Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 22:34

Le MRC a engagé des discussions avec le PS régional

 

Le moment est venu de faire le point de la préparation des élections régionales en Pays de la Loire, près de trois mois après l’article paru le 1er août sur ce blog sous le titre Elections régionales 2010 : ce qui se prépare dans les Pays de la Loire.

Jacques Auxiette, président sortant et candidat à nouveau en mars 2010, sait qu’il aura, face à lui, Christophe Béchu, tête de liste UMP (Ouest-France, 23 octobre : Christophe Béchu, tête de liste UMP dans les Pays de la Loire).

 

Il est bon de préciser les modalités du scrutin de mars 2010, qui a été mis en œuvre pour la première fois les 21 et 28 mars 2004.

 

1. Mode électoral

 

Le mode de scrutin a été défini par la loi du 11 avril 2003. Il s'agit d'un scrutin proportionnel à deux tours avec prime majoritaire. Le mode de scrutin est défini aux articles L. 338 et L.338-1 du code électoral.

 

a. Il s'agit d'un scrutin de liste à deux tours :

 

- les listes sont régionales, mais avec des sections propres à chaque département. Le principe de parité doit être respecté dans chaque section, par chaque liste, c'est-à-dire qu'elle doit comprendre alternativement des candidats de sexe différent.

 

- si aucune liste n'obtient la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour, un second tour est organisé. Le seuil pour l’accès des listes au second tour est relevé à 10 % des inscrits, alors que celui pour être autorisé à fusionner est fixé 5% des exprimés. C’est la tête de liste qui dépose la liste tant au premier qu’au second tour.

 

  b. L'attribution des sièges s'inspire du scrutin municipal :

   

- un quart des sièges est attribué à la liste arrivée en tête (« prime majoritaire ») ;

 

- les autres sièges sont attribués à l'ensemble des listes qui ont eu plus de 5 % des suffrages exprimés, de manière proportionnelle à leur résultat. Ces sièges s'ajoutent, pour la liste arrivée en tête, à ceux qui proviennent de la prime majoritaire.

 

- Les listes sont établies au niveau régional mais leurs candidats se répartissent entre sections départementales. Après l’élection, une fois que le nombre de sièges revenant à une liste a été calculé au niveau régional, les sièges sont répartis entre les sections départementales de la liste au prorata des voix obtenues par la liste dans chacun des départements correspondant aux sections.

 

2. Calendrier

 

La date exacte des prochaines élections régionales n’est pas connue. Les deux tours auront lieu en mars 2010 et viseront au renouvellement des 26 conseils régionaux de métropole et d'outre-mer. Le gouvernement a préparé un projet de loi qui pourrait être débattu par le Parlement pendant la période électorale, ce qui ne manquerait pas d’accroître les tensions entre la majorité et l’opposition parlementaires.

 

Au niveau national, un sondage indiquait (Le Monde, 2 octobre) : Régionales 2010 : l'UMP en tête, le PS menacé par les Verts.

 

La stratégie du PS a été présentée dans un article du Nouvel Observateur, 21 octobre : Régionales : le PS mise sur la gauche et les Verts.

 

Le Parti socialiste (PS) estime que sa "priorité" pour les élections régionales de mars 2010 est "le rassemblement de la gauche et des écologistes", selon les "orientations" adoptées, mardi 20 octobre, par son bureau national.
"Le rassemblement de la gauche et des écologistes est notre priorité. Une fois seulement la gauche rassemblée, nos listes pourront s'ouvrir au second tour à toutes celles et tous ceux qui veulent se retrouver autour d'un projet de gauche, dans la clarté et la cohérence des alliances électorales dans toutes les régions", est-il précisé dans un communiqué.
Les "orientations" se déclinent en trois points principaux : "des projets ambitieux pour les territoires", "les meilleures équipes pour nos régions" et enfin "des alliances claires" qui sont la "troisième clé du succès", estime l'instance dirigeante du parti (…).


La stratégie du PCF
était définie dans un article du Monde, 31 août. Elle s’est affinée depuis, sans que les difficultés de mise en œuvre s’estompent. On le ressent à la lecture de cet article paru le 23 octobre dans l’Humanité : Le PCF formule son « offre nationale » aux régionales.


Le pôle de la gauche radicale
(front de gauche) des élections européennes cherche à s’affirmer, mais ses contours (avec ou sans le NPA) restent à préciser, d’autant plus qu’il existe un fort courant, au sein du PCF, pour souhaiter l’alliance dès le premier tour avec le PS.

 

Les Verts ont fait le choix de l’autonomie au premier tour. Dans certaines régions (les Pays de la Loire en font partie), ils pourraient recevoir le renfort de la partie écologiste du Modem, comme c’est déjà le cas pour certains socialistes de cette tendance.

 

Le PS est affaibli par les résultats des élections européennes du 7 juin. Le PCF est tiraillé entre le pôle radical et le pôle socialiste. Le pôle écologiste s’organise sur la base de la dynamique des élections européennes. Cette configuration politique est propice à une affirmation du rôle du MRC à l’occasion de ces élections régionales.

 

En Pays de la Loire, les deux délégués régionaux désignés par la direction du MRC - Michel Sorin et Daniel Salé - ont rencontré le 15 octobre les deux responsables PS chargés des rencontres avec les partenaires de gauche, Christophe Clergeau et Alain Gralepois. Une suite sera donnée après le 4 novembre par le PS (date de la rencontre nationale entre le PS et le MRC).

 

Daniel Salé, au côté d'Etiennette Coudert, était délégué 49
 au congrès du MRC en juin 2008, au Kremlin-Bicêtre


Cet article est le 2ème paru sur ce blog dans la catégorie
Régionales 2010.

Partager cet article
Repost0
1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 18:58

Vers des listes écologistes et centristes au 1er tour

 

Il est rare, en France, qu’une année ne soit pas électorale. Après les élections nationales en 2007 (qui ont abouti à l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, puis à une majorité de droite à l’Assemblée nationale), les élections municipales en 2008, les élections européennes en 2009, le rythme se maintiendra ces prochaines années (voir Quelles sont les dates des prochaines élections ? - Service-public.fr).

 

Dès la fin des vacances, nous serons à six mois des élections régionales 2010. Le mode de scrutin aux élections régionales n’a pas changé depuis les dernières élections, en 2004, mais il avait été modifié en 1999 (réforme Jospin) puis en 2003 (réforme Raffarin).

 

Le mode de scrutin régional en cours ressemble à celui des élections municipales, en ce qu’il accorde une prime majoritaire aux listes arrivées en tête, afin d’assurer une stabilité à la majorité pendant les 6 ans de mandat. C’est un scrutin à la proportionnelle à deux tours, si aucune liste n’obtient la majorité absolue des suffrages exprimés au 1er tour. Pour se maintenir, une liste doit obtenir 10% des suffrages exprimés (et non des inscrits - décision du Conseil constitutionnel).

Les listes de candidats sont établies au niveau régional, avec des sections départementales. Le nombre de sièges à attribuer pour chaque liste est calculé à l’échelon régional, puis réparti entre les sections départementales en fonction du nombre de suffrages obtenu dans chaque section (voir Sylvain Brouard PDF] LE NOUVEAU MODE DE SCRUTIN DES ELECTIONS REGIONALES).

 

Le quotidien régional Ouest-France, dans un article daté du 22 juillet, a fait le point de la préparation de ces élections au niveau des Pays de la Loire (cinq départements : Loire-Atlantique et Maine-et-Loire au centre, Mayenne et Sarthe au nord, Vendée au sud).

 

J’ai reproduit la partie concernant la gauche. L’élément nouveau est la volonté des Verts, au niveau national, de constituer « non pas des listes autonomes, mais des listes de rassemblement des écologistes, en élargissant encore leur périmètre » (Cécile Duflot, Libération, 29 juillet).

 

Le Mouvement Républicain et Citoyen, dont le PS régional n’avait pas accepté la présence sur la liste de la gauche en 2004, devrait être partie prenante cette fois-ci (aucune discussion n’a eu lieu pour le moment). En tout cas, c’est le souhait du MRC.

 

Les clés des élections régionales de 2010

 

Les Verts constituent une liste. Les centristes sont aussi tentés par l'autonomie. État des lieux.

À gauche

 

Les Verts en train de constituer une liste. Principale épine dans le pied du sortant socialiste Jacques Auxiette, les écologistes. Ils sont en train de constituer une liste. Hier, le conseil politique régional des Verts des Pays de la Loire a décidé d'engager « toutes les démarches pour la constitution d'une liste de rassemblement des écologistes « Europe Écologie Pays de la Loire » ». Jean-Philippe Magnen, porte-parole de la campagne des Européennes et adjoint au maire de Nantes, conduira « ce processus comme chef de file ».

 

En 2004, PS, Verts et PC étaient partis unis. Aujourd'hui, le groupe Verts, qui appartient à la majorité régionale, compte treize élus dans l'hémicycle. Le score de la liste Europe Écologie aux Européennes leur donne des ailes. « Nos idées ne sont plus minoritaires », appuie François de Rugy, député Verts de Loire-Atlantique. Grosse pierre d'achoppement avec les socialistes : le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, combattu par les Verts.

 

Le PC pragmatique. Le groupe communiste compte huit élus qui siègent dans la majorité régionale. Une liste unique avec le PS, dès le 1er tour, est un scénario probable. « On ne laissera pas la droite reconquérir les Pays de la Loire », dit Michel Rica, coordinateur régional.

Le PS met en avant son bilan. En 2004, le PS avait profité d'une déferlante rose pour conquérir la région, au nez et à la barbe de François Fillon. On avait parlé de « victoire surprise ». Aujourd'hui, les socialistes viennent d'essuyer un revers aux Européennes, arrivant derrière l'UMP. Mais également derrière les Verts, qui leur ont siphonné des voix.

Face à cela, Jacques Auxiette met en avant le bilan d'une majorité régionale de gauche unie - 60 sièges sur 93, dont 34 PS - à laquelle les Verts participent depuis cinq ans. La semaine dernière, il a appelé « au rassemblement de toutes les forces de gauche pour poursuivre l'action engagée depuis 2004 ». Les divergences avec les Verts sur Notre-Dame-des-Landes ? « Elles existaient déjà en 2004, rappelle Jacques Auxiette, ça n'a pas empêché l'union et le travail ensemble depuis cinq ans. » (…)

 

Cet article est le 1er paru sur ce blog dans la catégorie Régionales 2010 .

Partager cet article
Repost0