Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 23:05

Dépendance, concurrence, défiance… avant l’assaut ?

 

La note de lecture de Baptiste Petitjean, directeur de la Fondation Res Publica, publiée par celle-ci le 21 décembre 2012 (voir Fondation Res Publica | Think tank), concernait le livre d'Alain Frachon et Daniel Vernet (Grasset, octobre 2012), intitulé "La Chine contre l’Amérique – Le duel du siècle".

Nous avons l’impression que, dans cette confrontation mondiale, l’Europe ne peut que subir. D’où le titre de la note L’Europe prise en étau entre les Etats-Unis et la Chine

En voici des extraits.

 

La dernière note de lecture de la Fondation finissait par faire l’hypothèse suivante : « depuis l’effondrement du bloc soviétique et depuis que la montée des pays émergents accélère l’apparition d’un monde multipolaire, on constate la montée en puissance d’un duopole Chine / Etats-Unis – ce que nous appelons le G2 [1] –, qui laisse à penser que nous sommes passés d’une bipolarité à une autre, même si elle n’est que transitoire » [2]. Alain Frachon et Daniel Vernet estiment à juste titre que nous sommes entrés dans une bipolarité sino-américaine qui peut revêtir une forme consensuelle (le G2), mais qui peut tout à fait prendre une forme concurrentielle voire conflictuelle.

A partir de 1972 et la rupture sino-soviétique, une alliance de facto scellée par un antagonisme commun vis-à-vis de l’URSS va amorcer une phase de dépendance mutuelle entre la Chine et les Etats-Unis. Cette phase trouvera son prolongement dans les années 90 et le début des années 2000 dans une « relation d’interdépendance économique et financière ». Notons par exemple que les deux tiers des réserves monétaires chinoises – qui s’élèvent à 3 200 milliards de dollars – ont été investies en bons du Trésor américains, entraînant par ailleurs la surconsommation aux Etats-Unis. Les auteurs ont, néanmoins, le mérite de casser quelques préjugés sur l’essor économique chinois : la Chine n’est plus seulement l’atelier du monde, ce que les entreprises chinoises fabriquent ne cessent de monter dans l’échelle de la valeur ajoutée.

Toutefois, cette dépendance mutuelle se transforme en une concurrence accrue, avec une défiance palpable. Le Pacifique devenant alors le « le lieu privilégié [de cet] affrontement qui ne dit pas son nom » : « l’enjeu pour les Chinois est de s’imposer comme la puissance régionale prépondérante en Asie », et plus particulièrement dans « sa zone d’influence traditionnelle » qu’est le Pacifique. Via une « doctrine Monroe à la chinoise » (expression de Jean-Luc Domenach) [pages 37-40], la Chine ne « tolérera aucune ingérence militaire étrangère dans le pacifique occidental. Elle s’appuie pour cela sur le principe de souveraineté nationale. L’ambition des dirigeants chinois est « l’ascension pacifique » [3] : devenir la plus grande puissance mondiale, sans velléité hégémonique. « Ce nationalisme, [qui est une sorte d’idéologie de substitution au communisme], s’exprime dans un sentiment de rivalité sans merci avec les Etats-Unis ». Ces derniers entendent accompagner le balancement du monde vers l’Asie-Pacifique. L’objet de la présence américaine active dans cette région est un « encerclement de la Chine par une coalition locale de pays démocratiques » [page 200]. En d’autres termes, l’objectif américain est de contrecarrer l’ambition militaro-politique de la Chine, grâce à une stratégie d’alliances.

Ce déplacement du centre de gravité géopolitique vers l’Asie-Pacifique se réalise au détriment de l’Europe. Et c’est justement dans la conclusion du livre que le lecteur peut trouver une source de réflexion : où est l’Europe ? Elle n’est, selon les Américains, « pas en mesure de jouer un rôle international conforme à son poids économique ». Pour les Américains, « les Européens ont abandonné la pensée stratégique ». De leur côté, les Chinois ne considèrent pas l’Europe comme un ensemble, ils mènent « une stratégie différenciée » selon les Etats membres. De fait, l’hétérogénéité de puissance, d’influence, de structure économique des pays européens « empêche la définition d’une politique commune vis-à-vis de la Chine ». Ainsi, « en dix ans le monde a changé mais la stratégie européenne ne s’est pas adaptée, faute de consensus sur l’analyse des changements et sur les politiques à mener ». La Chine est, à titre d’exemple, à peine citée dans un rapport sur la « stratégie européenne de sécurité » qui date de 2003 [pages 237-243].
 

A noter, la prédiction brandie par La Chronique Agora - publication bien documentée qui s’adresse aux investisseurs boursiers - d’une offensive de la Chine en direction de l’or physique, qui serait un signe de la préparation d’un coup monétaire visant à la substitution du yuan au dollar dans la suprématie mondiale. Voir Comment et pourquoi la Chine fait main basse sur le marché de l’or physique (Atlantico, Isabelle Mouilleseaux, 16 mars 2012).

 

Cet article est le 21ème sur ce blog dans la catégorie Asie.

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans Asie
commenter cet article
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 22:24

La Chine, 1er producteur de biens de consommation

 

Il m’arrive du Québec un article de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS*) qui propose comme personnalité de l'année 2012 « le camp de travail chinois » et pose la question : derrière notre système économique basé sur la consommation, quel mode de production se cache-t-il ?

 

J’en étais resté à l’affirmation de Michel Aglietta : il existe une voie chinoise originale du développement - 11 novembre 2012. Mais l’IRIS québécois a raison de pointer le système de rééducation par le travail, qui a survécu à Mao et reste très présent dans la Chine actuelle. C’est l’équivalent du « goulag » de l’URSS. Cela s’appelle Laogai (Wikipédia). Lire Une lettre d'un camp de travail chinois retrouvée dans une décoration pour Halloween

 

Voici le texte publié le 2 janvier 2013 par Simon Tremblay-Pepin.

L’autre personnalité 2012 : le camp de travail chinois

 

(…) Par contre, si on a beaucoup parlé de la Chine en 2012, notamment pour la contraction « inquiétante » de sa croissance, on n’a pas beaucoup parlé de ses travailleurs et travailleuses et de leurs conditions de travail. Pourtant, la Chine est désormais le plus grand producteur de biens de consommation au monde et notre vie quotidienne est remplie de ses produits. En effet, le « Made in China » n’est plus seulement l’apanage des babioles cheap, mais bien de plusieurs produits de consommation courante : des ordinateurs à la vaisselle en passant par les voitures, pour ne nommer que quelques exemples. Dans ce contexte, comment sont produits ces biens devrait nous préoccuper, puisque leur mode de production met un peu à mal notre conception de ce qu’est le développement dans notre système économique.

Le système concentrationnaire chinois

Tout récemment, une lettre d’un travailleur Chinois aurait été glissée dans des décorations d’Halloween (quel à-propos macabre, n’est-ce pas?), demandant à qui la trouverait de contacter l’organisation internationale des droits de l’homme pour dire que le camp de travail dans lequel il se trouvait contrevenait à ces droits. Pour nombre d’Occidentaux, cette idée de camp de travail en Chine paraîtra surprenante. Bien qu’on sache que les Chinois sont peu payés au travail, on n’entend rarement parler du fait qu’un nombre des produits que nous consommons sont en fait le produit de travaux forcés, exécutés par des prisonniers en camp de travail.

Les Laogai, des camps de rééducation politique par le travail, sont la pointe de l’iceberg du système de travail forcé en Chine. Dans ces camps, qualifié par un ancien prisonnier comme étant pire que les goulags soviétique, plusieurs centaines de milliers, voire millions de personnes (le nombre exact est inconnu) travaillent plus de 14 heures par jour et on y dénombre viols, exécutions sommaires et meurtres de masse. On peut y être condamné pour avoir partagé une opinion contraire à celle du gouvernement ou pour être réputé avoir des activités séditieuses. La condamnation y est sans appel et on peut y rester plusieurs années, voire plusieurs décennies. Cette vidéo montre quelques images troublantes, tout comme ce reportage de France 24. Ces camps de travail politique ne sont pas les seuls camps de travail. En effet, les conditions normales de travail semblent être en tout point semblables, outre les assassinats, à celles des camps politiques. Voici quelques extraits à propos des conditions de travail (glanées ici et ) chez Foxconn.

« Les ouvriers ne peuvent pas gagner un salaire leur permettant de vivre avec leurs seules heures de travail normales et sont contraints d’effectuer un trop grand nombre d’heures supplémentaires ». […] La durée du travail est comprise entre 10 et 14 heures par jour, avec de fortes variations saisonnières, liées à la demande pour des produits sans cesse mis à jour ou renouvelés. Durant la haute saison manufacturière, les ouvriers font des heures supplémentaires excessives, travaillant souvent jusqu’à l’épuisement […] les ouvriers devaient répéter la tâche qui leur était assignée toutes les trois secondes, debout et sans discontinuer pendant dix heures. » (…) On peut trouver ici quelques photos saisissantes de ces lieux de travail.

Ce que les camps de travail chinois révèlent sur notre économie

Selon la doxa économique dominante, ce qui fait la force de l’économie mondiale, c’est la compétition, le libre-marché et la liberté individuelle. Or, voilà que 20% de la production de biens mondiale, produits dans la deuxième plus grande économie du monde (au niveau du PIB), provient finalement d’un pays :

-       où la structure économique, malgré la présence d’entreprises privées, est largement planifiée et le système politique autoritaire;

-       où il existe des camps de travail où l’on peut être envoyé pour délit d’opinion politique;

-       où une bonne partie de la production qui n’est pas faite dans ces camps est faite dans des conditions de contrainte et d’oppression tel qu’il est impossible de parler même de l’ombre d’une liberté.

Et, bien sûr, la Chine n’est pas le seul pays qui évolue dans ce contexte. Que dire des conditions de travail au Mexique ou aux Philippines? Que dire du caractère autoritaire des organisations économiques de ces États? Devant des consommateurs occidentaux de plus en plus endettés, mais qui veulent et doivent continuer leur même niveau de consommation pour à la fois maintenir leur style de vie et consolider la place occupée par leurs pays dans l’espace économique mondial.

Alors, la prochaine fois qu’on vous dira que l’économie planifiée est un échec ou que c’est la libre compétition entre agents économiques qui produit la richesse, jetez un coup d’œil à votre iPhone et rappelez-vous qu’une bonne part de notre économie est fondée sur le travail forcé et la planification autoritaire.

* L’IRIS, un institut de recherche sans but lucratif, indépendant et progressiste, a été fondé en 2000.

L’Institut produit des recherches sur les grands enjeux de l’heure (partenariats public-privé, fiscalité, éducation, santé, environnement, etc.) et diffuse un contre-discours aux perspectives que défendent les élites économiques. Voir Notre mission

 

Cet article est le 20ème sur ce blog dans la catégorie Asie.

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans Asie
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 20:18

« Capitalisme et Empire » propose une approche différente

 

L’un de mes amis lecteurs m’a signalé que l’article « Congrès du parti communiste chinois : maîtriser les crises et scandales - 10 novembre 2012 » reflète le point de vue des médias occidentaux, qui mettent en avant le capitalisme d’Etat, la corruption et la contre façon, sans aller au fond des explications historiques du développement chinois.

 

Michel Aglietta offre une vision plus complète de la Chine dans le livre « La voie chinoise, Capitalisme et Empire ».

Le succès économique de la Chine est incontestable. S'agit-il d'une économie capitaliste qui ne dit pas son nom ? Si c'est le cas, où est l'État de droit qui devrait l'accompagner ? Et comment concevoir un capitalisme sans capitalistes, ces acteurs privés dont l'influence politique est prépondérante ?
Les auteurs tournent ici le dos aux explications néolibérales pour explorer le formidable héritage culturel et politique de la Chine. Dans une approche qui allie à la théorie du développement économique la philosophie chinoise et les enseignements de l'histoire, ils expliquent pourquoi ce miracle économique ne s'est pas produit après la chute de l'Empire en 1911 et montrent l'importance de l'époque socialiste (1950-1978) pour la réussite de la réforme. Au-delà des changements que connaît la Chine depuis trente-cinq ans, ils analysent ses atouts et les adaptations nécessaires pour aborder le défi d'une croissance soutenable.
Vaste fresque inspirée de la méthode de Fernand Braudel, ce livre propose une réflexion foisonnante sur les rapports entre les institutions politiques et sociales et les marchés. Une véritable référence sur la Chine d'aujourd'hui
.

 

Voir aussi Conférence - La voie chinoise. Capitalisme et Empire

La voie chinoise. Capitalisme et Empire

Dans un entretien réalisé par Dominique Bari et Lina Sankari, paru dans « l’Humanité des débats » le 2 novembre et sur le site du PCF de Villepinte le 6 novembre, Michel Aglietta explicite sa pensée.

Dans la Voie chinoise. Capitalisme et empire (Odile Jacob - économie), Michel Aglietta et Guo Bai renversent l’idée dominante selon laquelle l’empire du Milieu aurait construit sa puissance grâce à sa seule intégration dans l’économie de marché. À la veille de l’ouverture du 18e congrès du Parti communiste chinois, Michel Aglietta trace les grandes lignes économiques et politiques de la Chine qui vient.

L’économie, moyen ou fin ? L’approche du 18e congrès du Parti communiste chinois favorise une abondante production littéraire de qualité variable sur l’empire du Milieu. Le livre de Michel Aglietta et Guo Bai, la Voie chinoise. Capitalisme et empire a le mérite de proposer une approche différente, loin des errements sinophobes ou « sinobéats ». L’alliance de ce professeur à Paris-X-Nanterre et de cette chercheuse à HEC rappelle qu’à compter du IIIe siècle avant notre ère, la Chine réalise son unité politique et surtout la préserve.

Au fil du livre, le lecteur saisit comment un régime socialiste parvient à « édifier un capitalisme spécifique », à développer une industrie presque inexistante avant Mao et à poser les bases des réformes, socles de l’ascension économique. Autre mérite : l’ouvrage pose les bases de nouvelles réformes dans une société en proie aux tensions. Si l’économie est un moyen, la fin reste la stabilité, l’unité et le « bien-être » social. Un long chemin pour un pays qui compte 1,3 milliard d’êtres humains. L’un des ouvrages les plus intéressants du moment.

Voir Michel Aglietta. « La Chine peut inventer un système original d’harmonie sociale »

Cet article est le 19ème sur ce blog dans la catégorie Asie.

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans Asie
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 17:51

Un pouvoir dirigiste et autoritaire, un capitalisme d’Etat

 

Pas de changement d’orientation politique mais un changement d’hommes à la tête du PCC, qui devrait maintenir la même méthode collective de gouvernement du pays. C’est ce qui est attendu du renouvellement des instances du Parti communiste, là où est le pouvoir en Chine. On peut s’attendre à ce qu’il y ait une certaine forme de déconcentration du pouvoir en associant davantage la population localement, afin d’améliorer l’efficacité du système de prise de décisions.

 

La Chine , un pays hors normes

 

Voir Wikipédia : Politique de la République populaire de Chine

 

Pierre Haski, cofondateur du site Rue89, décrit ainsi cet immense pays.

C’est le pays le plus peuplé au monde -1,3 milliards d’habitants-, mais c’est surtout la nouvelle superpuissance économique du XXI° siècle. La Chine, hier introvertie et trop occupée à suivre son Grand Timonier Mao Zedong dans ses fuites en avant révolutionnaires, a épousé depuis trois décennies la mondialisation et le capitalisme le plus dérégulé. Résultat, avec une croissance à deux chiffres, la Chine s’est hissée au deuxième rang des économies mondiales, sorti des centaines de millions d’habitants de la pauvreté, et développé des entreprises qui comptent désormais parmi les plus grandes au monde.

Mais le décollage de l’économie chinoise n’a pas eu l’effet positif que certains espéraient sur le système politique : la Chine reste immuablement contrôlée par le parti communiste chinois (PCC), converti au capitalisme d’Etat et au libéralisme social le plus sauvage, sans laisser d’espace pour un quelconque pluralisme. Plus de vingt ans après la répression de la place Tiananmen en 1989, l’autoritarisme du pouvoir chinois s’applique à tous ceux qui contestent son autorité absolue, à l’image du prix Nobel de la paix 2010 Liu Xiaobo, emprisonné pour avoir écrit la Charte 08 réclamant la démocratie, de l’artiste contestataire Ai Weiwei détenu trois mois en 2011, des internautes qui ont créé un espace de liberté sur le web et sont régulièrement soumis à la censure, ou encore des minorités ethniques du Tibet ou du Xinjiang.

La Chine est à la veille d’un important changement politique, puisque l’équipe dirigeante actuelle, avec la fin prévue du double mandat du président Hu Jintao et du premier ministre Wen Jiabao, qui seront respectivement remplacés par le vice-président Xi Jinping et, vraisemblablement, par l’ascension de Li Keqiang comme chef du gouvernement. Cette transition marque un changement de génération, pas nécessairement un changement d’orientation politique (…).

Dans un article publié le 8 novembre 2012 par Rue89, il insiste sur la personnalité du nouveau dirigeant, Xi Jinping : « Fils d’un héros de la Révolution de Mao, marié à une star de la chanson, Xi Jinping a vécu parmi les paysans et a une fille qui étudie à Harvard. Portrait ».

Voir Cinq choses à savoir sur Xi Jinping, futur président chinois

 

Pour sa part, le site du quotidien Le Monde a ouvert ses colonnes le 9 novembre 2012 à Stéphanie Balme, chercheuse à Sciences Politiques Paris et au Centre d'études et de recherches internationales (CERI).

Voir Chine : "Hu Jintao quitte le pouvoir sans avoir fait les réformes"

 

Rappel : La Chine se développe à l'ouest (minerais, constructions, transports) - 19 juillet 2012 

 

Cet article est le 18ème sur ce blog dans la catégorie Asie.

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans Asie
commenter cet article
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 22:24

Du boulot pour les multinationales, sous le contrôle de l’Etat

Hier, je proposais La réalité économique de la Chine, vue par un entrepreneur français. Je propose aujourd’hui de compléter cette vision de la Chine par les observations sur place d’un analyste financier, spécialiste des matières premières, qui conseille les particuliers, Florent Detroy (voir L'Edito Matières Premières & Devises). Il analyse, sur place, la situation économique de la Chine.

 

Voir Les banques chinoises à l'assaut des marchés occidentaux (14 février 2011)

 

La Chine est-elle en faillite ? (12 juillet 2012)

 

Participez à la conquête de l'ouest... chinois (19 juillet 2012)

 

(…) Car oui, la Chine est en train de se lancer à la conquête de l'ouest. Le développement des régions du centre, du nord et de l'ouest chinois figure au coeur de son 12e plan quinquennal 2011-2012. Et les premiers résultats commencent à apparaître. Ces régions continentales, parfois enclavées, où des villes de 30 millions d'habitants dormaient paisiblement, sont en train de connaître des croissances à deux chiffres. A l'heure où l'on glose abondamment sur la fin du "miracle chinois", de nouveaux eldorados se rappellent à nous. Pour essayer d'y voir plus clair, je me suis replongé dans l'histoire de la croissance chinoise. Après cette courte plongée historique, je vous conseillerai les secteurs qui profiteront de cette nouvelle ruée vers l'ouest.

 

L'Asie joue au billard depuis 40 ans
L'Asie est la seule région où des pays ont réussi sur les 50 dernières années à se hisser aux niveaux de richesse des pays développés. Cette croissance a été construite sur un facteur en particulier : le coût du travail.

Je suis arrivé en Chine en apportant avec moi les mémoires de Zhao Ziyang. Cet homme politique a été Premier ministre pendant les années 1980, période où s'est construite la croissance chinoise. Economiquement (et politiquement) libéral, il avait la confiance du père du modèle chinois actuel, Deng Xiaoping. Un chapitre entier est consacré aux premières années de son gouvernement. L'ancien Premier ministre explique qu'historiquement, les pays développés ont été amenés à déplacer leurs industries vers les régions où le coût du travail était faible. Voici ce qu'il écrit : "du point de vue asiatique, ce sont d'abord les Etats-Unis qui ont délocalisé leurs industries à main-d'oeuvre vers le Japon [...] Puis les Etats-Unis et le Japon ont délocalisé une partie de leurs industries de fabrication vers les "quatre petits dragons" (Taiwan, la Corée, Hong Kong et Singapour), qui se sont développés à leur tour. Le mouvement s'est ensuite déplacé vers les pays de l'ASEAN" (Malaise, Indonésie, Philippines, Singapour, et Thaïlande). Et le Premier ministre chinois continue en expliquant que ce mouvement "n'allait pas s'arrêter, et qu'il représentait une occasion à saisir". La Chine l'a saisi, et a vu son PIB être multiplié par 18 entre 1980 et 2010. Aujourd'hui, le phénomène se déplace à nouveau. Non pas vers un autre pays, mais vers l'ouest du pays.

 

La croissance n'est pas à gauche, elle est à l'ouest !
Le balancier est en train de s'inverser entre l'est et l'ouest. Alors que les régions du Guangdong, le Jiangsu et le Zhejiang, toutes à l'est, ont connu une croissance de 10% en 2011, une ville comme Chong Qing, au centre, a connu 16,4% de croissance. 30 ans après, le centre est ainsi en train de reproduire le modèle de croissance des régions côtières. C'est vers ces régions que convergent actuellement les industries textiles ou de la petite électronique, industries grosses consommatrices de travail.

Comme il y a 30 ans à l'est, les besoins en matières premières, infrastructures, transports sont encore énormes. Et ceux-ci restent encore largement ignorés. Danny Quah, professeur d'économie à la London School of Economics, soulignait en mars dernier que "beaucoup d'étrangers qui admirent les hauts gratte-ciels des villes de l'est ne savent pas que certains villages éloignés dans l'ouest de la Chine n'ont pas de connexion avec le réseau routier ou au réseau d'électricité". Ce développement va rapidement attirer les multinationales qui, il y a 30 ans, se sont ruées le long du littoral chinois.

 

Trois secteurs en particulier profiteront de cette croissance à venir de l'ouest.

 

Car c'est bien la construction qui va profiter en premier lieu de la croissance de ces régions. Et dans son sillage, c'est le marché du fer, absorbé à 40% par le bâtiment, qui va repartir.

L'ouest construit désormais en dur
Alors que le marché de l'acier a reculé ces six derniers mois, les analystes s'attendent à une reprise cet été. Ce rebond sera notamment soutenu par l'avancée de plusieurs travaux d'infrastructures dans ces régions. Cet optimisme sur le marché de l'acier est partagé par exemple par le centre d'analyse Gavekal. Celui-ci indique que "l'immobilier soutiendra la demande d'acier dans les trois prochains mois. Cela indique que la demande touchera un point bas par rapport à l'an dernier à la mi-2012, et connaîtra 15% de croissance en fin d'année". Et dans les années à venir, un deuxième secteur lié aux métaux reprendra du tonus, l'exploitation minière.

 

La Chine met en valeur ses ressources minières
"Vampire du milieu" pour certains, la Chine n'est en pas moins bien dotée en ressources naturelles. Le problème, c'est que ces ressources sont difficiles d'accès. Les régions minières sont pour la plupart situées à l'ouest, dans des espaces montagneux ou désertiques. C'est pourquoi le développement de l'ouest va permettre de désenclaver ces zones. Le gouvernement a ainsi lancé en 2011 un vaste plan de mise en valeur des ressources minières. D'ailleurs, le gouvernement n'a pas le choix. Le ministère des Terres et Ressources vient d'annoncer que sur 45 métaux analysés, la Chine pourrait avoir des difficultés d'approvisionnements pour 25 d'entre eux d'ici 2020.

Une région en particulier est en train de faire le bonheur des investisseurs, le Yunnan. Selon Li Lianju, membre du ministère des Terres et Ressources, "entre 2010 et 2020, encore 500 tonnes d'or et 200 milliards de m3 de gaz non-conventionnel devraient être produits [dans cette région]". Le plus intéressant pour nous, c'est que les investissements étrangers commencent à être les bienvenus dans les mines chinoises. Si l'on a vu mardi dernier qui seront les acteurs étrangers des gaz de schiste, certains noms d'autres contrées sont en train d'émerger dans le secteur minier. Ainsi le canadien Asia Now Resources a fait une entrée remarquée dans les mines d'or. Vous pouvez retrouver la cotation de cette petite minière sur le Toronto Stock Exchange.

 

Le transport connectera l'ouest à l'est
Enfin, rien ne sera possible sans un solide réseau de transport. Ni la construction ni l'exploitation minière ne décolleront sans être reliées aux régions de la côte. Or les besoins sont gigantesques. Le plan de développement des régions de l'ouest couvre 6,85 millions de km2, ou 71% du territoire chinois ! Les premiers programmes d'infrastructures doivent s'étendre jusqu'en 2015. Ainsi, 15 000 km de voies ferrées seront construites dans les régions de l'ouest d'ici cette date. Le secteur autoroutier devrait également prendre son essor, renforçant la demande d'acier (…).

 

Cet article est le 17ème sur ce blog dans la catégorie Asie.

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Asie
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 21:55

Les désagréments se multipliant, il veut réinvestir en France

 

La Chine est la 2ème économie mondiale, la 3ème si l’on fait semblant de croire que l’entité Union européenne - avec ses 27 Etats membres - est à la seconde place.

Documents à consulter concernant la présentation de la Chine :

Économie de la République populaire de Chine (Wikipédia)

Présentation de la Chine (site du ministère français des affaires étrangères)

Repères. Chine (Libération, 15 juillet 2012)

 

La Chine a su exploiter le désarmement commercial des USA et de l’Union européenne  - dans le cadre de l’ultralibéralisme en vigueur au sein de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) - pour conquérir des marchés dans des conditions pénalisant l’industrie des pays développés, notamment l’Europe.

Mais la Chine n’est plus à l’abri du ralentissement de l’économie mondiale. Voir Une croissance en points de suspension(Libération, Vittorio de Filippis, 15 juillet 2012).

 

Le correspondant du quotidien Libération à Pékin, Philippe Grangereau, a constaté qu’en Chine, les conditions de l’investissement des entreprises étrangères tendent à se dégrader. Il cite le cas d’un entrepreneur français, bien implanté dans la vie économique chinoise, qui prépare son retour en France.

 

«Relocaliser de Chine en France prend tout son sens» (Libération, 15 juillet 2012)

 

Hausse des coûts, productivité stagnante, pressions… Un entrepreneur français installé dans le Guangdong explique pourquoi il veut réinvestir dans l’Hexagone.

 

Au vu du succès considérable de son entreprise en Chine, rien ne semblait prédestiner Jean-Charles Viancin à s’orienter vers une «relocalisation» en France. Couvert de dettes après l’échec de sa PME en France, il s’installe voilà trois ans en Chine, à Dongguan, dans la province du Guangdong, où il épouse une Chinoise. Avec le soutien d’un investisseur français, le jeune entrepreneur de 28 ans y prend la tête de Super Silicone, une usine de fabrication de moules de pâtisserie. Grâce au silicone qui n’attache pas à la cuisson, le Français fait fortune. Son entreprise de 300 ouvriers a enregistré en 2011 un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros, qu’il espère voir encore grandir cette année, grâce aux 70% de parts de marché qu’il possède désormais en France et au Japon.

 

Astronomique. L’expérience est cependant loin de l’avoir convaincu de rester. Et c’est vers la France qu’il tourne désormais ses regards. «Des contacts ont été pris avec des élus de la Sarthe, où je cherche à ouvrir, l’an prochain ou en 2014, une usine pour le marché français.» Dans un premier temps, il «conservera son usine chinoise». Ses arguments pour relocaliser sa production dans l’Hexagone sont nombreux. Depuis deux ans en Chine, les coûts de fonctionnement ont augmenté de manière astronomique, qu’il s’agisse des charges, des loyers, de l’eau ou de l’électricité - qui est coupée un jour par semaine en été en raison des pénuries. «Comme mon usine fonctionne 24 heures sur 24, ces coupures me font perdre 10% de mon chiffre d’affaires», estime Jean-Charles Viancin. Les salaires des ouvriers ont, eux aussi, «crevé le plafond», du moins selon les critères chinois, passant de 2 000 à 3 500 yuans mensuels (255 à 446 euros) avec les heures supplémentaires. Mais, dans le même temps, la productivité de son personnel est restée la même. «Un ouvrier chinois a besoin d’avoir derrière lui un contremaître, un contrôleur de qualité, un team leader, un superviseur et un manager… Pour faire tourner une machine, on a besoin de quatre personnes, alors qu’en France une seule suffit. Même si les salaires français sont encore dix fois supérieurs aux salaires chinois, l’écart s’amenuise beaucoup en prenant en compte tout cela.» Viancin explique aussi que ses acheteurs français - Auchan, Magasins U… - sont prêts à payer ses produits 10 à 15% de plus s’ils sont made in France. «Alors, si vous intégrez cette autre donnée, l’écart devient minime.» Quelques-uns de ses moules en silicone sont d’ailleurs vendus au même prix que leurs équivalents faits dans certains pays européens. «Sachant qu’il faut trente jours de bateau pour acheminer nos produits en France, que les droits de douane à l’import des produits made in China risquent d’augmenter et qu’il est probable que l’euro revienne à parité avec le dollar américain, ouvrir une usine en France prend alors tout son sens.» Selon lui, il n’est pas dans la «culture chinoise» de «fonctionner de manière productive». «L’incitation ne marche pas, dit-il. Le seul moyen d’augmenter marginalement la productivité consiste à payer l’ouvrier à la pièce, en retranchant du salaire le coût des pièces endommagées.»

 

«Danger de mort». Selon l’entrepreneur, la pénurie de main-d’œuvre qualifiée en Chine reste un formidable handicap. Former un employé est presque inutile, car celui-ci a toutes les chances de quitter l’usine au bout d’un an pour chercher ailleurs un meilleur emploi. Mais il a d’autres raisons de vouloir rapatrier une partie de son entreprise : «Mes concurrents me font parvenir des menaces de mort contre moi et ma famille. Des équipes viennent devant l’usine soit pour saccager, soit pour demander à des ouvriers de transmettre ces menaces. Tant qu’on est client d’un industriel chinois, tout va bien, mais dès qu’on devient concurrent, on est en danger de mort.» Ne se sentant pas en sécurité dans la zone industrielle de Dongguan, où se trouve son usine, il vit à 250 km de là, à Canton, et fait la navette tous les jours.

Sans parler des «tracasseries administratives», sur lesquelles il ne souhaite pas s’étendre «pour ne pas avoir d’ennuis». Un autre industriel français, basé à Shenzhen, non loin de Dongguan, accepte de les évoquer, mais sous couvert d’anonymat : «La corruption au sein des gouvernements locaux est un problème monstrueux, et nous en souffrons quotidiennement. On doit consacrer au minimum 10% de notre chiffre d’affaires aux "enveloppes rouges" [les pots de vin, ndlr].»Enfin, le ralentissement du marché intérieur chinois depuis un an est, selon Jean-Charles Viancin, non seulement «très perceptible», mais «durable». Il touche les industriels qui sont dans le «moyen de gamme», tandis que le bas de gamme et le luxe continuent de prospérer. «Ce qui signifie que l’écart des richesses ne cesse de se creuser», analyse le patron de Super Silicone. Il a «peu d’espoir» dans l’avenir industriel du pays.

Malgré les appels officiels à l’« innovation», les PME chinoises «ne font généralement pas de recherche et de développement, et stagnent dans le bas de gamme». Pour lui, «la Chine reste ni plus ni moins l’atelier du monde… Mais le problème est que cet atelier est de plus en plus cher». Au point de l’inciter à revenir participer au «redressement productif» français cher à la nouvelle majorité.

 

         Cet article est le 16ème sur ce blog dans la catégorie Asie.

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Asie
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 23:33

Une stratégie intelligente qui gêne USA, UE et Japon

 

L’intérêt de la Chine pour les terres rares*, ces métaux indispensables à la fabrication de produits de haute technologie, est connu depuis longtemps.

Rappel : Métaux stratégiques (terres rares) : la Chine a une politique industrielle - 13 novembre 2010

Minerais (terres rares), sociétés minières : la Chine à la manoeuvre - 9 octobre 2009

* Terre rare (Wikipédia)

Petit résumé du problème par Isabelle Mouilleseaux

Isabelle Mouilleseaux rédige chaque jour l'Edito Matières Premières & Devises (Publications Agora), une lettre Internet gratuite consacrée au marché des matières premières et au marché des devises.

Vous souvenez-vous des terres rares ? Oui, ces petites terres "stratégiques" indispensables aux industriels qui évoluent dans les technologies high-tech et vertes (smartphones, tablettes, TV, technologie LED, véhicules électriques et hybrides, solaire, éolien...). (…). Souvenez-vous :

- 95% de la production mondiale est entre les mains de la SEULE Chine.
- Tous les industriels dépendent donc de son "bon vouloir" à les livrer ou non.
- La Chine a décidé de fermer progressivement le robinet des terres rares en réduisant massivement ses quotas d'exportation.

Sur 2012, la Chine persiste et signe en réduisant encore sa production et limitant ses exportations à 40%. Quotas stricts et irrévocables... Pire, ce sont les terres rares "lourdes", les plus recherchées, les plus rares et les plus coûteuses, qui subissent les quotas les plus stricts.

Pourquoi ? Officiellement pour "préserver ses ressources" et les garder pour ses besoins propres, nous dit Pékin. Mais soyons clairs : sa stratégie officieuse est "donnant-donnant"
Dit autrement : Toi, je te donne mes terres rares, mais à condition que tu t'installes chez moi et que tu me donnes accès à ta technologie... voilà ce que veut la Chine.

Et comme les terres rares sont utilisées dans les technologies de pointe, les technologies de demain... nous avons du souci à nous faire. Les Chinois sont diablement intelligents et surtout très visionnaires...

 

Pourquoi la Chine restreint ses exportations de "terres rares" (Le Monde, Anne-Gaëlle Rico, 14 mars 2012)

Les États-Unis, l'Union européenne et le Japon ont porté plainte, mardi 13 mars, contre la Chine auprès de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) pour ses pratiques "déloyales" sur les exportations de métaux appelés "terres rares". Les États-Unis ont requis de l'OMC des "consultations" avec Pékin concernant les restrictions imposées sur le commerce international "des terres rares", ces 17 métaux indispensables à la fabrication de nombreux produits de haute technologie : ampoules basse consommation, disques durs, téléphones portables, éoliennes, voitures hybrides... Les terres rares sont également des composants essentiels de l'industrie de la défense, ce qui inquiète particulièrement les Etats-Unis.

En 2009, les Etats-Unis, l'Union européenne et le Mexique avaient déjà déposé plainte contre la Chine à l'OMC pour entrave à l'exportation sur plusieurs produits miniers. Le 1er février dernier, le géant asiatique, qui avait été jugé coupable en 2011, a vu sa condamnation confirmée en appel, ce qui a incité les pays gros consommateurs à s'attaquer, cette fois, aux terres rares.

 

DES RAISONS ÉCOLOGIQUES ET STRATÉGIQUES

Depuis 2006-2007, la Chine a en effet intensifié le contrôle sur la production de ces métaux si précieux. D'abord pour des raisons écologiques : leur exploitation est très polluante, elle libère des matières radioactives et de l'acide. "Pendant trente ans, la Chine ne s'est pas souciée des conséquences environnementales, mais depuis quelques années, la situation évolue, et les autorités sont en train de mettre en place des normes encadrant cette industrie", estime John Seaman, chercheur à l'Institut français des relations internationales, spécialiste de la politique énergétique en Chine et des terres rares.

"Mais les raisons principales de ce resserrement des exportations sont stratégiques. Le dernier plan quinquennal chinois montre une très forte volonté de développer des industries de plus en plus sophistiquées, des produits à haute valeur ajoutée", analyse Christian Hocquard, spécialiste des terres rares au Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

La Chine se considère trop dépendante aux exportations, elle veut favoriser sa consommation intérieure, qui ne représente que 30-40 % de son PIB (contre 70 % aux Etats-Unis). Et la pression de la société chinoise pour que les salaires augmentent est forte.

 

95% DU MARCHÉ JUSQU'EN 2015

"Les Chinois ne veulent pas augmenter la production de terres rares, or ils prévoient d'en consommer une part croissante. Les quantités disponibles pour l'exportation vont donc diminuer, analyse Christian Hocquard. Il n'y aura peut-être plus d'entrave à l'exportation, puisqu'il n'y aura plus d'exportation. La procédure de l'OMC va durer des années, et la Chine pourra encore faire appel. D'ici là, peut être que la plainte n'aura même plus lieu d'être", estime l'économiste.

"Il y a des réserves de terres rares un peu partout dans le monde, mais seuls les Chinois ont compris l'importance de ces matériaux, et ce dès les années 1980", estime John Seaman. Les autres pays ayant des réserves ont longtemps considéré qu'il était moins cher – et moins polluant – de se fournir en Chine.

Or, la chaîne de production est longue à développer : il faut réaliser des études géologiques, mettre en place les règles environnementales, etc. En 2012, seules deux nouvelles mines devraient ouvrir, une en Australie et une aux Etats-Unis, mais aucune des deux ne va produire les 17 métaux des terres rares. Elles ne produiront que les composants les plus légers, qui sont les plus communs. Jusqu'en 2015, la Chine jouira ainsi d'un quasi-monopole, avec un tiers des réserves accessibles et plus de 95 % du marché.  

 

Cet article est le 15ème sur ce blog dans la catégorie Asie.

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Asie
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 21:25

L’énergie nucléaire placée sous surveillance accrue

 

Ce 11 mars, impossible d’oublier la catastrophe nucléaire du Japon, il y a exactement un an, autour de Fukushima. Ce pays s’est ainsi rapproché de nous, le fait étant accentué, en ce qui me concerne, par un lien familial.

 

D’abord, revenons aux faits, à travers les trois articles publiés après la catastrophe…

 

Japon : le séisme et le tsunami à l'origine d'un grave accident nucléaire - 15 mars 2011

Discipline, sang-froid et dignité sont une règle de vie pour les Japonais - 18 mars 2011 

Accident nucléaire au Japon : des raisons précises en sont à l'origine - 19 mars 2011 

 

… et le blog de Sylvestre Huet, Libération

 

Fukushima : un an après, bilan express de l'accident nucléaire Il y a un an le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 déclenchaient un accident nucléaire de niveau 7, le plus élevé, sur la centrale de Fukushima Dai-ichi. Retour sur cette catastrophe par un bilan express.

 

Le séisme choque la centrale à 14h46. Il provoque l’arrêt automatique des réacteurs 1, 2 et 3 qui fonctionnaient (les 4, 5 et 6 étaient à l’arrêt) par les barres de contrôle. Le réseau haute tension qui alimente la centrale est détruit, des bâtiments sont fortement endommagés, des équipements mis hors service. Les diesels de secours démarrent et alimentent la centrale.

Quarante minutes après, survient un tsunami de 15 mètres de haut. Il submerge les protections, brise les prises d’eau, défonce les portes, noie les parties basses des réacteurs et les diesels de secours, sauf celui des réacteurs 5 et 6. Dès lors, les systèmes de refroidissement des cœurs nucléaires - dont il faut évacuer la chaleur résiduelle et due à la radioactivité - et des piscines de rétention du combustible usé et chaud, ne fonctionnent plus (…).

 

 

C’est le tsunami, d’une ampleur exceptionnelle, qui a provoqué l’accident nucléaire. Le séisme a provoqué l’arrêt des réacteurs. Le tsunami, d’une hauteur de 15 mètres, a tout submergé, les protections n’étant pas à cette hauteur. C’est donc un défaut de protection qui est à l’origine de la catastrophe. Les autorités n’avaient pas mesuré correctement les risques liés à un tsunami.

Le peuple japonais s’est comporté remarquablement - voir Le Japon commémore le premier anniversaire de la catastrophe du 11 mars

Cet évènement a eu des incidences sur l’évolution de l’énergie nucléaire - voir Nucléaire : rien ne sera plus comme avant

Des manifestations ont lieu dans le but d’amener les pouvoirs publics à ne plus utiliser cette énergie - voir Une chaîne humaine contre le nucléaire entre Lyon et Avignon

Le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) s’est dissocié de la position du Parti socialiste sur ce point - voir Reprendre en mains notre avenir

Le Parti Socialiste souhaite engager notre pays dans une transition énergétique maîtrisée, avec un objectif de 50% d’énergie nucléaire dans la production d’électricité en 2025, en développant des filières de pointe dans les énergies renouvelables (…).

Le MRC estime qu’il ne doit pas être porté atteinte à notre industrie nucléaire et à ses capacités, à ses yeux garantes d’une électricité moins chère et moins polluante et atout majeur pour nos exportations et nos emplois (…). 

 

Cet article est le 14ème sur ce blog dans la catégorie Asie.  



Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Asie
commenter cet article
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 23:53

Comment la société chinoise a pu engendrer ces comportements ?

 

La Chine, « c'est le pays le plus peuplé au monde -1,3 milliards d'habitants-, mais c'est surtout la nouvelle superpuissance économique du XXI° siècle. La Chine, hier introvertie et trop occupée à suivre son Grand Timonier » (Topic piloté par Pierre Haski).

 

Le dirigeant de Rue89 a montré la vidéo enregistrée pour la surveillance de la ville. Incroyable ! Je vous invite à regarder et à lire les commentaires de Pierre Haski.

La vidéo qui choque les Chinois « au plus bas niveau moralement » (Pierre Haski, Rue89, 20 octobre)

C'est une vidéo qui choque la Chine. Elle choque tous ceux qui s'inquiètent de voir émerger, avec la prospérité, une société sans valeurs, capable de voir une fillette par terre, écrasée par une voiture, et de passer son chemin en la contournant. La scène s'est déroulée à Foshan, une de ces villes industrielles de la province du Guangdong, dans le sud de la Chine, où s'est développé « l'atelier du monde », attirant des travailleurs de toute la Chine, déracinés, fraîchement urbanisés.

Yue Yue, une gamine de deux ans, est heurtée par une camionnette alors qu'elle échappe au contrôle de ses parents. Le véhicule s'arrête, puis repart en l'écrasant une seconde fois avec la roue arrière. Il n'y a aucun témoin, mais un premier passant arrive et continue son chemin sans prêter attention au corps de la fillette. Puis un deuxième, un vélo, une voiture, une camionnette qui l'écrase à son tour et s'enfuit, etc. Tout un cortège d'adultes -18 au total- filmés par la caméra de video-surveillance du quartier, et que la vision d'une gamine blessée à terre n'arrête pas.

De longues minutes plus tard, une femme, une collecteuse d'ordures portant un lourd ballot, s'arrête et lance l'alerte. Puis la mère de Yue Yue arrive, et prend la fillette dans ses bras.

Mort clinique

Vendredi, une semaine après l'accident, l'hôpital de Fosha a annoncé que Yue Yue avait succombé à ses blessures, trop graves pour être soignées. Selon les médias chinois cités par Aujourd'hui la Chine, Chen Xianmei, la première à s'être arrêtée pour porter secours à la fillette, a été récompensée par le gouvernement local d'une somme de 20.000 RMB (2275 euros).

Mais c'est l'indifférence des autres qui a fait débat, et qui a choqué lorsque la vidéo a été diffusée par la télévision du Guangdong et reprise massivement sur le web. Elle tend un miroir cruel à une Chine qui se voit désormais en grande puissance, dont les dirigeants prônent l'« harmonie » au sein de la société, et un comportement « civilisé » des citoyens.

Sur les réseaux sociaux, les internautes chinois se lâchent, et certains, selon une sélection établie par le site ChinaSmack, estiment que la Chine « a atteint son niveau le plus bas moralement », que ces comportements sont le fruit d'une montée d'égoïsme qui veut que chacun s'occupe de ses propres affaires.

Après trois décennies de réformes économiques qui ont placé la richesse au coeur des valeurs de la nouvelle société là où l'idéologie communiste avait tenté d'imposer un égalitarisme forcené et une solidarité obligatoire, ce constat inquiète une partie des Chinois.

La morale par la loi ?

Parmi les réactions, une partie du débat a porté sur la nécessité de légiférer et de créer un crime de non-assistance en personne en danger qui n'existe pas. Dans le China daily, un quotidien très officiel, les arguments sont partagés, entre ceux qui pensent que la loi peut générer des comportements éthiques, et ceux qui pensent que ces valeurs humaines ne peuvent passer par la loi.

D'autres réactions font référence au « Nanjing judge », l'affaire d'un juge de Nankin (Nanjing) en 2006 : un homme qui a vu une victime d'accident et l'amenée à l'hôpital, a ensuite été condamné en justice. L'hôpital et la victime se sont retournés contre lui pour payer les frais, et un juge a estimé que s'il avait amené cette femme à l'hôpital, c'est qu'il se sentait coupable et qu'il était sûrement l'auteur de l'accident. CQFD. C'est vrai que cette affaire revient souvent dans les commentaires, mais à voir l'indifférence des passants, on ne les sent pas réfléchir au « Nanjing judge » avant de passer leur chemin...

Cette affaire en rappelle une autre, elle aussi autour d'une fillette accidentée, celle-là miraculée au contraire. Elle s'appelle Yi Yi, et a survécu à l'accident du TGV chinois à Wenzhou, au sud de Shanghai. Mais surtout, elle a été découverte vivante alors que les autorités avaient décidé d'interrompre les opérations de sauvetage, estimant qu'il ne pouvait plus y avoir de survivants.

Un journal avait osé une lettre ouverte à Yi Yi, très amère, dans laquelle on trouvait ces phrases : « Nous voulions te le dire : ces adultes que tu vois se sont demandés un nombre incalculable de fois si notre époque a oublié l'amour, l'attention portée aux autres et la confiance. Nous sommes emplis de complaintes, nous sommes en colère. »

On pourrait les écrire aujourd'hui à propos de Yue Yue. Et peut-être que les Yi Yi et Yue Yue d'aujourd'hui aideront la Chine à trouver en elle-même les valeurs humanistes qui sont si souvent absentes. Vendredi, à l'annonce de sa mort, un internaute a publié cette phrase terrible sur Weibo, le site de micro-blogging chinois : « Adieu, je te souhaite de ne pas renaître en Chine dans une autre vie ».

 

Pour info : Pressions sur la Chine : salaires augmentés, vers une monnaie flexible - 23 juin 2010 

 

Cet article est le 13ème sur ce blog dans la catégorie Asie.

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Asie
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 15:28

La France du nucléaire doit aussi balayer devant sa porte

 

Tout ce qui permet de clarifier le débat sur la question de l’énergie nucléaire est utile. Car, dans une vraie République, c’est le peuple qui doit avoir le dernier mot en ce qui concerne les choix énergétiques de la nation.

C’est pourquoi j’accueille avec intérêt l’article paru hier sur le site Marianne2, reprenant le texte du blog Economique et Social. Celui-ci met en cause des carences constatées au Japon, mais il ne se limite pas à cela. Il cherche à comparer avec l’organisation de la filière nucléaire française. Autrement dit, c’est un complément indispensable à l’article paru hier sur le blog du MRC 53 : Discipline, sang-froid et dignité sont une règle de vie pour les Japonais - 18 mars 2011.

Mauvaise estimation du risque sismique, technologie peu sûre, carburant dangereux, exploitant obscur de la centrale, seraient, pour le blog Économique et Social, les vraies causes d'un accident nucléaire à Fukushima.

La France étant un pays fortement nucléarisé, il est légitime de se demander quelles sont les raisons de l’échec cuisant du Japon sur le nucléaire et si ces raisons peuvent exister en France.

MAUVAISE PROTECTION CONTRE LES SÉISMES

La première chose qui choque c’est que la centrale de Fukushima était construite pour ne résister qu’à un séisme de magnitude 7. Or le séisme qui a eu lieu était de magnitude 8,9 ! Cela n’a l'air de rien, mais si l’on regarde la définition de la magnitude qui n’est pas linéaire, cela revient à avoir sous-estimé les séismes d’un facteur 80 environ. Il y a bien eu sous-estimation de la puissance possible des séismes dans cette région. Ce constat n’est pas nouveau déjà en 2006 : Ishibashi Katsuhiko faisait partie du comité d'experts établissant les normes sismiques des centrales nucléaires japonaises avait démissionné pour protester contre l’inconscience du comité. « À moins que des mesures radicales ne soient prises pour réduire la vulnérabilité des centrales aux tremblements de terre, le Japon pourrait vivre une vraie catastrophe nucléaire dans un futur proche. » Avait-il annoncé de manière presque prémonitoire dans un article daté du 11 août 2007 dans l’Herald Tribune. Tout le monde à l’époque au Japon avait ignoré ses avertissements, il a finalement eu raison.

Son avertissement était pourtant basé sur des faits avérés : en août 2005, un séisme avait affecté la centrale d'Onagawa (nord de Fukushima). Le pire est qu’il a eu raison bien avant 2011. Le 16 juillet 2007, un séisme de magnitude 6,8 a endommagé sérieusement la centrale de Kashiwazaki-Kariwa. De forts séismes ont eu lieu en mars 2007 puis en 2008.

Ishibashi Katsuhiko est sismologue et professeur à l
'université de Kobe.

WikiLeaks révèle selon le quotidien britannique Telegraph que l
'AIEA avait également averti le Japon en 2009 qu'un séisme important pouvait poser « un problème sérieux » à ses centrales nucléaires. Le gouvernement japonais n’avait pas réagit autrement qu’en créant une sorte de hot-line… Déjà en 2006 le gouvernement japonais s'était opposé à l'ordre d'un tribunal de fermer une centrale dans l'ouest en raison de sa résistance insuffisante à un séisme. L'Agence de sécurité nucléaire et industrielle Japonaise avait estimé que le réacteur était « sûr » et que « toutes les analyses sur sa sécurité avaient été effectuées de façon appropriée », indique le câble.

Rappelons que le sud de la France aussi est soumis aux séismes. Le 11 juin 1909, un séisme d’une magnitude 6 a été enregistré en France (séisme de Lambesc).

CHOIX D
'UNE TECHNOLOGIE ÉCONOMIQUE, MAIS MOINS SURE

Le réacteur de Fukushima est un réacteur à eau bouillante contrairement à ceux de la France qui sont à eau pressurisée. La différence est essentielle, car dans le cas des réacteurs français il y a un circuit primaire et secondaire. Dans le cas de la centrale Fukushima, il n’y a qu’un seul circuit fermé de refroidissement.

Ceci est moins cher car si cela évite la construction d’un circuit secondaire, mais également d’une tour de refroidissement. Cette dernière est remplacée par de l’eau de mer ce qui implique une installation en bord de mer. Bords de mer qui peuvent être frappés par des tsunamis. Dans de telles conditions, des systèmes techniques auraient dû être mis en place pour résister à une double catastrophe: séisme et tsunami.

Il est également clair que la centrale n’était pas protégée contre une double défaillance : coupure d’électricité et panne de générateur diésel. Ceci est tout à fait regrettable pour une centrale si dangereuse.

UN CARBURANT TOXIQUE

Le carburant du réacteur 3 est du MOX. Or ce combustible est une belle saleté. Composé d’uranium et de plutonium, issu de déchets nucléaires recyclés, le MOX considéré comme « bien plus réactif que les combustibles standards » par Jean-Marie Brom, ingénieur atomique, directeur de recherche au CNRS. « Le plutonium, qui n’existe pas à l’état naturel, est un poison chimique violent. Le mieux aurait été de ne pas en mettre du tout ». L’inhalation d’un micro-gramme de plutonium est suffisante pour provoquer un cancer du poumon !

Le MOX fut inventé dans les années 1960 et testé par les États-Unis qui le rejetèrent le considérant dangereux et peu rentable. À l’origine, le Japon avait prévu de fabriquer son propre MOX, mais des incidents à répétition dans son usine de fabrication avaient conduit le Japon à jeter l’éponge et un contrat de fourniture de MOX a été passé avec l’opérateur nucléaire français AREVA… Le MOX est produit par l’usine Mélox du site nucléaire de Marcoule dans le Gard qui produit 140 tonnes de MOX par an ! Sa construction fut décidée par Monsieur Jospin.

Le réacteur de troisième génération EPR que la France est en train de construire marche à l’uranium enrichi ou au MOX.

UN EXPLOITANT OPAQUE

Tepco est le quatrième producteur mondial d
'électricité, jugé très efficace avec un taux de coupure parmi les plus faibles du monde. Pourtant, comme toutes les entreprises du secteur nucléaire du monde, reste très opaque dans sa gestion des risques. Accusés de fausses déclarations dans les rapports d'inspection gouvernementales avaient poussé la direction à démissionner en 2002. En 2007, la NISA, l'Agence de sureté industrielle et nucléaire, avait estimé à 97 incidents, dont 19 critiques, les accidents dissimulés aux autorités entre 1978 et 2002. Cette constatation concernait toutes les entreprises d’électricité japonaises, mais en particulier Tepco. En juillet 2007, le séisme avait provoqué un incendie et une fuite radioactive à la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, la plus grande du monde et gérée par Tepco. Encore une fois l’entreprise est contestée pour avoir tardé à donner des informations précises sur les deux incidents. Enfin concernant le séisme de mars 2011, Tepco est encore critiqué : elle aurait refusé l’aide des américains le 12 mars pour finalement être acculée à la demander d’elle-même plusieurs jours plus tard. Cette attitude leur a valu une remarque acide du premier ministre japonais le 15 mars : « Alors que les explosions étaient filmées par toutes les télévisions, il vous a fallu plus d'une heure pour en informer le gouvernement ». Tout est dit. Le premier ministre a également reproché à Tepco d’avoir évacué très tôt ses employés de la centrale en ne laissant que les employés des filiales de Tepco gérer l’accident ! Il avait alors conclu : « Vous êtes les seuls face à ces problèmes. Quitter la centrale est impossible. Soyez prêts à tout. Si vous vous retirez maintenant, ce sera la fin de Tepco. »

Sur ce point, nous ne sommes manifestement pas mieux lotis.

Plus d
'articles du Blog Économique et Social.

 

Cet article est le 12ème sur ce blog dans la catégorie Asie.

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Asie
commenter cet article