Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 19:49

 

Remonter la France en demandant aux Français d'agir ensemble

 

Nous étions trois Mayennais samedi 4 septembre à Clamecy, dans le Morvan. Heureux d'être là pour la prise de parole d'Arnaud Montebourg, dans la mairie de sa ville natale.


 

Nous avons d'abord été surpris par le choix du mot "remontada" pour caractériser le projet du candidat. Mais nous avons vite compris que ce terme convenait à la situation de notre pays qu'il faut remonter après des années de descente, non seulement en économie mais aussi et, surtout, en matière de capacité de décider de son destin.

Voir l'intégralité du discours de Clamecy : https://www.youtube.com/watch?v=xyo-5Xwh7pQ.

"Mon projet consiste à remonter la France en unissant des Français qui ne se parlent pas, ne se connaissent pas, mais vont devoir se soutenir les uns les autres et se donner la main pour agir ensemble". Voir le site Internet du mouvement https://laremontada.fr.


 

Depuis Clamecy, Arnaud Montebourg a été invité au journal de 20 heures de France 2 dimanche 5 septembre (Voir Présidentielle 2022 : Arnaud Montebourg dans la course avec sa "Remontada") et à la matinale de France Inter mardi 7 septembre (Arnaud Montebourg : "Une remontada, ça veut dire que quand la partie semble perdue il est possible de réussir").

 

Rappel précédent article : 4 septembre : Arnaud Montebourg, candidat à l'élection présidentielle


 

Cet article est le 3174 ème sur le blog MRC 53 - le 252ème dans la catégorie MRC national

Arnaud Montebourg, lors de sa déclaration le 4 septembre 2021 à Clamecy (Nièvre)

Arnaud Montebourg, lors de sa déclaration le 4 septembre 2021 à Clamecy (Nièvre)

Partager cet article
Repost0
31 août 2021 2 31 /08 /août /2021 19:55

 

Un candidat républicain de gauche pour le redressement de la France


Le 4 septembre 2021, à Clamecy sur ses terres natales de la Nièvre, Arnaud Montebourg annoncera sa candidature à l'élection présidentielle 2022. La Mayenne aura deux représentants sur place, Guillaume Agostino, élu de Laval et Laval Agglo, et Michel Sorin, ancien maire de Saint-Berthevin.

Le 25 septembre, à Frangy-en-Bresse dans le département de Saône-et-Loire qui fut son fief électoral, il présentera son projet pour la France. Il sera l'invité d'honneur de la fête, renouant ainsi avec la tradition. A midi, le déjeuner bourguignon fera son grand retour. Repas à réserver à l’adresse contact@untermaier.fr".

Le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), qui est une composante de la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS) depuis les assises fondatrices de ce parti en février 2019, avait pris position en faveur de la candidature Montebourg dès avril (voir, 15 avril 2021, Le MRC appelle Arnaud Montebourg à être candidat à l'élection présidentielle).

 

Le 29 août, Jean-Luc Laurent, président du MRC, s'est exprimé en ces termes. Voir Le MRC apporte un soutien enthousiaste à Arnaud Montebourg !.

 

Le MRC apporte un soutien enthousiaste à Arnaud Montebourg !

 

L’annonce de la candidature d’Arnaud Montebourg à l’élection présidentielle le 4 septembre 2021 à Clamecy est une excellente nouvelle.
C’est
une décision salutaire pour la France et pour tous ceux qui ont en commun la justice sociale et la République comme horizon.
Le Mouvement Républicain et Citoyen, qui a d’ores et déjà souhaité dès le 14 avril dernier la candidature d’Arnaud Montebourg, se félicite de cette annonce et lui apporte un soutien enthousiaste. Les militants, sympathisants et élus qui se reconnaissent dans le MRC et la gauche républicaine seront à ses côtés dans la campagne qu’il engage.

Arnaud Montebourg est l’homme de la situation. Nous sommes convaincus qu’il est le seul à gauche en capacité de constituer une alternative populaire solide au duel Macron-Le Pen qu’on nous présente comme inéluctable. Il saura par son expérience et son indépendance incarner un patriotisme qui nous rassemble.
Nous appelons les citoyens qui veulent retrouver leur pouvoir de vivre et qui aspirent à reprendre le contrôle de leur destin commun à soutenir Arnaud Montebourg.

Pour ce faire, je vous appelle à participer au rassemblement citoyen en présence d’Arnaud Montebourg à Frangy-en-Bresse le samedi 25 septembre prochain.



Cet article est le 3173 ème sur le blog MRC 53 - le 251ème dans la catégorie MRC national 

Arnaud Montebourg, lors d'un colloque à Paris sur la mondialisation, le 30 août 2011

Arnaud Montebourg, lors d'un colloque à Paris sur la mondialisation, le 30 août 2011

Partager cet article
Repost0
15 avril 2021 4 15 /04 /avril /2021 17:37

 

Montebourg est l'homme qui peut redresser et faire aimer la France

 

Les médias ne se sont pas précipités pour relayer le communiqué du Mouvement Républicain et Citoyen. Pourtant, le MRC est le premier parti à appeler à la candidature d'Arnaud Montebourg à l'élection présidentielle 2022.

 

Son président, Jean-Luc Laurent, maire du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) a décidé de rendre publique le 14 avril une décision votée à l'unanimité le 13 février 2021 par le Conseil national du MRC.

 

Depuis février 2019, ce parti - fondé notamment par Jean-Pierre Chevènement en 2003 - est engagé dans la construction d'une nouvelle formation politique, la Gauche Républicaine et Citoyenne (GRS). L'objectif est de rassembler les différents courants de la gauche républicaine en France.

 

Voir cet article daté du 7 mars 2019 : A l'issue des Rencontres Fondatrices de la GRS, la double vie du MRC. La candidature de l'ancien ministre Arnaud Montebourg pourrait répondre aux espoirs de changement profond de politique qui animent les Français, et contribuer à la création d'une force politique majeure autour de l'axe que serait la gauche républicaine constituée à l'initiative de la GRS.

 

Le MRC s’engage avec Arnaud Montebourg

 
Le Mouvement Républicain et Citoyen s’engage avec Arnaud Montebourg pour un patriotisme qui nous rassemble.

La France entre dans un monde radicalement nouveau. La pandémie, la crise sociale et économique, la dépendance aux grandes puissances et aux multinationales, le démantèlement des services publics, l’enrichissement débridé du monde de la finance au détriment du travail, la faillite de la construction néolibérale de l’Union européenne, le réchauffement climatique sont autant de bouleversements quotidiens auxquels nous sommes confrontés collectivement et qui frappent d’autant plus fortement les plus modestes.

Pour relever ces défis efficacement, nous avons besoin d’
une volonté politique forgée avec les citoyens pour la reconquête de notre souveraineté, la relocalisation de notre industrie, la reconstruction de notre indépendance économique et énergétique, la mobilisation de notre agriculture pour garantir des revenus décents aux agriculteurs et notre sécurité alimentaire, la reconstruction de l’autorité de l’État et de la démocratie représentative, le développement d’une recherche et d’une éducation réellement publiques, l’affirmation de notre République laïque et sociale sur tout le territoire, l’engagement pour une écologie populaire qui n’oppose pas la fin du monde à la fin du mois de nos concitoyens.

La France est notre première préoccupation. Nous la partageons avec tous les Français, qui aspirent à retrouver leur pouvoir de vivre et le contrôle de leur destin commun.

L’élan humaniste de notre nation n’est pas mort. La gauche républicaine a toujours refusé de renoncer à cet idéal. Nous sommes fiers d’être Français. Nous le sommes d’autant plus que nous savons que cette fierté est partagée dans le pays par les citoyens.

Face aux stratégies liées d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen qui veulent réitérer le duel de 2017 et pour construire une alternative crédible, résolument républicaine et de gauche dans la perspective de l’élection présidentielle de 2022, 
le Mouvement Républicain et Citoyen souhaite qu'Arnaud Montebourg présente sa candidature à la prochaine élection présidentielle. Dès à présent, le conseil national du MRC a décidé de lui apporter son soutien et appelle tous les citoyens qui ont en commun la justice sociale et la République comme horizon, à s’engager.

« 
Arnaud Montebourg est l’homme de la situation pour incarner la puissance d’un patriotisme qui nous rassemble : celui qu’on oppose au défaitisme ambiant et aux têtes courbées des libéraux qui veulent nous vendre à la découpe. Celui également qui se distingue des nationalistes identitaires qui attisent et entretiennent les peurs et les haines recuites pour mieux diviser les Français. Arnaud Montebourg est l’homme de la rupture dont la France a besoin et est capable de rassembler », déclare Jean-Luc Laurent, président du MRC, maire du Kremlin-Bicêtre.


 

Cet article est le 3172 ème sur le blog MRC 53 - le 250ème dans la catégorie MRC national 

Jean-Luc Laurent, président du Mouvement Républicain et Citoyen, le 2 décembre 2018, au congrès du MRC

Jean-Luc Laurent, président du Mouvement Républicain et Citoyen, le 2 décembre 2018, au congrès du MRC

Partager cet article
Repost0
9 avril 2021 5 09 /04 /avril /2021 15:26

Les pays Covid 0 (qui ne laissent pas circuler le virus) vont mieux à tous égards

 

Six mois après s'être exprimé sur le blog MRC 53 (16 octobre 2020, Patrick Nivet (médecin, MRC 33) : ensemble pour en finir avec le Covid-19, le praticien du Centre hospitalier de Libourne, Patrick Nivet, a fait le point sur la situation de la France dans son combat contre le virus.

Voici son texte, déjà publié sur son blog.

Covid, l’échec

En fait avec un an de recul, on voit mieux l'erreur manifeste qu'a été la stratégie de "vivre avec le virus" contre celle qui a été de chercher "Covid 0".
Les pays "covid 0" vont mieux à tous égards, qu'il s'agisse de la liberté des populations ou du PIB (1).
Par contre, pour maintenir leurs résultats, ils ne peuvent que se défier de nous et ils doivent se protéger...
Le problème pour nous, plongés dans une épidémie non maîtrisée, qui avons déjà utilisé l'arme du confinement total et largement usé du confinement partiel en stoppant certaines professions pour maintenir un résultat médiocre, c'est l'acceptabilité d'un éventuel retour à la case départ...

Envisager de recommencer  le combat anti-covid un an après son début avec un nouveau confinement drastique, c'est une perspective terrible qui ne peut être proposée à la population que dans une stratégie précisément expliquée... avec un espoir solide de sortie de crise. Les différents courants politiques en sont  les uns et les autres incapables. Seule une évolution catastrophique les y conduira et nous n'en sommes pas loin...

Alors, il y a les vaccins, seuls espoirs... mais il faut à mon sens être circonspect, nous sommes en phase 4 qui permettra d'apprécier les effets secondaires et les résultats sur le long terme... Le virus, en se propageant, change et, jusqu'ici, en mal avec des variants plus contagieux et donnant des formes peut-être plus graves et chez des patients plus jeunes... L'âge des malades en réanimation baisse... L'efficacité des vaccins pas toujours certaine.

Au fond, ne pas laisser circuler le virus c'est encore une fois une meilleure stratégie que l'inverse qui lui laisse prendre de la force...

Pour autant je suis vacciné (vaccin ARN) et je soutiens bien sûr la politique de vaccination la plus dynamique possible... qui, dans le Libournais, se développe correctement, à ceci prés que dans nos hôpitaux, 40% des personnels seulement ont jusqu'ici accepté de se faire vacciner. Ce sont, à peine, les résultats de la vaccination de la grippe....

Il y a la persistance d'une vraie résistance dans la population, sans doute résultat des campagnes anti-vaccins et anti-sciences animées notamment par certains courants écologistes, qui démobilisent  et pas simplement à propos de la question du nucléaire...

Les premiers résultats des pays qui vaccinent le plus sont intéressants mais pas décisifs, de la Grande Bretagne aux USA en passant par Israël. Disons, si on est optimiste, qu'ils peuvent nous permettre d'atteindre une "lune de miel"( 2) qu'il ne faudra pas rater pour viser  Covid 0 et sortir au moins dans notre pays de la crise sanitaire qui nous ronge...
Bon courage et faites-vous vacciner si vous le pouvez, ce sera un premier pas...

1) Article  de Patrick Arthus, Le Monde, 21 février 2021.
2) Article de Renaud Piarroux et Bruno Riou, Le Monde, 21 février 2021.

Cet article est le 3171 ème sur le blog MRC 53 - le 67ème dans la catégorie Santé et sécu sociale

Patrick Nivet, 29 juin 2014, Conseil national Mouvement Républicain et Citoyen

Patrick Nivet, 29 juin 2014, Conseil national Mouvement Républicain et Citoyen

Partager cet article
Repost0
28 mars 2021 7 28 /03 /mars /2021 13:39

 

Un homme passionné de musique, une carrière dans l'administration

 

Jean-Luc Pirovano est décédé le 24 mars 2021, après avoir résisté à une terrible maladie. Le Mouvement Républicain et Citoyen adresse à son épouse, Marie-Claire, et à ses enfants, ses sincères condoléances. Jean-Luc était adhérent du MRC en Loire-Atlantique et, pendant quelques années, trésorier de l'Union régionale des Pays de la Loire.

 

Une cérémonie aura lieu en l'église Sainte-Thérèse, 57 rue Chanoine Larose, 44100 Nantes, lundi 29 mars à 14h30.

 

Le mot de Bruno Chevalier, secrétaire de l'Union inter-départementale Pays de la Loire du MRC :

 

Jean Luc Pirovano a passé une partie de sa carrière professionnelle dans l'audiovisuel.

Entré à l'ORTF en 1972, il a ensuite poursuivi sa carrière à Télédiffusion de France (TDF). Élève-administrateur de TDF à l'École nationale d'administration de 1978 à 1980, il a successivement occupé de 1980 à 1990 à TDF les fonctions d'administrateur régional à Lyon, de sous-directeur de la gestion, et de directeur délégué des Finances et de l'Informatique.


Il était entré en mai 1990 au cabinet de Madame Catherine Tasca, ministre délégué à la Communication, où il était conseiller technique pour les affaires industrielles et technologiques ainsi que les questions audiovisuelles de l'outre-mer.
 

Le 1er juillet 1991, il prenait ses fonctions de chef du service des radios du Conseil supérieur de l'audiovisuel.

 

Il passait sa retraite depuis quelques années à Nantes et en Savoie. Il nous rejoignait donc au MRC44 après avoir été de longues années proche du MRC à Paris.

 

Mélomane, il aimait parlé de longues heures de sa passion pour la musique. Ta voix de stentor nous manque déjà. Adieu Jean-Luc !

 

 

Cet article est le 3170 ème sur le blog MRC 53 - le 43ème catégorie Personnalités et célébrations

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2020 3 16 /12 /décembre /2020 23:55

 

Intellectuelle et combattante, courageuse et libre, une référence en politique

 

La maladie l'a emporté, plus forte que la résistante Coralie. Elle avait 44 ans. "Pareille à ces héros de film qui ne craignent pas la mort et chargent l’arme au poing, elle attendait fièrement son heure. Dans un texte bouleversant, admirable de courage face à l'adversité de la mort, en juin, Coralie s'était comparée à la chèvre de Monsieur Seguin. Preuve ultime de son époustouflant courage : "De toute façon, je suis bagarreuse. Je vais faire comme la petite chèvre de monsieur Seguin. Je vais me bagarrer toute la nuit et à l'aurore, le loup me mangera. De toute façon, tôt ou tard, le loup nous mange tous." (Marianne, 16 décembre 2020, Critique de la raison européenne : Coralie est morte, et notre boussole est partie).

Après des études de sciences politiques à Grenoble, Laura Blanc a choisi de s'engager dans l'armée. Voir Wikipédia : Coralie Delaume.
 
Proche de Jean-Pierre Chevènement au moment de ses études (son père, Jean-Claude Blanc, était un ami de l'ancien ministre), elle l'est restée par la suite. Voir Marianne ("Coralie Delaume : son œuvre, une source d'intelligence") et Le Figaro («Toute la jeune génération souverainiste se reconnaissait en Coralie Delaume ").

 

C'est en tant que blogueuse que j'ai connu Coralie. Voir L'arène nue. Elle détectait des talents qu'elle interrogeait, ce qui donnait des articles fort intéressants. Son humour et son souci de la vérité plaisaient beaucoup.

 

Voici des témoignages par ceux qui en étaient très proches, notamment à Marianne. David Cayla (Coralie Delaume, de la combattante à l'intellectuelle engagée), Gérald Andrieu (Coralie Delaume, l'innocence guerrière), Alexandre Devecchio (Hommage à Coralie Delaume: la plume, le sourire et le courage), parmi les plus pertinents.

 

Voir aussi cet article publié par Les-crises.fr : Décès de Coralie Delaume, essayiste et bloggeuse

Et l'éditeur de ses livres, Michalon : voir Coralie Delaume - Biographie, publications

 

J'ajoute des souvenirs personnels, l'ayant rencontrée à plusieurs reprises avec grand plaisir.

- J'avais rapporté son intervention, le 16 décembre 2015. Voir Rencontre de République Moderne : Coralie Delaume analyse l'Europe.

- Lors de l'université de rentrée du Mouvement Républicain et Citoyen, le 20 septembre 2014, à Caen, Coralie avait fait une intervention très appréciée. Voir Table ronde MRC le 20 sept. 2014 à Caen : Europe, lever les tabous.

- En remontant le temps, voir cet article du 6 octobre 2011 Le livre de JM Quatrepoint, Mourir pour le yuan, lu par Coralie Delaume:

 

Cet article est le 3169 ème sur le blog MRC 53 - le 42ème catégorie Personnalités et célébrations

Coralie Delaume intervenait le 20 septembre 2014 lors de l'université de rentrée du MRC à Caen (au côté de Patrick Quinqueton)

Coralie Delaume intervenait le 20 septembre 2014 lors de l'université de rentrée du MRC à Caen (au côté de Patrick Quinqueton)

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2020 4 03 /12 /décembre /2020 15:06

 

C'était un homme attachant, plutôt théoricien et intellectuel, proche de Chevènement

 

Le 2 décembre, j'ai reçu ce message d'un ami me sollicitant ainsi par courriel.

"Michel, j'ai un jeune camarade qui voudrait avoir des informations plus précises sur les travaux de Didier Motchane, qu'il vient de découvrir dans ses recherches. Il est libre penseur, ouvrier et intellectuel. J'ai pensé que tu pourrais le renseigner, bien mieux que moi qui n'ai pas partagé le travail du CERES et me suis rapproché bien plus tard de ce qui allait devenir ensuite le chevènementisme. Je prendrai avec plaisir les informations que tu voudras bien lui transmettre".

Pour ma part, je n'ai jamais eu de rapports personnels avec Didier Motchane. Je l'ai vu dès 1973 lors des réunions nationales CERES et PS. Il était l'intellectuel stratège parmi les dirigeants. Georges Sarre était l'opérationnel et Jean-Pierre Chevènement le responsable global, plutôt homme d'Etat qu'animateur de parti. Motchane et Chevènement étaient très différents et complémentaires. Finalement, en 2017, lors du premier tour de l'élection présidentielle, ils se sont rejoints en votant Mélenchon, le premier avec conviction et vision d'avenir, le second par défaut.

Voir Didier Motchane, grand militant du lien entre socialisme et République

 

Ma recherche concernant Didier Motchane :

- L'un de ceux qui connaît le mieux la vie de Didier Motchane est Gaël Brustier, politologue, qui a effectué des recherches sur l'histoire du CERES et fréquenté Didier à la fin de sa vie.

- Jean-Luc Laurent, président du MRC, a très bien connu Didier Motchane, notamment pendant la période où le CERES puis Socialisme et République étaient des courants de pensée au sein du PS. Voir MRC - Mouvement Républicain et Citoyen. Déclaration, 29 octobre 2017 :

"La mort de Didier Motchane est une perte immense. Didier était un intellectuel qui incarnait une pensée puissante et exigeante, et une grande figure de la gauche qui a formé tant d’entre nous du CERES au MDC puis au MRC. Je garde le souvenir de ces années jusqu’à sa dernière intervention lors de l’université de rentrée* du MRC à Caen en 2014 où il nous encourageait à continuer à militer. Aujourd’hui, je ressens une immense tristesse et je m’incline devant sa mémoire. J’adresse mes pensées peinées et amicales à ses proches".

* Voir Dîner-débat avec D Motchane et JY Autexier à Caen le 19 sept. 2014 - Michel Sorin.

-

Le Monde  16 mars 1983. C'est en mars 1983 que François Mitterrand, président de la République, décida de substituer à la logique du programme socialiste des élections de 1981 la logique européenne, néolibérale, optant pour Delors et Mauroy contre Bérégovoy et Chevènement, notamment. Cet extrait d'un article du quotidien Le Monde montre la position du CERES à ce moment charnière pour la gauche.

"Le CERES veut centrer le débat sur la politique économique. MM. Didier Motchane, membre du secrétariat national du P.S., Pierre Guidoni, ambassadeur à Madrid, et Georges Sarre, député de Paris, tous trois membres du CERES, publieront la semaine prochaine, sous le pseudonyme de Jacques Mandrin, un ouvrage intitulé le Socialisme et la France. Nous en publions ci-dessous de brefs extraits qui, placés dans la perspective de la préparation du congrès du P.S., (Le Monde du 15 mars 1983) manifestent que ce livre prend la forme d'une contribution importante aux débats engagés à cette occasion au sein du parti socialiste.

Dans cet ouvrage écrit d'une plume alerte, souvent polémique et drôle, à la limite du pamphlet parfois, les auteurs marquent bien que le débat idéologique entre la gauche qu'ils représentent et celle qu'ils ont qualifiée en son temps de " gauche américaine " - incarnée par M. Michel Rocard - n'est pas près d'être clos. Il est doublé d'un débat économique sur la rigueur et l'austérité, les limites de la contrainte extérieure que subit un pouvoir de gauche, le " fétichisme de la monnaie ".

Dans ce débat, les dirigeants du CERES se situent nettement en porte à faux par rapport à la pratique de M. Jacques Delors, ministre de l'économie et des finances, dont ils estiment que la politique économique de la France porte la marque.Au passage, MM. Motchane, Guidoni et Sarre égratignent également, sans les nommer, M. Pierre Joxe, président du groupe socialiste de l'Assemblée nationale, quelques-uns de ses amis ainsi que M. Jean Poperen, numéro deux du P.S. Ils se prononcent enfin pour une expression plus libre du parti socialiste vis-à-vis du gouvernement et manifestent, par leur démarche elle-même, qu'ils sont partisans d'une certaine autonomie d'analyse".

- Voir aussi (16 novembre 2018) : Un avant-propos à une histoire du CERES - par Didier Motchane - LVSL

 

Cet article est le 3168 ème sur le blog MRC 53 - le 41ème catégorie Personnalités et célébrations

 

Didier Motchane, au côté de Jean-Yves Autexier, le 19 septembre 2014, à Caen, en préambule à l'université de rentrée du MRC

Didier Motchane, au côté de Jean-Yves Autexier, le 19 septembre 2014, à Caen, en préambule à l'université de rentrée du MRC

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 23:24

 

Son titre : "Laïcité-séparation ou régression néo-concordataire ?"

 

Préface de Gérard Delfau

Gérard Bouchet a soutenu en 1994 une thèse de philosophie sur les origines et l’actualité de la laïcité. Il a consacré toute sa carrière professionnelle à la formation des enseignants en École normale puis en IUFM. Militant syndical, élu local, il est à l’origine de la création, en 2013, de l’Observatoire de la laïcité Drôme/Ardèche.
 

Il était heureux d'annoncer le 23 novembre 2020 la sortie de son dernier livre LAÏCITÉ-SÉPARATION OU RÉGRESSION NÉO-CONCORDATAIRE. Un livre-événement : Gérard Bouchet, Laïcité-séparation ou régression néo-concordataire ?
 

"On peut le commander dans toutes les bonnes librairies, ou directement chez l'éditeur (commande@harmattan.fr) ou chez l'auteur (ggerardbou82@numericable.fr). Prix : 24 €."

Laïcité-séparation ou régression néo-concordataire­ ?... il faut choisir !

En 1905, la France a choisi la laïcité et un régime de séparation des Églises et de l'État. Ce choix garantit à chaque citoyen sa liberté de croire ou de ne pas croire, la possibilité de pratiquer le culte de son choix, dans la sûreté, seul ou en assemblée et, dans le même temps, il assure la sauvegarde d'une collectivité pacifiée, riche de la diversité de ses membres rassemblés sous le régime d'une loi commune collectivement déterminée et donc librement consentie.

Au fil du temps, ce régime a subi de sérieuses inflexions. Des « accommodements » ont été consentis à l’Église catholique s’agissant, notamment, de ses lieux de culte et de ses écoles.

Aujourd’hui un islamisme radical, rejetant les valeurs de la République laïque et voulant imposer sa vision de la société, exerce sur lui des pressions violentes et meurtrières.

Le régime de séparation a besoin d’être défendu. Cet ouvrage veut être une alerte contre la tentation, qui se dessine depuis plusieurs décennies chez nos gouvernants, de droite comme de gauche, de renoncer à la laïcité-séparation au bénéfice d’une laïcité-concordataire qui n’aurait plus de laïcité que le nom.

Un retour au système des concordats passés entre les Églises et l’État constituerait manifestement un danger pour les libertés et singulièrement pour la liberté de conscience individuelle.
 

Table des matières

Préface…………………………………………………………… 7
Avant-propos………………………………………………… 19
Chapitre I : Éléments de contexte…………………………… 29

1 - La problématique concordataire…………………………… 31

2 - Une tentative pour « moderniser » l’idée concordataire…… 38

3 - L’Église catholique contre la Séparation……………… 48

4 - L’irruption de l’islam politique……………………………… 58

5 - L’enjeu : sauver le régime de Séparation…………………… 73

 

Chapitre II : Les politiques mises en œuvre…………………… 81

1 - Les années Mitterrand………………………………………… 83

2 - Chirac président ……………………………………………… 96

3 - Les années Sarkozy………………………………………… 114

4 - Le mandat Hollande………………………………………   134

5 - La laïcité vue par le président Macron…………………….. 150

6 - Vers un changement de cap ?................................................ 167

Bref état des lieux……………………………………………… 179

 

Chapitre III : Demain : Concordat ou Séparation ?............... 185

1 - Prendre la mesure exacte de la question religieuse………….. 187

2 - Mesurer la force attractive du modèle concordataire……….. 194

3 - Identifier les faiblesses du modèle concordataire…………… 199

4 – Identifier vrais adversaires et faux amis ……………………… 205

5 – Des points de vigilance…………………………………… ... 216

 

Et maintenant………………………………………………….. 229

 

Postface…………………………………………………………  233

 

Annexes………………………………………………………….. 237

Bibliographie……………………………………………………. 244

 

Voir aussi Le blog de bouchet.

 

Cet article est le 3167 ème sur le blog MRC 53 - le 25ème , catégorie Laïcité et communautarismes

Gérard Bouchet (photo Dauphiné Libéré)

Gérard Bouchet (photo Dauphiné Libéré)

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2020 1 30 /11 /novembre /2020 23:12

 

Ce journal aura été un lien de vie, pas seulement professionnelle, pour les ruraux


 

Nous ne nous y attendions pas à cette mort de L'Avenir agricole. En fait, elle signifie la disparition d'un monde, celui de l'après-guerre. Ce journal, né en décembre 1944, a fait preuve dans sa vie d'un grand dynamisme et d'une qualité rédactionnelle tout à fait remarquable. Il meurt aussi parce que le monde économique et politique n'est plus le sien, et la crise sanitaire n'a fait qu'aggraver les difficultés auxquelles il devait faire face depuis une dizaine d'années.


 

Voici la lettre des dirigeants, la première et la dernière, l'unique lettre signée par Xavier Chauvel, en tant que directeur de publication, et Fernand Thuault, en tant que président de l'association-support "Graines d'avenir", Avec l'espoir que des graines germeront pour faire vivre une nouvelle initiative originale et indépendante, qui prendra le relais.

 

 

Aux lectrices et lecteurs de l’Avenir agricole
 

L'Avenir agricole va s'arrêter. L'édition du 18 décembre 2020 sera la dernière.

C’est avec une émotion toute particulière que nous nous adressons directement à vous cette semaine dans les colonnes de l’Avenir agricole. C’est la première fois. Ce sera la dernière.

Comme vous toutes et vous tous, nous sommes abonnés à l’Avenir agricole et nous prenons le même plaisir à le retrouver chaque semaine dans nos boîtes à lettres ou sur Internet depuis quelques mois.

L’association Graines d’avenir porte le capital de la société éditrice Pressavenir. Adhérents de l’association, nous avons accompagné et soutenu l’Avenir agricole, animés par la seule volonté de lui permettre d’être un journal de qualité, libre et indépendant, dans un monde de la presse agricole où, bien souvent, beaucoup plus que de journalisme il s’agit de communication sélectionnée et présentée en fonction d’enjeux économiques ou syndicaux.

Depuis bientôt dix ans s’était ouverte une période difficile sur le plan de la rentabilité du journal. Les initiatives se sont succédé pour conquérir de nouveaux lecteurs en remplacement de ceux qui partaient en retraite, quittaient l’agriculture ou partaient s’informer par d’autres moyens et pour faire face aux baisses des recettes de publicité, de petites annonces et d’annonces légales.

Pendant ce temps, malgré des efforts constants d’optimisation, les coûts du papier, de l’imprimerie, de La Poste ne cessaient d’augmenter, plus ou moins vite. Nous avons tenu à préserver l’effectif de l’équipe salariée, de la rédaction. C’était indispensable au maintien de la richesse et de la diversité des articles et des informations.

Depuis un an et demi, le décès du directeur délégué et rédacteur en chef Michel Guillet, puis la crise sanitaire, ont apporté bien des difficultés supplémentaires. Nous avons fait front et, avec l’équipe salariée, renforcée par l’arrivée en décembre 2019 d’une nouvelle directrice déléguée Lucie de Castro, un ensemble de réflexions et d’actions ont été menées dont vous avez pu voir certains effets : nouveau site internet avec offres numériques, rajeunissement de la présentation du journal.

Jusqu’à ces derniers jours, nous avons continué à rechercher des solutions malgré des conditions bien perturbées par la crise sanitaire.

Aucune piste ne s’est dégagée permettant d’envisager de poursuivre sereinement l’activité. Les réorganisations qu’il aurait fallu entreprendre pour cela auraient conduit à véritablement dévitaliser l’Avenir agricole sans pour autant rassurer à moyen terme.

Nous avons donc décidé l’arrêt de sa publication au 18 décembre. Cette décision entraîne un projet de licenciement économique pour l’ensemble des salariés, auxquels nous apportons et apporterons la plus grande attention.

Au nom de Graines d’Avenir, au nom de tous les lecteurs qui par leur fidélité n’ont pas cessé de témoigner de leur reconnaissance des qualités du journal, nous tenons à exprimer nos plus sincères remerciements aux salariées et aux salariés. Chacune et chacun, à sa place et dans son rôle, a apporté sa contribution personnelle à la conception, à la production et à la diffusion du journal avec un haut niveau de conscience professionnelle, de sens de la responsabilité et de solidarité au sein de l’équipe.

Nous souhaitons que de nouveaux horizons prometteurs s’ouvrent rapidement devant eux.

Nous saluons les annonceurs. Nous les remercions pour les collaborations et le dialogue que l’Avenir Agricole a entretenus avec eux, en particulier dans les années récentes avec la mise en place de sa régie de publicité intégrée.

Nous souhaitons aux agricultrices et aux agriculteurs de trouver dans le foisonnement des médias indépendants et des nouveaux outils d’information et de communication une presse à la hauteur de ce que l’Avenir Agricole a eu pour ambition constante de leur proposer.

 

Cet article est le 3166 ème sur le blog MRC 53 - le 462ème, catégorie AGRICULTURE et PAC

L'édition du 27 novembre 2020 de L'avenir agricole

L'édition du 27 novembre 2020 de L'avenir agricole

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2020 6 28 /11 /novembre /2020 23:43

 

Près de 2000 participants pour réaffirmer les principes républicains

 

"Le rassemblement de contestation de la Loi Sécurité globale, initié par la Ligue des droits de l’homme 53 et 14 organisations syndicales, politiques et associatives, a réuni ce samedi 28 novembre 2020, à Laval (Mayenne) près de 2 000 personnes" (Ouest-France, 28 novembre 2020).

 

Voir Plus de 1 000 participants ont dit non au projet de loi Sécurité globale

 

Voir aussi France Bleu : A Laval, plus de 1.000 personnes manifestent contre la loi Sécurité globale

 

Voir le communiqué commun des organisations : APPEL POUR LES MARCHES DES LIBERTÉS SAMEDI 28 NOVEMBRE PARTOUT EN FRANCE

Appel pour les marches des libertés, samedi 28 novembre partout en France
Nous appelons à participer aux Marches des Libertés organisées partout en France ce samedi 28 novembre 2020. A Paris, celle-ci aura lieu de 14h à 18h de la place de la République jusqu’à la place de la Bastille, sur laquelle un rassemblement se tiendra avec des prises de paroles d’artistes et de grandes voix des libertés. Nous vous invitons à marcher avec une croix X sur votre masque, symbolisant l’atteinte à la liberté d’expression.
Après les rassemblements du 17 novembre à l’Assemblée nationale, du 21 novembre sur la place du Trocadéro et aux quatre coins du pays, réunissant des dizaines de milliers de personnes, le mouvement pour la liberté de l’information et pour le respect de l’État de droit et de nos libertés ne cesse de croître.
Le ministre de l’Intérieur nous a reçu sans nous écouter. Face à cette politique autoritaire et au basculement possible dans un Etat de police, comme sur la place de la République, dans la nuit du lundi 23 novembre au cours de laquelle des demandeurs d’asile et des journalistes ont été tabassés par les forces de l’ordre, il est urgent de rassembler toutes les forces syndicales, associatives, politiques et culturelles du pays qui s’opposent au Nouveau schéma national du maintien de l’ordre ainsi qu’à la Loi sécurité globale, avant qu’elle ne soit soumise au Sénat.
Nous ne voulons pas d’une loi qui porte atteinte aux libertés fondamentales et au regard des citoyen.nes.
Nous refusons que la France soit le pays des violences policières et des atteintes à la liberté d’informer.
Nous alertons sur le fait que la France risque de se retrouver cette année aux côtés du Pakistan, du Soudan, de la Somalie, de la Turquie, d’Israël et de la Chine… sur la liste des pays qui violent la liberté de la presse, lors de la prochaine session du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme des Nations unies, à Genève,début 2021.
Nous soutenons que sans images diffusées par la société civile, les violences policières resteront impunies.
Nous ne voulons pas d’une société où l’État peut voir avec des drones et des caméras piétons, sans être vu.
Nous rappelons que le droit français sanctionne les actes et non les intentions, comme le prévoit l’article 24.
Nous affirmons que l’atteinte au droit des citoyens et de la presse à informer est disproportionnée et que l’arsenal juridique existant est amplement suffisant pour protéger les forces de l’ordre d’éventuelles agressions consécutives à la diffusion d’images
Nous rappelons que l’article 12 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen institue une force publique et non pas une force floutée.
Nous sommes aux côtés de l’ONU, de la Commission européenne, du Parlement européen, de la CNCDH, de la Défenseure des droits, et de toutes les forces progressistes pour condamner ces lois liberticides.
La coordination « StopLoiSecuriteGlobale », composée de syndicats, sociétés, collectifs, associations de journalistes et de réalisateurs, confédérations syndicales, associations, organisations de défense de droits humains appelle tou·tes les citoyen·nes à signer cet appel, à se mobiliser et à organiser des Marches des libertés partout en France ce samedi 28 novembre 2020. Nous ne resterons pas silencieux·ses ni assis·es, nous ne laisserons pas la France devenir une démocratie illibérale sans réagir.

 

Cet article est le 3165 ème sur le blog MRC 53 -  le 77ème dans la catégorie République Parlement

Partager cet article
Repost0