Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 22:02

Egalité homme-femme : un objectif à portée universelle


Le 8 mars 1910, à Copenhague, Clara Zetkin proposait d’organiser une journée internationale des femmes dans le but d’obtenir le droit de vote pour les femmes. Clara Zetkin a joué un rôle très important dans le mouvement progressiste à perspective révolutionnaire.


Journaliste allemande, elle avait fondé, en 1890, la revue Die Gleichheit (L’égalité) et c’est elle qui convoqua les conférences internationales des femmes socialistes de Stuttgart (1907) et de Copenhague (1910) où elle imposa son point de vue et qui l’élirent secrétaire, faisant de son journal Die Gleichheit leur organe officiel.

C’est à Copenhague en 1910, lors de la 2ème conférence internationale des femmes socialistes, que l’allemande Clara Zetkin propose, pour la première fois, d’organiser une Journée internationale des femmes en vue de servir à la propagande pour le vote des femmes. La conférence réunit une centaine de femmes venues de 17 pays, et adopte aussitôt cette proposition, inspirée des manifestations d’ouvrières qui se sont déroulées aux États-Unis en 1908 et en 1909. Le 8 mars 1914, les femmes réclament le droit de vote en Allemagne. Elles l’obtiennent le 12 novembre 1918.

Clara Zetkin est emprisonnée en 1915 en raison de ses convictions pacifistes. En 1916, elle joue avec Rosa Luxemburg, un rôle essentiel dans la création du parti communiste allemand. En 1920, élue au Reichstag, Clara Zetkin assiste à la montée du nazisme en Allemagne, tandis que l’arrivée au pouvoir de Staline la met à l’écart de l’Internationale communiste.
Le 30 août 1932, à 75 ans, elle est chargée, en sa qualité de doyenne du Reichstag, de prononcer le discours d’inauguration du parlement où dominent les chemises noires. Elle lance un vibrant appel à lutter contre le nazisme. Ce sera sa dernière manifestation publique. En exil à Moscou, elle meurt le 20 juin 1933 dans des conditions qui n’ont jamais été élucidées.

 

Ses convictions lui ont survécu. Elle a défendu une conception du couple au sein duquel les partenaires devaient être égaux en droits. Elle est favorable au divorce par consentement mutuel et pense que les garçons, comme les filles, doivent prendre part aux soins du ménage. Mère de deux garçons, elle a vécu elle-même en union libre, et s’est toujours montrée une ardente partisane du travail des femmes, seul moyen pour elles d’accéder à l’autonomie.

 

Voir aussi : Cent ans et plus de luttes féministes (l’Humanité, 8 mars) : « De l’initiative de Clara Zetkin et des femmes socialistes à la conquête du droit de vote, du droit à disposer de son corps à la revendication de l’égalité, le combat féministe continue » (…).

Dans le Programme MRC de Salut public : une République laïque et sociale, la proposition 29 n’est pas éloignée de cette conception.  

         29 – L’égalité entre les hommes et les femmes, un objectif à portée universelle 

Au-delà de la lutte contre les discriminations et à l’égal accès aux mandats politiques, l’égalité entre les hommes et les femmes est un des axes forts de l’émancipation des êtres humains. Des actions doivent être menées avec ténacité contre l’inégalité économique (salaires, statuts précaires, retraites). Les violences faites aux femmes doivent être plus énergiquement combattues. Le droit des femmes à disposer de leur corps doit être clairement défendu.

 

Voir aussi : Droits des femmes : Aimée Gourdol (MRC) - 11 octobre 2009

 

Revue de presse

 

«Tant que des femmes seront discriminées, cette journée aura droit de cité» (Libération, 8 mars) : « A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, Marie-Pierre Martinet, secrétaire générale du Mouvement français pour le Planning familial, a répondu à vos questions ».

 

Le Monde, 8 mars) : « Pour la Journée des femmes, "Le Monde" montre la diversité de leurs situations à travers les paroles d'une féministe iranienne, la réflexion d'une sociologue ou des portraits de Guadeloupéennes ».
La révolution inaboutie (Le Monde, 6 mars) : « En quarante ans, le taux d'activité féminin a explosé. Mais les inégalités salariales perdurent, frisant les 30 %, et les femmes restent cantonnées dans certains métiers ».

Journée de la femme : les inégalités persistent (Nouvel Observateur, 8 mars) : « Un rapport sur le travail des femmes en Europe, publié à l'occasion de la journée internationale de la femme, souligne de nombreuses inégalités ».

 

Danielle Bousquet : «Des forces conservatrices bloquent les avancées des droits des femmes» (Libération, 8 mars).  

 

Certaines formes de religion sont à rebours du principe d’égalité :

 

Rencontre avec Taslima Nasreen, écrivaine errante (Le Monde, 8 mars)

            Le 6 mars souvenons nous des femmes victimes des barbus (Riposte Laïque, 5 mars)

Christine Tasin : « Alors, en cette journée de la femme, j'ai une pensée pour toutes celles qui, parce qu'elles sont femmes, dans le monde, sont obligées de couvrir leurs cheveux, leurs mains, leurs pieds, de s'envelopper dans d'horribles prisons ambulantes, de baisser la tête ».

 

Cet article est le 5ème sur ce blog dans la catégorie Femmes.

Partager cet article
Repost0

commentaires