Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 19:27

 

Le PS n’a pas changé, le MRC se retire des primaires

 

La lettre à Martine Aubry était prête, dimanche, lors du Conseil national du PS. Jean-Pierre Chevènement en a donné lecture en séance ; des réserves ont été exprimées mais pas d’opposition.

 

Le sentiment général est que le processus des primaires concerne en priorité les socialistes, encore qu’on ne sache pas si ces primaires sont vraiment souhaitées par Martine Aubry. Et, plus grave, le PS a montré, lors des élections régionales, qu’il a très peu de considération à l’égard de ses partenaires du premier tour, le MRC et le PRG. Nous avons pu le constater dans la moitié des régions où il y avait un accord national MRC-PS.

L’un des responsables PS, Claude Bartolone, n’a-t-il pas déclaré qu’Europe Ecologie est « le partenaire privilégié » du PS et le Front de Gauche « le partenaire historique » ? D’un côté, l’avenir, de l’autre le passé, en quelque sorte.

 

Par ailleurs, le PS n’a donné aucun signe de remise en cause de ses positions en faveur de la construction européenne, dont l’échec est pourtant évident, et son projet reste désespérément inconsistant. Il n’y a donc aucune raison d’aliéner notre liberté de parole, ce qui ne manquerait pas de se produire dans les conditions actuelles.

 

La balle est dans le camp du PS. Quand il comprendra que le projet de Cohn-Bendit est de faire au PS ce que Mitterrand avait fait au PCF dans les années 1980, et que la situation de notre pays exige des réponses d’un autre niveau, il pourra se tourner vers nous et notre programme de salut public.

 

Lettre de Jean-Pierre Chevènement à Martine Aubry, Première Secrétaire du Parti Socialiste  4165664365 83c901fb6f s[1]

 

Paris, le 29 mars 2010.

 

Madame la Première Secrétaire, chère Martine,

Nous avions décidé, le 4 novembre 2009, que le MRC et le PS constitueraient des listes communes aux élections régionales, tirant ainsi la leçon de ce qui s’était passé aux élections européennes. L’accord, dûment paraphé par nous-mêmes (Martine Aubry et Jean-Pierre Chevènement), le 10 février 2010, spécifiait que les candidats du MRC figureraient « en position éligible et inamovible pour les premier et second tours » dans quatorze régions. Tu avais évoqué à cette occasion « la première pierre d’une maison commune ».

Le Conseil National du MRC, réuni le 28 mars 2010, constate que cet accord n’a pas été respecté dans la moitié des régions. Quinze de nos candidats ont été retirés. Nous avons été privés de neuf élus. Le cas le plus flagrant a été celui de Catherine Coutard, classée 6ème dans la Drôme et pour laquelle, n’ayant pu réussir à te joindre, j’étais intervenu auprès de Claude Bartolone et au plan régional de Jean-Jack Queyranne. Mais il y en a beaucoup d’autres sur lesquels nous avions attiré en vain l’attention de vos responsables nationaux et celle des Présidents de région sortants.

Ce non-respect de la parole donnée ne créée pas les conditions d’une confiance élémentaire entre partenaires d’un même combat. Le temps du mépris pour nous n’est pas venu.

Par ailleurs, le Conseil National éprouve le sentiment que le Parti socialiste n’a pas tiré les enseignements de ses échecs passés : aucune remise en cause d’une construction européenne irréaliste, antisociale et « caporalisante ». Rien sur la nécessaire protection du marché européen. Rien sur la politique de change asphyxiante de la BCE. Aucune critique de la politique de rigueur salariale et budgétaire pratiquée par la coalition conservatrice-libérale allemande. Il est certes nécessaire de s’en prendre à la politique fiscale de la majorité actuelle en France mais c’est une vue totalement insuffisante des choses.

Nous sommes très inquiets quant à la possibilité pour le PS et ses « alliés privilégiés » Verts de se mettre à la hauteur des échéances de 2012. En l’absence, aujourd’hui, de tout programme et de toute Charte politique des primaires qui auraient pu permettre la sélection d’un candidat de la gauche à l’élection présidentielle de 2012 dans des conditions acceptables par nous, le Conseil National a considéré qu’il ne nous était plus possible de participer aux travaux de la Commission chargée de préparer lesdites « primaires ».

La priorité est au projet car la situation du pays est extrêmement grave. C’est la raison pour laquelle le Conseil National du Mouvement Républicain et Citoyen a décidé de soumettre à son Congrès, qui se tiendra les 26 et 27 juin prochains à Paris, un « programme de salut public ». Nous vous l’adresserons prochainement. C’est sur la base d’un projet clair, à la hauteur des défis que le pays doit relever que la gauche pourra affronter sans décevoir les prochaines échéances.

Nous préférons, aujourd’hui, retrouver notre liberté de parole et de mouvement pour œuvrer efficacement à l’élaboration de ce projet exigeant. Nous essaierons ainsi de servir au mieux les intérêts du monde du travail et ceux de la France. Nous contribuerons au débat républicain. Peut-être pourrons-nous nourrir votre propre réflexion.

Je te prie de croire, chère Martine, en mon amicale pensée.

Jean-Pierre Chevènement
Président du MRC

 

Voir aussi Le MRC se retire de la commission sur les primaires à gauche (Chevènement)

 

Cet article est le 54ème paru sur ce blog dans la catégorie MRC national.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires