Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 22:56

 

Préparer le MRC à être partie prenante de la reconstruction de la gauche

 

Les responsables Ouest du Mouvement Républicain et Citoyen étaient à Saintes (Charente-Maritime) samedi 8 juillet 2017. Voir Le MRC 17 organise une rencontre des MRC de l'ouest de la France.

 

- Le jour même, en soirée, Serge Maupouet (responsable Limousin, Poitou-Charentes) publiait cette information sur le site du MRC 17 :

Voir La rencontre MRC Ouest s'est tenue à Saintes le 8 juillet 2017 :

Une vingtaine de militants et responsables MRC, de l'Aquitaine à la Normandie, en passant par les Pays de la Loire, le Limousin et le Poitou-Charentes étaient réunis ce jour à Saintes (17). Avec la présence de Jean-Luc Laurent, président du MRC. Des échanges militants, nourris et constructifs, pour un après-midi de dialogue et de réflexion collective, tourné vers l'avenir. 
Michel Sorin (MRC 53, responsable Pays-de-la-Loire, membre du secrétariat national) et Serge Maupouet (MRC 17, responsable Limousin-Poitou-Charentes) ont proposé cette rencontre aux militants et responsables MRC de l’ouest de la France « afin de partager nos ressentis et nos aspirations après les élections nationales d’une part, et de réfléchir aux orientations à prendre par notre Mouvement d’autre part ». Retrouvez l'invitation sur ce précédent article : Rencontre MRC ouest à Saintes (17) le 8 juillet 2017)

 

- Le 10 juillet, Jean-Luc Laurent, président du MRC, publiait ce message sur un réseau social :

Reconstruire la gauche et préparer l'avenir, cela commence par aller à la rencontre des adhérents du MRC pour échanger, entendre et agir. J'étais à Saintes en Charente Maritime samedi 8 Juillet 2017 avec Serge Maupouet, Michel Sorin, Serge Lezement. Une bonne journée, utile, où j'ai entendu l'envie d'agir !

 

- Le 13 juillet, Patrick Nivet (secrétaire ancienne région Aquitaine) écrivait à ses correspondants :

Il faut vraiment remercier Serge Maupouet d’avoir organisé avec simplicité mais efficacité cette rencontre, née d’une initiative de Michel Sorin, que j’avais rejoint dans cette volonté de rencontre de Militants du Grand Ouest.

 

Nous reviendrons sur cette rencontre de Saintes.

 

Cet article est le 3001ème sur le blog MRC 53 - le 85ème catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Photo François Mas (33) - 8 juillet 2017 à Saintes (de g. à d.) : Gérard Beillard (53), Daniel Salé (49), Michel Sorin (53), Serge Lezement (14), Bruno Chevalier (44), Jean-Luc Laurent, président du MRC, Serge Maupouet (17)

Photo François Mas (33) - 8 juillet 2017 à Saintes (de g. à d.) : Gérard Beillard (53), Daniel Salé (49), Michel Sorin (53), Serge Lezement (14), Bruno Chevalier (44), Jean-Luc Laurent, président du MRC, Serge Maupouet (17)

Repost 0
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 22:20

 

Le 8 juillet 2017, les militants sont invités à Saintes (Charente-Maritime)


 

Le Mouvement Républicain et Citoyen avait deux députés avant les élections législatives 2017. Il n’en a plus qu’un après : Christian Hutin, réélu dans la 13ème circonscription du Nord, à Dunkerque.

 

Un débat aura lieu le 2 juillet lors de la réunion du Conseil national du MRC. En complément, deux membres de cette instance, Serge Maupouet (MRC 17, responsable Limousin, Poitou, Charentes) et Michel Sorin (MRC 53, responsable Pays de la Loire, membre du secrétariat national), ont pris l’initiative de proposer une rencontre à leurs collègues de l’ouest de la France « afin de partager nos ressentis et nos aspirations après les élections nationales d’une part, et de réfléchir aux orientations à prendre par notre Mouvement d’autre part ».


Ce sera le 8 juillet à Saintes, ville de Charente-Maritime dont Serge Maupouet est conseiller municipal. Concernant le déroulement de cette journée, il faut s’adresser à la Fédération MRC de Charente-Maritime.


 

Cet article est le 3000ème sur le blog MRC 53 - le 84ème catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Serge Maupouet et Michel Sorin, le 8 juin 2011 à Surgères (17), lors d'une conférence MRC sur l'agriculture et l'alimentation

Serge Maupouet et Michel Sorin, le 8 juin 2011 à Surgères (17), lors d'une conférence MRC sur l'agriculture et l'alimentation

Repost 0
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 16:18

 

De bonnes raisons de voter le 11 juin pour le candidat MRC

 

En Loire-Atlantique, aux élections législatives 2017, dans la 6ème circonscription (Châteaubriant-Ancenis), Bruno Chevalier est le candidat du Mouvement Républicain et Citoyen, en équipe avec Maëlle Fougère (PCF). Voir le SITE DU CANDIDAT MRC

 

Rappel (22 mai 2017) : Législatives : Bruno Chevalier (MRC), candidat dans la 6ème circ. (44)

 

Voici le texte qu’il a publié sur son site de campagne le 4 juin 2017 :

 

Pourquoi voter pour un candidat de Gauche ?

 

L’élection du Président Macron et la composition du Gouvernement ont créé l’illusion que le clivage gauche-droite avait disparu pour être remplacé par une imposture qui serait le renouveau du « personnel » politique (or Le Drian, Bayrou, Ferrand, sont loin d’être des perdreaux de la veille), le renouveau des pratiques politiques (on verra à l’usage mais l’affaire Ferrand montre qu’il n’en est rien) et l’avènement d’une nouvelle politique tournée vers le « libéralisme heureux » saupoudré de social à la marge.

Le dynamitage en règle des partis existants par le débauchage systématique dans les divers partis (Le Drian, Le Maire, Bayrou...) ou certaines sensibilités (Hulot) tendent à faire accroire que les partis sont en voie de disparition et à remiser à l’aire du paléolithique. Que la « société civile » serait un vivier inexploité et porteur de « vrais vérités ».

Or, les partis sont encore le meilleur endroit pour élaborer des programmes, car ce sont des lieux de débat où certes le fait majoritaire triomphe souvent, mais où la confrontation des idées et le débat font avancer ou évoluer les programmes.

Je n’ai pas de mandat électif, je suis directeur d’une PME et je suis aussi engagé en politique, suis je de la société civile ou d’un parti politique, je vous laisse juger, mais je suis un pur produit de la société civile qui veut s’engager dans la vie de la Cité.

Je crois, n’en déplaise, à l’avenir des partis, l’engagement n’est pas seulement à porter d’un clic, mais correspond à un engagement profond avec des convictions ancrées.

 

Au Mouvement Républicain et Citoyen, nous avons deux slogans : « L’exigence Républicaine » et « La Gauche qui aime la France ».

Ces slogans ne sont pas des mots vains. L’exigence républicaine et l’intérêt général doivent être au cœur de nos préoccupations. La Res Publica doit guider nos pas ! C’est pourquoi je jugerai le gouvernement sur ses actes et approuverai ou le combattrai quand l’intérêt général sera menacé.

La Gauche qui aime la France : qui dit aimer la France, dit la défendre et de faire en sorte que la souveraineté du peuple français soit défendue.

Aimer la France, c’est aussi considérer que tout un chacun ayant la nationalité française doit être traité sans distinction de couleur, de race ou de religion. Que l’accession à la nationalité française doit être facilitée sans être galvaudée. C’est pourquoi je suis opposé à la régularisation des sans-papiers car l’accession à la nationalité française doit se faire sur la base d’adhésion à un projet national.

Aimer la France, c’est assurer à tous nos concitoyens la même égalité devant l’emploi, le travail, la santé et la retraite. Or dans les propositions du Président Macron servant de feuille de route au gouvernement, on peut s’inquiéter sur ces quatre sujets, qu’il faudra défendre pied à pied à l’Assemblée.

Aimer la France, c’est aussi considérer qu’au cours de notre histoire, dont nous héritons, il y a des parts glorieuses et des parts plus sombres. Nous devons être fiers de notre histoire en intégrant les périodes sombres, sans être dans la repentance.

Aimer la France, c’est aussi aimer la loi sur la Laïcité dont nous avons célébré le centenaire. La religion doit être réservée à la sphère privée et ne s’immiscer ni à l’école, ni dans les lieux publics, ni dans les entreprises. Elle ne doit avoir ni plus ni moins d’importance que la libre pensée ou la non croyance. Je défendrai donc ce principe sans faillir à l’Assemblée Nationale.

Aimer la France, c’est défendre les français sur notre sol ou à l’étranger.

Aimer la France, c’est aussi défendre notre industrie quand elle est attaquée par le dumping social qu’il vienne d’ailleurs ou d’Europe. Abolir la directive sur les travailleurs détachés et assurer que les travailleurs de quelques pays que ce soit dès lors qu’ils travaillent sur le sol français contribuent à hauteur des cotisations sociales payées par un travailleur français.

Aimer la France, c’est aussi préserver notre industrie et notre savoir faire et ne pas laisser l’industrie partir à l’encan ou être démantelée (Verreries d’Arques, Seita, Baccarat, STX France).

 

Être de Gauche et Aimer la France, c’est réaffirmer haut et fort que l’économie doit être au service de l’Homme et non le contraire. C’est affirmer que le mot « nationalisation » n’est pas un « gros mot » mais une mesure de sauvegarde pour protéger durablement l’économie de la prédation.

 

Être de Gauche et Aimer la France, c’est aussi se battre pour que les droits sociaux ne soient pas une variable d’ajustement, que le droit du travail qui ne fait que 600 pages et que, s’il dépasse les 1300 pages aujourd’hui, cette augmentation est la part de la jurisprudence souvent provoquée par la dérive ou le contournement indélicat de certains employeurs. Alors, le tailler en pièces, ne se fera pas sans combat à l’Assemblée, dans les commissions ou l’hémicycle. Et dans la rue, si le Gouvernement utilise les ordonnances.

Alors si votre sensibilité est plutôt de Gauche,

Si vous aimez la France ! Votez pour un candidat de Gauche ,

Votez pour Bruno Chevalier et sa remplaçante Maëlle Fougère !

 

Cet article est le 2996ème sur le blog MRC 53 - le 83ème catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Bruno Chevalier, candidat MRC aux législatives 2017 dans la 6ème circonscription de Loire-Atlantique (44, Pays de la Loire)

Bruno Chevalier, candidat MRC aux législatives 2017 dans la 6ème circonscription de Loire-Atlantique (44, Pays de la Loire)

Repost 0
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 19:47

 

Pour une gauche laïque et sociale, pour un développement équilibré des territoires


 

Comme partout, en France, les candidats dans la 6ème circonscription de Loire-Atlantique sont désormais connus. Voir Élections législatives de 2017 dans la Loire-Atlantique


 

Dans cette circonscription, Bruno Chevalier est soutenu par le PCF (et sa remplaçante, Maëlle Fougère, est inscrite au PCF). Voir le SITE DU CANDIDAT MRC qui est désormais disponible.

Rappel (18 mai 2017) : Bruno Chevalier (MRC) est candidat en Loire-Atlantique

 

Voici un extrait de sa circulaire électorale.

 

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

 

Je suis Bruno Chevalier. J’ai 61 ans, marié, 3 enfants, entrepreneur (courtage d’affrètement maritime), ma suppléante Maëlle Fougère a 28 ans et est ouvrière dans une usine d’agroalimentaire.

Comme en 2012, je brigue le suffrage des électeurs dans cette belle et grande 6e circonscription de Loire-Atlantique.

Comme député, je défendrai de manière acharnée l’équilibre entre territoires périurbains et ruraux.

Je veillerai à la cohésion sociale et je défendrai à l’Assemblée les lois qui vont dans le sens d’une République de Gauche, laïque et sociale.

Sur Notre-Dame-des-Landes, je me suis déjà, à maintes reprises, exprimé sur le projet, je suis favorable à cet équipement structurant pour cette circonscription, porteur d’emploi tout en préservant un développement durable. Je demanderai donc au gouvernement de faire respecter le vote de nos concitoyens qui s’est exprimé lors du référendum départemental.

Candidat du Mouvement Républicain et Citoyen, je suis soutenu par le PCF membre du Front de Gauche.


 

Cet article est le 2994ème sur le blog MRC 53 - le 82ème catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Bruno Chevalier

Bruno Chevalier

Repost 0
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 22:41

 

Avec le soutien du PCF dans la 6ème circonscription 44 (Chateaubriant)

 

Le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) en Pays de la Loire soutient la candidature aux élections législatives de son responsable en Loire-Atlantique, Bruno Chevalier.

Voir le site du Mouvement Républicain et Citoyen 44

 

ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 - MRC 44


 

Face à un gouvernement désormais formé et qui a montré sa couleur politique, plutôt droite que centre, qui a montré aussi qu’il continuerait à suivre la doxa maastrichtienne, au moment même où le système mis en place depuis Maastricht est arrivé à son épuisement.

Le Mouvement Républicain et Citoyen 44 présentera un candidat dans la 6e circonscription où nous étions déjà présents en 2012. C’est une circonscription symbolique puisque le candidat adoubé en 2012 par le PS et élu grâce aux voix de gauche, a désormais la casaque de REM.

Les électeurs de cette circonscription ont montré qu’ils étaient attachés aux valeurs de Gauche.

Comme nous ne sommes pas le mouvement des alliances bric-à-brac, et fort du travail entrepris aux Départementales et aux Régionales, le PCF a décidé de nous soutenir dans cette circonscription et donc ne présentera pas de candidat. Il en sera de même dans la 1ère circonscription de Nantes où nous soutiendrons le PCF représenté par Aymeric Seassau et ne présenterons pas de candidat.

La France a besoin d’une Gauche forte à l’Assemblée pour contrecarrer les projets libéraux de la majorité hétéroclite qui peut être se dégagera. Les Français sont assez clairvoyants pour ne pas donner les pleins pouvoirs à M. Macron et son gouvernement Macron1 et saurons rééquilibrer dans les urnes, comme notre constitution le permet, les pouvoirs entre le Gouvernement et le Parlement. Le Gouvernement sera alors dissuadé de gouverner par ordonnances et tiendra compte de la colère et des frustrations qui se sont exprimées durant la campagne présidentielle.

 

Candidat titulaire sur la 6e circonscription : Bruno Chevalier MRC 61 ans, marié, 3 enfants Entrepreneur - Courtage d'Affrètement Maritime

Candidate remplaçante sur la 6e circonscription : Maëlle Fougère PCF 28 ans ouvrière d'une usine agro-alimentaire.

Tous deux demeurant en Loire Atlantique. Important de le préciser tant les candidats nomades seront nombreux de Gauche comme de Droite.

 

Le candidat et sa suppléante vont désormais faire une campagne active sur le terrain et convaincre les électeurs que d’autres voies sont possibles que celles, mortifères du libéralisme économique.

 

Cet article est le 2991ème sur le blog MRC 53 - le 81ème catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Législatives : Bruno Chevalier (MRC) est candidat en Loire-Atlantique
Repost 0
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 23:16

 

Un exercice important dans la perspective d’une refondation

 

Le Parti socialiste né lors du congrès de 1971 à Epinay-sur-Seine est essoufflé depuis longtemps. La politique - délibérément libérale - menée sous le quinquennat Hollande n’a pas contribué à le relancer. En ne qualifiant pas Valls pour l’élection présidentielle 2017, les électeurs des primaires citoyennes ont adressé un message aux dirigeants de ce parti qui a gouverné la France souvent depuis la première victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle, en 1981.

 

Benoît Hamon a été désigné candidat socialiste par des électeurs qui n’étaient pas tous, loin s’en faut, membres du PS. Le plus grand nombre, en votant pour lui, voulait un réel changement à la tête de ce parti, en commençant par les orientations du candidat pendant la campagne présidentielle. Celui-ci a répondu à cette attente et manifesté sa volonté de rassembler la gauche, actuellement dispersée.

Certes, il doit d’abord rassembler l’électorat socialiste, ce qui ne va pas de soi, mais cela semble bien engagé.

Le gros problème est la concurrence directe avec Jean-Luc Mélenchon, qui fait une excellente campagne et pense qu’il sera devant Benoît Hamon dans le vote réel, mettant en doute les sondages actuels plaçant Hamon à 15 % et lui à 10-12 %.

Quand l’un - Hamon - s’adresse au coeur de l’électorat socialiste, qui est social-libéral et social-démocrate, avec l’idée de rassembler plus largement l’ensemble de l’électorat de gauche, l’autre - Mélenchon - parle au peuple avec l’idée de rompre avec la gauche social-libérale qui a fait l’armature du PS sous le quinquennat Hollande. Les stratégies politiques sont différentes et il est illusoire de penser qu’un accord est possible entre ces deux candidats d’ici le 23 avril.

 

Le candidat du PS a fait savoir son intention d’engager des discussions programmatiques avec les partenaires de gauche qui n’étaient pas dans les primaires citoyennes. Cela concerne les écologistes (EELV, candidat Yannick Jadot), les républicains de la gauche souverainiste (MRC, candidat Bastien Faudot) et les communistes (PCF), ceux-ci ayant la particularité d’être engagés au côté de Mélenchon pour l’élection présidentielle.

 

Mathieu Hanotin, co-directeur de campagne, était ce matin sur France Inter : Avec Benoit Hamon, nous souhaitons un rassemblement le plus large possible

 

Le candidat écologiste recherche une alliance avec Hamon, tout en discutant avec Mélenchon. Voir Yannick Jadot prépare « la grande aventure » avec Benoît Hamon

Le candidat républicain de gauche a engagé des discussions avec Hamon (à l’initiative de celui-ci). Bastien Faudot a résumé les divergences de fond avec Benoît Hamon en quatre têtes de chapitre : la sortie du nucléaire, la question européenne, le revenu universel (plutôt le travail universel), la nation (citoyenneté, laïcité). Il tient à ce que la question nationale soit couplée avec la question du travail.

Le résultat de ces discussions reste imprévisible, que ce soit avec Jadot, Faudot ou le PCF. Pour l’heure, encore loin du 23 avril, la gauche n’est pas en position de se qualifier pour le second tour de la présidentielle. La droite, non plus, son candidat étant lâché par son électorat au fur et à mesure qu’il apparaît clairement lié à l’argent, par ses relations et par convenance personnelle.

Il reste deux candidats qui cherchent à faire croire qu’ils sont hors système alors qu’ils sont seulement en train de vouloir faire bouger les lignes afin de profiter du système.
 

Rappel (articles récents parus sur le blog du MRC 53) :

- (28 janvier) : Michel Sorin (MRC) et la présidentielle en 2017 : il faut un électrochoc

- (4 février) : Le programme de Bastien FAUDOT pour l'élection présidentielle 2017

- (6 février) : Présidentielle : le MRC invite les maires à parrainer Bastien FAUDOT

Cet article est le 2958ème sur le blog MRC 53 - le 80ème catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Le Palais de l'Elysée

Le Palais de l'Elysée

Repost 0
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 22:01

 

Parrainer revient à décider qui a la capacité d’être candidat

 

Le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) est mobilisé sur la recherche des parrainages qui permettront à Bastien Faudot d’être admis parmi les candidats à l’élection présidentielle 2017.

 

C’est le sens du communiqué adressé à la presse des 5 départements des Pays de la Loire, ce 6 février. En plus du retour de Michel Sorin au secrétariat national du MRC.

 

MRC Pays de la Loire - Michel Sorin

Communiqué de presse après le Conseil national du MRC - 5 février 2017

 

Le Conseil national du Mouvement Républicain et Citoyen, réuni le 5 février 2017, a voté - sur proposition de son président, Jean-Luc Laurent, député du Val-de-Marne - la liste de quatre nouveaux membres du secrétariat national, suite à diverses démissions depuis le congrès 2015.

L’un d’eux est le responsable de la fédération régionale MRC des Pays de la Loire, Michel Sorin (ancien maire de Saint-Berthevin, en Mayenne - 1990-2001 - et ancien conseiller régional des Pays de la Loire - 1998-2004), qui est déjà membre du Bureau national. Il avait été secrétaire national à l’agriculture de 2008 à 2012.

Auparavant, les membres du Conseil national avaient commenté le PROGRAMME de son candidat à l’élection présidentielle, Bastien Faudot.

 

Au-delà de la qualité du candidat et de sa campagne - qui a commencé il y a un an, le 7 février 2016 - l’accent a été mis sur un point décisif, l’obtention des 500 parrainages de maires. Les maires recevront les formulaires le 23 février, ils auront trois semaines pendant lesquelles ils pourront l’adresser au Conseil constitutionnel. L’heure est donc à la mobilisation.

 

Le MRC invite les élus concernés par les parrainages à assumer leur responsabilité, qui est de décider des candidatures valables, utiles et importantes, afin que le débat présidentiel soit à la hauteur des enjeux.

Bastien Faudot est le seul, parmi les candidats déclarés, à proposer des mesures fortes en faveur du travail pour tous - qui permet le revenu universel - et à se donner les moyens de la souveraineté de la France, sans laquelle aucun président de la République ne peut conduire une politique de progrès social.

Il ne demande pas aux maires de lui apporter un soutien. Il leur demande seulement de servir le débat républicain dont la France a tant besoin.

 

Rappel :

- (4 février 2017) : Le programme de Bastien FAUDOT pour l'élection présidentielle 2017

- (28 janvier 2017) : Michel Sorin (MRC) et la présidentielle en 2017 : il faut un électrochoc

Cet article est le 2957ème sur le blog MRC 53 - le 79ème catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Michel Sorin, avant les élections régionales en décembre 2015

Michel Sorin, avant les élections régionales en décembre 2015

Repost 0
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 23:15

 

La gauche doit se ressaisir pour que la France se redresse

 

Voici le texte qui a été publié ce 28 janvier sur le site leglob-journal. Voir Par Michel Sorin : Il faut un électrochoc pour que la France se ressaisisse

 

Il faut un électrochoc pour que la France se ressaisisse

La France a des élites qui se délitent, une économie qui décline et de gros soucis de désintégration sociale. J’utilise des formules lapidaires pour caractériser une situation fort inquiétante.

L’heure est à des formes diverses de populisme parce que le peuple est représenté par des dirigeants politiques qui ont renoncé à dire la vérité, pensant en leur for intérieur qu’ils ne peuvent rien changer. Depuis trente ans, ils laissent faire.

Le pouvoir est confisqué par une minorité, celle qui confisque aussi l’argent et la démocratie. L’économie nationale est spoliée par des actionnaires apatrides, obnubilés par leurs intérêts financiers à court terme. L’industrie et l’agriculture sont dévastées par des politiques européennes au service des grands groupes capitalistes. L’idéologie libérale et libertaire imprègne les rouages de la société, laissant s’épanouir les intérêts individuels et communautaristes aux dépens de l’intérêt général.

La gauche est morcelée, fatiguée par la démission de ses représentants et consciente que la fin du cycle d’Epinay (congrès de refondation du PS en 1971) est imminente. A partir du 29 janvier, ce sera la fin du mitterrandisme, ce courant politique qui a opté pour l’illusion fédérale européenne il y a plus de trente ans, refusant d’admettre qu’elle impliquait l’adoption des politiques néolibérales, l’abandon des idéaux républicains de gauche et l’effacement progressif de la souveraineté nationale, ce qui n’est pas rien.

 

La gauche doit se ressaisir mais comment ?

L’un de ses membres, qui fut très proche de l’actuel président de la République, propose une solution qui consiste, au-delà de la gauche et de la droite, à adapter la France au capitalisme numérique, en sollicitant la motivation individuelle des citoyens pour s’insérer au mieux dans la société.

Cette solution, après le vote de la primaire du PS, va probablement capter l’attention d’une partie importante des électeurs de l’ancien Premier ministre. C’est la solution de continuité de la politique menée depuis trente ans.

 

Je propose une autre solution qui serait l’électrochoc nécessaire à la gauche pour se ressaisir. Pour aller à l’essentiel, c’est la solution des 3R :

- Rejeter l’idéologie libérale et le pouvoir oligarchique de l’argent,

- Retrouver la souveraineté populaire et nationale sur les bases de la citoyenneté,

- Relancer l’économie en mobilisant ses acteurs sur la base d’une juste répartition du travail et des richesses produites.

 

Il faut sortir notre pays de la dissolution de son identité dans un ensemble européen dépourvu de sens, qui est à l’origine des fausses solutions de type populiste. Ce n’est possible qu’en réanimant la flamme de la démocratie et de la République. Et en appelant le peuple français à participer de manière dynamique au mouvement de libération nationale des 3R.

 

Sur cette base, il devrait être possible d’initier des discussions entre les groupes constitués autour de Hamon et Montebourg d’une part, Mélenchon et le PCF d’autre part, mais aussi Faudot, Jadot et d’autres.

 

Cet article est le 2955ème sur le blog MRC 53 - le 78ème catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

La France politique doit se ressaisir

La France politique doit se ressaisir

Repost 0
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 23:29

 

Reconquérir la souveraineté populaire et nationale

 

Plusieurs articles ont été publiés sur le blog du MRC 53 concernant la journée en Mayenne, le 8 novembre 2016, de Bastien Faudot, candidat du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) à l’élection présidentielle (voir le site FAUDOT 2017).

- Présidentielle : Bastien FAUDOT (MRC) en Mayenne le 8 novembre (04 novembre)

- Bastien Faudot en Mayenne : entretien de Michel Sorin à Ouest-France (07 novembre)

- Les articles de presse après la journée de Bastien Faudot en Mayenne (10 novembre)

- Présidentielle : Bastien Faudot (MRC) a été reçu par GYS en Mayenne (11 novembre)

- Présidentielle : Bastien Faudot (MRC) a visité une ferme en Mayenne (12 novembre)

 

Voici un résumé de ce qu’a dit Bastien Faudot à la presse (Le Courrier de la Mayenne et Radio Fidélité Mayenne d’une part, entre 12h et 13h à Laval, voir photo) et Ouest-France (entre 18h15 et 18h45 à Saint-Berthevin) d’autre part.

 

Bastien FAUDOT en Mayenne le 8 novembre 2016 - rencontre avec la presse

 

Parcours personnel :

- naissance : 20 mars 1978 à Belfort d’un père ouvrier chez Peugeot et d’une mère coiffeuse

- formation intellectuelle : scolarité à Belfort, classe préparatoire littéraire à Metz puis à Paris ; acquisition d’outils de la pensée par la maîtrise de la philosophie (La Sorbonne)

- emploi : séjour en Syrie, puis développement local, missions auprès des élus locaux

- engagement politique : en 2000-2001 avec Jean-Pierre Chevènement au Mouvement des Citoyens (MDC), campagne présidentielle de 2002 avec lui, puis Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), direction nationale depuis 2010, dont porte-parole depuis 2015.

Voir Qui suis-je ? | FAUDOT 2017

Bastien Faudot a été intéressé par les livres de Jean-Pierre Chevènement, qui fournissent les outils de la souveraineté, donc de la démocratie, dans un but de transformation sociale. Depuis 30 ans, la France subit une ligne politique libérale-libertaire. L’État est nécessaire dans la lutte pour l’intérêt général, contre la loi du plus fort.

 

Le point fort du projet de Bastien Faudot, qui le distingue des autres candidats : c’est la reconquête de la souveraineté populaire et nationale à la suite du double constat de la rupture de confiance entre les citoyens et leurs représentants d’une part, de la parole décrédibilisée des dirigeants politiques parce qu’ils se sont démis de leurs pouvoirs au bénéfice du pouvoir financier (les banques) d’autre part.

Le président de la République, récemment, n’a-t-il pas montré aux journalistes - dans un livre de confidences - que le pouvoir politique est impuissant, qu’il n’est pas possible de gouverner, qu’il n’y a pas de liberté d’action ?

 

- Reconquête de la souveraineté populaire : par le traité de Lisbonne (2008), le pouvoir politique a assumé le refus de prendre en considération la volonté du peuple (le vote non au référendum du 29 mai 2005 posant la question de la ratification du traité constitutionnel européen). Bastien Faudot propose de modifier la Constitution : supprimer l’option de la décision par la voie parlementaire et ne retenir que la voie du référendum.

 

- Reconquête de la souveraineté nationale : rétablir la capacité d’action de la puissance publique, dont les outils ont été transférés à l’Union européenne (budget, monnaie, frontières).

Bastien Faudot propose de sortir de l’union économique et monétaire (UEM) afin de retrouver les outils de la politique économique (monnaie, budget). Il propose aussi de préserver le système de mutualisation salariale et sociale.

 

Bastien Faudot ne propose pas la VIème République. La Vème a le mérite de la stabilité (elle a fait ses preuves) et elle peut évoluer. Il propose de rééquilibrer les pouvoirs (le législatif par rapport à l’exécutif) et de rétablir la légitimité populaire en organisant chaque année une journée référendaire.

 

L’État doit être un acteur majeur (stratégie, autorité). La gauche a affaibli l’État. Celui-ci ne doit pas céder aux groupes de pression (banques ou « zadistes » de Notre-Dame-des-Landes) et il doit, au contraire, faire preuve de force dans la mise en œuvre de sa volonté politique.

 

Rappel (9 janvier 2017) : Présidentielle, Bastien Faudot : communiqué de presse du MRC 53

Cet article est le 2954ème sur le blog MRC 53 - le 77ème, catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Bastien Faudot, le 8 novembre 2016, à Laval (Mayenne), répondant aux questions de la presse

Bastien Faudot, le 8 novembre 2016, à Laval (Mayenne), répondant aux questions de la presse

Repost 0
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 17:56

 

Le candidat poursuit sa campagne en direction des maires

 

La campagne présidentielle de Bastien Faudot se poursuit, après l’intermède de décembre qui a consisté à solliciter le droit de participer aux primaires citoyennes organisées par le Parti socialiste les 22 et 29 janvier.

Bastien Faudot et le MRC se sont heurtés à une position de fermeture délibérée de la part des dirigeants du PS, qui peut s’expliquer principalement par trois raisons :

- la candidature surprise de Vincent Peillon, qui a fait atteindre le plafond de candidatures,

- des souvenirs des négociations aux législatives de 2012 - Christophe Borgel (président des primaires citoyennes) et Bastien Faudot étaient alors les négociateurs du PS et du MRC,

- la ligne politique du MRC en faveur de la souveraineté populaire et nationale, qui ne plaît pas aux dirigeants du PS.

Le candidat du MRC, aussitôt connu le refus du PS, a fait savoir qu’il poursuivait sa campagne.

Voir (18 déc. 2016) : Présidentielle : Bastien Faudot, candidat de la gauche souverainiste

Il sera désormais impossible à quiconque de se plaindre de l’excès de candidatures à gauche, le PS ayant refusé la participation de Bastien Faudot, notamment, aux primaires citoyennes.

Le candidat MRC a adressé une nouvelle lettre par voie postale aux élus, dans laquelle il explique pourquoi il leur demande de parrainer sa candidature. Extrait.

« Tous les cinq ans, c’est le pays tout entier qui vous demande de décider quelles candidatures sont valables, utiles et importantes. C’est vous qui décidez du périmètre et de la nature du débat qui sera offert aux Français. Je vous sollicite donc pour que la gauche républicaine, souverainiste et sociale puisse, par ma voix, être présente lors du grand débat présidentiel de 2017. En m’accordant votre parrainage, je ne vous demande pas de m’apporter un soutien mais de servir le débat républicain dont notre pays a tant besoin ».

Pour sa part, le MRC 53 s’est adressé aux maires des communes mayennaises, les 3 et 4 janvier, d’abord pour leur présenter ses vœux et rappeler les titres des articles parus sur les blogs du MRC 53 en fin d’année 2016, ensuite pour leur apporter des arguments en faveur du parrainage de la candidature de Bastien Faudot (voir, ci-après).

A Madame ou Monsieur le Maire

C'est à tous les maires des communes mayennaises que j'adresse ce voeu de parrainage de Bastien Faudot afin qu'il puisse être candidat à l'élection présidentielle le 23 avril 2017. Actuellement, il lui manque à peu près la moitié des 500 promesses de signature.

Je le fais en tant que militant, responsable départemental et régional, d'une formation politique, le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), mais aussi en tant qu'ancien maire de Saint-Berthevin (1990-2001) et ancien conseiller régional des Pays de la Loire (1998-2004).
J'ai été aussi à deux reprises responsable départemental du Parti socialiste (1979-1985 et 1997-2001) avant de rejoindre le MRC en 2004.

Je connais Bastien Faudot depuis dix ans et je fais partie de son équipe de campagne. C'est un candidat jeune (38 ans) qui fera entendre une voix différente et sera en capacité de déverrouiller le débat politique national, condition du déblocage de notre République.

Dans la lettre (voir, ci-joint) qu'il a adressée à tous les maires de France - vous la recevrez par la poste dans quelques jours, probablement au début de la semaine prochaine - Bastien Faudot explique qu'il a voulu être candidat dans le cadre de la primaire citoyenne organisée par le PS.

Cela se justifiait par le fait que, depuis 2012, les députés MRC sont associés au groupe des députés PS à l'Assemblée nationale et aussi par l'élément nouveau qu'est le renoncement du président sortant à être à nouveau candidat. C'était le sens de la conférence de presse avec Pierre Larrouturou devant le siège du PS le 12 décembre (voir photo, ci-joint).

Contre toute raison, les dirigeants du PS et de la primaire ont refusé cette participation du candidat MRC, qui aurait représenté la sensibilité républicaine favorable à la souveraineté populaire et nationale, sans laquelle toute politique de transformation sociale est impossible en France.

Celle-ci ne peut plus compter que sur les maires qui accorderont leurs parrainages à Bastien Faudot pour être présente dans la campagne présidentielle.

C'est pourquoi je me permets d'insister auprès de vous, quelle que soit votre opinion politique personnelle, pour que vous acceptiez ce parrainage.

Vous remerciant de l'attention que vous aurez portée à cette démarche, je vous souhaite une bonne année 2017, au service de vos concitoyens.

Michel Sorin - Ancien maire de Saint-Berthevin

Enfin, voici le communiqué adressé aux organes de presse en Mayenne ce 9 janvier.

Communiqué de presse du MRC 53 - Michel Sorin

 

Bastien Faudot poursuit sa campagne présidentielle

 

La gauche est en morceaux. Le PS se replie sur une sorte de pré-congrès au lieu de préparer l’avenir avec sa primaire citoyenne. C’est dans un paysage politique inédit que Bastien Faudot continue sa quête de promesses de signatures d’élus parrainant sa candidature à l’élection présidentielle, dont le premier tour aura lieu le 23 avril 2017.

 

Le candidat du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) leur a adressé une lettre qu’ils reçoivent ces jours-ci par la poste. Il explique pourquoi il est si important que les maires parrainent sa démarche afin que les idées républicaines et sociales soient présentes dans la campagne.

 

Or, il dispose actuellement de la moitié des 500 parrainages nécessaires. Il lui reste donc à convaincre 250 maires, parmi ceux qui veulent que les diverses sensibilités politiques soient représentées dans cette élection.

 

L’objection de la division de la gauche n’est plus recevable à partir du moment où le parti socialiste, lui-même, a refusé la demande qui lui était faite par Bastien Faudot de participer à la primaire citoyenne.

 

Dans un contexte de crise de la mondialisation et de la construction européenne, les citoyens veulent un vrai changement à la tête du pays afin de refonder l’action de l’État, de rétablir la voix de la France dans le concert des nations. Ils sont favorables à un renouvellement des idées et des responsables qui les représenteront au gouvernement.

 

Bastien Faudot est engagé sur cette nouvelle voie, qu’on peut qualifier de refondation républicaine. Ce n’est ni du social-libéralisme ni du gauchisme que la France a besoin mais d’une politique républicaine qui cherche à consolider la souveraineté populaire et nationale afin de redresser le pays.

 

Dans les semaines qui viennent, nous allons prendre contact avec les maires des communes mayennaises et des Pays de la Loire en espérant obtenir des réponses favorables au parrainage de Bastien Faudot. L’objectif des 500 parrainages, au niveau national, doit être atteint avant la fin du mois de février.

Cet article est le 2953ème sur le blog MRC 53 - le 76ème, catégorie MRC 53 et Pays de la Loire

Bastien Faudot avec Mickaël Lepage, éleveur, dans la salle de traite, le 8 novembre 2016 lors de sa journée en Mayenne

Bastien Faudot avec Mickaël Lepage, éleveur, dans la salle de traite, le 8 novembre 2016 lors de sa journée en Mayenne

Repost 0