Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 22:36

 

Les responsables et militants ont exprimé leurs analyses de la situation

 

Le 8 juillet à Saintes (Charente-Maritime), lors de cet après-midi d’échanges, à la fois sincères et chaleureux, un vrai débat politique a eu lieu entre des adhérents du Mouvement Républicain et Citoyen venant d’Aquitaine, du Limousin, de Poitou-Charentes (la Nouvelle Aquitaine) mais aussi de Normandie et des Pays de la Loire. Les uns ayant des responsabilités à des niveaux divers, d’autres étant plus engagés en tant qu’élus locaux ou dans des organisations syndicales et quelques autres étant seulement adhérents du MRC.

Comme tous les partis, le MRC a besoin de réfléchir à l’issue de cette période électorale printanière qui a bouleversé la vie politique française. Les militants de l’Ouest ont été les premiers à apporter leur contribution à cet effort de réflexion. Les autres régions suivront à l’automne.

La présence du président du MRC, Jean-Luc Laurent, a été bien perçue dans la mesure où il a pu se rendre compte de l’état d’esprit des adhérents de cette partie ouest du pays.

Un compte rendu détaillé des interventions a été transmis par Serge Maupouet à tous les participants.


 

En complément, un document résumant les échanges a été préparé afin d’assurer une information plus large concernant cette rencontre importante du 8 juillet. Voici ce document de synthèse.

Rencontre MRC Ouest à Saintes (17) – Samedi 8 juillet 2017 – Synthèse des échanges

Dans le contexte de l’après-campagnes présidentielle et législatives 2017, il a semblé indispensable à Michel Sorin (responsable MRC Pays de la Loire) et à Serge Maupouet (responsable MRC Limousin-Poitou-Charentes) de proposer aux camarades du MRC (Mouvement Républicain et Citoyen) dans l’Ouest (au sens large, de l’Aquitaine à la Normandie) une réunion permettant aux adhérents :

- d’avoir une meilleure perception des débats internes au Mouvement,

- de réfléchir à davantage de fluidité dans les relations entre les adhérents de base et ceux qui ont des responsabilités régionales et nationales,

- et de rechercher ensemble une liaison territoriale au sein du MRC.

 

Répondant à leur invitation, une vingtaine d’adhérents, dont des responsables départementaux, régionaux, nationaux, se sont réunis à Saintes (Charente-Maritime) le 8 juillet 2017. Jean-Luc Laurent, président du MRC, a pu participer à une partie de la réunion, tenant à être présent pour entendre directement les adhérents. Il a insisté sur le caractère précurseur de l’initiative prise dans l’ouest, le Conseil national, le 2 juillet, ayant décidé de l’organisation de ces réunions régionales ou inter-régionales à partir de septembre, en présence de membres du Secrétariat national.

 

Les débats du 8 juillet ont montré l’envie d’agir des militants, et l’urgence à développer le Mouvement en lui donnant les caractéristiques d’un parti politique de plein exercice, ce qui nécessite de changer en profondeur la conception même du MRC et son fonctionnement.

 

Les objectifs pourraient être de :

- donner au MRC (parti politique populaire, laïc, républicain et social) une place visible dans la vie politique française, en trouvant des solutions aux problèmes de l’accès aux media,

- permettre l’adhésion, notamment des jeunes et des personnes de condition modeste,

- assurer la formation des militants et des cadres par une relance de l’action de l’ARECA (Association Républicaine des Elus Citoyens et Apparentés),

- développer la démocratie interne sur la base d’un dialogue effectif entre le haut et le bas.

 

A sa fondation en 2003, la qualité des fondamentaux légués par Jean-Pierre Chevènement donnait au MRC deux décennies d’avance. En 2017, le constat doit être fait que le Mouvement n’a pas su trouver toute sa place. Son nom, fondé sur des notions essentielles et actuelles, n’est pas dévalué, mais beaucoup reste à faire pour faire mieux vivre et partager ses valeurs : avancer des idées simples, accessibles au grand public, continuer à en proposer de nouvelles qui soient originales – comme Bastien Faudot a pu le faire pendant sa campagne présidentielle – en les soumettant largement au débat militant, et en évitant l’écueil de l’intellectualisme pour être au contact des préoccupations quotidiennes des citoyens. Alors, le MRC, refondé, renforcé, développé, jouera un rôle majeur dans la recomposition de la gauche.

 

Il est vrai que le contexte actuel est difficile :

- le PS porte de lourdes responsabilités dans l’affaiblissement de toute la gauche ;

- le PCF est fragilisé ;

- Jean-Luc Mélenchon a mis en œuvre son projet de renouvellement de la gauche en créant une formation politique originale, La France insoumise, mais il ne pourra construire un projet crédible de gouvernement s’il continue de refuser la discussion avec les autres forces de gauche ;

- Benoît Hamon vient de jeter les bases d’une nouvelle structure politique ;

- Arnaud Montebourg a disparu du paysage mais pas ses amis, qui restent attelés au PS ;

- les Républicains dits « de l’autre rive » se sont extrêmement éloignés de la rive gauche ...

 

Mais il existe un espace politique à prendre. La reconstruction de la gauche exige d’être à l’écoute et en contact avec l’ensemble des partenaires, tout en construisant avec une confiance renouvelée notre propre chemin, en revisitant, actualisant, approfondissant notre réflexion politique par rapport aux enjeux actuels et d’avenir, et en nous renforçant en termes de structures et de forces militantes. Parmi les priorités du mouvement, sont à inscrire le développement des secteurs jeunesse, femmes, monde du travail et entreprises.

 

Nous avons conscience de l’affaiblissement actuel des partis de gauche. Depuis 1983, la perte des valeurs fondatrices de la gauche et l’oubli du peuple ont éloigné les électeurs, non seulement du Parti socialiste, mais aussi des formations de gauche qui n’ont pas su se détacher nettement de ce parti. Ils se sont réfugiés dans l’abstention, faute de voir émerger un débouché politique crédible. Ce phénomène s’est accompagné d’une dépolitisation politique qui profite aux forces conservatrices.

 

Le MRC doit porter la question de la redéfinition de la gauche – appuyée sur l’Humain, l’Egalité, la Fraternité, les autres valeurs communes en partage à gauche – afin de la reconstruire, remettre la question sociale en avant, être pleinement à l’écoute du monde du travail, refuser le démantèlement du droit du travail, porter la volonté de changer l’Union européenne, concevoir des outils et mettre en place des moyens pour renouer avec l’éducation populaire, nécessaire à l’émancipation des citoyens.

 

Le MRC doit devenir un point d’appui pour le rassemblement des gauches afin de gouverner, conduire une politique de transformation sociale. Le développement de son ancrage territorial sur l’ensemble du territoire national, une animation plus efficiente au niveau du Secrétariat national, le soutien aux initiatives régionales, en sont des préalables.

 

C’est pourquoi les composantes du MRC Ouest réunies le 8 juillet 2017, affirmant être favorables au développement et à l'action du MRC :

1 – constatent l’importance de notre ancrage régional et territorial pour la vie et le développement de notre mouvement et veulent faire reconnaître ce fait. Cet ancrage régional et territorial doit être étoffé et renforcé dans l’optique du développement et du renforcement du MRC sur l’ensemble du territoire.


2 – constatent la nécessité de fonctionner autrement en interne afin de concilier le mouvement d’en-haut et le mouvement d’en-bas, d’assurer une animation nationale plus efficiente, de mieux prendre en compte et soutenir les initiatives venant des fédérations au niveau du Secrétariat national, de relancer la formation des élus, des cadres, des militants.


3 – constatent la nécessité d’assurer une communication plus efficace en direction des citoyens, des élus, de la presse.


4 – mettent en place à compter de ce jour, un comité de coordination composé des membres du Bureau de chacune des fédérations interdépartementales présentes (Aquitaine, Limousin-Poitou-Charentes, Pays de la Loire, Normandie).

Ce comité de coordination peut, entre autres possibilités et de manière non limitative, se concerter sur des positions à discuter à l’échelle du MRC Ouest, sur la réalisation de communiqués, de tracts, à propos d’un site MRC Ouest couvrant le territoire, sur des formations en direction des élus, des militants, des conférences en direction des citoyens, pour proposer des réunions à l’image de celle de ce jour, etc.


5 – soulignent l’importance de rencontres en interne comme celle de ce jour et en proposent une périodicité annuelle.

 

Cet article est le 3005ème sur le blog MRC 53 - le 222ème dans la catégorie MRC national

 

 

 

Photo : François Mas (33). Une partie des participants le 8 juillet 2017 à Saintes (17) autour de Jean-Luc Laurent, président du MRC, et de Serge Maupouet (MRC 17)

Photo : François Mas (33). Une partie des participants le 8 juillet 2017 à Saintes (17) autour de Jean-Luc Laurent, président du MRC, et de Serge Maupouet (MRC 17)

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 23:49

 

La gauche est morte. Vive la gauche républicaine, renouvelée et rassemblée !

 

Le Mouvement Républicain et Citoyen a opté, lors de son dernier congrès, en juin 2015, pour une stratégie à gauche et pour présenter un candidat à l’élection présidentielle 2017.

Bastien Faudot n’a pu aller au bout de sa candidature, n’ayant pas obtenu suffisamment d’engagements de parrainage d’élus. La gauche, divisée, n’a pas accédé au second tour et elle a subi aux élections législatives les conséquences de sa défaite à l’élection présidentielle. Le MRC n’a pu faire élire qu’un seul candidat, Christian Hutin, député du Nord depuis 2007 (13ème circonscription, Dunkerque).

 

Réuni le 2 juillet 2017, le Conseil national du MRC a longuement débattu de la situation politique après les élections.

Nous sommes entrés dans une période de reconstruction de la gauche, dont on ne connaît pas la durée. Le MRC doit être partie prenante de cette reconstruction. C’est à reformuler les fondamentaux de la gauche républicaine qu’il faut nous atteler. Le MRC peut apporter une précieuse contribution sur ce point.

La situation actuelle fait penser à celle qui a suivi l’élection présidentielle de 1969, marquée par la division de la gauche et son échec dès le premier tour. Le congrès de refondation du PS à Epinay-sur-Seine a suivi deux ans après.

Voir* : Michel Sorin au Conseil national MRC : refonte complète du Mouvement

A l’issue des débats, le 2 juillet, le Conseil national a décidé d’organiser des réunions avec les adhérents dans les régions** à partir de septembre 2017 d’une part et de poursuivre les échanges et discussions avec les différents mouvements et personnalités à gauche d’autre part.

* Pour information, voici la réponse de Michel Sorin à l’un de ses interlocuteurs qui avaient commenté ce texte sur un réseau social et demandait en quoi le MRC pourrait contribuer à la reconstruction de la gauche. "Son originalité serait d'écrire la plateforme de rassemblement de la gauche républicaine, cette gauche présente dans les groupes politiques à l'Assemblée nationale, de la "Nouvelle gauche" (PS) à la "France insoumise" en passant par le groupe PCF, présente aussi ailleurs dans des groupes en formation (Mouvement du 1er juillet) ou chez de nombreux citoyens isolés. Ce MRC refondé devrait être capable de tisser des liens à la base entre les citoyens favorables à cette stratégie de conquête du pouvoir par une gauche renouvelée et rassemblée".

** Dans l’ouest, nous avons anticipé. Un document sera diffusé, suite à cette rencontre MRC ouest. Voir Les responsables Ouest du MRC étaient à Saintes (17) le 8 juillet 2017

Cet article est le 3004ème sur le blog MRC 53 - le 221ème dans la catégorie MRC national

Rencontre MRC ouest à Saintes (17) le 8 juillet 2017

Rencontre MRC ouest à Saintes (17) le 8 juillet 2017

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 22:37

 

Vers un congrès 2018 ouvert aux citoyens de la gauche républicaine


 

Dans son intervention, le 2 juillet 2017, en séance du Conseil national du Mouvement Républicain et Citoyen, Michel Sorin a commencé par dire que c’est le moment de pleinement s’engager dans l’action politique car nous allons vivre une période de recomposition après la décomposition en cours - que nous avions vu venir depuis longtemps, sans savoir quelle forme elle prendrait.

Notre Mouvement a confirmé ses limites. Cela ne doit pas nous amener à renoncer mais à repartir sur des bases nouvelles en corrigeant nos erreurs.

Que dire de Macron et d’En Marche ? C’est une entreprise personnelle - bien pensée et bien mise en œuvre - de conquête et d’exercice du pouvoir national, en harmonie avec les institutions européennes et l’oligarchie financière, son projet étant libéral sur les plans économique et sociétal, avec un pouvoir politique fort et centralisé à l’intérieur, et une politique étrangère active afin de mettre la France en meilleure position au sein de l’Union européenne.

Pour cela, sa volonté est d’établir un groupe dominateur central au niveau national, avec deux oppositions principales autour de Le Pen et Mélenchon, après destruction du PS et de LR, leurs composantes étant disséminées dans des petits groupes impuissants.

Notre raison d’être est de constituer une gauche républicaine capable d’être le point d’appui du rassemblement de l’ensemble de la gauche de gouvernement. Nous y parviendrons en combinant l’action politique d’en haut, par des contacts avec toutes les organisations qui existent dans le champ de la gauche au niveau national, et d’en bas, par l’animation de groupes de citoyens se situant dans le champ de la gauche républicaine au niveau territorial.

Nous devons faire vivre les idées républicaines (notre logiciel) et mettre les citoyens républicains de gauche en position de débattre du projet de gouvernement de la France, ce que nous n’avons pu faire jusqu’à présent.

Cela nous conduit à organiser la refonte complète de notre Mouvement d’ici juin 2018. En étant à l’écoute des militants et responsables dans les régions.


 

Cet article est le 3003ème sur le blog MRC 53 - le 220ème dans la catégorie MRC national

Michel Sorin, intervenant le 15 décembre 2012 à Paris lors du congrès MRC (photo Bruno Chevalier)

Michel Sorin, intervenant le 15 décembre 2012 à Paris lors du congrès MRC (photo Bruno Chevalier)

Repost 0
Published by Michel Sorin - dans MRC national
commenter cet article
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 18:43

 

Non à la politique néolibérale de Macron, oui aux idées neuves du MRC !

 

Serge Maupouet, responsable du MRC 17, n’est pas de ceux qui s’abandonnent au pessimisme dans la vie, y compris dans la vie politique. A l’heure où la gauche est entraînée dans un mouvement de décomposition-recomposition, c’est le moment qu’il choisit pour proposer aux citoyens d’adhérer au Mouvement Républicain et Citoyen. Avec ce tract qui est à voir sur le site de la Fédération MRC de Charente-Maritime.

 

Voir 2017 - 06 juin - tract - avec le MRC 17 prendre ses responsabilités.pdf

 

MRC Mouvement Républicain et Citoyen Charente-Maritime

 

La présidence Macron va creuser les inégalités par sa politique néolibérale.

Il n’y a de fatalités que pour ceux qui renoncent : militez avec nous pour d’autres choix !

 

7 bonnes raisons de s’engager au MRC :

. Non au chômage et à la précarité !

. Revalorisons le travail et les salaires

. Promouvons les services publics

. Garantissons la santé et les retraites

. Soutenons l’Ecole publique

. Renforçons la sécurité et la justice

. Affirmons la voix de la France

 

Avec des idées neuves pour :

- une Nation solidaire

- un Etat stratège

- notre modèle social

- un renouveau démocratique

- le progrès pour tous

 

Je veux agir ! Je prends mes responsabilités, j’adhère au MRC

 

« La République partout, la République pour tous »

 

Cet article est le 2997ème sur le blog MRC 53 - le 219ème dans la catégorie MRC national

Serge Maupouet, au côté de Martine Souvignet, le 26 novembre 2014 à Saintes, lors d'une conférence sur la réforme territoriale

Serge Maupouet, au côté de Martine Souvignet, le 26 novembre 2014 à Saintes, lors d'une conférence sur la réforme territoriale

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 22:08

 

Dans un communiqué, le MRC 92 le regrette et explique pourquoi

 

Sur son site, le MRC 92 communique sur les raisons qui l’ont amené à ne pas présenter de candidats aux élections législatives 2017 dans le département des Hauts-de-Seine.

 

Voir le Communiqué de la Fédération des Hauts-de-Seine (92) du Mouvement Républicain et Citoyen

Les militants du MRC 92 ont décidé, en accord avec les décisions des instances nationales du MRC, de ne pas présenter de candidats pour les élections législatives des 11 et 18 Juin 2017.

 

(…) Le premier tour des élections législatives est pourtant crucial pour le financement public des partis : une partie de ce financement est, en effet proportionnel aux voix récoltées au premier tour des élections législatives, pour toute la mandature (à savoir 7€ par voix pour les 5 années de la mandature).

L’une des conditions à remplir pour l’obtention de ce financement public pour un parti, est d’avoir présenté au moins 50 candidats recevant plus de 1% des suffrages. La complexité des échanges que nous avons avec nos partenaires de gauche, ainsi que le peu d’écho qui est fait aux propositions de la gauche souverainiste et républicaine que nous représentons contre vents et marées, font en sorte que nous sommes dans l’incapacité aujourd’hui de remplir cette condition sans un accord de notre mouvement avec une autre force politique.

De fait, chaque candidature pouvant engendrer une dépense de 10 000€ non remboursable, nous préférons garder nos réserves financières et nos forces pour le long combat démocratique et politique qui s’annonce contre le gouvernement MACRON qui s’est proclamé délibérément libéral et qui ambitionne, pour cet été, les mesures sociales les plus rétrogrades.

 

Les idées souverainistes et républicaines que les Français ont exprimées lors de leur non au référendum en 2005, ont malheureusement été les grandes perdantes de cette campagne électorale polluée par les affaires et les boniments de la pire espèce. Nous persévérerons à les défendre et à convaincre les Français qu’une autre voie, sociale et républicaine, est possible, dans la grande recomposition politique qui s’annonce durant ce quinquennat.

Pour démarrer cette grande période de recomposition, partout où c’est possible, nous appelons chacune et chacun à se mobiliser partout en France derrière nos candidates et candidats du Mouvement Républicain et Citoyen, parmi lesquels nos deux députés sortants, Jean-Luc Laurent et Christian Hutin.

Nous appelons ceux qui partagent nos convictions et qui ne se retrouvent pas dans l’offre politique aujourd’hui, à venir construire avec nous une force républicaine, sincèrement patriote et véritablement sociale et militante d’une Europe politique des peuples digne de nos valeurs internationalistes de gauche.
 

Cet article est le 2995ème sur le blog MRC 53 - le 218ème dans la catégorie MRC national

Jean-Pierre Lettron, responsable du MRC 92 (photo 30 juin 2013)

Jean-Pierre Lettron, responsable du MRC 92 (photo 30 juin 2013)

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 23:35

 

Une candidature qui s’oppose aux dogmes néolibéraux


Serge Lèzement est candidat MRC aux élections législatives dans la 6ème circonscription du Calvados (Vire) avec Béatrice Dumas-Fournier, remplaçante. Ils rencontreront la presse lundi 22 mai 2017 à 14h30 à Vire. Voici leur communiqué de presse.

 

Le Mouvement Républicain et Citoyen nous a désignés pour le représenter dans la 6ème circonscription du Calvados.

Nous nous reconnaissons dans les convictions et les combats politiques que Jean-Pierre Chevènement a menés : Non au traité de Maastricht, refus de la guerre du golf en Irak notamment…

Les conséquences des choix néolibéraux européens que nous avions pressentis et dénoncés vigoureusement sont maintenant visibles à la majorité des français : chômage dû à la désindustrialisation et aux délocalisations, services publics compromis par les politiques d’austérité, services de proximité comme la santé fortement affaiblis, hôpitaux des villes moyennes comme Vire remis en cause, écoles fermées…Tout ceci entraîne la désertification du monde rural.

Le nouveau gouvernement est constitué de personnalités venant de la droite et de la gauche formés au néo-libéralisme issu du « Traité de Maastricht ». Ces nominations interviennent au moment où justement ce système est arrivé à son épuisement. Les héritiers de ce dogme vont devoir s’en dégager, car c’est le prix de la réussite.

Nous entendons engager le débat sur toutes les questions majeures qui seules peuvent assurer le redressement du pays.


- Un autre candidat MRC : dans la 1ère circonscription de la Manche (Saint-Lô, 50), Philippe Reto, titulaire, et Caroline Costerousse, remplaçante.

 

Cet article est le 2993ème sur le blog MRC 53 - le 217ème dans la catégorie MRC national

Serge Lèzement (au milieu), le 8 novembre 2016, lors de la visite de Bastien Faudot dans la ferme de Mickaël et Michel Lepage à Changé (Mayenne)

Serge Lèzement (au milieu), le 8 novembre 2016, lors de la visite de Bastien Faudot dans la ferme de Mickaël et Michel Lepage à Changé (Mayenne)

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 22:56

 

Un vote motivé par les risques liés à la mise en œuvre du programme Le Pen


 

L’élection présidentielle française 2017 a eu lieu le 23 avril. Voir (Le Figaro, 24 avril) Présidentielle 2017 : consultez les résultats définitifs du premier tour. Voir aussi (Huffington Post, 24 avril, carte interactive France info) les résultats Ville par ville.

Le second tour, le 7 mai, opposera Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Retrouvez tous les sondages du second tour Macron-Le Pen


 

Dès connaissance des résultats du premier tour, le 23 avril, le président du Mouvement Républicain et Citoyen, Jean-Luc Laurent, député du Val-de-Marne, a publié ce communiqué de presse

 

Second tour : pour battre l’extrême droite, pas une voix démocrate ne doit manquer à Emmanuel Macron

 

Les deux candidats de gauche sont éliminés dès le premier tour et les Français ont choisi de placer le candidat du centre en tête du premier tour de l’élection présidentielle. C’est un jour sombre pour la gauche terrassée à l’issue du quinquennat de François Hollande.

La qualification de Marine Le Pen n’est pas une surprise tant cette situation a été annoncée par chaque élection intermédiaire depuis 2012. Les échecs de la gauche ont nourri le Front National. Les deux partis censés structurer la vie politique sont éliminés dès le premier tour, c’est un évènement considérable dont il faudra tirer toutes les leçons.

Le résultat du second tour n’est pas assuré et dans l’immédiat, pas une voix démocrate ne doit manquer pour faire battre le Front National qui est le parti de la surenchère identitaire et constitue un danger pour nos institutions, nos droits fondamentaux et la paix civile. J’appelle donc à voter pour Emmanuel Macron.

L’extrême-droite a un projet pour le pays, il est mauvais et dangereux et il faut en exposer sereinement les enjeux et les conséquences à nos concitoyens. Pour des millions de Français, le vote Front National est l’expression d’un ras-le-bol politique auquel il va falloir répondre.


Le renouvellement apporté par Emmanuel Macron reste extrêmement superficiel et ne peut masquer un programme d’alignement européen et libéral que le MRC conteste. Nous n’entendons pas accorder un chèque en blanc à M.Macron et le dernier candidat démocrate en lice a la responsabilité d’ouvrir le dialogue avec l’ensemble des forces politiques.

 

Voir, par ailleurs :

- Les Français ont choisi le renouvellement des visages mais pas la continuité des politiques

- La gauche aborde, dispersée, le premier tour de la présidentielle 2017

 

Cet article est le 2988ème sur le blog MRC 53 - le 216ème dans la catégorie MRC national

Jean-Luc Laurent, président du MRC, le 27 septembre 2015, à Clermont-Ferrand

Jean-Luc Laurent, président du MRC, le 27 septembre 2015, à Clermont-Ferrand

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 16:55

 

Il y aura des candidats MRC avec le soutien du PS aux législatives

 

Il y a un mois, Bastien Faudot, candidat MRC à l’élection présidentielle, annonçait le retrait de sa candidature. Voir Présidentielle : B Faudot se retire et prépare un accord avec B Hamon

 

Le 13 avril, dans un communiqué du Mouvement Républicain et Citoyen, le président Jean-Luc Laurent a confirmé que Le Mouvement Républicain et Citoyen apporte son soutien à Benoit Hamon.

 

Le Mouvement Républicain et Citoyen apporte son soutien à Benoît Hamon, candidat du Parti Socialiste, de l’UDE, du PRG et d'EELV à l’élection présidentielle.
La gauche au pouvoir a trop souvent renoncé à son idéal
ces cinq dernières années, naviguant de Charybde en Scylla tant sur le plan européen que sur le plan social. L’extrême-droite progresse, nourrie par les renoncements politiques et un discours mâtinée de vernis républicain. Le camp libéral pousse toujours plus en avant ses pions en faveur des élites économiques.
Comment ne pas penser également aux soupçons qui pèsent sur certains candidats dont l’orgueil et la déconnexion les conduisent à renoncer à toute éthique politique, alors que les Français font face à une incertitude quant aux lendemains qui seront les nôtres et la crainte du déclassement pour les générations à venir ?
Le MRC ne se reconnaît entièrement dans aucun des programmes des candidats de gauche, mais le dialogue continu et les combats partagés ces dernières années à l'assemblée nationale avec Benoît Hamon nous conduisent à soutenir sa candidature.
Nous appelons les Français à déjouer et démentir les sondages.

 

Ce soutien officiel à Benoît Hamon est assorti d’un accord pour les élections législatives (dont les deux députés sortants, Christian Hutin dans le Nord et Jean-Luc Laurent dans le Val-de-Marne), ainsi que d’un accord financier portant sur la mandature.

 

Le Mouvement Républicain et Citoyen avait pris la décision (Conseil national, 12 mars 2017) de rechercher un accord avec Benoît Hamon et le PS. Cela vient d’être confirmé par Jean-Luc Laurent et Bastien Faudot dans une lettre aux adhérents, le 12 avril. Extrait :

« Pendant un an, le Mouvement Républicain et Citoyen a mené campagne, à la rencontre des Français, dans les villes et dans les campagnes, pour faire entendre la voix de la gauche qui aime la France.
L’élection présidentielle apparaît de plus en plus décevante. Le grand débat n’a pas lieu en raison des affaires des uns, de la confusion entretenue par d’autres, des divisions de la gauche et de la crainte légitime qu’alimente la force acquise par le Front national depuis cinq ans. Dans ce contexte inédit, notre Mouvement, parce qu’il ne renonce pas à son idéal de transformation sociale, a fait le choix de soutenir la candidature de Benoît Hamon.
La gauche au pouvoir a trop souvent renoncé à son idéal ses cinq derniers années, naviguant de Charybde en Scylla tant sur le plan européen que sur le plan social. Aujourd’hui il est temps d'énoncer des bases saines et solides pour penser à l’avenir. C’est ce que notre candidat a fait durant cette campagne avec notre projet pour la France.
Le MRC, qui entend participer au débat sur la recomposition politique et contribuer demain à une reconstruction de la gauche, inscrit son action au-delà de la présidentielle. Tel est le sens de l’accord électoral conclu avec Benoît Hamon. Il est temps que la gauche renouvelle ses pratiques, ses visages et plus encore son projet politique pour parler enfin de l’avenir en posant la question centrale du travail et des mutations qu’il connaît déjà ; à travers une modernisation de la Vème République pour la rendre plus proche des Français ; par la nationalisation de l’euro et la remise en cause du TSCG.
Ce combat que nous menons depuis des années appelle notre implication pour faire vivre nos idées lors des législatives et au-delà
».

 

Benoît Hamon, le candidat issu de la primaire citoyenne organisée par le PS, est nettement devancé maintenant dans les sondages par Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise. Voir Présidentielle 2017 : résultat du dernier sondage, tout est possible.

Voir aussi ce qu’il en dit lors d’un entretien avec les journalistes de Libération (14 avril 2017) :

Benoît Hamon «Je refuse de m’accrocher au monde ancien, je me projette»

 

Des voix se sont élevées, au sein du MRC, pour contester la décision prise de s’accorder avec Benoît Hamon et le PS. Un accord avec Jean-Luc Mélenchon leur semblait plus compatible avec le programme de Bastien Faudot, notamment ce qui concerne les options de politique européenne et internationale. Il sera important, à l’avenir, de faire en sorte que les décisions d’alliances soient bien débattues dans les instances de délibération du MRC.

 

Cet article est le 2986ème sur le blog MRC 53 - le 215ème dans la catégorie MRC national

Jean-Luc Laurent et Bastien Faudot, le 12 décembre 2016, à Paris, devant l'entrée des bureaux du Parti socialiste

Jean-Luc Laurent et Bastien Faudot, le 12 décembre 2016, à Paris, devant l'entrée des bureaux du Parti socialiste

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 23:47

 

Benoît Hamon rassemble une partie de la gauche et des écologistes

 

Après une année de campagne, Bastien Faudot* a retiré sa candidature à l’élection présidentielle, ayant échoué dans sa quête de parrainages d’élus.

 

Voici le texte de sa déclaration après le Conseil national du Mouvement Républicain et Citoyen, le 12 mars 2017 :

"Après un an de campagne, la situation politique gravissime que nous traversons et l'impossibilité de réunir les parrainages requis me conduisent à retirer ma candidature et à favoriser le seul impératif qui vaille aujourd'hui : empêcher la disparition de la gauche à l'issue du premier tour.

Élection inouïe, l'élection présidentielle de 2017 met notre pays en danger. Chaque responsable politique sera comptable de son propre résultat mais aussi de la situation globale que nous connaîtrons en juin prochain.

Benoît Hamon, candidat issu de la primaire citoyenne, a pris l'initiative d'une discussion avec nous. Ces échanges n'étant pas aboutis aujourd'hui, le Conseil National du MRC a décidé à 69 % de reporter sa décision. Nous avons des divergences et je refuse de mettre en scène des convergences réelles pour dissimuler des désaccords de fond, en particulier sur la question européenne et sur certains combats républicains.

Toutefois, nous partageons une même critique de la dérive sociale-libérale de François Hollande et des conséquences désastreuses d'un suivisme européen de la France qui s'est soumise à l'ordre européen de Bercy, Bruxelles et Berlin. Les échanges avec Benoît Hamon prolongent plusieurs années de travail commun, en particulier avec les parlementaires du MRC, lorsque nous nous sommes opposés en septembre 2012 à la ratification du traité budgétaire européen, mais aussi à la loi Travail en 2016.

Les mauvais choix initiaux, pris dès juin 2012 à l'Élysée, ont condamné la gauche à l'échec et sont naturellement repris par le candidat de la confusion des centres, Emmanuel Macron, ancien secrétaire général adjoint de l'Élysée. Pour l'heure, il dépasse les clivages en rassemblant pour l'essentiel les opportunistes de chaque camp.

Nous avons par ailleurs quelques accords avec Jean-Luc Mélenchon qui pose les enjeux du rapport de force en Europe au bon niveau, mais son entreprise obstinée conduira à la liquidation de la gauche et à une marginalisation durable qui soumettra la France à l'aggravation des purges libérales. Cette stratégie de la terre brûlée est irresponsable.

Je veux remercier tous les militants, les sympathisants, les maires, les citoyens, les donateurs qui se sont montrés intéressés par mon projet, l'ont porté dans le débat politique et ont consacré du temps à défendre nos idées. La gauche qui aime la France ne renonce pas, ce combat que nous avons initié depuis un an dépassera la seule élection présidentielle, car c'est le combat d'une génération tout entière".

 

A ce jour, les discussions engagées par Bastien Faudot avec Benoît Hamon - candidat élu lors des primaires citoyennes organisées par le PS - n’ont pas abouti à l’accord espéré par les deux parties. Elles continuent.

L’objectif du candidat PS est de rassembler la gauche. Voir (11 février 2017) : Présidentielle 2017 : Benoît Hamon cherche à rassembler la gauche

 

Après les écologistes (EELV), les radicaux de gauche (PRG) ont annoncé un accord.

Voir (Le Monde, 15 février 2017) : Présidentielle : le Parti radical de gauche de Sylvia Pinel décide de soutenir Benoît Hamon

 

* Voir (4 mars 2017) : Présidentielle : les 7 points essentiels des propositions FAUDOT 2017

et (25 février 2017) : Présidentielle 2017 : le programme du candidat Bastien Faudot (MRC)


 

Cet article est le 2985ème sur le blog MRC 53 - le 214ème dans la catégorie MRC national

Bastien Faudot, le 24 septembre 2016 à Malakoff (92), présentant son projet pour la France

Bastien Faudot, le 24 septembre 2016 à Malakoff (92), présentant son projet pour la France

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 23:44

 

Retrait de la candidature de Bastien Faudot, discussions avec Benoît Hamon
 

En séance du Conseil national du Mouvement Républicain et Citoyen, le 12 mars 2017, Bastien Faudot a annoncé le retrait de sa candidature à l’élection présidentielle et fait le point sur les discussions engagées avec Benoît Hamon, candidat du PS.

Voir (4 mars 2017) : Présidentielle : les 7 points essentiels des propositions FAUDOT 2017

 

Je suis intervenu dans le débat, à peu près en ces termes.

 

Je tiens d’abord à saluer le travail effectué par Bastien Faudot et l’équipe de campagne depuis un an. Les orientations de notre congrès de juin 2015 ont ainsi été respectées mais nous n’avons pu aller au bout de la candidature à l’élection présidentielle, probablement parce que nous n’en avons pas pris les moyens suffisamment tôt.

 

Comme en 2007 et en 2012 avec Jean-Pierre Chevènement, nous sommes sous le coup de notre constante contradiction entre une grande ambition politique (logiciel, programme) et l’extrême faiblesse de nos moyens sur le terrain électoral, qui nous empêche d’aller au bout de nos ambitions et nous renvoie dans la recherche d’un accord - qui ne peut être que déséquilibré - avec le PS.

 

Le choix stratégique du congrès était le bon. Le choix du candidat aussi. Mais nous avons démarré trop tard et sans une organisation efficace entre la direction de la campagne et l’action militante sur le terrain.

 

Il est logique que nous soyons en rapport avec Hamon, pas seulement parce qu’il est le seul à vouloir un accord avec nous, mais parce qu’il est en capacité de rassembler la gauche de gouvernement en France, ce qui est pour nous l’essentiel.

 

Au-delà des nombreux désaccords que nous avons avec lui - sur l’Europe et la conception de la République notamment - Benoît Hamon a eu le mérite de sortir vainqueur de la primaire du PS en présentant un projet politique rénové, nettement non libéral sur le plan économique, ce qui le place en position de rassembler la gauche républicaine et sociale.

 

Nous ne savons pas dans quel état la gauche sortira de l’élection présidentielle. Comme ce fut le cas le plus souvent dans l’histoire, le PS sera tenté par l’alliance avec le centre - si celui-ci est présent au second tour de la présidentielle - en vue de prendre part à une majorité de centre gauche aux législatives.

 

Notre cap est la refondation de la gauche sur des bases républicaines. Cela ne se fera pas autour d’une alliance Macron-PS. Ce n’est possible que sur la base d’un rapprochement de l’ensemble de la gauche autour de l’axe Hamon-Mélenchon, dans lequel nous serions la composante républicaine et souverainiste.

 

Dans cette perspective, nous devons prendre la ferme résolution d’organiser notre Mouvement républicain et citoyen en vue d’en faire un vrai parti politique républicain et social, présent parmi les jeunes et les composantes populaires, acteur de la recomposition de la gauche, efficace dans la communication interne et externe, mettant en avant la nécessité d’une réelle implantation militante sur l’ensemble du territoire.

C’est parce que je me situe dans cette perspective que je voterai la proposition de notre direction nationale de continuer la discussion avec Hamon - c’est la seule possible - avec décision à prendre par le secrétariat national.


 

Cet article est le 2984ème sur le blog MRC 53 - le 213ème dans la catégorie MRC national

Bastien Faudot, à Laval le 8 novembre 2016, lors de sa journée en Mayenne

Bastien Faudot, à Laval le 8 novembre 2016, lors de sa journée en Mayenne

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article