Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

17 juillet 2006 1 17 /07 /juillet /2006 12:28

CIVIQ : l’éducation citoyenne pour que le peuple se fasse entendre.

Le peuple est au cœur de la démocratie. La citoyenneté est au cœur de la République. Le principe de la République française est « le gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple ».

 Dans la réalité, qu’en est-il ? Le peuple a-t-il réellement les moyens de s’exprimer et de se faire entendre des pouvoirs publics ? L’éducation à la citoyenneté a-t-elle la place qu’elle devrait avoir ?…

 q       Le malaise démocratique du peuple français, sa défiance vis-à-vis des élites et des responsables institutionnels, sont le signe d’une crise profonde.

 La société, dominée par un capitalisme prônant désormais la « globalisation » des marchés financiers qui ignore les territoires et les nations, exprime ainsi une forme de résistance à l’égard d’une logique dogmatique qui « confine » les pouvoirs publics et les partis de gouvernement dans un rôle d’exécution des volontés des firmes multinationales, sous l’autorité vigilante des USA.

 

 Le néo-libéralisme est cette doctrine issue du « consensus de Washington » qui a imprégné les élites économiques et politiques depuis vingt ans (réduction des dépenses et protections publiques, privatisations, déréglementations, libéralisation du commerce…).

 Elle se traduit par la domination de la finance sur l’économie à l’échelle planétaire, dans le but d’accroître et sécuriser les profits des actionnaires boursiers.

 q       Le NON du 29 mai 2005 au projet de « constitution européenne » a marqué le refus du peuple français de ratifier la suprématie des dogmes néo-libéraux au niveau européen.

 

    Une première ! Et une date historique pour les citoyens, qui ont su faire preuve de lucidité et de clairvoyance vis-à-vis d’une tentative d’anesthésie politique des nations européennes.

 

 

 

 Notre République tend à devenir une République « néo-libérale », dans laquelle le qualificatif « néo-libéral » fixe le cadre duquel la politique ne peut sortir (comme en République « islamiste » où les religieux ont le dernier mot, et dans l’ex-URSS où le parti communiste avait le pouvoir absolu).

 v      Nous militons pour une République laïque, donc libre, car elle préserve le champ politique des dogmes de toutes sortes (religieux, idéologiques ou autres) et est une condition de l’égalité.

 

  Le dogme du libre échange, porté par l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et relayé avec zèle par les institutions européennes, est aussi pesant sur les choix politiques français que l’était le phénomène religieux il y a un ou deux siècles.

 v      Nous militons pour une République sociale, qui favorise l’organisation de la vie collective et la cohésion de la société autant que le développement de l’initiative et de la liberté individuelle.

 

  L’individualisme, qui vise l’émancipation des personnes, doit être contenu dans des règles de vie en société et dans le cadre formalisé d’objectifs collectifs à atteindre par la nation.  

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article
17 juillet 2006 1 17 /07 /juillet /2006 12:08

Définition de la citoyenneté par l'ancien ministre Anicet LE PORS

Le 15 mai 2003, à Saint-Berthevin, l’homme qui fait référence en la matière (auteur du Que sais-je ?   « La citoyenneté, valeur dépassée ? »), l’ancien ministre de la fonction publique, actuel Conseiller d’Etat, Anicet Le Pors était invité par CIVIQ à préciser les contours de la notion de citoyenneté.

  Selon lui, celle-ci ne peut se laisser enfermer dans une définition.

Toutefois, se dégagent des 25 derniers siècles, au moins deux points communs à ce qu’on nomme la citoyenneté :

Le premier, c’est qu’il n’y a pas de citoyenneté sans valeurs. Ces valeurs, qui constituent le creuset de la citoyenneté, sont la conception de l’intérêt général, l’affirmation du principe d’égalité et la responsabilité morale.

Le second, c’est qu’il n’y a pas de citoyenneté sans moyens de l’exercer. Ces moyens sont d’abord les droits civiques, très liés à l’idée de nationalité. C’est aussi la dimension sociale et économique de la citoyenneté dans l’entreprise. Ce sont aussi des choix de société, par exemple les premières lois de décentralisation en 1982.

 

   Mais il n’y a pas de recette-miracle pour développer la citoyenneté.

 Cela renvoie à la responsabilité de chacun. La crise des partis politiques doit nous amener à  « réfléchir à une nouvelle manière de faire de la politique ».

   

 
Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article
17 juillet 2006 1 17 /07 /juillet /2006 11:42

CIVIQ  : un outil d’information et d’éducation à la citoyenneté.

L’article 2 des statuts de l’association, créée en décembre 2002, est ainsi libellé :

 « Cette association a pour but de soutenir et promouvoir la citoyenneté :

 ü      Aider les personnes et les groupes à s’approprier leur avenir, à réfléchir aux moyens à prendre pour développer durablement leur milieu, leur cité, leur collectivité, leur pays…

 ü      Mettre à leur disposition : des informations, des outils de formation et d’animation,

 ü      Faire émerger des idées et des pratiques de terrain qui pourront être, ensuite, portées par les élus vers les organisations politiques et les pouvoirs publics,

 ü      Créer les conditions de relations entre citoyens et élus, qui permettront aux uns et aux autres de dépasser les intérêts particuliers afin de se rapprocher de l’intérêt général ».

 

 

 

 

 

CIVIQ est née de l’aspiration profonde à rénover la vie politique  par la volonté et la participation des citoyens.

 Le titre complet de l’association, « Réseau CIVIQ (Citoyenneté et Vie Quotidienne) », exprime la volonté de relier constamment la citoyenneté et la vie quotidienne, que ce soit dans le travail et hors du travail, pour tout ce qui concerne l’organisation de la vie en société.

 CIVIQ veut être un ferment démocratique et républicain dans la société.

 

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article