Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 23:28

Extraits commentés du livre "Moi, Jaurès, candidat en 2012"

  

Après une première partie de la soirée qui a consisté à faire mieux connaissance avec Jean Jaurès (voir Jean-Pierre Fourré a raconté Jean Jaurès à Saint-Berthevin le 2 février), Jean-Pierre Fourré parcourt son livre (voir Editions de Matignon - Discours de Jaurès) et commente les citations les plus remarquables.

Sur la laïcité

« L’idée, le principe de vie qui est dans les sociétés modernes, qui se manifeste dans toutes leurs institutions, c’est l’acte de foi dans l’efficacité morale et sociale de la raison, dans la valeur de la personne humaine raisonnable et éducable. C’est le principe, qui se confond avec la laïcité elle-même, c’est ce principe, qui se manifeste, qui se traduit dans toutes les institutions du monde moderne. C’est ce principe qui commande la souveraineté politique elle-même…

Et la preuve c’est que la société moderne lorsqu’elle constitue les organes de sa souveraineté, lorsqu’elle met sa souveraineté propre en action, en mouvement, quand elle confère, quand elle reconnaît à tous les citoyens le droit de participer à l’exercice du pouvoir, à l’élaboration de la loi, à la conduite de la société, l’Etat ne demande ni au citoyen qui vote, ni au législateur qui traduit la pensée des citoyens : Quelle est votre doctrine religieuse ? Quelle est votre pensée philosophique ?

L’exercice de la souveraineté, l’exercice de la puissance politique dans les nations modernes n’est subordonné à aucune formule dogmatique de l’ordre religieux. »

Moi, Jaurès, candidat en 2012 – page 23

 

Sur les langues régionales 

 

« Puisque ces enfants parlent deux langues, pourquoi ne pas leur apprendre à les comparer et à se rendre compte de l’une et de l’autre ? Il n’y a pas de meilleur exercice pour l’esprit que ces comparaisons ; cette recherche des analogies et des différences en une matière que l’on connaît bien est une des meilleures préparations de l’intelligence. Et l’esprit devient plus sensible à la beauté d’une langue basque, par comparaison avec une autre langue. Il saisit mieux le caractère propre de chacun, l’originalité de la syntaxe, la logique intérieure qui en commande toutes les parties et qui lui assure une sorte d’unité organique.

Ce qui est vrai du basque est vrai du breton. Ce serait une éducation de force et de souplesse pour les jeunes esprits ; ce serait aussi un chemin ouvert, un élargissement de l’horizon historique…

Il y aurait pour les jeunes enfants, sous la direction de leurs maîtres, la joie de charmantes et perpétuelles découvertes. Ils auraient aussi un sentiment plus net, plus vif, de ce qu’a été le développement de la civilisation méridionale, et ils pourraient prendre goût à bien des œuvres charmantes du génie du Midi…

Même sans étudier le latin, les enfants verraient apparaître sous la langue française du Nord et sous celle du Midi, et dans la lumière même de la comparaison, le fonds commun de latinité, et les origines profondes de notre peuple de France s’éclaireraient ainsi, pour le peuple même, d’une pénétrante clarté.

Amener les nations et les races à la pleine conscience d’elles-mêmes est une des plus hautes œuvres de civilisation qui puissent être tentées. »

Jean Jaurès, 15 octobre 1911

Moi, Jaurès, candidat en 2012 – pages 76,78

 

Sur la retraite

 

« Mais je répète que, de toutes les formes d’assurance, celle qui a le plus de noblesse morale, c’est l’assurance contre la vieillesse, précisément parce qu’elle oblige l’esprit de l’homme à se préoccuper d’un objet lointain, et parce que, ne pouvant pas selon les lois de la nature, profiter individuellement à tous, elle a plus que toutes les autres formes d’assurance un caractère de mutualité.
Elle doit intervenir à un âge où l’ouvrier, où l’homme, s’il n’est pas prématurément usé, doit pouvoir travailler encore. La retraite conçue comme le brusque arrêt total de l’activité humaine me paraît une chose horrible, à la fois contraire aux intérêts économiques de la nation et à la santé de l’individu.
La vérité est qu’il faut qu’à l’heure où la force des travailleurs commence à fléchir, ils puissent se dire ceci : que s’ils sont, en effet, obligés de s’arrêter tout à fait, ils auront une retraite suffisante, ou que, s’ils ont seulement besoin de se ménager, de prendre quelques jours ou quelques semaines de relâche, afin de ne pas arriver à l’épuisement, ils le pourront grâce à leur retraite, sans s’infliger de trop dures privations. C’est dans cette pensée que nous demandons que l’âge de la retraite soit abaissé normalement à 60 ans, sauf à être abaissé davantage dans certaines industries, comme la verrerie, qui sont particulièrement épuisantes. »

Jean Jaurès – La Dépêche de Toulouse, 16 juin 1911

Moi, Jaurès, candidat en 2012 – page 45



Cet article est le 33ème paru sur ce blog dans la catégorie CIVIQ Rencontres CIVIQ  
Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 23:48

Aller à l’idéal et comprendre le réel, socle de la politique

 

Celle et ceux qui étaient présents au Centre de Rencontres de Saint-Berthevin le 2 février n’avaient pas eu peur d’affronter le froid et le vent de ce soir d’hiver (voir Rencontre CiViQ : Jean Jaurès (JP Fourré) à St-Berthevin le 2 février - 26 janvier 2012).

 

Ils en ont été récompensés par la remarquable prestation de Jean-Pierre Fourré, qui a su faire connaître et aimer Jaurès. Jean-Pierre Fourré avait été ingénieur dans une PME avant de devenir député de Seine-et-Marne (trois mandats, de 1981 à 1993).

 

Après la vie politique, le théâtre amateur avec la compagnie « Mots en scène » - voir Mots en Scène - Compagnie théâtrale (77 Noisiel) et l’interprétation du rôle de Jaurès dans « La dernière journée de Jean Jaurès », dont des représentations au Café du Croissant (Paris 2ème) et à Carmaux (Tarn).

 

Lors de la précédente élection présidentielle, Sarkozy avait cité abondamment Jaurès, considérant que celui-ci avait été abandonné par les socialistes. Raison suffisante pour relire Jaurès et retrouver dans ses textes ce qui a rapport avec l’actualité. D’où l’idée du livre, programme électoral pour un futur président et JP Fourré dans la peau d’un directeur de campagne.

 

Avec 30 thèmes d’actualité, en tenant compte de la chronologie. Jaurès évolue, selon ses rencontres. Il a commencé sa vie politique parmi les républicains « opportunistes », à la droite des radicaux. C’est en entendant Jamel Debbouze dire à la télévision « Je voterai Jaurès » que l’idée du titre est venue.

 

Jean Jaurèsémaillait ses discours de petites phrases qui introduisaient une perspective, une ligne directrice. Les vrais candidats ont reçu le livre. Certains ont répondu en indiquant ce que Jaurès représentait pour eux, aujourd’hui. Voir le site JAURES candidat - élection présidentielle 2012

 

Réponses de Nicolas Dupont-Aignan (qui fait le lien avec de Gaulle), Dominique de Villepin (la hauteur de vue de Jaurès), Jean-Pierre Chevènement (qui voit un Jaurès modeste), François Hollande (deux pages de commentaire), Jean-Luc Mélenchon (qui a pris Jaurès à son compte depuis longtemps).

 

JP Fourré a créé les éditions Matignon (du nom de sa ville natale, en Côtes-d’Armor, qui a donné son nom à l’Hôtel Matignon, résidence du Premier Ministre). « De Matignon à l’Elysée » : raccourci amusant.

 

La vie de Jaurès

 

Il est né à Castres (Tarn) le 3 septembre 1859 et est mort à Paris le 31 juillet 1914, assassiné par Raoul Villain. Très brillant à l’école, il est détecté par ceux qui recherchaient les meilleurs élèves de la République dans les écoles des villages. A 14 ou 15 ans, il a eu une prise de parole remarquée face au préfet du Tarn. Après les classes préparatoires, il est reçu 1er au concours d’entrée à l’Ecole Normale.

 

A 26 ans, il est élu député sur une liste républicaine. C’est un monde inconnu qu’il découvre à l’Assemblée nationale, où il n’est pas à l’aise. Il intervient peu. Non réélu en 1889, il devient professeur à l’université de Toulouse et commence, en parallèle, une carrière d’éditorialiste.

Maire-adjoint de Toulouse, il vit dans cette région où il connaît bien les milieux paysan et ouvrier, tout particulièrement les mineurs et verriers.

 

En 1893, sa vie politique change avec le combat des mineurs de Carmaux, qui font grève pour s’opposer au licenciement de leur leader, Jean-Baptiste Calvignac. Celui-ci avait été élu maire de Carmaux en 1892 et s’était absenté de son travail en raison de ses obligations municipales (voir Jean Jaurès). Le licencier était remettre en cause le suffrage universel et les droits réels de la classe ouvrière à s’exprimer en politique.

La grève et Jaurès feront pencher l’arbitrage du gouvernement en faveur du maire salarié, contre le patron de la compagnie des mines, le baron Reille, leader de la droite dans le département. Son gendre était le député de la circonscription, le marquis Ludovic de Solages, qui démissionne pour protester contre la décision du gouvernement.

Choisi par les ouvriers pour être leur candidat à l’élection partielle, Jaurès est élu en tant que socialiste indépendant et siège parmi les socialistes à l’Assemblée. Il sera l’homme de l’unité des socialistes. Il est sur une ligne non marxiste, contrairement à Jules Guesde. Mais il sera sensible aux idées de Marx. Sa pensée est très originale. Elle a du sens, y compris dans la société d’aujourd’hui.

 

Dans sa vie personnelle, Jaurès est marié à une femme très catholique. Leur fille, Madeleine, fait sa communion solennelle, ce qui lui vaut d’être attaqué par les anticléricaux et caricaturé en « traître ». En l’occurrence, il ne fait que respecter la décision de sa femme. Il résiste. En tant que philosophe, il fait très souvent référence à Dieu. Par exemple, sur la question de la peine de mort, il s’y oppose car « elle est contraire à la fois à l’esprit du christianisme et à l’esprit de la Révolution »… Son refus du dogme et de la religion, en tant qu’organisation, le conduit à être très ferme sur la laïcité.

 

En 1903, il devient vice-président de la Chambre des députés. De tempérament « bon vivant », costaud, il ne prend pas soin de son apparence, ce qui lui vaut d’être raillé par les journaux.

Le fait de présider l’Assemblée nationale (l’auteur en parle en connaisseur, il a été lui-même dans cette situation en 1985) lui fait prendre une nouvelle dimension - position gestuelle d’acteur qu’il cultive. Quand Jaurès parle, il se projette vers les gens, utilisant tous les moyens pour aller les chercher et convaincre son auditoire. C’est un tribun, qui parle occitan, la langue régionale. Il milite pour l’occitan en 2ème langue, laisser parler l’enfant car il faut faire évoluer son esprit et sa sensibilité. Mais, en tant que jacobin, attaché à la notion de nation, il veut que tous apprennent la langue nationale.

 

Il est constamment à la recherche du compromis afin de convaincre, ne supportant pas la violence. En 1899, il soutient Millerand (homme du cléricalisme et du militarisme), qui préside un gouvernement d’union, alors qu’il est contre le cléricalisme et le militarisme. La grande affaire, c’est l’affaire Dreyfus, qui était un militaire, grand bourgeois. Les socialistes ne le soutiennent pas, se référant à la lutte des classes (laissons-les régler leurs affaires entre eux). Jaurès prend la tête des dreyfusards, avec Charles Péguy (lequel n’hésite pas à faire le coup de poing contre les antidreyfusards).

 

En 1904, il crée le journal l’Humanité et rédige un éditorial chaque jour de la semaine. Il défend l’indépendance du journal, face aux grands groupes de presse. Il est partisan des coopératives ouvrières, avec des salariés actionnaires.

 

La prévention de la guerre a occupé les dernières années de sa vie. Il est ardemment pour la paix, mais sans faire preuve d’angélisme. Il a écrit un gros livre « L’armée nouvelle », dans lequel il présente, avec un grand souci du détail, l’organisation de la France. Sa conception de l’armée est l’armée de citoyens (Valmy). Il refuse le militarisme mais n’est pas antimilitariste. Les socialistes défendent la République, la France.

 

En 1913, il se bat contre la conscription de trois ans. A Pré-Saint-Gervais (célèbre photo), il fait un discours sur une butte devant 150 000 personnes (il avait des répétiteurs dans la foule). Il avait une trame dans la tête. Il préparait ses discours en marchant (pour cette raison, on le disait rêveur, il apparaissait chaleureux mais distant). D’abord philosophe, humaniste, il s’est forgé une pensée politique en apprenant de la vie, au quotidien. Il excellait dans les débats parlementaires sur des thèmes concrets (la situation des mineurs, le prix du vin).

 

Rien ne peut éviter la guerre. Le déclencheur est l’assassinat de François Ferdinand, l’héritier du trône autrichien. C’est l’union sacrée nationaliste. Les mentalités évoluent, la presse de droite et d’extrême droite est insultante et revancharde. Des gens comme Daudet, Maurras, écrivaient « Il faut fusiller Jaurès ». Péguy, lui-même, est pour la guerre. Raoul Villain, étudiant nationaliste mais non embrigadé, tire sur Jaurès, qui est attablé, fenêtre ouverte, au Café du Croissant, le 31 juillet 1914. « Ils ont tué Jaurès ! » (Jacques Brel).

L’assassin ne sera pas jugé tout de suite, en raison de la guerre. En 1919, il sera acquitté dans un contexte de fort nationalisme. Son épouse, partie civile, sera même condamnée aux dépens ! L’assassin sera fusillé en 1936 en Espagne par des anarchistes (sans savoir qui il était).

Enterré à Albi en 1914, Jaurès, qui ne le voulait pas (confidence faite à Aristide Briand), ira au Panthéon en 1934, porté par les mineurs.

 

Livre recommandé sur la vie de Jaurès : « Le grand Jaurès », de Max Gallo.

 

Dans une seconde partie de la soirée, Jean-Pierre Fourré parcourt son livre « Moi, Jaurès, candidat en 2012 » - mai 2011, Editions de Matignon (www.editionsdematignon.com) et commente les citations les plus remarquables.

 

Cet article est le 32ème paru sur ce blog dans la catégorie CIVIQ Rencontres CIVIQ

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 20:46

Un solde migratoire positif pour la 1ère fois depuis 50 ans

 

Dans le n° 278 (janvier 2012) de La Lettre du Céas (Centre d’étude et d’action sociale de la Mayenne Céas53), est rapportée l’estimation par les services de l’Insee de la population en Mayenne au 1er janvier 2010 : 306 800 habitants. On y trouve aussi les informations sur les facteurs qui influencent les évolutions* (mouvement naturel et solde migratoire). La population est également détaillée par tranche d’âge et par sexe.

 

* Soldes (naturel et migratoire) positifs

           

Chaque année, l’évolution de la population résulte de deux facteurs :

-          le solde naturel, différence au cours de l’année, entre le nombre de naissances et le nombre de décès domiciliés dans la zone géographique (statistiques de l’état-civil),

-          le solde migratoire, différence estimée, au cours de la même année, entre le nombre de personnes venues résider dans la zone (les entrants) et le nombre de personnes qui l’ont quittée pour résider ailleurs (les sortants).

 

Entre 1999 et 2008, en Mayenne, quand la population augmente de 100 habitants, 71 résultent de l’excédent des naissances sur les décès, et 29 de l’excédent des entrées sur les sorties.

Mouvement naturel : si le solde est globalement positif, les décès sont supérieurs aux naissances, entre 1999 et 2008, dans 46 communes (sur 261). La plupart sont situées au nord du département.

Solde migratoire : si le solde est également globalement positif, les sorties sont supérieures aux entrées dans 88 communes. Dans 15 communes, mouvement naturel et solde migratoire sont négatifs entre 1999 et 2008.

 

Le récent recensement de la population mayennaise a permis au Céas d’actualiser les données de la population légale 2009. Outil d'animation et de démocratie locale, le recensement dévoile la Mayenne. Accéder au document

 

Un siècle de déclin… Le cap des 305 000 habitants de nouveau franchi

 

Sur les deux derniers siècles, on peut distinguer trois grandes périodes dans l’histoire de la population mayennaise :

 

1) De 1801 à 1861 : le nombre d’habitants est passé de 322 000 en 1801 à 372 000 en 1861 (chiffre le plus élevé pour le département).

 

2) De 1861 à 1962 : en un siècle, la Mayenne perd près d’un tiers de sa population, atteignant son chiffre le plus bas en 1962 avec 250 000 habitants. Les saignées opérées par les guerres (près de 13 200 tués mayennais lors de la Première Guerre mondiale) n’ont fait qu’accentuer la tendance. Cette diminution s’explique surtout par les migrations vers des départements voisins ou la région parisienne.

Trois causes peuvent être avancées :

- Le déclin des industries rurales (notamment celle du lin), non compensé par la création d’emplois rémunérateurs dans les villes locales (industrie, tertiaire).

- L’utilisation des machines agricoles et l’extension des herbages qui ont réduit les besoins de main d’oeuvre dans l’agriculture.

- Le développement des voies de communication (réseau routier et voie ferrée Paris-Brest), qui a facilité les migrations.

 

3) De 1962 à ce jour : la population augmente de nouveau, certes proportionnellement de façon moins importante que dans les Pays de la Loire ou en France.

Cependant, la Mayenne a franchi le cap symbolique des 300 000 habitants entre 2006 et 2007, et celui des 305 000 entre 2008 et 2009.

À partir de 1962, la population mayennaise augmente grâce à un mouvement naturel (naissances/décès) positif, lequel couvre un solde migratoire (départs/entrées) négatif.

Depuis 1999, le mouvement naturel s’accroît par la reprise de la natalité (dès 1999) et surtout, ce qui constitue un renversement de tendance, par un plus grand nombre d’entrées dans le département que de sorties (solde migratoire positif).

Entre 1999 et 2009, la population mayennaise a augmenté d’environ 19 800 habitants. Les personnes de nationalité étrangère (près de 6 000 en 2008) y contribuent significativement : leur nombre a augmenté de quelque 3 300 en neuf ans.

L’augmentation entre 1999 et 2009 s’inscrit dans un mouvement général : 87 départements français ont enregistré un gain de population et seulement 9 une diminution.

 

Selon les projections de l’Insee, dans les trois décennies à venir, la population de la Mayenne devrait continuer à augmenter pour atteindre 340 000 habitants en 2040.

 

Coupeau Vicoin nouveau 210609 006 TSYNTHESE du document

Les recensements montrent des territoires qui gagnent ou qui perdent de la population. En aucun cas, un tel indicateur ne peut à lui seul évaluer des politiques de développement local. Sont en jeu trop de dynamiques, impliquant une grande diversité d’acteurs et avec des finalités différentes, certaines échappant largement au contrôle des acteurs locaux. D’ailleurs, gagner de la population n’est pas une fin en soi. On ne peut appréhender les évolutions de population qu’en mettant en perspective, entre autres, qualité de vie, bien-être, prise en compte du développement durable.

La Mayenne a perdu près d’un tiers de sa population entre 1861 et 1962, passant de 372 000 habitants en 1861 (le record) à 250 000 en 1962 (le chiffre le plus bas).

À l’instar des Pays de la Loire et de la France métropolitaine, le département voit sa population augmenter depuis 1962 (+ 55 100 habitants). La Mayenne a franchi le cap symbolique des 300 000 habitants entre 2006 et 2007, et celui des 305 000 entre 2008 et 2009. Cependant, l’évolution est moins forte que pour la région et le « poids » de la Mayenne dans les Pays de la Loire tend à diminuer (8,6 % en 2009).

Depuis 1962, la population mayennaise augmente grâce à un mouvement naturel positif (plus de naissances que de décès), lequel compense un solde migratoire négatif (plus de sorties que d’entrées). Cependant, la dernière période (1999 à 2008) est marquée par un renversement de tendance : le solde migratoire est positif – pour la première fois sur un demi-siècle.

Entre 1999 et 2009, la population augmente dans le territoire de tous les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), à l’exception de trois, notamment situés aux pointes nord-ouest et sud-ouest. Laval Agglomération regroupe 31 % de la population mayennaise… et contribue pour 34 % à l’augmentation totale de la population depuis 1999. Indépendamment des variations de population entre 1999 et 2009, l’est du département a des densités de population plus faibles que l’ouest.

Sur la base de trois indicateurs (fécondité, mortalité et migrations), à partir de la situation observée en 2007-2008 et antérieurement, l’Insee établit des projections de population qui donnent 306 000 habitants en 2010 dans le département, 318 000 en 2020 et 329 000 en 2030.

 

Cet article est le 31ème paru sur ce blog dans la catégorie CIVIQ Rencontres CIVIQ

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 22:13

Des réformes aisément applicables et peu coûteuses

 

Le 22 janvier, j’ai présenté les informations concernant l’initiative de Patrick Weil et de son groupe d’une cinquantaine de spécialistes. Voir 80 propositions de Patrick Weil et ses amis pour relancer la démocratie

Puis, le 24 janvier, les 17 mesures de la 1ère partie ont été passées en revue :

Propositions du groupe Patrick Weil, 1ère partie : démocratiser le pouvoir

Le 25 janvier, les 22 mesures de la 2ème partie :

Propositions du groupe Patrick Weil, 2ème partie : défis économiques

Le 27 janvier, les 21 mesures de la 3ème partie :

Propositions du groupe Patrick Weil, 3ème partie : changer la vie sociale

Le 27 janvier, les 12 mesures de la 4ème partie : 

80 propositions du groupe Patrick Weil, 4ème partie : recomposer l'Ecole

 

Afin de permettre à tous de réfléchir à ces propositions, voici les 8 mesures de la 5ème partie :

 

Franchir la frontière numérique

 

73. Remplacer la Loi HADOPI par une nouvelle loi fixant le cadre de régulation des diffuseurs, protégeant la libre circulation des droits audiovisuels et musicaux dans l’univers du tout numérique et des télévisions connectées. Création d’une taxe unique basée sur les recettes Création d’une taxe unique basée sur toutes les recettes d’abonnement et publicitaires perçues par les fabricants, fournisseurs d’accès, moteurs de recherche, plateformes de contenus et médias d’audiovisuel. Le produit de cette taxe permettrait de soutenir l’innovation et les créations originales audiovisuelles et numériques, sur tous ces supports, ainsi que les auteurs et compositeurs de ces contenus. Transformation du CNN en une Agence nationale du numérique, autorité indépendante compétente sur les startups et l’innovation, déchargée de la représentation des opérateurs télécoms et des grands groupes. Elle serait notamment chargée de gérer la taxe unique, de représenter l’univers des startups et des VCs, de tisser des liens aux niveaux européen et international, de diriger les études nécessaires à l’orientation des financements de la R&D en France et en Europe – propriété intellectuelle, rôle des financeurs publics tels Oseo, incitations pour les VCs, etc. et de faire le lien entre le secteur de l’innovation et les agences représentatives d’autres secteurs.

 

74• Transformation du CSA en une autorité indépendante compétente sur tous les médias radios-TV et médias Internet, composée d’experts et de professionnels. Elle serait notamment chargée de nommer les dirigeants de toutes les chaînes et radios publiques, de fixer leurs budgets et leurs cahiers de charges. Elle serait aussi chargée de préciser toutes les obligations de production de tous les médias, sur tous les supports, et de fixer et organiser les règles de partage des droits sur tous les réseaux.

 

75• Création d’une université numérique permanente rendant accessible à tous les internautes les grands cours dans toutes les matières, diffusion des contenus culturels et éducatifs publics sous le régime des données publiques. Développer l'enseignement de l’innovation et de l’entrepreneuriat au lycée et à l’université, favoriser les passerelles entre universités, laboratoires de recherches, incubateurs d’entreprises innovantes, agences de financement, pôles de compétitivité et l’ensemble des nouveaux programmes innovants de type « fablabs. » Doter l ‘éducation nationale d’un budget et d’une stratégie de R&D. Former les professeurs aux nouvelles pratiques pédagogiques ouvertes par le numérique (travail collaboratif, serious games, pédagogie par la simulation). Eduquer les enfants à l’entrée dans la civilisation numérique en montrant les potentiels, les clés, mais aussi les risques (protéger ses données, adopter un regard plus critique sur les informations trouvées sur le net, etc.). Amorcer la transition des manuels papiers vers le manuel numérique.

 

76• Créer un « visa startup » pour ouvrir les emplois du secteur de l’innovation aux étrangers, favoriser leur implication dans la création d’entreprise et dans la participation au capital risque en France. De même, lancer un programme de soutien et de développement des incubateurs pour les mettre au meilleur niveau international.

 

77• Repenser la propriété intellectuelle. Développer et renforcer l’usage du droit d’auteur dans le secteur du design et du logiciel – notamment vis à vis des agences publiques de financement de l’innovation, simplifier et raccourcir le délai d’obtention des brevets, renforcer la valorisation de la propriété intellectuelle en général au bénéfice des jeunes entreprises innovantes. Créer un portail start-up.fr simplifiant la création de ces nouvelles entreprises, leurs financements, leur communication, leurs synergies. Etendre le champ de l’Open Data et faciliter sa mise à disposition gratuite aux entreprises et chercheurs.

 

78• Créer un fonds de soutien aux entreprises innovantes et aux industries numériques. Ce fond sera financé par la taxe unique et pourra soutenir toutes les industries de l’intelligence et toutes les entreprises de création notamment liées à l'économie numérique – notamment dans une perspective de concurrence internationale accrue et difficile.

 

79• Mise en ligne par l’Etat et les collectivités territoriales de l’ensemble de leurs dépenses et de l’ensemble des subventions publiques versées aux entreprises et aux associations (sauf enjeux de souveraineté ou exigence de confidentialité). Publication par tous les ministres, élus, hauts fonctionnaires, membres d’autorités administratives indépendantes ou de commissions, de leurs revenus et patrimoines (et de leur évolution tout au long de leurs mandats ou charges occupées). Refonte du bilan social. Publication par les grandes entreprises (françaises et étrangères installées en France) des revenus et bonus de leurs cadres dirigeants, de l’échelle des salaires et des impôts et charges versés en France (dans des formats numériques, ouverts et structurés).

 

80• Favoriser l’émergence d’un service public de troisième génération où la puissance publique favoriserait le déploiement d’infrastructures numériques qui permettent aux citoyens de se rendre des services, hors marché. Recenser et identifier les secteurs clés dans lesquels ces infrastructures de service pourraient prioritairement se déployer : données cartographiques, transports publics, Amap, circuit court, covoiturage, échanges de services interpersonnels, parrainage intergénérationnel, tutorat d’étudiants confirmés et d’élèves, etc. tout en régulant les usages (protection des données, labellisation des pratiques, etc.).

 

Voir La liste intégrale des 80 propositions

 

Cet article est le 30ème paru sur ce blog dans la catégorie CIVIQ Rencontres CIVIQ

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 21:45

Des réformes aisément applicables et peu coûteuses

 

Le 22 janvier, j’ai présenté les informations concernant l’initiative de Patrick Weil et de son groupe d’une cinquantaine de spécialistes. Voir 80 propositions de Patrick Weil et ses amis pour relancer la démocratie

Puis, le 24 janvier, les 17 mesures de la 1ère partie ont été passées en revue :

Propositions du groupe Patrick Weil, 1ère partie : démocratiser le pouvoir

Le 25 janvier, les 22 mesures de la 2ème partie :

Propositions du groupe Patrick Weil, 2ème partie : défis économiques

Le 27 janvier, les 21 mesures de la 3ème partie :

Propositions du groupe Patrick Weil, 3ème partie : changer la vie sociale

 

Afin de permettre à tous de réfléchir à ces propositions, voici les 12 mesures de la 4ème partie :

 

L’Ecole à recomposer

 

61. Vers l’école du socle (1): Réduire la taille de certains établissements scolaires. Favoriser le regroupement des écoles primaires avec le collège duquel elles dépendent et une plus grande mobilité entre les professeurs du primaire et du secondaire.

 

62. Vers l’école du socle (2): relancer l’accès à l’école maternelle dès l’âge de 2 ans. Abaisser l’âge de la scolarité obligatoire de 6 à 5 ans. Expérimenter un maître unique de la grande section au CE1.

 

63. Mieux impliquer les parents dans la scolarité des collégiens : généraliser la « Mallette des parents », programme expérimenté dans des collèges ZEP de l’académie de Créteil.

 

64. Maintenir et développer un véritable service public de l’orientation

 

65. Créer un droit d’accès automatique en filière sélective (classes prépas, IEPs ou IUT par exemple) aux meilleurs élèves de chaque lycée sur la base des résultats au baccalauréat (général ou technologique).

 

66. Suppression de la gratuité de la scolarité dans les lycées français à l'étranger et affecter les moyens ainsi dégagés pour moitié au financement de bourses sur critères sociaux, pour moitié à la pérennité et à la valorisation du réseau de ces lycées.

 

67. Prise en charge financière des frais des étudiants admissibles aux concours des grandes écoles et grands établissements et non résidant près du lieu de l’audition.

 

68. Obligation légale faite aux Grandes Ecoles et grands établissements de rendre disponibles les données des épreuves des concours et examens d’entrée afin de mesurer l’impact de chacune sur les inégalités (genre, classe sociale, nationalité, etc..).

 

Université

 

69. Changer les modalités de recrutement des enseignants chercheurs. Création d’un comité de sages dans chaque université en charge de vérifier la composition des comités de sélection. Prise en charge financière par l’université des frais des candidats auditionnés pour des postes. Leçon publique de chaque auditionné avec présence étudiante.

 

70. Diversifier les carrières : Distinguer entre les professeurs qui n’ont d’autre activité à temps plein que l’Université, et ceux professeurs qui ont une activité extérieure en fait prépondérante comme consultants, avocats, conseils, praticiens… Seuls les premiers pourraient bénéficier des primes et même des promotions.

Pour les enseignants acceptant durablement des charges administratives, créer des modalités spécifiques d’avancement dans la carrière, sur la base d’une nouvelle section spécialisée du CNU.

 

71. Affecter les Assistants temporaires d’enseignement et de recherche (ATER) à leur mission initiale l’"assistance" à la recherche auprès d’un ou plusieurs enseignants « senior » ou de programmes de recherche. Des heures d’assistanat de recherche pourront aussi être offertes à des étudiants en master.

 

72. Au moins un centre documentaire de niveau international par région. Pour ce faire, augmenter les fonds physiques et technologiques des bibliothèques et étendre largement les horaires d’ouverture.

 

Voir La liste intégrale des 80 propositions

 

Cet article est le 29ème paru sur ce blog dans la catégorie CIVIQ Rencontres CIVIQ

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 20:57

Des réformes aisément applicables et peu coûteuses

 

Le 22 janvier, j’ai présenté les informations concernant l’initiative de Patrick Weil et de son groupe d’une cinquantaine de spécialistes. Voir 80 propositions de Patrick Weil et ses amis pour relancer la démocratie

Puis, le 24 janvier, les 17 mesures de la 1ère partie ont été passées en revue :

Propositions du groupe Patrick Weil, 1ère partie : démocratiser le pouvoir

Et le 25 janvier, les 22 mesures de la 2ème partie :

Propositions du groupe Patrick Weil, 2ème partie : défis économiques

 

Afin de permettre à tous de réfléchir à ces propositions, voici les 21 mesures de la 3ème partie :

 

Changer la vie des plus fragiles et des plus démunis : conjuguer égalité et innovation sociale

 

Logement

 

40. Développer une conception des logements évolutive en termes d'agencement.

 

41. Adapter les loyers aux ressources des ménages locataires. Introduire la notion de loyer « global » (ou warm Miette en allemand) pour davantage de transparence et d'information sur les loyers et les charges pratiqués, dans le privé comme dans le parc social.

 

42. Introduire des dispositifs de démembrement de la propriété – de type « déconnection » du droit de propriété et du « droit à habiter » - pour freiner l’apparition massive des copropriétés dégradées et des propriétaires pauvres.

 

43. Expérimenter l'encadrement des loyers au moment de la relocation, en zones tendues, afin de limiter les augmentations abusives.

 

44. Créer un droit à l’expérimentation des collectivités locales en matière de politique du logement. Renforcer le rôle des opérateurs de logement dans leurs relations avec les collectivités territoriales via des dispositifs de conventionnement sur objectifs pluriannuels.

 

45. Transférer la gestion des transports et de l'aménagement du territoire à l’échelle intercommunale.

 

46. Créer une taxe de sous-densité pour limiter l’étalement urbain décourageant la construction de nouveaux logements dans des zones peu denses. Supprimer les dispositifs fiscaux permettant les primes à la rétention foncière.

 

RSA

 

47. Simplifier et rendre plus juste le soutien aux plus démunis. Supprimer le RSA pour les salariés les plus modestes. Augmenter leurs revenus par la seule voie du crédit d’impôt, la Prime Pour l’Emploi.

 

48. Réserver le RSA aux sans emplois : pour les allocataires seuls sans emploi, augmenter le niveau du RSA socle grâce au milliard d'euros initialement prévu pour financer le RSA qui n'a pas été dépensé.

 

Santé

 

49. Equilibrer et réguler les dépenses de santé : accroître les recettes de la Sécurité sociale (cf. propositions fiscales), remboursement minimal à 80% des soins et médicaments (après évaluation de leur efficacité clinique) ; reformer le financement de l'hôpital en utilisant de manière simultanée les trois techniques – prix de journée, budget global et paiement à l'activité (T2A)- selon l’adaptation aux soins administrés.

 

50. Créer des maisons médicales ou centres de santé regroupant plusieurs médecins pour mutualiser les moyens (secrétaires par exemple) et permettre une autre pratique de la médecine passant par une autre rémunération des médecins.

 

51. Afin d'assurer un plus juste accès aux soins, Revaloriser le secteur 1 (médecins ne pratiquant pas de dépassement d'honoraires) en compensant davantage les coûts réels des opérations et en mettant en place une assurance professionnelle publique ; limiter la liberté d'installation pour le secteur 2 (médecins pratiquant des dépassements d'honoraires) en mettant en place des quotas par discipline et par bassin de population.

 

52. Promouvoir une politique de prévention et de dépistage en la faisant passer de 7% à 10% du budget de la santé.

 

53. Mieux former les médecins : diversifier la formation initiale ainsi que le recrutement des médecins. Bâtir une véritable formation continue, indépendante des industriels de la santé et financer par eux : pour un euro dépensé pour son marketing, l'industrie devra verser un euro pour la formation continue des professionnels.

 

54. Développer le métier de coordonnateur et animateur des soins dans les zones en voie de désertification médicale. Mettre en place un service médical des jeunes médecins pendant quelques années dans les régions qui souffrent d'un manque de médecins.

 

Intégration

 

55. Maintenir l’interdiction de la Gestation pour autrui en France, sur un autre fondement : au nom du principe d’égalité (entre hommes et femmes d’une part ; entre pays et populations riches et pauvres d’autre part). Refuser toutefois le bannissement juridique des enfants conçus par GPA : réformer le droit français afin que les enfants puissent bénéficier d’un état civil et d’une nationalité.

 

56. Sécuriser l'immigration légale en prévoyant des cartes d'un an, de trois ans, de cinq ans, de dix ans progressivement attribuées afin de permettre aux individus de se projeter et de construire leur avenir. La sécurisation du séjour est la plus efficace et la moins coûteuse des politiques d'intégration. L’immigration de travail – qualifiée ou saisonnière retrouvera sa pleine place aux côtés des flux d’immigration familiales et d’asile. La procédure de demande d’asile et l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) seront détachée du ministère de l’Intérieur et rattachée au ministère de la Justice.

 

57. Développement d’un droit à l’aller retour pour les étrangers qualifiés, les retraités et les saisonniers.

Financement par l’aide française et européenne au développement de carrières aller-retour pour les médecins, les enseignants, les chercheurs ou les fonctionnaires.

 

58. Droit de vote des étrangers résidents aux élections locales

 

59. Accès à la nationalité. La procédure de naturalisation sera renationalisée et placée sous l'autorité du ministère de la justice. Rapide et plus transparente, un test objectif de connaissances historiques y remplacerait la plus grande partie de l’entretien d’assimilation ainsi que les épreuves subjectives récemment décidées par le Parlement. Les données sur les multinationaux seront supprimées.

Pour favoriser l’intégration des enfants arrivés en France avant l’âge de l’obligation scolaire (6 ans), une procédure d’acquisition de la nationalité par déclaration à l’âge de la majorité sera créée

 

60. Lutter contre les vraies discriminations. Lutter contre les discriminations. Marquer leur spécificité par rapport aux inégalités économiques et sociales ; rendre effectif le dispositif de prévention et de sanction des discriminations. Codifier le droit anti-discriminatoire.

 

Voir La liste intégrale des 80 propositions 

 

Cet article est le 28ème paru sur ce blog dans la catégorie CIVIQ Rencontres CIVIQ

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 15:24

Présentation du livre « Moi, Jaurès, candidat en 2012… »

 

Qu’a dit ou écrit Jean Jaurès qui vaut pour la France de 2012, à quelques mois des élections nationales du printemps prochain ?

Celui qui fut député de 1981 à 1993, vice-président de l’Assemblée nationale en 1985, partage son temps entre l’édition et le théâtre dans sa Bretagne natale (Côtes-d’Armor). Au théâtre, il revit la dernière journée de Jaurès. Il imagine Jaurès dans la campagne présidentielle 2012 et en fait un livre qu’il édite « Moi, Jaurès, candidat en 2012 ».

Mes amis Joël Lopes et Alain Pachot (MRC, Seine-et-Marne) me parlent de la réunion qu’ils organisent le 20 janvier avec l’auteur, qu’ils connaissent bien puisque Jean-Pierre Fourré était député PS de Seine-et-Marne.

Le rendez-vous est pris pour le 13 janvier, puis différé au 2 février. Nous y sommes. Alain Pachot a préparé les outils de communication, réutilisé le site Internet appelant à la réunion de Pontault-Combault. Voir Jean Jaurès à Saint-Berthevin.

 

« Moi, Jaurès, candidat en 2012 »

 

Michel Sorin et l’association CiViQ vous invitent à une

RENCONTRE débat AVEC Jean-Pierre Fourré

JEUDI 2 Février 2012 à 20h30

Centre de Rencontres / Salle Primevère (face à l’église)

SAINT-BERTHEVIN (Mayenne)

Participation aux frais : 3 €

 

Aux Editions de Matignon, le livre de Jean-Pierre Fourré « Moi, Jaurès, candidat en 2012 »

Jean Pierre Fourré, ingénieur, a exercé plusieurs mandats d’élu local et national. En 1985, vice-président de l’Assemblée Nationale. Rédacteur en chef à Témoignage Chrétien.

Il créé les Éditions de Matignon, du nom de son village natal en Bretagne. Il partage aujourd’hui son temps entre édition et théâtre.

Jean-Pierre Fourré, “directeur de campagne” de Jaurès, après une brève introduction, nous présentera son programme à partir du livre qu’il vient d’éditer, “Moi, Jaurès, candidat en 2012”.

 

Revisiter les fondamentaux de la pensée de Jean Jaurès pour mieux affirmer le choix d’une société respectueuse de l’individu, d’une République idéale qui protège les droits sociaux, d’une organisation économique au service des citoyens, d’une Europe de justice et de paix.

A l’heure où tout le monde prétend à son héritage à coup de petites phrases, il est vivifiant de se replonger dans les paroles de Jean Jaurès.

  

Rencontres CiViQ à Saint-Berthevin : une assistance à la citoyenneté - 23 janvier 2012

Rencontre CiViQ Saint-Berthevin : Jaurès en représentation le 2 février - 6 janvier 2012 

  

Cet article est le 27ème paru sur ce blog dans la catégorie CIVIQ Rencontres CIVIQ

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 22:04

Des réformes aisément applicables et peu coûteuses

 

Le 22 janvier, j’ai présenté les informations concernant l’initiative de Patrick Weil et de son groupe d’une cinquantaine de spécialistes. Voir 80 propositions de Patrick Weil et ses amis pour relancer la démocratie 

 

Puis, le 24 janvier, les 17 mesures de la 1ère partie ont été passées en revue : Propositions du groupe Patrick Weil, 1ère partie : démocratiser le pouvoir

 

Afin de permettre à tous de réfléchir à ces propositions, voici les 22 mesures de la 2ème partie :

  

Relever les défis économiques et fiscaux de la France dans la mondialisation

 

Fiscalité :

 

18. Fusionner l'Impôt sur le revenu (IRPP) et la CSG au sein d'un nouvel impôt progressif individuel, prélevé à la source, et conservant l'assiette de la CSG.

 

19. Suppression du quotient familial conjugal et prise en compte des enfants grâce à un crédit d'impôt égal pour tous.

 

20. Réformer la TVA afin d'accentuer son rôle d'instrument central de collecte de recettes et en accroître l'efficacité. Concentrer le taux réduit de TVA sur les besoins de première nécessité au sens strict, supprimer les autres taux réduits et supprimer le plus possible les exonérations de TVA encore en vigueur. Relever le taux normal de TVA de 19,6 à 22% et les taux des différents produits soumis à accise (tabac, boissons alcoolisées...).

 

21. Engager une réforme complète de l’imposition des sociétés qui aille dans le sens d’une assiette plus large, assortie d’engagements de stabilité. Prévoir des taux d’IS plus faibles pour les Entreprises qui réinvestissent leurs bénéfices. Porter au plan européen la proposition d’assiette commune consolidée d’imposition des sociétés afin de se garantir contre les excès de la concurrence fiscale.

 

22. Transférer le financement de l’assurance maladie et de la politique familiale encore à la charge des entreprises et donc de l’emploi sur la TVA, les autres impôts indirects et/ou la CSG.

 

23. Dans le cadre de la réforme générale de la fiscalité, instaurer une taxe carbone à faible taux au départ ; sa montée en puissance et ses modalités d'utilisation seront négociées avec les partenaires sociaux et évaluée avec eux.

 

24. Affecter les ressources ainsi dégagées aux programmes et projets développés ci-dessous dans les domaines de l’éducation, de la santé, du logement, de l’innovation et de la recherche et développement.

 

25. Instaurer une taxe internationale sur les individus les plus fortunés non conditionnée par leur citoyenneté. Cette taxe viendrait en déduction des contributions dues par les Etats aux organisations internationales (ONU, Banque Mondiale, FMI...), ou en remboursement de leur dette, aux dépenses d’intérêt mondial, par exemple d’environnement).

 

Réguler le système bancaire et financier :

 

26. Séparer les activités de banque de détail et de banque d'investissement.

 

27. Imposer un moratoire sur le versement des dividendes en numéraire aux actionnaires pour les banques de la zone euro.

 

Crise environnementale et dette publique :

 

28. Permettre aux Banques Centrales de réserver, pour les banques commerciales et de développement, un volume de certificats carbone valorisés à un prix donné.

 

29. Demander aux banques de mettre en place des taux d'intérêt préférentiels aux projets bas carbone. Les maîtres d'oeuvre de ces projets devraient rembourser les certificats carbone qui seraient inscrits dans les réserves légales des banques.

 

30. Emettre des produits financiers « carbone » pour mobiliser l’épargne des ménages avec un rendement légèrement supérieur à celui des plans d’épargne usuels mais avec la garantie d’une valeur croissante dans le temps en raison du renforcement des objectifs climatiques.

 

Attirer l’investissement privé vers l’entreprise et sauvegarder l’emploi en cas de défaillance.

 

31. Le juge doit pouvoir organiser le transfert des actifs des actionnaires ou dirigeants défaillants vers certains créanciers. Pour cela : fusionner procédure de redressement et procédure de sauvegarde, permettre aux créanciers de proposer un plan de redressement à l’expiration d’une période de six mois à compter de l’ouverture d’une procédure collective et au juge d’exclure des actionnaires et d’éteindre le cas échéant une partie de la dette de la société.

 

32. Former les juges à l’innovation financière et à l’impact macro-économique des décisions qu’ils rendent. Renforcer l'harmonisation européenne du droit de la défaillance qui ne profite pas, en l'état, aux petites et moyennes entreprises (PME).

 

Une autre politique industrielle

 

33. Compétitivité qualité et économie de la connaissance : porter progressivement le budget de l’enseignement supérieur à 3% du PIB et faire progresser l’effort de R&D à 3% du PIB d’ici la fin de la prochaine législature.

 

34. Relancer la politique d’investissements industriels, notamment dans les secteurs où nous sommes en tête, comme l’aéronautique, et en lançant des grands projets dans les domaines de la santé, des sciences du vivant, du numérique et des énergies renouvelables, qui devront profiter du rééquilibrage de notre mix énergétique et de la sortie du tout nucléaire.

 

35. Agir en faveur des ETI industrielles : regrouper les guichets publics de financement des PME et les ETI industrielles à travers une banque publique d’investissement articulée à des fonds régionaux d’innovation. Mieux orienter l’épargne et les fonds d’assurance vers l’industrie. Mettre en place un accès facilité au crédit pour les PME et les ETI, via des obligations nouvelles imposées aux banques. Parvenir à une relation plus équilibrée avec les grands groupes donneurs d’ordre dans le cadre de véritables filières industrielles.

 

36. Proposer le financement dans le cadre du prochain budget de l’Union européenne de grands projets innovants et à contenu industriel. Donner au Conseil européen un pouvoir d’évocation des décisions de la Commission en matière de concurrence dès lors que l’aide ou l’opération de concentration serait conforme aux objectifs fondamentaux de l’Union.

 

Politique d'aide au développement :

 

37. Conditionner toute coopération militaire avec un Etat à l’existence d’un gouvernement élu démocratiquement. Toute autre intervention militaire ne pourra plus se faire en dehors d’un mandat de l’ONU.

 

38. Favoriser les investissements privés et nationaux dans des zones de coopération régionale constituée par des Etats du Sud. Un bonus d’aide à l’investissement pourrait être donné à toute zone constituée ou à constituer. La co-localisation – la production, en partenariat avec des entreprises européennes, dans la zone à destination de cette même zone- sera favorisée.

 

39. Transférer progressivement à une Agence Européenne de Développement l’ensemble des budgets européens liés au développement ; lui donner un mandat de coordination des institutions nationales d’aide au développement, et de recensement des besoins prioritaires sur le plan local.

 

Voir La liste intégrale des 80 propositions

 

Cet article est le 26ème paru sur ce blog dans la catégorie CIVIQ Rencontres CIVIQ

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 23:52

Des réformes aisément applicables et peu coûteuses

 

Le 22 janvier, j’ai présenté les informations concernant l’initiative de Patrick Weil et de son groupe d’une cinquantaine de spécialistes. Voir 80 propositions de Patrick Weil et ses amis pour relancer la démocratie - et, plus précisément, La liste intégrale des 80 propositions.  

 

Afin de permettre à tous de réfléchir à ces propositions, les voici, en commençant par la première partie « Démocratiser le pouvoir »

 

Réformer la Vème République :

 

1. Rétablir un certain équilibre des pouvoirs en rétablissant un décalage entre la durée du mandat présidentiel et parlementaire : le mandat des députés sera réduit à quatre ans.

 

2. Pour des parlementaires à temps plein : interdiction de cumul des mandats.

 

3. Rendre la haute fonction publique plus attractive vis-à-vis du privé soit par des incitations financières soit par un renforcement des barrières de sortie de la fonction publique.

 

4. Élire le Sénat au suffrage direct, à la proportionnelle. Les listes seraient paritaires et panachables. Y faciliter le débat citoyen les commissions d’enquête, et l’expression de contrepouvoirs.

 

5. Rendre plus professionnelle et indépendante du pouvoir politique la composition du Conseil Constitutionnel. Les anciens Présidents ne devraient plus y siéger et les membres désignés devraient obtenir le soutien des 2/3 des députés et sénateurs pour être définitivement nommés.

 

6. Autoriser la publication des opinions dissidentes, au niveau de la Cour de cassation, du Conseil d’Etat et du Conseil Constitutionnel, ce qui mettra au grand jour les débats internes à ces hautes juridictions et augmentera la qualité des jugements.

 

Europe et démocratie :

 

7. Afin de rendre la politique européenne de la France plus démocratique, créer un poste de vice-premier ministre chargé des affaires européennes et créer une première vice présidence aux affaires européennes dans chaque assemblée.

 

8. Instituer une séance obligatoire mensuelle de questions au gouvernement sur sa gestion d’affaires à dimension européenne et une intervention du Premier Ministre ou du vice premier ministre rendant compte de son activité européenne, tous les six mois à la fin de chaque présidence tournante.

 

9. introduire un mécanisme d'alerte parlementaire contre les décisions de Cour de justice de l'Union européenne (recours devant le Conseil européen et le Parlement européen). Mettre en place au Sénat et à l’Assemblée nationale un Office de suivi et d’analyse des décisions de la Cour.

 

10. Réformer les modes de désignation des juges de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) afin d’y impliquer la diversité des forces politiques parlementaires.

 

11. Créer une Cour internationale d’appel et de contrôle de l’arbitrage international dont les juges seraient nommés par les Etats ou les juridictions nationales.

 

Réformer la justice pénale :

 

12. Supprimer le juge d’instruction et transférer les enquêtes à un Parquet dont la direction serait confiée à un Procureur général de la Nation, indépendant de l'exécutif, par exemple élu par une majorité qualifiée du Parlement.

 

13. Recentrer le jugement pénal sur la culpabilité ou l’innocence en interdisant les demandes civiles à l’audience pénale.

 

14. Secret défense : supprimer la double protection (formelle et substantielle) du secret défense français.

Créer une autorité judiciaire indépendante qui déciderait de la déclassification éventuelle de documents.

 

15. Réduire le pouvoir du ministère de l’Intérieur en transférant au ministère de la la Justice, la police judiciaire, les naturalisations et la gestion des demandes d’asile.

 

16. Reterritorialiser la police nationale. Réformer le régime des contrôles d’identité. Les conditionner à la délivrance d’un récépissé.

 

17. Redonner des pouvoirs aux régions : Y transférer la politique régionale de l’emploi et de la formation professionnelle des jeunes. Permettre aux Régions de prendre des participations dans des industries clefs pour leur développement. Les conforter à la fois comme chefs de files de l’innovation sur leur territoire et dans l’accompagnement les plans de sauvegarde de l’emploi des entreprises en difficulté.

 

Cet article est le 25ème paru sur ce blog dans la catégorie CIVIQ Rencontres CIVIQ

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 23:50

L’élection présidentielle, un temps fort pour la citoyenneté

 

Reprise* des rencontres CiViQ à Saint-Berthevin le 2 février 2012 à 20h30, salle Primevère du Centre de Rencontres. Avec la participation de Jean-Pierre Fourré*, dans le rôle de Jaurès…

 

Rencontre CiViQ : « Moi, Jaurès, candidat en 2012… » 

 

Jean Pierre Fourré*, directeur de campagne autoproclamé de Jean Jaurès, fera au cours de

la rencontre / débat,  une brève présentation biographique de Jean Jaurès pour introduire, ensuite, le débat sur le « Programme » de Jaurès à partir de son livre « Moi, Jaurès, candidat en 2012 ».

 

Dans ce livre, à partir de trente thèmes d’actualité, Jean Pierre Fourré en fait la démonstration en sélectionnant les phrases, pour lui, les plus significatives parmi les écrits de Jaurès, ses discours, ses interventions à la Chambre des députés, et en particulier :

-          sa vision de l’enfance, et le rôle de l’enseignement,

-          la laïcité, principe de vie,

-          le rôle des « forces vives de la Nation »,

-          la décentralisation « prudente » et l’université régionale,

-           la politique sociale,

-          la retraite à 60 ans et sa réflexion sur « l’après »,

-          le contrôle de la démocratie dans l’économique,

-          la puissance abusive du capital et de la finance,

-          le droit des peuples et les populations musulmanes,

-          Les langues régionales, l’Europe, la Paix.

 

A l’heure d’un débat national qui doit répondre aux attentes, ce livre accessible à tous, organisé par thèmes, est d’une merveilleuse et terrible actualité. Il nous interpelle sur le rapport au temps et à la mémoire…La beauté poétique des propos et écrits de Jaurès ajoute au plaisir de trouver la valeur de « l’idéal » au côté du « réel »

 

Qu’en pensent les candidats potentiels à l’élection présidentielle de 2012 ? Ce livre a été adressé à chacun. Leurs réponses sont présentées sur le site : www.jaurescandidat2012.com 

Dans le contexte de crise majeure, la pensée de Jaurès  et ses propositions sont plus que des réponses à l’actualité, elles sont un espoir.

 

* Jean Pierre Fourré,  ingénieur, a exercé plusieurs mandats d’élu, local et national. Député de 1981 à 1993, il a été en 1985 vice-président de l’Assemblée Nationale. Après son passage à Témoignage Chrétien comme rédacteur en chef, il a occupé différents postes de dirigeant d’entreprises, tout en créant, notamment, les Editions de Matignon, du nom de son village natal en Bretagne. Il partage aujourd’hui son temps entre édition et théâtre amateur interprétant le rôle de Jaurès dans « La dernière journée de Jean Jaurès ». Voir JAURES candidat 2012

 

Jean-Pierre Fourré a réalisé une prestation très appréciée le 20 janvier dans son ancien département, la Seine-et-Marne. Voir Jean Jaurès à Pontault-Combault

 

* Cette reprise était programmée le 13 janvier (voir Moi, Jaurès, candidat en 2012 : JP Fourré à Saint-Berthevin le 13 janvier).

 

Pour info : rencontre CiViQ suivante prévue le 28 février, même heure, même lieu, avec Marc Reybaud et un responsable national de l’association Résistance sociale, sur le thème de la dépendance (ou perte d’autonomie) et de son financement (voir Le Céas53 fait le point sur la réforme de la dépendance, mise en attente - 3 décembre 2011)

 Puis, en mars, Patrick Weil a été sollicité pour présenter les 80 propositions préparées avec une cinquantaine de spécialistes (voir 80 propositions de Patrick Weil et ses amis pour relancer la démocratie - 22 janvier 2012).

 

Cet article est le 24ème paru sur ce blog dans la catégorie CIVIQ Rencontres CIVIQ

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Rencontres CIVIQ
commenter cet article