Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 23:53

Les producteurs québécois les mieux rémunérés

 

Mon ami Jean-François Messier me signale cet article de Claudette Samson (Le Soleil) qui met en exergue la réussite du système de gestion de l’offre canadien. Au moment où plusieurs craignent de voir le système canadien de gestion de l'offre se faire engloutir dans la négociation pour un accord de libre-échange avec la région Asie-Pacifique, l'Université de Laval crée la Chaire de leadership en enseignement de la mise en marché collective des produits agricoles.

Pour le président de l'Union des Producteurs Agricoles (UPA), Christian Lacasse, il n'y a pas de doute que la mise en marché collective des produits agricoles a fait toute la différence pour les producteurs québécois, qui sont les mieux rémunérés au Canada.

La mise en marché collective des produits agricoles à l'université

 

Ce système unique, mis sur pied par les producteurs eux-mêmes il y a une quarantaine d'années, demeure méconnu, indiquait mardi la titulaire de la chaire, la professeure Annie Royer, de la faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation.

La mise en marché collective est, selon elle, un système économique efficace, qui permet de coordonner la production agricole tout en abaissant les coûts des transactions et en assurant une répartition équitable des revenus pour les agriculteurs.

La mise sur pied de cette chaire est rendue possible grâce à la contribution de 300 000 $ en cinq ans de l'Union des producteurs agricoles (UPA).

Pour le président de l'UPA, Christian Lacasse, il n'y a pas de doute que ce système a fait toute la différence pour les producteurs québécois, qui sont les mieux rémunérés au Canada. Cela a permis d'assurer la stabilité dans les fermes, disait-il en marge de l'annonce qui se déroulait à l'Université Laval.

 

Négociation de libre-échange

L'intention manifestée la semaine dernière par le premier ministre Stephen Harper de participer à la négociation d'une zone de libre-échange avec la région Asie-Pacifique a semé l'inquiétude parmi plusieurs groupes. Des spécialistes estiment que notre système protectionniste risque de ne pas survivre à de tels échanges, et ce, même si M. Harper a bien défendu le système à ce jour. Christian Lacasse, lui, dit faire confiance au premier ministre pour protéger la gestion de l'offre.

Il estime, par ailleurs, qu'il y a des mythes à défaire, notamment celui voulant que la mise en marché collective nuise à la diversification de la production. Il en prend pour exemple la production laitière. Depuis 15 ans, on a vu émerger une panoplie de fromages de spécialité, et c'est la mise en marché collective qui a favorisé cette diversification, dit-il.

 

Cet article est le 261ème publié sur ce blog dans la catégorie AGRICULTURE et PAC.

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans AGRICULTURE et PAC
commenter cet article

commentaires