ardente et urgente obligation pour garantir durablement le financement du système français de retraites par répartition. Et qui, en conséquence, pousse les feux pour faire adopter son projet au plus vite.

 

Au terme de deux mois de débat parlementaire, le même gouvernement vient, pourtant, de donner son feu vert à l'adoption par le Sénat d'un amendement qui prévoit l'organisation, "à compter du premier trimestre 2013", d'un débat national sur une réforme "systémique" des régimes de retraite. Cette réflexion, est-il précisé, devrait porter sur la mise en place d'un "régime universel par points ou en comptes notionnels" (comme il en existe dans d'autres pays européens), afin de "faciliter le libre choix des assurés".

Cette initiative se veut, à l'évidence, une manoeuvre habile pour amadouer les centristes, mais aussi la CFDT, favorable à un tel système "à la suédoise".

Elle est, en réalité, un aveu. Un triple aveu, même.

D'une part, c'est reconnaître qu'à peine l'actuelle réforme mise en oeuvre il faudra rouvrir le chantier des retraites. Autrement dit, selon la formule du président de la commission des finances du Sénat, le centriste Jean Arthuis, qu'elle n'est qu'un "colmatage" provisoire.

D'autre part, c'est admettre implicitement que la réforme en discussion n'a pas posé globalement le problème des retraites, ni exploré toutes les pistes de réforme.

Enfin, c'est avouer sans le dire que, sur un sujet aussi déterminant, un débat national eût été indispensable et que l'on en a imprudemment fait l'économie.

Or il s'agit là, précisément, des trois critiques formulées depuis des mois - et au fil de huit journées de mobilisation syndicale, politique et sociale, un record - à l'encontre du projet défendu par le gouvernement.

 

Absurde situation, donc. Sauf à considérer que l'objectif du président de la République n'était pas celui d'une réforme en profondeur. Mais, au contraire, de donner des gages immédiats de rigueur budgétaire aux agences de notation internationales et de faire la démonstration - musclée si nécessaire - de son autorité et de sa détermination aux yeux de sa majorité. Il l'a confirmé, jeudi 21 octobre, en dénonçant la "prise en otage" du pays par ceux qui bloquent les dépôts de carburant, en imposant au sénateurs la procédure du vote bloqué et en ordonnant la réquisition d'une première raffinerie de pétrole, en Seine-et-Marne.

 

Compte tenu de la façon dont il a engagé cette réforme, l'oeil rivé sur l'échéance présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy n'a guère d'autre choix. Mais, en passant en force comme il le fait, il prend un triple risque : susciter une amertume redoutable chez tous ceux qui ont le sentiment de n'avoir pas été écoutés ; rejeter les syndicats dans une opposition sans états d'âme ; apparaître comme trop préoccupé par sa réélection pour engager sereinement une réforme de long terme, nécessaire au pays. Audacieux pari !

 

Marcel Gauchet: «une oligarchie se substitue aux élites» (Marianne2, Elodie Carcolse, 22 octobre)

Réforme des retraites, blocages, radicalisation, manifestants etc. Autant de thèmes abondamment commentés depuis plusieurs semaines. Ce matin, Marcel Gauchet, père de l'expression « Fractures sociales », apportait une analyse différente de la crise. Entre « anxiété sociale » et retour à une oligarchie d'Ancien régime.

 

 (…) Invité de France Inter ce matin, Marcel Gauchet - historien et philosophe – posait le problème d’une autre façon. Selon lui «le conflit des retraites est le problème de l’avenir par excellence». Une immense crise d’incertitude se fait jour parmi les manifestants. Ces derniers  demandent aux politiques de les rassurer sur ce que sera la société en 2030, 2040 mais les politiques ne leur opposent que l’échéance qui les intéresse, c'est-à-dire 2012 et les élections présidentielles.

Cette « anxiété sociale » n’est pas prise en compte par les politiques qui confisquent le débat. «Ces problèmes ne peuvent être résolus que par une délibération collective plus large que celles des parlementaires. Les parlementaires, une fois élus, n’ont pas à débattre seulement entre eux.»

De plus, ce débat sur les retraites ne peut avoir lieu sans une certaine pédagogie vraisemblablement absente dans le gouvernement. La réforme des retraites est trop complexe pour que la population débatte des termes techniques (ajustement financier, législation sociale, etc.). L’évolution de la société nécessite de reposer de grands principes. L'inventeur du terme de « fracture sociale » constate que « la technique gouvernementale dans ce cas précis consiste à nous embrouiller en mélangeant la technique et les principes ». « La solution se trouve dans le dialogue entre politiques et opinion mais nous ne savons pas faire ça en France » (…).

Cette confiscation du pouvoir par nos représentants, censés agir dans nos intérêts, est perçue comme une « dérive oligarchique » par le philosophe.

Dans toutes les démocraties, ces oligarchies sont pilotées par des « élites ». Dans notre société, celles-ci opèrent une fracture entre les instruits et ceux considérés comme non instruits. Cette forme de pouvoir engendre des sociétés profondément inégalitaires alors même que sont prônées les valeurs démocratiques.

Marcel Gauchet explique que la période est spécifique au retour des anciens régimes qui s’accompagne d’une hiérarchie sociale. Le non instruit est considéré comme un archaïque, « vous ne savez rien, laissez nous faire ». En laissant faire, ces gens travaillent ensuite dans leurs propres intérêts. « On passe donc d'une élite à une oligarchie. » (…)

 

* Marcel Gauchet, philosophe au chevet de la démocratie, parle d'or - 2 août 2009


Cet article est le 45ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 22:02

L’affaiblissement programmé du système par répartition

 

La confrontation entre le pouvoir politique (exécutif et législatif) et la société française bat son plein (voir Retraites : course de vitesse entre le chef de l'Etat et le mouvement social - 20 octobre 2010).

 

Les syndicats ont appelé, jeudi 21 octobre, à deux nouvelles journées de mobilisation contre la réforme des retraites le jeudi 28 octobre et le samedi 6 novembre.

 

La manifestation à Laval le 19 octobre (les 8 organisations syndicales en tête de cortège)

 

De son côté, le gouvernement souhaite en finir au plus vite avec le projet de loi, alors que de nombreuses actions ont encore eu lieu jeudi 21 octobre pour protester contre ce texte.

Voir Retraites : le gouvernement accélère le pas, les syndicats annoncent de nouvelles mobilisations (Le Monde 21 octobre).

 

Information Médiapart : Les grands opérateurs privés sont convaincus que la réforme des retraites va conduire à l'asphyxie financière des régimes par répartition et favoriser les systèmes par capitalisation. C'est le calcul que fait le patron du groupe Malakoff Médéric, un certain... Guillaume Sarkozy. Il va créer une société commune avec la Caisse des dépôts et la CNP. Voici le commentaire paru sur le site du Nouvel Observateur le 14 octobre.

 

Selon Médiapart, le frère du président vise le pactole du marché de la retraite complémentaire privée. Et prépare pour cela une alliance avec des acteurs semi-publics.

Le site d'information Médiapart affirme jeudi 14 octobre que la réforme des retraites pourrait favoriser les intérêts du groupe Malakoff Médéric, dont le délégué général n'est autre que Guillaume Sarkozy, le frère du chef de l'Etat.

Selon Médiapart, la réforme "va conduire à l'asphyxie financière des grands régimes par répartition" et sera donc "propice à l'éclosion de ces grands fonds de pension qui n'étaient pas encore parvenus à s'acclimater en France, à quelques rares exceptions près". Parmi les opérateurs privés d'ores et déjà sur les rangs, figure le groupe Malakoff Médéric.

Des alliés puissants

"Il ne s'agit pas que d'une coïncidence. Mais bien plutôt d'une stratégie concertée en famille", écrit Médiapart, "l'un assèche les régimes par répartition tandis que l'autre pose les fondements du système par capitalisation". Le site ajoute : "Guillaume Sarkozy a engagé son entreprise dans une politique visant à en faire un acteur majeur de la retraite complémentaire privée. Et il a trouvé des alliés autrement plus puissants que lui, en l'occurrence la Caisse des dépôts et consignations (CDC), le bras armé financier de l'Etat, et sa filiale la Caisse nationale de prévoyance (CNP). Ensemble, tous ces partenaires vont créer, le 1er janvier prochain, une société commune qui rêve de rafler une bonne part du marché qui se profile."

"Cette société n'aurait jamais vu le jour sans l'appui de l'Elysée", écrit Médiapart. En effet, la Caisse des dépôts et consignations est une institution publique présidée par un parlementaire. Pour sa part, la Caisse nationale de prévoyance (CNP) est une filiale de la Caisse des dépôts et consignations, de la Banque postale et du groupe Caisses d'Epargne, lui-même présidé par François Pérol, ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée.

En outre, la Caisse des dépôts gère le Fonds de réserve des retraites. "Pourquoi la CDC se lance-t-elle dans pareille aventure pour faire le jeu du système adverse, celui par capitalisation?", demande Médiapart. "Et pourquoi, de surcroît, le faire avec une entreprise dont le patron est le frère du chef de l'Etat?"

L'enjeu n'est pas mince. Le marché pourrait représenter "40 à 100 milliards d'euros" : en fonction de l'aspect final de la réforme, les Français connaîtront une baisse plus ou moins considérable du taux de remplacement, c'est-à-dire du montant de la pension rapporté au salaire, et donc se précipiteront sur les systèmes de retraite complémentaire. Médiapart publie notamment un "business plan" confidentiel, qui fixe pour objectif une part de marche de "17%" d'ici dix ans.  

 Cet article est le 44ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 16:34

La maison France sera-t-elle propre début novembre ?

 

L’épreuve de force est une course de vitesse. Le Sénat* doit adopter, si possible demain 21 octobre, le projet de loi de La réforme des retraites. Il y aura, ensuite, une recherche d’accord entre les deux assemblées, Assemblée nationale et Sénat, de façon à ce que le Parlement adopte un texte début novembre. Puis, ce sera la promulgation de la loi. Le président de la République pourra alors annoncer son nouveau gouvernement, avec lequel il tentera de se faire réélire en 2012 - si tout va bien.

C’est avec la satisfaction du devoir accompli au niveau national qu’il pourra, enfin, préparer avec soin la réunion du G20 en Corée du Sud le 12 novembre. A cette occasion, il prendra, au nom de la France, la présidence des pays qui comptent dans le monde, le G20. Pour une année.  

Le président ne le fait pas voir, mais il est contrarié par les perturbations liées au mouvement social en train de se radicaliser. Il pensait que les organisations syndicales allaient se disperser en se divisant, ce qui n’est pas encore le cas. Voir : Violences, blocages, pénurie : ça ne faiblit pas, ça se corse (Rue89, 19 octobre).

Syndicats : la radicalisation complique la sortie de crise (Le Monde, analyse de Michel Noblecourt, 20 octobre)

 

Retraites : la mobilisation se maintient dans la rue, la pression monte

 

Du jamais-vu ! Dans l'histoire des mobilisations sociales des quinze dernières années, la contestation syndicale de la réforme des retraites de Nicolas Sarkozy est sans précédent. Jamais, en septembre-octobre, période généralement peu propice aux grandes manifestations, on avait observé six journées nationales d'action consécutives d'une telle ampleur. Au soir du mercredi 19 octobre, François Fillon peut bien s'adonner à la méthode Coué en estimant que le mouvement social "plafonne, commence à s'essouffler ". Le pouvoir a l'art de se placer dans le déni de réalité (…).

 

* Au Sénat, parmi les opposants à l’adoption du projet de loi, le groupe des communistes, républicains, citoyens (CRC) et des sénateurs du Parti de Gauche (SPG) est le plus actif.

Voir Chronique d'une bataille parlementaire (12).

 

Sur son blog (20 octobre), le directeur de l’Humanité, Patrick Le Hyaric, invite le pouvoir exécutif à se conformer à la volonté de la majorité des Français : Retirer la contre-réforme des retraites

 (…) Que le pouvoir ne s’y trompe pas ! Au fil des jours, à partir de la question des retraites, le débat populaire porte de plus en plus sur le type de société dans laquelle nous voulons vivre. Nos concitoyens refusent l’injustice, les inégalités galopantes, la pauvreté, l’austérité pour le peuple, pendant que les grands fortunés et les puissants se gavent et spéculent. Le slogan chanté dans les manifestations :  « Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère », dit exactement ce que notre peuple ne veut plus alors qu’on apprend que notre pays est classé 3ème Nation au monde pour le nombre de ses multimillionnaires. Il n’y a qu’une issue raisonnable : celle réclamée par la majorité de notre peuple. Retirer ce texte. Organiser un débat public. Consulter le temps nécessaire les organisations syndicales et associer réellement le Parlement.

Cet article est le 43ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 22:52

Le soutien du pouvoir au capitalisme financier est contesté

 

De mémoire de mayennais, on n’avait jamais vu autant de monde si souvent dans les manifestations. Les stratèges politiques qui gouvernent le pays n’avaient pas prévu que le mouvement de contestation de la réforme des retraites persisterait ainsi avec une détermination qui ne se dément pas. Ils utilisent les moyens répressifs, faute d’arguments, ayant sous-estimé la profondeur de la crise qui est à la fois économique, sociale et politique. Crise de société, écrit Pierre Haski (Rue89). Sans doute.

 

Le président élu en 2007 est bien incapable d’être l’homme de la situation, mais il n’est pas le seul. On ne trouvera personne, à l’UMP ou parmi ses alliés centristes, car ils soutiennent un système néolibéral capitaliste qui a failli. C’est au sein de la gauche qu’il faut trouver les ressources d’une politique de ressaisissement des pouvoirs publics. Le Mouvement Républicain et Citoyen a un rôle majeur à jouer dans la période qui vient, avec son programme de salut public et les capacités d’homme d’Etat de Jean-Pierre Chevènement. On le verra bientôt.

 

En Mayenne, ce 19 octobre, il y avait plus de 6000, peut-être 8000 personnes, ce matin à Laval, dont un millier de jeunes, dans le cortège conduit par les huit organisations syndicales. 

Le rendez-vous était donné au carrefour de la rue de Bretagne et des boulevards Duguesclin et du 8 mai 1945. Rue de Bretagne et rue du Général de Gaulle, puis le Cours de la Résistance, le pont de l’Europe, le quai Béatrix de Gâvre et la rue de la Paix avant de terminer à la préfecture.

 

Chaque manifestation a son parcours. C’est une façon de découvrir Laval. Aujourd’hui, nous sommes passés devant la Banque de France, symbole d’un Etat qui a transféré son pouvoir à la Banque centrale européenne. 

 

Lu dans la presse

Retraites : la réforme de trop pour les Français (Marianne2, blog d’Eugène, 19 octobre)

Elle aura été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Selon Eugène, la réforme des retraites cristalliserait en effet la déception de Français déjà cassés par les précédentes réformes du gouvernement Fillon. Un pouvoir qui traite aujourd'hui les manifestants avec mépris tout en restant arc-boutés sur ses positions : le signe qu'il est aux abois (...).

 

De la lutte contre la réforme des retraites à la révolte des jeunes (Rue89, Pierre Haski, 19 octobre). Extrait. 

 Crise de société

En octobre 2010, c'est donc une jeunesse qui voit un horizon bouché qui descend dans la rue. Et qui interpelle tout le monde, à sa manière, sur ce « no future » qui se dessine à l'horizon.

Le défi s'adresse au pouvoir actuel, qui ne s'en tirera pas uniquement en montrant au journal de 20 heures des images de casseurs et de lycées brûlés. Le défi s'adresse aussi à la gauche, qui ne peut pas se contenter de surfer sur le rejet du sarkozysme, mais peine à définir des alternatives crédibles.

Pendant ce temps, le projet de loi de réforme des retraites continue son chemin parlementaire. Mais l'enjeu, progressivement, déborde de ce texte qui a mis le feu aux poudres ; c'est une crise de société qui se dessine. 

Cet article est le 42ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 20:20

Les grèves sélectives vont perturber l’activité du pays

 

Ce mouvement populaire ne ressemble à aucun autre en France et ailleurs. Il vise à reconquérir le pouvoir dont l’a dépossédé la nouvelle classe dominante, qui est au service du capitalisme financier mondialisé. Et, pour cela, le peuple n’a pas le choix : il faut faire plier Sarkozy, qui veut imposer l’ordre néolibéral en France. Au vu des manifestants ce jour, il  est clair que la détermination est bien là.

 

Le système de retraites est d’inspiration sociale, à l’opposé de l’ordre néolibéral. En s’attaquant à cette conquête de la Libération, issue du programme du Conseil national de la Résistance, le président s’attaque au cœur de ce qui fait le consensus national (la solidarité sociale). Les jeunes n’ont pas besoin d’avoir 18 ans pour comprendre ce que cela signifie pour leur avenir. Ils constatent, comme Hakim El Karoui (Contre Info, 14 octobre) que « Notre société ressemble de plus en plus à celle de l’Ancien Régime »

« Notre société ressemble effectivement de plus en plus à celle de l’Ancien régime avec une base très large, une petite élite et une masse assez importante de personnes - des avocats, des médecins à honoraires libres, des professionnels des loisirs... - qui travaillent pour la petite élite au sommet. Le reste de la société est entraînée vers les emplois de service peu qualifiés payés 40 % de moins que les emplois industriels. » Hakim El Karoui est membre du Conseil scientifique de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, et ancien conseiller de Jean-Pierre Raffarin.   Lire... »

 

Le grand intérêt des manifestations est le plaisir qu’on éprouve à se rencontrer pour discuter. Après les lycéens, hier (voir Retraites : défilé des lycéens, à Laval et ailleurs, contre le projet de loi - 15 octobre 2010), c’était, ce samedi 16 octobre, à Laval, une manifestation familiale et populaire rassemblant plus de 5000 personnes derrière la banderole unitaire des organisations syndicales mayennaises.

 

Par rapport au rassemblement précédent (voir Retraites : la plus forte journée de mobilisation dans l'ensemble du pays - 12 octobre 2010), il y avait beaucoup de nouveaux (le but était de permettre à ceux qui n’étaient pas disponibles mardi de participer le samedi), chacun se demandant comment ce sera possible de faire céder Sarkozy.

 

 

L’adoption probable du projet de loi par le Parlement (vote par le Sénat mercredi, puis recherche d’accord entre les deux assemblées) va coïncider, début novembre, avec la préparation du G20. Le président a l’intention de changer de gouvernement durant cette période. Cela ferait très mauvais effet sur le plan international s’il y avait des perturbations entravant l’activité économique du pays, d’autant plus que ses ambitions de président du G20 - à partir du 12 novembre, pour un an - sont grandes (réforme du système monétaire international, du marché des matières premières et de la gouvernance mondiale).

Et, pourtant, ces perturbations sont probables sur des points sensibles touchant l’Etat et les grands groupes économiques. L’épreuve de force aura lieu autour du 10 novembre, si l’union des organisations syndicales tient jusque-là.

Ce qui va se jouer maintenant, c’est l’avenir du projet de loi réformant les retraites (son retrait ou non), mais aussi le contenu des orientations que la gauche proposera en 2012 (sur des bases de gauche, vraiment républicaines, ou pas).

 

Lu dans la presse

Retraites. Aubry appelle Sarkozy à suspendre le débat (Ouest-France, 15 octobre)

Manifestations : l'opéra Bastille encerclé par les CRS (Rue89, 16 octobre). Extrait.

 

Les points de blocage

Trains, avions et ports devraient à nouveau être fortement perturbés par les arrêts de travail des salariés. Mais le point sensible, qui gêne le plus le gouvernement, est la situation des raffineries et dépôts de carburant désormais touchés par la contestation.

Ce samedi matin, en marge d'une visite au salon de l'automobile, la ministre de l'Economie a appelé les automobilistes à « ne pas paniquer ». Dix des douze raffineries françaises sont arrêtées. Christine Lagarde : « Je suis sûre que le dialogue social intelligent aidant, on arrivera à des situations de déblocage et non pas de blocage. » Sur Europe 1, le secrétaire général de la CGT a assuré que la pénurie d'essence n'est pas « l'objectif » du mouvement, mais que « dès lors que les salariés arrêtent de travailler là où ils sont, cela a un impact sur la vie économique et sociale. Une grève a comme conséquence (…) de perturber la vie quotidienne ».

Pour Bernard Thibault : « La participation et l'engagement sont bien plus importants que bien d'autres conflits auxquels on fait référence par comparaison ces derniers jours, je pense à 2003, à 1995. » Le rapport de force va donc encore une fois se compter dans la rue, par l'ampleur de la mobilisation.

La popularité du mouvement

La journée va aussi être à haut risque pour les protagonistes, sur le front de la bataille de l'opinion. L'arrivée des lycéens dans le conflit cette semaine renforce la volatilité du mouvement, avec des cortèges et rassemblements qui ne sont pas aussi maîtrisés que ceux des syndicats. Les policiers le savent : la moindre bavure, comme à Montreuil où un lycéen a été blessé par un tir de flashball, peut faire basculer l'opinion. Tout comme les exactions dont peuvent se rendre coupable jeunes et moins jeunes, ne contribuent pas à améliorer l'image d'un mouvement jusque là soutenu par une large majorité des Français.5

La réaction du gouvernement

Après une semaine en demi-teinte pour le gouvernement, l'exécutif va tenter de reprendre l'initiative avec plusieurs interventions prévues dimanche. Le ministre du Travail, Eric Woerth, sera notamment l'invité de l'émission politique de France Inter. François Fillon va aussi monter au créneau, dimanche soir sur TF1, pour défendre le projet de réforme. Le Premier ministre aura fort à faire, à environ un mois d'un vaste remaniement ministériel qui le donne partant de Matignon.  

Cet article est le 41ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Partager cet article
Repost0