Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

11 juin 2022 6 11 /06 /juin /2022 20:09

 

Une nouvelle offre politique en complément de la force dominante à gauche


 

Les élections législatives 2022 ont été marquées par la création de la Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes). A une échelle bien moindre, la Fédération de la gauche républicaine a commencé d'exister en présentant 100 candidats.

- Voir cet article sur le site de Public Sénat le 29 avril 2022 : Plusieurs partis de gauche créent la Fédération de la Gauche Républicaine
- Voir aussi cet article sur le site A Gauche, 10 juin 2022 : Interview d'un candidat de la Fédération de la Gauche Républicaine en Seine-et-Marne


 

A noter l'article de Hadrien Mathoux, publié le 10 juin sur le site de Marianne : Aux législatives, la Fédération de la gauche républicaine rassemble-t-elle les derniers jacobins ?

En voici deux extraits.

Alors que la dynamique de la Nupes semble tout emporter sur son passage à gauche, une coalition de partis, la Fédération de la gauche républicaine (FGR) présente des candidats dans cent circonscriptions aux législatives. Objectif : défendre les idées républicaines et laïques au sein d'une famille politique tentée de les oublier…

La Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes) se présente comme la coalition phare à gauche, mais une autre entité, moins médiatique, se lance en parallèle : la Fédération de la gauche républicaine (FGR). Certes, par rapport aux grands partis réunis dans la Nupes (France insoumise, Parti socialiste, Europe Écologie-Les Verts, Parti Communiste), la FGR réunit des formations à l'audience plus confidentielle.

Constituée le 29 avril dernier, elle inclut ainsi la Gauche républicaine et socialiste (GRS), fondée il y a trois ans par les ex-socialistes Emmanuel Maurel et Marie-Noëlle Lienemann ; le Mouvement républicain et citoyen (MRC), hérité du chevènementisme ; les Radicaux de gauche, scission du Parti radical de gauche refusant de se fondre dans le macronisme ; l'Engagement, mouvement fondé par Arnaud Montebourg pour soutenir son éphémère campagne présidentielle. Et enfin la Nouvelle gauche socialiste, petit parti fondé par l'économiste Liêm Hoang-Ngoc, ainsi que l'Écologie populaire.

Beaucoup d'étiquettes, souvent méconnues, pour un plan de bataille clair : investir ou soutenir cent candidats aux prochaines élections législatives, prélude à la formation d'un parti doté de ressources financières lui permettant de peser dans le jeu politique. En effet, la coalition ne devrait pas avoir de difficultés à obtenir au moins 1 % des voix dans 50 circonscriptions différentes, et ainsi récolter de précieux fonds pour se structurer.

« Nous fédérons tous ceux qui se reconnaissent dans un courant de pensée qui est désormais minoritaire parmi les cadres et militants de gauche, mais dont j'ai la conviction qu'il correspond aux aspirations profondes du peuple de gauche », résume Emmanuel Maurel, eurodéputé et cofondateur de la GRS. Rassemblant de nombreux soutiens de la campagne vite arrêtée d'Arnaud Montebourg à la présidentielle, la fédération veut ainsi incarner « un courant républicain, social, laïque, attaché aux enjeux de souveraineté et qui n'a pas renoncé à conquérir les classes populaires. »

(...) « La fédération permet de proposer quelque chose aux électeurs qui ne sont pas satisfaits par la Nupes mais veulent quand même voter à gauche », positive l'économiste David Cayla, candidat dans la première circonscription du Maine-et-Loire. « Il y a une demande d'unité, y compris de la part d'électeurs qui vont voter Nupes en se bouchant le nez. Mais beaucoup attendent une proposition de gauche non-mélenchoniste. »

Lire plus sur marianne.net

 
Pour info, voir aussi cette Tribune libre, collective, publiée le 7 juin sur le site de Marianne : Europe : "La France ne saurait accepter que subsiste le fétichisme des 3 % de déficit"

 

Cet article est le 3187 ème sur le blog MRC 53 - le 257 ème dans la catégorie MRC national

Partager cet article
Repost0
10 juin 2022 5 10 /06 /juin /2022 22:35

 

Pour un nouveau front populaire, tourner la page du macronisme

 

Le Mouvement Républicain et Citoyen est l'une des cinq composantes de la Fédération de la Gauche Républicaine. Voir (29 avril 2022) : La Fédération de la Gauche Républicaine à l'abordage des législatives

Avant le premier tour des élections législatives, il a publié ce communiqué, ainsi que les noms des candidats parrainés par la Fédération de la Gauche Républicaine.

Législatives : votez pour les candidats de la Fédération de la gauche républicaine !

 

Nous n’avons pas renoncé à changer la vie. En ces temps de désenchantement démocratique et de recul du militantisme politique, cette profession de foi peut paraître aussi immodeste qu’irréaliste.


Les urgences sont là, spectaculaires et tragiques : réchauffement climatique, inégalités sociales, bouleversements géopolitiques. Nos réponses doivent être à la hauteur des défis.


La préparation des élections présidentielle et législatives s’inscrit dans cette perspective politique. Il n’est pas trop tard pour engager la France et l’Europe dans cette grande bifurcation dont nous dessinions les contours lors de la fondation de notre mouvement il y a maintenant deux ans. Il n’est pas trop tard mais il y a peu de temps à perdre. Or le quinquennat qui s’achève nous en a fait perdre.


Que restera-t-il du macronisme ? Un grand mouvement social, celui des « Gilets Jaunes », provoqué par une des mesures iniques qui ont fait la marque de fabrique de ce gouvernement. La gestion calamiteuse d’une crise sanitaire inédite, à grand coups d’improvisations, d’ordres et de contre-ordres, qui a exacerbé l’angoisse des Français. Une série de mesures en faveur des plus riches au moment où le pays tout entier devait son salut aux travailleurs de l’ombre, mal payés et mal considérés.


Pour ceux qui ont fait mine d’y croire, les illusions de 2017 se sont rapidement dissipées. Un gouvernement « ni de gauche, ni de gauche ». Un candidat prétendument « rempart contre l’extrême droite » qui a fait peu de cas des libertés publiques. Un président incapable de s’élever à la hauteur de l’intérêt général. Bref, en 2022, il faut tourner la page de l’expérience macroniste.


Aussi improbable que cela puisse paraître, nous pensons qu’une majorité de gauche peut emporter la bataille électorale qui vient. Pour cela, nous continuons de plaider en faveur de la stratégie de « Nouveau Front Populaire ».


Au service de celle-ci, il faut un programme susceptible de répondre aux aspirations des Français que nous prétendons représenter, à commencer par les classes populaires qui subissent les crises de plein fouet.


Un programme qui permette de préparer l’avenir, d’anticiper les mutations, et qui propose des solutions pour en contrôler le cours.


Un programme qui prenne en compte les priorités du moment : la réparation de la France après l’une des plus graves crises de notre histoire en temps de paix ; le redressement de notre économie et de nos services publics après des décennies de purge libérale. La restauration de la maîtrise collective de notre destin commun.


 

Cet article est le 3186 ème sur le blog MRC 53 - le 256 ème dans la catégorie MRC national

Partager cet article
Repost0
29 avril 2022 5 29 /04 /avril /2022 20:39

 

Contraindre Macron à la cohabitation, la gauche peut le faire les 19 et 26 juin


 

Ils se sont connus lors de la pré-campagne présidentielle autour d'Arnaud Montebourg. Celui-ci soutient la démarche qui a abouti ce 29 avril à l'existence d'un nouveau parti à gauche.

La Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), Les Radicaux de Gauche-LRDG, Nouvelle Gauche Socialiste (NGS) et L’Engagement ont décidé d'unir leurs forces en créant un nouveau parti politique en commun, la Fédération de la Gauche Républicaine (FGR).

C'est un parti composé de ces cinq partis fondateurs ("personnes morales") et qui pourra accueillir des adhérents "personnes physiques" pouvant être représentés à hauteur de 20 % dans les instances de décision.

La FGR sera présente en tant que telle dans les élections législatives. Elle se positionne en faveur du rassemblement de la gauche initié par LFI sous la bannière de l'Union populaire.

Voici le texte de l'annonce de la création de la Fédération de la Gauche Républicaine par le MRC.


 

Le MRC participe à la création de la Fédération de la Gauche républicaine


 

Renouer avec l’esprit de conquête républicaine
 

Militantes et militants issus de la Gauche Républicaine et Socialiste, du Mouvement Républicain et Citoyen, des Radicaux de Gauche – LRDG, de Nouvelle Gauche Socialiste et de l’Engagement, rejoints par des militants socialistes, écologistes et insoumis, nous décidons aujourd’hui de nous rassembler dans la Fédération de la Gauche Républicaine.
 

Au sortir de l’élection présidentielle, les Français sont inquiets et frustrés. La fracture sociale et territoriale s’est aggravée. Et l’extrême-droite réalise le meilleur score de son histoire. Loin d’être un barrage à sa progression, le quinquennat d’Emmanuel Macron en aura été l’accélérateur.
 

Dans ce contexte, la gauche a une responsabilité particulière. Les législatives peuvent permettre d’offrir aux Français une alternative à la politique de régression sociale voulue par le président réélu. Les candidates et candidats de la Fédération de la Gauche Républicaine prendront toute leur part à ce combat central, en participant aux dynamiques de rassemblement aujourd’hui en œuvre.
 

Dans cette campagne, nous mettrons en avant les priorités qui nous sont chères, celles d’une politique de redressement républicain et de solidarité : démondialisation, promotion du « made in France », retour de l’État dans la vie économique et sociale, restauration des services publics, des moyens pour l’éducation et l’hôpital, augmentation des salaires et des retraites, transition écologique et objectif zéro pétrole, égalité territoriale, défense de la laïcité, refondation totale de nos institutions pour en finir avec la monarchie présidentielle et redonner du sens à la démocratie.
 

Mais au-delà des échéances électorales immédiates, c’est à une refondation de la gauche, de sa pensée, de ses pratiques, de ses modes de fonctionnement qu’il faut s’atteler. Pour reconquérir les classes populaires qui se sont en partie détournées de nous, pour redonner du sens à la promesse d’égalité, pour dessiner les contours d’un monde plus juste et plus harmonieux, les militantes et militants de la Fédération de la Gauche Républicaine s’engagent résolument.
 

La faiblesse actuelle de la gauche n’est pas une fatalité. En renouant avec l’esprit de conquête républicaine, avec le volontarisme politique, avec le respect de la souveraineté populaire, tout est possible.
 

Dans ces temps confus et incertains, l’essentiel est de savoir pour qui on se bat, et où l’on veut aller. Pour les militants de la gauche républicaine, il n’y a rien de plus exaltant que de se consacrer à la reconstruction de la gauche et au redressement de la France.
 

Signataires : Emmanuel Maurel, député européen, animateur national GRS, Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice, coordinatrice nationale GRS, Jean-Luc Laurent, président du MRC, maire du Kremlin-Bicêtre, Catherine Coutard, vice-présidente du MRC, Stéphane Saint-André, co-président de LRDG, Isabelle Amaglio-Térisse, co-présidente LRDG, Laurence Rossignol, sénatrice, Mickael Vallet, sénateur, Liem Hoang-Ngoc, ancien député européen, président de NGS, Damien Thomas, porte-parole de NGS, Elodie Schwander, animatrice nationale aux élections GRS, Anthony Gratacos, secrétaire général GRS.


 

Cet article est le 3185 ème sur le blog MRC 53 - le 255 ème dans la catégorie MRC national

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2021 1 01 /11 /novembre /2021 22:00

 

C'est un combat historique à mener contre les idées Zemmour

 

A plus de cinq mois de l'élection présidentielle, les Français n'ont pas toutes les informations nécessaires au scrutin du 10 avril 2022. Les plus récents sondages ne font que photographier la situation fin octobre. Voir la Liste de sondages sur l'élection présidentielle française de 2022.

La gauche, avec ses cinq candidats déclarés, ne fait pas plus que le seul président (futur candidat, sauf accident de parcours) et les 25 % qui lui sont attribués sans discontinuer.

L'extrême droite n'en finit plus d'enfler depuis qu'un "pas-encore-candidat" est venu se mêler à la compétition sondagière, faisant monter à 35 % l'ensemble et laissant au futur candidat LR qui sera désigné par les adhérents environ 10 % des voix.

Ceci n'est pas le résultat de l'élection présidentielle mais cela signifie qu'aujourd'hui, il y a un quart des Français qui sont satisfaits du président et un tiers d'autres Français qui aimeraient être représentés à la tête de l'Etat par une femme ou un homme d'extrême droite.

La gauche disparaît du paysage parce que sa division lui ôte toute crédibilité dans un scrutin où il faudra être à l'une des deux premières places le 10 avril pour pouvoir être élu le 24 avril.

Le problème, c'est que cette division n'est pas artificielle. Elle correspond à des différences réelles de positionnement politique et de programme.

Au mieux, la gauche aspirant à gouverner le pays se répartit entre l'union populaire de Mélenchon, la social-écologie de Jadot et la gauche républicaine, laïque et sociale, dans laquelle pourraient se retrouver Montebourg et Roussel. Il y a l'embarras du choix pour le PS entre la social-écologie et la gauche républicaine (ex-1ère gauche).


 

Comment ces trois gauches pourraient-elles dépasser leurs différences afin de se présenter derrière une seule candidature à l'élection présidentielle ?

En prenant l'exacte mesure du danger qui menace l'unité du pays.


 

Une extrême droite à 35 % dans tous les sondages, c'est la menace de la division exacerbée qui peut conduire aux pires errements.

Déjà, la réquisition des esprits par les thèses néolibérales a eu pour conséquence d'introduire la suprématie du chacun pour soi et de la concurrence entre les individus dans la société.

Renée Fregosi, philosophe et politologue, et Jacques Tarnero, essayiste et documentariste, analysent le nationalisme de Zemmour. Pour eux, seul un discours républicain « sans illusions, sans myopie, sans aucun angélisme » peut le contrer.

Voir cet article (Marianne, 29 octobre 2021) : "La surenchère de Zemmour à dire son amour de la France ne puise pas aux bonnes sources"


 

Pour sa part, Arnaud Montebourg a lancé un vibrant appel, lors de l'émission "En toute franchise" sur LCI le 31 octobre 2021. "Je lance un appel à tous ceux, des communistes aux gaullistes, qui ont en héritage la France libre et le Conseil National de la Résistance à aller à Colombey-les-Deux-Eglises pour former un mur du silence et faire taire M. Zemmour".

Voir Présidentielle 2022 : pour Arnaud Montebourg, Eric Zemmour est "dangereux" et le gouvernement "complice".

 

Les trois gauches ne pourraient-elles se concerter afin de s'opposer à la montée des idées pernicieuses de l'extrême droite en France ?

Ce serait un premier pas important montrant que l'union est possible quand il s'agit de défendre l'essentiel.

.

 

Cet article est le 3176 ème sur le blog MRC 53 - le 254ème dans la catégorie MRC national

La Marseillaise, après l'intervention d'Arnaud Montebourg à Frangy-en-Bresse (71), le 25 septembre 2021

La Marseillaise, après l'intervention d'Arnaud Montebourg à Frangy-en-Bresse (71), le 25 septembre 2021

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2021 5 22 /10 /octobre /2021 16:49

 

Conférence de presse 22 octobre à 19h30 en présence du candidat

 

Les adhérents de la Gauche Républicaine et Socialiste ont voté électroniquement les 20 et 21 octobre 2021. Parmi les candidats à l'élection présidentielle qui avaient été retenus par le Collectif d'animation national (CAN), ils ont choisi Arnaud Montebourg, qui est donc désormais le candidat de la GRS.


 

Jean-Luc Laurent, président du Mouvement Républicain et Citoyen - le MRC est une composante de la GRS, fondée en février 2019 - a exprimé sa satisfaction.

Voir L'Engagement et le MRC se félicitent du choix de la GRS de soutenir Montebourg.


 

La Gauche Républicaine et Socialiste a rendu compte en ces termes du vote des adhérents.

Voir Les adhérents de la Gauche Républicaine et Socialiste ont choisi leur candidat à l’élection présidentielle : Ce sera Arnaud Montebourg

C’est un choix logique et cohérent. Un choix qui s’impose au regard des enjeux actuels.

La crise sanitaire a mis en lumière l’absurdité et l’inefficacité d’un système fondé sur le libre-échange généralisé, l’austérité budgétaire, l’affaiblissement de l’État et la course au moins disant social. Elle a aussi discrédité des dirigeants qui, aveuglés par leur dogmatisme, ont laissé faire, voire encouragé, les délocalisations industrielles et la casse des services publics.

 

Macron est de ceux-là. Que restera-t-il de son quinquennat ? Un grand mouvement social, celui des Gilets Jaunes, provoqué par une des mesures iniques qui ont fait la marque de fabrique de ce gouvernement. Le grand désarroi des enseignants, des chercheurs, des personnels des hôpitaux face à la dégradation de ces services publics. La gestion calamiteuse à grand coups d’improvisations, de la crise du Covid, qui a exacerbé l’angoisse des Français. Une pratique solitaire du pouvoir. Une série de mesures en faveur des plus riches au moment où le pays tout entier devait son salut aux travailleurs de l’ombre, mal payés et mal considérés. Les classes populaires ont été largement sacrifiées, méprisées, parfois même matraquées, sous ce quinquennat. 2022 doit permettre le retour de la France populaire.

 

Pour nous, cela passe par une politique de redressement républicain. Démondialisation, promotion du « made in France », retour de l’État dans la vie économique et sociale, augmentation massive des bas salaires, transition écologique et objectif zéro pétrole, égalité territoriale, défense de la laïcité, sixième République : les priorités politiques d’Arnaud Montebourg sont les nôtres.

 

La faiblesse actuelle de la gauche n’est pas une fatalité. En renouant avec l’esprit de conquête républicaine, avec le volontarisme politique, avec le respect de la souveraineté populaire, nous pouvons démentir les prévisions les plus sombres.

 

Ce soutien à notre candidat n’implique pas de renoncer à l’ambition unitaire qui toujours été la nôtre. Lors de la création de la GRS en 2019, nous en appelions à la construction d’un « nouveau Front populaire » fédérant toutes les composantes de la gauche et de l’écologie et à l’élaboration d’un pacte législatif entre elles. Cet objectif reste pertinent si l’on veut faire échec au macronisme et affronter une extrême droite menaçante.

 

Dans ces temps confus et incertains, l’essentiel est de savoir pour qui on se bat, et où l’on veut aller. Pour les militants de la gauche républicaine, il n’y a rien de plus exaltant que de se consacrer au redressement de la France. Avec Arnaud Montebourg, nous pouvons y contribuer.

 

Une conférence de presse, diffusée en ligne et en direct sur la page facebook de la GRS, depuis le siège du parti au 3 avenue de Corbera à Paris, se tiendra aujourd’hui à 19h30 en présence d'Arnaud Montebourg.

 

Cet article est le 3175 ème sur le blog MRC 53 - le 253ème dans la catégorie MRC national 

Arnaud Montebourg, le 25 septembre 2021, à Frangy-en-Bresse

Arnaud Montebourg, le 25 septembre 2021, à Frangy-en-Bresse

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 19:49

 

Remonter la France en demandant aux Français d'agir ensemble

 

Nous étions trois Mayennais samedi 4 septembre à Clamecy, dans le Morvan. Heureux d'être là pour la prise de parole d'Arnaud Montebourg, dans la mairie de sa ville natale.


 

Nous avons d'abord été surpris par le choix du mot "remontada" pour caractériser le projet du candidat. Mais nous avons vite compris que ce terme convenait à la situation de notre pays qu'il faut remonter après des années de descente, non seulement en économie mais aussi et, surtout, en matière de capacité de décider de son destin.

Voir l'intégralité du discours de Clamecy : https://www.youtube.com/watch?v=xyo-5Xwh7pQ.

"Mon projet consiste à remonter la France en unissant des Français qui ne se parlent pas, ne se connaissent pas, mais vont devoir se soutenir les uns les autres et se donner la main pour agir ensemble". Voir le site Internet du mouvement https://laremontada.fr.


 

Depuis Clamecy, Arnaud Montebourg a été invité au journal de 20 heures de France 2 dimanche 5 septembre (Voir Présidentielle 2022 : Arnaud Montebourg dans la course avec sa "Remontada") et à la matinale de France Inter mardi 7 septembre (Arnaud Montebourg : "Une remontada, ça veut dire que quand la partie semble perdue il est possible de réussir").

 

Rappel précédent article : 4 septembre : Arnaud Montebourg, candidat à l'élection présidentielle


 

Cet article est le 3174 ème sur le blog MRC 53 - le 252ème dans la catégorie MRC national

Arnaud Montebourg, lors de sa déclaration le 4 septembre 2021 à Clamecy (Nièvre)

Arnaud Montebourg, lors de sa déclaration le 4 septembre 2021 à Clamecy (Nièvre)

Partager cet article
Repost0
31 août 2021 2 31 /08 /août /2021 19:55

 

Un candidat républicain de gauche pour le redressement de la France


Le 4 septembre 2021, à Clamecy sur ses terres natales de la Nièvre, Arnaud Montebourg annoncera sa candidature à l'élection présidentielle 2022. La Mayenne aura deux représentants sur place, Guillaume Agostino, élu de Laval et Laval Agglo, et Michel Sorin, ancien maire de Saint-Berthevin.

Le 25 septembre, à Frangy-en-Bresse dans le département de Saône-et-Loire qui fut son fief électoral, il présentera son projet pour la France. Il sera l'invité d'honneur de la fête, renouant ainsi avec la tradition. A midi, le déjeuner bourguignon fera son grand retour. Repas à réserver à l’adresse contact@untermaier.fr".

Le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), qui est une composante de la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS) depuis les assises fondatrices de ce parti en février 2019, avait pris position en faveur de la candidature Montebourg dès avril (voir, 15 avril 2021, Le MRC appelle Arnaud Montebourg à être candidat à l'élection présidentielle).

 

Le 29 août, Jean-Luc Laurent, président du MRC, s'est exprimé en ces termes. Voir Le MRC apporte un soutien enthousiaste à Arnaud Montebourg !.

 

Le MRC apporte un soutien enthousiaste à Arnaud Montebourg !

 

L’annonce de la candidature d’Arnaud Montebourg à l’élection présidentielle le 4 septembre 2021 à Clamecy est une excellente nouvelle.
C’est
une décision salutaire pour la France et pour tous ceux qui ont en commun la justice sociale et la République comme horizon.
Le Mouvement Républicain et Citoyen, qui a d’ores et déjà souhaité dès le 14 avril dernier la candidature d’Arnaud Montebourg, se félicite de cette annonce et lui apporte un soutien enthousiaste. Les militants, sympathisants et élus qui se reconnaissent dans le MRC et la gauche républicaine seront à ses côtés dans la campagne qu’il engage.

Arnaud Montebourg est l’homme de la situation. Nous sommes convaincus qu’il est le seul à gauche en capacité de constituer une alternative populaire solide au duel Macron-Le Pen qu’on nous présente comme inéluctable. Il saura par son expérience et son indépendance incarner un patriotisme qui nous rassemble.
Nous appelons les citoyens qui veulent retrouver leur pouvoir de vivre et qui aspirent à reprendre le contrôle de leur destin commun à soutenir Arnaud Montebourg.

Pour ce faire, je vous appelle à participer au rassemblement citoyen en présence d’Arnaud Montebourg à Frangy-en-Bresse le samedi 25 septembre prochain.



Cet article est le 3173 ème sur le blog MRC 53 - le 251ème dans la catégorie MRC national 

Arnaud Montebourg, lors d'un colloque à Paris sur la mondialisation, le 30 août 2011

Arnaud Montebourg, lors d'un colloque à Paris sur la mondialisation, le 30 août 2011

Partager cet article
Repost0
15 avril 2021 4 15 /04 /avril /2021 17:37

 

Montebourg est l'homme qui peut redresser et faire aimer la France

 

Les médias ne se sont pas précipités pour relayer le communiqué du Mouvement Républicain et Citoyen. Pourtant, le MRC est le premier parti à appeler à la candidature d'Arnaud Montebourg à l'élection présidentielle 2022.

 

Son président, Jean-Luc Laurent, maire du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) a décidé de rendre publique le 14 avril une décision votée à l'unanimité le 13 février 2021 par le Conseil national du MRC.

 

Depuis février 2019, ce parti - fondé notamment par Jean-Pierre Chevènement en 2003 - est engagé dans la construction d'une nouvelle formation politique, la Gauche Républicaine et Citoyenne (GRS). L'objectif est de rassembler les différents courants de la gauche républicaine en France.

 

Voir cet article daté du 7 mars 2019 : A l'issue des Rencontres Fondatrices de la GRS, la double vie du MRC. La candidature de l'ancien ministre Arnaud Montebourg pourrait répondre aux espoirs de changement profond de politique qui animent les Français, et contribuer à la création d'une force politique majeure autour de l'axe que serait la gauche républicaine constituée à l'initiative de la GRS.

 

Le MRC s’engage avec Arnaud Montebourg

 
Le Mouvement Républicain et Citoyen s’engage avec Arnaud Montebourg pour un patriotisme qui nous rassemble.

La France entre dans un monde radicalement nouveau. La pandémie, la crise sociale et économique, la dépendance aux grandes puissances et aux multinationales, le démantèlement des services publics, l’enrichissement débridé du monde de la finance au détriment du travail, la faillite de la construction néolibérale de l’Union européenne, le réchauffement climatique sont autant de bouleversements quotidiens auxquels nous sommes confrontés collectivement et qui frappent d’autant plus fortement les plus modestes.

Pour relever ces défis efficacement, nous avons besoin d’
une volonté politique forgée avec les citoyens pour la reconquête de notre souveraineté, la relocalisation de notre industrie, la reconstruction de notre indépendance économique et énergétique, la mobilisation de notre agriculture pour garantir des revenus décents aux agriculteurs et notre sécurité alimentaire, la reconstruction de l’autorité de l’État et de la démocratie représentative, le développement d’une recherche et d’une éducation réellement publiques, l’affirmation de notre République laïque et sociale sur tout le territoire, l’engagement pour une écologie populaire qui n’oppose pas la fin du monde à la fin du mois de nos concitoyens.

La France est notre première préoccupation. Nous la partageons avec tous les Français, qui aspirent à retrouver leur pouvoir de vivre et le contrôle de leur destin commun.

L’élan humaniste de notre nation n’est pas mort. La gauche républicaine a toujours refusé de renoncer à cet idéal. Nous sommes fiers d’être Français. Nous le sommes d’autant plus que nous savons que cette fierté est partagée dans le pays par les citoyens.

Face aux stratégies liées d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen qui veulent réitérer le duel de 2017 et pour construire une alternative crédible, résolument républicaine et de gauche dans la perspective de l’élection présidentielle de 2022, 
le Mouvement Républicain et Citoyen souhaite qu'Arnaud Montebourg présente sa candidature à la prochaine élection présidentielle. Dès à présent, le conseil national du MRC a décidé de lui apporter son soutien et appelle tous les citoyens qui ont en commun la justice sociale et la République comme horizon, à s’engager.

« 
Arnaud Montebourg est l’homme de la situation pour incarner la puissance d’un patriotisme qui nous rassemble : celui qu’on oppose au défaitisme ambiant et aux têtes courbées des libéraux qui veulent nous vendre à la découpe. Celui également qui se distingue des nationalistes identitaires qui attisent et entretiennent les peurs et les haines recuites pour mieux diviser les Français. Arnaud Montebourg est l’homme de la rupture dont la France a besoin et est capable de rassembler », déclare Jean-Luc Laurent, président du MRC, maire du Kremlin-Bicêtre.


 

Cet article est le 3172 ème sur le blog MRC 53 - le 250ème dans la catégorie MRC national 

Jean-Luc Laurent, président du Mouvement Républicain et Citoyen, le 2 décembre 2018, au congrès du MRC

Jean-Luc Laurent, président du Mouvement Républicain et Citoyen, le 2 décembre 2018, au congrès du MRC

Partager cet article
Repost0
7 mars 2019 4 07 /03 /mars /2019 22:06

 

La Gauche Républicaine et Socialiste est née le 3 février 2019 à Valence

 

Lors du Congrès de Paris-Reuilly, les 1er et 2 décembre 2018, il a été décidé majoritairement d'engager le Mouvement Républicain et Citoyen dans la création d’une nouvelle formation politique avec les militants d’APRéS, les socialistes qui ont fait scission du PS, avec Emmanuel Maurel et Marie-Noëlle Lienemann.

Le MRC ne disparaît pas. Il ne se dissout pas. Comme cela a été inscrit dans la motion d’orientation adoptée lors du Congrès 2018, le MRC continue d’exister et tiendra son prochain congrès en 2020.

Voir L'intervention de Michel Sorin (Mayenne) au congrès 2018 du MRC .

Enfin, comme cela a été validé lors du Conseil national du 14 octobre 2018 et confirmé lors du Congrès de décembre, le MRC a entamé un travail de convergence avec la France Insoumise afin de participer à la liste menée par la France Insoumise pour les élections européennes. Catherine Coutard, vice-présidente du MRC, est en 19ème position sur la liste "Maintenant le peuple" conduite par Manon Aubry.

 

 

Voir l'intervention complète de Jean-Luc Laurent, président du MRC, le 2 février 2019 en ouverture des Rencontres Fondatrices de Valence.

Et voir le billet de Jean-Luc Laurent Après les Rencontres Fondatrices de Valence, construire la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS)

 

Réussir l'amalgame

Les Rencontres Fondatrices de Valence du week-end dernier ont marqué une nouvelle étape dans le processus de refondation de la gauche avec la naissance du parti de la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS). Ces rencontres qui ont attiré plus de 350 personnes malgré la pluie et les incertitudes liées au mouvement des gilets jaunes sont une réussite. Elles ont permis de poser une première pierre pour la reconstruction de la gauche et la préparation d’une nouvelle offre politique pour sortir de la crise que nous connaissons avec une alternative au libéralisme triomphant.   

Cette nouvelle maison de la gauche républicaine est née à l’initiative du MRC suite à son Congrès de Paris Reuilly de décembre et de nos camarades de l’APRES, fondé par Marie-Noëlle Lienemann et Emmanuel Maurel suite à leur départ du Parti Socialiste au mois d’octobre dernier.   

Nous sommes désormais pleinement engagés dans cette dynamique nouvelle pour la reconstruction et le rassemblement de la gauche que nous avons toujours, du CERES au MDC puis au MRC, ardemment défendu. C’est pourquoi les prochains mois seront déterminants pour assurer le succès de notre entreprise. L’implication et la mobilisation de l’ensemble des militants sont indispensables. Il s’agit désormais d’engager la reconquête des classes populaires que la gauche a trop longtemps délaissées.   

La création d’un nouveau parti dans le contexte politique que nous connaissons demande volonté, effort et ténacité pour enrayer la mécanique de la division et de la fracturation. 

Pour réussir, il ne suffit pas d’additionner le MRC et APRÉS. Comme nous l’avons décidé lors de notre Congrès, le MRC ne disparaît pas. Nous nous sommes engagés dans un processus de création d’une nouvelle force politique avec la double appartenance. A Valence cette nouvelle formation politique est née : la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS). Nous devons réaliser l’amalgame entre nos forces et ne pas nous contenter de les juxtaposer. Nous devons constituer un véritable alliage pour former un métal nouveau, plus résistant et plus fort, comme je l’ai dit à Valence. Il est de notre responsabilité de nous montrer à la hauteur de cette tâche. 

La République sûre de sa force et pleinement souveraine, le bien commun, la promotion de la laïcité, l’égalité entre les citoyens et le mieux être collectif, le lien entre les questions sociale, nationale et européenne forment le socle de notre engagement et des combats que nous menons face aux libéraux et aux réactionnaires de tout poil. Nos adversaires sont nombreux et déterminés. Il nous appartient de travailler à l’élaboration d’un programme de transformation sociale, d’une contre-proposition ambitieuse à la politique d’accroissement des inégalités, de la précarité et de casse aveugle du service public et de notre modèle social qui constituent la feuille de route libérale appliquée par Bercy, Bruxelles et Berlin au service du capitalisme financiarisé et mondialisé.  

Cette tâche est faramineuse et exaltante. Nous devons collectivement la relever avec enthousiasme et détermination, pour la gauche et le peuple, pour la République et la France. 
 

Cet article est le 3 121 ème sur le blog MRC 53 - le 249ème dans la catégorie MRC national 

Jean-Luc Laurent, président du MRC, le 2 février 2019 aux Rencontres Fondatrices de Valence

Jean-Luc Laurent, président du MRC, le 2 février 2019 aux Rencontres Fondatrices de Valence

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2018 7 23 /12 /décembre /2018 23:44

 

Un appel à l’unité du MRC et à la refondation de la Gauche républicaine

 

Le congrès du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) a eu lieu à Paris les 1er et 2 décembre 2018. Voir les articles publiés les 17 et 18 décembre :

- Congrès MRC 2018 : rassembler la gauche républicaine et populaire

- Congrès MRC 2018 : créer l'alliage d'une nouvelle gauche républicaine

Voici un extrait de la lettre adressée le 22 décembre par Jean-Luc Laurent, président du MRC, aux adhérents.

Notre congrès a connu un débat riche, argumenté et passionné qui a été à la hauteur des réponses à apporter à la période de décomposition politique que nous traversons. Deux orientations différentes ont été soumises à la discussion et au vote des adhérents lors des congrès locaux. Le contenu des deux motions d'orientation, des contributions, et des discussions qui ont eu lieu, ont montré la vitalité de la réflexion au sein du MRC et notre volonté d'ouvrir un nouvel horizon pour nos idées.         

Le congrès national a approuvé la motion d'orientation "
Notre fil rouge : la République sociale, laïque et souveraine" qui a obtenu 73,50% des votes. Cette motion d'orientation, enrichies des modifications votées par le congrès, fixe le cap du MRC pour les deux ans à venir que la nouvelle direction devra mettre en œuvre. Chacun pourra trouver ici les textes du congrès et la motion adoptée sur le site.

 

Le texte adopté par le congrès a intégré l’amendement Sorin-Maupouet qui visait au maintien de la double appartenance dans la période entre les congrès 2018 et 2020. Voici le texte. Extrait.

Concrètement, il est proposé d’engager le processus de création d’une nouvelle force politique à parité avec nos partenaires d’APRèS, dont le congrès fondateur pourrait se tenir en 2019  où les participants décideront du nom, des statuts, du mode d’organisation et de fonctionnement et fixeront les orientations.

Le MRC sera quoi qu’il arrive maintenu pendant les deux années suivantes. Les adhérents du MRC seront parties prenantes de ce processus et souverains pour prendre toutes les décisions. Ils seront consultés au moment du congrès fondateur de cette nouvelle force politique et lors du prochain congrès ordinaire du MRC qui aura lieu en décembre 2020 et qui décidera de la suite à donner au dispositif. Durant ces deux années, l’adhésion au MRC vaut adhésion à la nouvelle force politique. Le Conseil National est chargé avec la direction nationale de la mise en œuvre de ces décisions.
 

Samedi 1er décembre, Michel Sorin (MRC Mayenne, Pays de la Loire) a été invité à intervenir après les deux orateurs ayant présenté les motions d’orientation qui avaient été soumises aux votes des adhérents, la motion Sorin-Maupouet pour la refondation du MRC n’ayant pas été retenue car n’ayant pas le nombre de signataires requis.

Voici le texte de son intervention.

Ce congrès avait commencé dans l’affrontement, lors du Conseil national du 14 octobre. Il doit s’achever dans le rapprochement entre les deux motions car l’unité du MRC est indispensable pour réussir la refondation de la gauche républicaine.

Unité et refondation, ce devrait être le titre de la motion qui sortira de ce congrès. Entendons-nous bien : le débat entre les deux motions a été tranché par le vote des militants. Ce qui compte maintenant, c’est de se mettre au travail pour relever un vrai défi, dans le contexte actuel.

Le MRC a une raison d’être, c’est d’apporter les matériaux qui vont être utilisés pour la construction de la Maison de la Gauche républicaine. Pour cela, non seulement le MRC doit continuer d’exister mais il doit être plus uni et plus fort.

. Sa force, au MRC, c’est d’exister depuis longtemps en tant qu’organisation politique, ce qui n’est pas le cas de nos partenaires qui viennent du PS et n’ont pas l’expérience de formation politique autonome.

. Sa force, au MRC, c’est son logiciel républicain qui a été adapté à l’évolution de la situation depuis 50 ans et qu’il est impératif de faire entrer dans l’architecture de la Maison de la Gauche républicaine.

. Sa force, au MRC, c’est d’avoir les idées claires sur ce que doit être une gauche républicaine,

- les idées claires dans le lien organique qu’elle doit avoir avec le peuple français d’une part. Gauche républicaine et France citoyenne sont les deux versants d’une même montagne.

- les idées claires aussi dans ce que doit redevenir la Nation française et son rapport redéfini avec l’Europe. L’originalité de notre position doit être connue et promue.

C’est l’ensemble du système politique français qui est à refonder car il ne tient plus debout. Nous devons nous préparer à faire face au dépôt de bilan de la start-up France qui a été lancée en mai 2017.

Les déficiences de gestion de l’entrepreneur Macron sont telles que ses clients, les citoyens français, se détournent de lui.

L’une des composantes du peuple français, celle de ses petites villes, de ses banlieues éloignées, qui se débat dans les difficultés à boucler les fins de mois, est entrée en révolte et n’est pas décidée à s’en laisser conter. La grande majorité des Français se reconnaît dans son refus de se soumettre à un ordre économique devenu insupportable.

Dans notre réflexion préalable à la construction de la Maison de la Gauche républicaine, nous devons intégrer cette composante de la France périphérique, en n’oubliant pas l’autre qui vit dans les banlieues populaires.

Reconnaissons qu’il ne suffira pas de recoller deux bouts de partis politiques en souffrance pour en faire la locomotive de la gauche refondée. Nous devons avoir la modestie et la détermination des fondateurs d’un nouveau système politique qui voient loin mais assurent leurs pas au quotidien.

Nous sommes attendus. Ne décevons pas nos amis qui nous regardent et comptent sur nous. Délaissons les guéguerres polémiques qui fleurissent sur Facebook. Attachons-nous à l’essentiel, au fond politique et à l’explication de ce que nous faisons.

Agissons ensemble, en équipe soudée, et nous ferons des recrues qui renforceront notre équipe. L’avenir nous appartient.

Cet article est le 3 120 ème sur le blog MRC 53 - le 248ème dans la catégorie MRC national 

Le président Jean-Luc Laurent, le 2 décembre 2018, lors de son intervention devant le congrès du MRC

Le président Jean-Luc Laurent, le 2 décembre 2018, lors de son intervention devant le congrès du MRC

Partager cet article
Repost0