Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 22:55

La gauche républicaine, chaînon manquant de Chevènement


Alors que les élections européennes sont dans un mois et qu’il reste normalement trois ans de mandat au président de la République en place, le quotidien Libération vient de lancer une vigoureuse campagne en faveur de François Bayrou.


Dans un éditorial, hier 4 mai, Laurent Joffrin pose la question Comment battre Nicolas Sarkozy ? 

Sa réponse est claire : en rassemblant « les forces écologistes, les socialistes à l’ancienne comme Jean-Luc Mélenchon, le PS, les partisans de François Bayrou et même les gaullistes sociaux et républicains tentés par un Dominique de Villepin ».


Réponse de Benoît Hamon, porte-parole du PS, sur le même site de Libération, hier (voir Faut-il s'allier avec Bayrou ? Le débat agite le PS) : « Moi, je suggère à tous les socialistes qu’on s’attache d’abord à rassembler la gauche, à réunifier notre camp pour que le second tour soit un second tour socialistes contre Sarkozy et que nous l’emportions ».



Jean-Pierre Chevènement, le 22 juin 2008,
à l'issue du congrès du MRC, au Kremlin-Bicêtre


On voit bien que Libération cherche à favoriser le rapprochement de tous les anti-Sarkozy qui ont les mêmes conceptions de l’Europe, plutôt fédérale et intégrée, c’est-à-dire privilégiant la démarche communautaire portée par la Commission et le Parlement au sein des institutions européennes.


Je puis témoigner des sentiments profondément anti-Sarkozy des fonctionnaires de la Commission à Bruxelles. Car le président de la République a le tort, selon eux, de prendre appui sur les Etats et de mépriser les rouages communautaires de la construction européenne.


Quand Bayrou dit qu’avec Sarkozy, la France n’est plus la France, il pense en réalité que la France ne porte plus le projet européen communautaire. C’est cela qui est lui insupportable.


Pourquoi le PS ne parvient-il pas à prendre le dessus dans les sondages sur Bayrou ?
Parce qu’il ne se distingue pas de lui dans son projet politique réel sur l’essentiel, qui est la France dans l’Europe.


Le PS ne pourra coincer Bayrou que s’il s’en distingue vraiment
. En revenant à un projet républicain pour la France.

Le PS et la gauche, pour revenir à l’essentiel et regagner la confiance des citoyens, ont une solution à leur portée : se tourner vers Chevènement.


Bayrou et Chevènement sont les deux recours face à Sarkozy en 2012
.

- Le premier est le recours de droite pour revenir au consensus droite-gauche d’avant 2007 et sauver l’Europe giscardienne du traité constitutionnel européen.

- Le second est le recours de gauche pour refonder la France républicaine et réorienter l’Europe, afin qu’elle joue son rôle face à la crise du capitalisme.


Chevènement réunit les cadres du MRC

 

Demain, à partir de 18h, Jean-Pierre Chevènement réunit les cadres nationaux du MRC. Il veut que notre Mouvement se détermine en faveur d’une stratégie opérationnelle face à la crise profonde à laquelle le monde est confronté.

 

Comment imaginer la future sortie de crise, en sachant les écueils que sont l’Europe actuelle, la doctrine du libre-échange et le système monétaire (voir Débat sur le G20 au Sénat : Chevènement évoque trois tabous à lever - 30 avril 2009) ?

 

Comment voir l’avenir de la France ? C’est la grande question pour 2012.

 

Quelle stratégie pour le MRC ?

 

J’aurai la possibilité d’exprimer mon point de vue, après l’exposé de notre président. J’ai déjà dévoilé des éléments (voir Michel Sorin (MRC) : proposer le système républicain d'économie mixte - 3 mai 2009).

 

Trois éléments sont fondamentaux et indispensables : une bonne analyse de la crise, la personnalité de Jean-Pierre Chevènement, le peuple français. C’est ce dernier, le chaînon manquant, c’est-à-dire les citoyens, qu’il faut rendre présent dans notre dispositif.

 

Lors de notre congrès, en juin 2008, au Kremlin-Bicêtre, nous avons adopté, à l’unanimité, une stratégie : la refondation de la gauche sur des bases républicaines. Ce qui fait défaut, ce sont les moyens nécessaires pour entrer en contact avec les citoyens et mener le combat politique de terrain.

 

Nous sommes dans la situation d’une entreprise qui aurait un bon produit, mais qui n’aurait pas les moyens de distribution lui permettant de toucher le consommateur final.

 

Jean-Pierre Chevènement a su, par son talent, se donner les moyens, avec la Fondation Res Publica et son élection au Sénat, de produire des textes de très haut niveau, appréciés comme tels au niveau de nombreuses personnalités nationales et internationales.

 

Il manque l’organisation politique de la gauche républicaine, qui lui permettrait de porter ses idées auprès des français et de faire remonter celles des citoyens vers les responsables, au côté de lui.

 

Nombreux sont les militants qui m’ont fait savoir à quel point ils sont déçus par notre non participation sur des listes aux élections européennes. Certains sont à la limite de la rupture avec le MRC, à cause de son absence de visibilité nationale et locale.

 

Demain, j’espère que Jean-Pierre Chevènement aura cela en tête au moment où il accueillera les secrétaires et délégués nationaux du MRC.

 

Cet article est le 28ème paru sur ce blog dans la catégorie MRC national.

Partager cet article
Repost0

commentaires